Hogwarts :: La Malédiction de Faust.
FERMETURE DU FORUM !

Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé, et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

FERMETURE DU FORUM !
Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici
et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé,
et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis

Partagez | 
 

 &Mr Boehm | Could you trust him? | FINI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alex J. Boehm

G r y f f i n d o r

avatar

Nombre de messages : 217
VIP : 0
Date d'inscription : 26/10/2008
Age : 26
Nationalité : Tchèque
Pêché Capital : Orgueil

More of me.
Patronus:
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: &Mr Boehm | Could you trust him? | FINI   Dim 26 Oct - 9:31

i d e n t i t é ;

    Nom; Boehm
    Prénom; Alexandr Jaromìr
    Surnom; Alex, Xander, Lex
    Âge; 17 ans
    Année; 6e
    Nationalité; Tchèque
    Orientation Sexuelle; Bisexuel
    Sang; Fils de moldus, mais il soupçonne sa grand-mère maternelle, décédée depuis plusieurs années déjà, d'avoir été une sorcière. C'était effectivement le cas, et c'était également celui des parents de cette dernière. En fait, il se trouve que cette femme que Mr Boehm n'a jamais vraiment aimée descendait d'une assez longue lignée de sorciers au sang pur. Comment elle a atterri avec un moldu, elle n'a malheureusement pas vécu assez longtemps pour le raconter à Alex.



m o n d e m a g i q u e ;

    Maison souhaitée; Gryffindor or Slytherin
    Baguette; D'une longueur de 29,5 cm, elle est fait de bois de lierre, et contient en son centre un nerf optique de dragon. Selon le vendeur, un homme au fort accent russe et à l'âge indéfinissable, la bête à qui appartenait le nerf en question avait été abattue dans les montagnes au nord-est du pays, après avoir presque entièrement dévasté deux villages sur son chemin. La baguette qui en résulte est certes rapide, mais très imprévisible; un long travail fut nécessaire à son propriétaire pour arriver à la dompter. Un instrument nerveux et impulsif, mais qui peut s'avérer d'une redoutable précision s'il est bien manié. Alex a longtemps trouvé aberrant de donner de tels qualificatifs à une baguette.
    Forme du Patronus; Une martre
    Forme de l'Epouvantard; Une silhouette sombre armée d'un fusil. Il a beau dire, il a vraiment eu une peur bleue cette nuit là. Et puis ça fait un mal de chien ces trucs là en plus.
    Animal de Compagnie; Un rat répondant au nom de Tamara. Une petite femelle, âgée de quelques mois seulement. Ses yeux sont noirs, sa fourrure d'un gris clair tirant sur le blond. Elle avait auparavant un compagnon, qui a malheureusement rendu l'âme peu après le déménagement. Alex est très attaché à ces animaux, beaucoup plus qu'on ne pourrait le croire.
    Métier Envisagé; Ça, c'est le genre de truc dont Alex n'a pas la moindre idée. Et avec lequel il ne s'énerve pas, mais alors pas du tout. Il trouvera bien un jour, y a pas de quoi s'en faire.


r p ;

    &YEARS AGO

    Au début je voyais que deux possiblilités. Soit j'étais sérieusement atteint d'une forme rare de démence enfantile, soit quelqu'un s'était amusé à me jouer un tour débile. J'aurais cru que ça venait d'un de mes frères, ça aurait pas été surprenant au fond. Ou même ma soeur, à la limite. Moi, sorcier ? Ha! Elle est bien bonne celle-là... Enfin, c'est ce que je disais encore il y a tout juste deux semaines. Parce que là j'aurais bien beau vouloir crier sur tous les toits que c'est juste une invention sortie tout droit des cerveaux de mes stupides frères, ce serait mentir. Bon, pas que mentir m'embête, j'y vois pas vraiment d'inconvénient. Ça simplifie les choses et puis, c'est pas désagréable. Suffit d'avoir un minimum d'imagination et d'être bon acteur. Ma soeur dit que c'est mon cas, alors aussi bien en profiter, non ? N'empêche que je fais partie de ces personnes dont la famille est moldue et qui ont des pouvoirs. Pour beaucoup par contre, j'suis un Sang-de-bourbe. À mon avis c'est qu'des conneries cette idée de pureté. Qu'ils essaient un peu de m'insulter pour voir, j'vais leur mettre mon poing dans la figure. Quant t'as trois frères plus vieux, t'apprends à te défendre.



    &CONTE À REBOURS


      - Te fies pas à sa gueule d'ange, c'est qu'un putain d'salopard...


    Le ton grinçant, agressif, y avait pas de doute à avoir, ce gars là ne portait pas Alex dans son coeur. Le pire c'est qu'on ne pouvait même pas lui en vouloir, après ce que le plus jeune des Boehm lui avait fait. Et il lui en gardait rancoeur, ça oui. Jamais il ne se serait douté qu'Alex aurait réagit comme ça. Pas Alex voyons. C'est probablement l'une des personnes les plus insouciantes qu'il ait jamais rencontré. Le genre de gars qui parle un peu à tout le monde, le sourire charmeur, plutôt sympathique même si son cynisme est parfois exaspérant. C'est qu'il a pas la langue dans sa poche, le p'tit Tchèque. Même qu'il exagère un peu parfois, surtout quand il a plus les idées tout à fait claires. À bien y penser au fond, il aurait du se douter qu'il y avait quelque chose qui tournerait mal. Ça peut pas faire autrement avec quelqu'un comme ça qui t'embobine avec son sourire d'ange. On se méfie pas de ses commentaires acerbes, de ses répliques cinglantes. Un beau salaud, oui, le genre qui pense qu'à se jouer des autres, sans aucune considération pour eux, pour leurs sentiments. Ça lui apprendra à faire confiance trop vite.

      - C'est d'mon frère que tu parles ?
      - Tu prends sa défense, si c'est pas gentil ça...
      - J'sais pas t'es qui, mais t'aurais intérêt à la fermer.
      - Hé, t'énerves pas comme ça ma belle. Il en vaut même pas la peine ton enfoiré d'frère.



    *


    Le froissement des draps avait été à peine perceptible, tout juste si le bruissement était parvenu à son oreille. Alex avait d'abord gromelé un peu, s'était retourné, les yeux toujours fermés. Puis il les avait entrouverts, l'esprit encore perdu quelque part dans les brumes d'un trop court sommeil. Il les avait immédiatement refermés, puis rouverts dans la seconde qui avait suivit. Une bordée de jurons avait retentit dans la pièce tandis qu'Alex se redressait dans le lit, tirant sur lui les couvertures en évitant soigneusement de toucher à l'autre, juste à côté de lui, tout juste quelques malheureux petits centimètres. C'était déjà trop.

      - Fou l'camp d'ici !
      - Hein, quoi... C'est quoi ces conneries ? Allez, t'es pas sérieux...
      - J'veux plus voir ta sale face ici t'entends ?
      - Hé oh! Qu'est-ce qui t'prends Alex, t'es malade ou quoi ?
      - Je t'ai dit de dégager, t'as pas compris ? Et puis rhabille-toi merde...


    Il avait tout juste grogné la dernière phrase, les dents si serrées qu'il en avait mal. Et puis il avait empoigné un jeans qui traînait au pied du lit, un t-shirt, et les avait balancés au visage de l'autre qui avait sans trop de succès tenté de lever les bras pour se protéger. Les sous-vêtements avaient suivit quelques secondes plus tard, avec autant de violence. Sitôt la porte fermée, Alex s'était précipité pour la verrouiller, puis s'était laissé tomber sur le lit en gémissant, la tête entre les mains. Lentement, les images de la veille commençaient à refaire surface. Qu'est-ce qu'il avait fait là ? Ça s'était passé sur un coup de tête, il avait quand même pas mal bu, la preuve il avait l'impression que son crâne allait exploser. Lentement, il releva la tête, et se retrouva face à face avec lui-même. Gêné par sa propre nudité que le miroir lui renvoyait sournoisement, il tira sur lui le drap encore emmêlé, chargé d'odeurs. Rageur, il se détourna de la glace et partit à la recherche de quelque chose de relativement propre à se mettre sur le dos. Un caleçon ici, à moitié sorti du tiroir, un jeans sous une pile de trucs divers; ça ferait l'affaire. Pour le chandail par contre faudrait qu'il envisage une petite virée dans la chambre de son frangin Felix. Ça faisait pas deux semaines qu'il s'était installé dans la chambre que déjà il avait réussit à foutre le bordel. Mais de toute façon son frère n'en avait rien à faire, le reste de l'appartement était pareil. C'était pas le fait d'héberger pour les vacances d'été son frère de 17 ans qui allait changer quoi que ce soit pour lui. Toute façon il ne rentrait même pas coucher deux à trois fois par semaine, comme la veille. S'il avait su ce qui s'était passé durant son absence par contre. Non, ne pas y repenser. Valait mieux oublier ça oui, c'était ce qu'il y avait de mieux à faire. Comme si rien ne s'était produit.

      - Y a quelqu'un ?


    Son frère. Normal, c'était son appartement. Il serait rentré une dizaine de minutes plus tôt et ç'aurait été la catastrophe. Alex retint néanmoins son souffle en sortant lentement de la chambre, les cheveux en bataille et toujours torse nu.

      - C'est qui c'qui vient de sortir d'ici comme si y avait l'feu ? Est-ce que... ?


    C'était pas Felix, mais Marek. Merde. Alex ouvrit la bouche, la referma, puis détourna le regard. Il avait une sacrée gueule de bois, et le moral six pieds sous terre. Et pas envie de confirmer ce que son frère à l'air ahuri commençait à comprendre.


    *


    Une caresse furtive, un coup d'oeil bien placé, et voilà qu'ils se dirigent vers la pièce d'à côté. Les gens sont soit trop bourrés, soit trop occupés à rire de ceux qui tentent sans succès d'articuler une phrase complète, pour remarquer quoi que ce soit. De toute façon, ils ont déjà refermé la porte derrière eux. La musique leur parvient comme de loin, étouffée. Sans plus attendre leurs bouches se rejoingnent, avides

      - J'ai l'appart de mon frère pour la soirée, il revient que d'main. On serait plus tranquilles...


    Hochement de tête, un dernier baiser, et ils sont de nouveau partis, leurs vestes respectives à la main. Ils parcourent le chemin d'un pas plus ou moins assuré, se rattrapant sur l'autre, manquant l'envoyer heurter un lampadaire égaré. Leur marche est fréquemment arrêtée, tantôt par Alex qui plaque ses lèvres sur les siennes, tantôt le contraire. Ils ont la tête qui tourne un peu, les pensées vagabondes.

      - Merde, j'crois que j'ai oublié les clés...


    Son sourire niais continue néanmoins de flotter sur son visage alors qu'il fouille ses poches, en ressort diverses choses inutiles, avant de finalement trouver ce qu'il cherchait. La porte s'ouvre avec un grincement épouventable; il a bien du dire un million de fois à son frère qu'il devrait la huiler avant qu'elle ne tombe d'elle-même de ses gonds. Mais ce soir il ne l'entend même pas, il n'en a rien à faire de cette fichue porte. D'ailleurs, elle est déjà refermée, et eux sont déjà rendus à une autre porte, celle de la chambre qu'occupe Alex. Quelques instants plus tard les vêtements commencent à s'accumuler au pied du lit, Alex tire les rideaux.

      - T'en est vraiment sûr Alex ? J'veux dire...


    Il ne lui laisse pas la chance de terminer sa phrase, l'ayant déjà fait taire d'un baiser. Sa bouche se fait plus avide, laissant les lèvres pour le cou, puis la poitrine. Le contact de sa peau chaude l'électrise, un long et délicieux frisson remonte tout le long de sa colonne. Il sent des doigts parcourir son dos, s'arrêter sur la cicatrice qu'il a juste sous les côtes. Peu désireux d'aborder le sujet, Alex se retourne et entreprend de descendre plus bas encore. La cicatrice perd de son intérêt.




    &CONFUSED

    Marek a arrêté de me parler. Il m'évite même carrément. Les autres ne comprennent pas pourquoi il ne m'adresse plus la parole. Moi si. Au moins, il leur en a pas parlé. Au fond c'est peut-être mieux comme ça, j'imagine à peine la réaction de mon père. Un de ses fils, le plus jeune, qui couche avec un autre mec... Pour sûr que je signerais mon arrêt de mort. Déjà qu'être sorcier me fait passer pour un espèce de taré... Mais ce que je ne comprends pas, c'est l'attitude de Marek. Je pensais pas qu'il me renierait comme ça. C'était avec lui que je m'entendais le mieux, peut-être parce qu'on avait même pas deux ans de différence. Les deux p'tits derniers de la famille, Marek et Alex. Quand on était petits on s'amusait souvent à confondre les gens, on se ressemblait énormément. Tellement qu'ils se demandaient si on était pas jumeaux. Ça avait été un sacré coup que d'apprendre qu'on allait être séparés pendant de longs mois pour les sept années à venir. Je ne le vois plus que durant les trop courtes semaines que dure l'été, et le congé d'hiver. Le reste du temps on se contente de s'écrire, mais comme on est pas très assidus avec la plume l'un comme l'autre, au bout d'une lettre on en avait déjà marre. Cette année par contre, j'attends rien de lui. J'pense que c'est la seule chose que je puisse dire qui me blesse réellement, que Marek ait érigé un mur entre nous. Pensez pas que je me morfonds comme un imbécile, à pleurer sur la première épaule que je vois passer. Jamais. Plutôt mourir que de passer pour un tel pleurnichard. Ma soeur dit que j'ai un sale caractère, et que ça ne me donne rien de jouer au dur et au rebelle. Dans un sens, j'ai pas vraiment le choix. Les gens me croiraient pas si j'leur disais ça, mais j'suis quelqu'un de sensible. Trop même. Trop sensible, trop émotif, trop impulsif, trop... Mais j'veux pas être considéré comme tel, j'en serais pas capable. J'préfère passer pour un indifférent qui se joue des autres, plutôt que ça.

    J'sais même plus où j'en suis. J'déteste être dans ce genre de situation. Au moins à Poudlard, y a personne qui sera au courant. Enfin... j'crois. Et merde, qu'ils aillent tous au diable, j'fais bien ce que je veux. Le problème, c'est que je ne sais justement pas ce que c'est. J'aime les femmes, j'ai pas besoin d'me convaincre de ça. J'ai pas de copine, mais ça c'est parce que j'veux pas m'attacher. J'ai jamais été capable de le faire. Aucune idée pourquoi. Je sais pas c'qui m'a pris cet été. Une erreur, voilà. Ça arrive à tout le monde, non ? Le problème c'est que j'y repense sans cesse, et ça me rend fou. Si j'lui avait pas fait de l'oeil pendant cette soirée, on aurait jamais abouti dans l'appart de mon frère. C'est de ma faute, pas la sienne. Et moi j'lai envoyé paître comme s'il était le dernier des imbéciles, et depuis j'fais comme si de rien était. Il m'en veut atrocement, ça aussi j'le sais. J'fais rien pour lui rendre la vie facile en plus. Belle façon d'inaugurer mon premier été en Angleterre. Une idée stupide de mes parents. De ma mère plutôt, qui parlait depuis des années de venir rejoindre sa soeur au sud de Londres. Paraît que l'école d'ici est bonne, c'est déjà ça. Encore quelques semaines et j'vais y pointer mon nez pour la première fois. Au moins quand j'vais y être il va avoir la paix.




r é a l i t é ;

    Avatar; Kevin Zegers
    Pseudo; Jus', Jousse, Juice
    Prénom; Justine
    Âge; 17 ans
    Comment avez vous découvert le forum ? Par Steph
    Comment le trouvez vous ? Horrible. Je regrette déjà m'y être inscrite =)
    Code; Ok by Cassian What a Face



Dernière édition par Alex J. Boehm le Mar 28 Oct - 17:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/mr-boehm-could-you-trust-him-fini-t657.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: &Mr Boehm | Could you trust him? | FINI   Dim 26 Oct - 11:25

    Bienvenue ! yeah

    Bon début de fiche, bonne continuation.
    Merci de nous avoir rejoints.
Revenir en haut Aller en bas
Cassian Dale

G r y f f i n d o r ' s . Prefect

avatar

Nombre de messages : 2176
VIP : 28
© Avatar : Smirnoff*
Date d'inscription : 19/10/2008
Age : 26
Nationalité : Australienne
Pêché Capital : Luxure
Groupe : //

More of me.
Patronus: chouette des neiges.
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: &Mr Boehm | Could you trust him? | FINI   Dim 26 Oct - 12:36

OMG Ta fiche est loove Je suis déjà amoureux d'Alex Voulez vous coucher avec moi ce soir xD
Bienvenue miss & merci de ton inscription, j'espère te rencontrer bientôt en Rp youpie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/nice-to-meet-you-or-not-f4/dangerous-beauty-i-m-a-angel-i-don-t-think-so-t638.htm
Alex J. Boehm

G r y f f i n d o r

avatar

Nombre de messages : 217
VIP : 0
Date d'inscription : 26/10/2008
Age : 26
Nationalité : Tchèque
Pêché Capital : Orgueil

More of me.
Patronus:
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: &Mr Boehm | Could you trust him? | FINI   Lun 27 Oct - 1:03

    &UN JEU DANGEREUX

      - Bordel Marek, me dis pas qu't'as la trouille ?
      - Oh ferme-la tu veux...


    Les trois silhouettes émergèrent du bosquet d'arbres qui régnait du côté nord du parc, encore auréolés de fumée. C'était tout juste si on pouvait les distinguer tant il faisait sombre. Le ciel était couvert, aucune lune ne venait éclairer leurs pas. Il y avait bien quelque lampadaires ici et là qui auraient dû s'en charger, mais la plupart ne produisaient plus aucune lumière depuis longtemps déjà. Celui-là, juste au-dessus de leurs têtes; depuis qu'il venait dans ce parc Alex ne l'avait jamais vu allumé. Quand il était petit, Felix lui racontait que c'était parce que le parc était hanté par des esprits qui éteignaient les lumières pour que les gens se perdent dans les dédales de sentiers qui s'enfonçaient dans le boisé, pour ensuite leur arracher le coeur et le dévorer. Ça avait fonctionné un certain temps, Alex avait refusé catégoriquement de rester dans le parc quand le soleil commençait à décliner. Jusqu'à ce qu'un soir, il s'égare réellement et ne voit pas la moindre trace de fantôme. Par la suite, Alex était devenu très sceptique aux histoires que pouvaient lui raconter ses frères. Et évidemment, comme beaucoup d'enfants qui ont plusieurs aînés, Père Noël, renne au nez rouge et autres figures magiques de l'enfance n'ont pas fait long feu non plus. Ce n'est pas pour rien qu'Alex s'était méfié lorsqu'à onze ans, une enveloppe étrange avait atterri dans le courrier.

      - Puis même s'il a pas de chapeau pointu, on a le p'tit frère sorcier.


    Envoyant valser dans les buissons les restes du dernier joint que s'étaient partagé les trois Boehm, Alex grommela quelque chose d'incompréhensible sur les chapeaux pointus et le cerveau de son frère. Son statut particulier avait fini par devenir un sujet de plaisanterie, sauf peut-être pour ses parents. Sa mère semblait ne pas en faire grand cas, ça lui était plutôt égal. Pour son père en revanche, c'était un peu différent. Mr Boehm était un homme très terre-à-terre, et les histoires de sorciers et de baguettes magiques le laissaient généralement froid, pour ne pas dire qu'elles lui déplaisaient carrément. Il évitait autant que possible d'éviter d'aborder le sujet, et le froncement de sourcils qu'il arborait chaque fois que quelqu'un en faisait mention suffisait à dissuader Alex de lui raconter ce qu'il pouvait faire à son école. De toute façon, la relation parent-enfant n'avait jamais été très forte chez les Boehm. Les adultes avaient mieux à faire que de s'occuper d'une bande de gamins qui préféraient pour leur part jouer dans les ruelles qui entouraient le vieux duplex dont ils occupaient le haut. C'était peut-être pas le terrain de jeu le plus sécuritaire pour des enfants, mais il n'y avait pas plus intéressant pour eux. Et puis il y avait cet énorme parc à une quinzaine de minutes de chez eux, qui pouvait aussi s'avérer amusant malgré ses lampadaires qui tombaient en morceaux. Ils étaient justement adossés autour de l'un d'eux, à débiter des âneries en riant bêtement. Au bout d'un moment, Jan tira lentement du sac qui n'avait pas quitté son épaule un vieux fusil de chasse, emprunté pour l'occasion à leur grand-père. Le vieux habitait avec eux et leur faisait grincer sa chaise berçante dans les oreilles à longueur de journée, de quoi rendre fous les cinq enfants. Jan avait assuré qu'il ne s'apercevrait pas de la disparition de l'arme; il ne s'en servait plus depuis des années. Et de toute façon, ils avaient l'intention de le remettre en place sitôt rentrés.

    C'était une idée de Jan. Qui avait évidemment entraîné avec lui Marek et Alex, comme toujours. Quand il s'agissait de traîner le soir ou de faire des trucs complètement débiles, ces trois-là étaient toujours ensemble. En termes d'idées stupides, ils auraient pu remporter plusieurs prix haut la main. Leurs parents avaient depuis longtemps cessé d'en tenir le compte, c'était peine perdue. À seize ans, Alex avait déjà depuis plusieurs années testé, exploré, essayé, nombre de choses dans nombre de domaines. Conséquence d'être le petit dernier d'une joyeuse bande de gamins qui n'ont pas grand-chose d'angélique. Trois d'entre eux erraient d'ailleurs dans l'extrémité nord du parc, la moins entretenue, celle où un énorme mur de béton tombait lentement en ruines. Il n'était pas rare d'y croiser junkies et dealers de petite et moyenne envergure.

      - Jan ! Tu va nous dire c'qu'on fout ici maintenant ?
      - Minute merde, t'énerves pas...
      - Eh, c'qui là-bas ?


    *



      - Il est armé, fais gaffe.
      - Toi tu bouges pas ! Et tu fermes ta putain d'gueule !
      - Hey ! On n've...
      - TA GUEULE J'AI DIT !


    Un coup de feu éclata dans l'air froid de la nuit, coupant court à l'échange. Un éclair de lumière, des cris, puis cinq silhouettes prirent leurs jambes à leur cou et disparurent entre les arbres. C'est le moment que choisit la lune pour percer l'épais couvert nuageux, jetant une lueur argentée sur tout le parc.

      - Alex ! Marek ! Merde vous êtes où...
      - Jan ! On fout le camp avant qu'ils reviennent. Alex ?
      - Alex ? Alex merde, c'est pas le temps d'faire le con...
      - Oh putain Alex...


    La lumière qui éclairait maintenant le parc révéla des éclaboussures fraîches sur le mur. Dessous, plus blanc qu'un fantôme, Alex qui se tenait le flanc, la main couverte de sang, une tâche sombre s'agrandissant lentement sur son chandail. Ses lèvres remuèrent alors que Jan et Marek se précipitaient sur lui, presque aussi blêmes que leur jeune frère. Leur coeur battait à leur en défoncer la poitrine.

      - Bon Dieu c'est ma faute, j'aurais jamais du vous emmener ici, putain d'merde, je...
      - Alex ? Dis quelque chose merde...


    *



    Sur le coup il n'avait pas compris. Il avait bien vu le bras se lever, puis entendu le coup claquer, et enfin sentit un horrible pincement juste sous ses côtes, mais il avait cette étrange impression de ne pas vraiment y être. L'esprit déjà passablement embrumé, Alex perdit l'espace de quelques instants toute conscience de ce qui se passait autour de lui. Il voyait les cinq inconnus qui décampaient dans le sous-bois, ses frères un peu plus loin devant lui, mais c'était comme si tout cela se déroulait ailleurs. La mâchoire pendante, tous ses sens engourdis, il tituba, cherchant à prendre appui sur le mur derrière lui. Il perdit soudainement pied et sa tête alla heurter le béton, puis il se laissa choir sur le sol. De toute façon, il n'aurait pas réussit à tenir debout plus longtemps. Il sentait le sang marteler ses tempes, faisant un bruit infernal sous son crâne. Quelque chose de chaud se mit à couler sur son visage, là où le mur avait frappé. Du sang. Le sien. Comme celui qui maculait maintenant tout son côté gauche. La tête lui faisait un mal de chien, mais ce n'était rien comparé à l'endroit où la balle l'avait touché. Il avait beau essayer de presser sa main contre la blessure, le sang continuait de s'écouler. Il vit ses frères se précipiter sur lui, complètement paniqués. Il tenta de dire quelque chose, mais au même moment tout se mit à tourner autour de lui et une vague de douleur le força à serrer les dents. Par après, il eût vaguement conscience de Jan qui tenta de le soulever, étouffa un cri en voyant la quantité de sang; de Marek qui ne cessait de parler, sans toutefois arriver à en saisir un mot. Et puis tout devint noir, il ne voyait ni n'entendait plus rien.


    &APRÈS LA TEMPÊTE

    Le simple fait de se retourner dans son lit lui arrachait une grimace de douleur. Songer qu'il allait devoir se lever dans quelques minutes - il n'allait tout de même pas porter une couche, non mais - suffisait à le rendre malade. Il haïssait cet hôpital trop blanc, qui empestait les médicaments, les produits désinfectants et les vieux qu'on avait oublié de laver. Il avait déjà depuis longtemps épuisé sa réserve de livres, revues; il avait même dû se rabattre sur les vieilles bandes dessinées défraîchies qui traînaient dans l'horrible salle de jeu au bout du couloir. L'immobilité forcée, pas pour lui. C'était à devenir fou, avec ces infirmières, médecins et autres bonshommes en uniforme qui venait voir comment la plaie cicatrisait, si l'infection ne s'y installait pas, s'il ne faisait pas de choc suite à sa transfusion, si... Et c'était sans compter les visites, pénibles, de sa mère et sa soeur. Surtout cette dernière qui ne cessait de lui répéter qu'il avait eu une chance incroyable, qu'il aurait du y penser à deux fois avant d'aller se promener là en pleine nuit - tout le monde savait que depuis quelques mois il n'y avait pas meilleur endroit pour se foutre dans le trouble, sauf lui et ses deux autres imbéciles de frères, évidemment -, qu'il fallait qu'il arrête de bouger dans tous les sens, que... Au moins son père avait eu l'intelligence de lui épargner sa présence. Déjà qu'il y avait un froid palpable entre eux, s'il fallait qu'ils se retrouvent en tête-à-tête forcé, ça n'allait pas être la joie. Il était venu une fois ou deux avec sa mère, c'était suffisant. Felix venait de temps en temps aussi, Marek plus régulièrement. Et puis Jan, bien sûr. Jan qui culpabilisait à mort, qui avait les larmes aux yeux quand il était venu le voir après l'opération.

      - T'as pas idée c'que j'suis content de te voir p'tit frère...


    Il n'avait même pas été capable d'en dire plus tellement il avait la gorge serrée. Orgueilleux, il s'était détourné pour que son cadet ne voit pas l'eau qui emplissait ses yeux. Il avait eut vraiment peur, plus encore que quand celui qui lui avait ordonné de se la fermer lui avait pointé son arme dessus. Parce que c'était lui qu'il visait, c'était lui qui avait le fusil de chasse. Puis il y avait eu du mouvement dans la bande, Marek avait fait un bon en arrière, il y avait eut des cris et puis ce coup de feu... Non, le coup avant les cris. Tout était confus dans sa tête, il n'arrivait pas à se représenter la scène correctement. Il ne comprenait pas comme Alex avait pu être touché. Il était pourtant à bonne distance la dernière fois qu'il l'avait vu, pourquoi était-il allé se foutre là ? Il s'en voulait atrocement, à la simple pensée qu'il aurait pu être responsable de la mort de son frère. Pour sûr qu'il serait allé le rejoindre là-haut s'il avait fallut qu'il ne s'en sorte pas. Il aurait pas été capable de vivre avec ça sur la conscience. Il se souvenait comment il avait réussit à le prendre dans ses bras, avec l'aide de Marek, puis à le transporter jusqu'à chez lui. Il avait dû s'arrêter à plusieurs reprises, parce qu'Alex glissait, parce que lui-même avait faillit tomber, parce que ses bras menaçaient de le lâcher. Marek était là pour l'aider, bien qu'il n'était guère utile, énervé comme il l'était. Il était resté longtemps sous le choc.

    C'était Felix qui était venu ouvrir à un Marek hagard qui martelait la porte de violents coups de poing. Il avait dû s'appuyer contre le mur pour ne pas tomber. Faut dire que le spectacle n'était pas particulièrement beau à voir. Alex à demi-inconscient, porté par Jan qui n'en menait pas large. Ils étaient tous d'une pâleur cadavérique, tout particulièrement Alex qui n'avait pas cessé de saigner. Puis leur mère était arrivée, alertée par les coups et le cri que Felix n'avait pu s'empêcher de pousser. L'instant d'après ils étaient dans la voiture, en route pour l'hôpital. Pas le temps d'attendre une ambulance; de toute façon, le temps qu'elle arrive ils seraient déjà aux urgences.



Dernière édition par Alex J. Boehm le Mar 28 Oct - 17:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/mr-boehm-could-you-trust-him-fini-t657.htm
Choixpeau Magique

Le Choixpeau a toujours raison

avatar

Nombre de messages : 768
VIP : 13
Date d'inscription : 20/04/2008
Age : 106
Nationalité : Aucune
Pêché Capital : Le Savoir
Groupe : Objets Magiques

More of me.
Patronus:
Orientation: Hétéro
Citations:

MessageSujet: Re: &Mr Boehm | Could you trust him? | FINI   Mar 28 Oct - 3:29

La fiche est terminée ?

_________________
Cet avatar est la propriété exclusive de ce forum !
Merci de ne pas l'utiliser ailleurs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex J. Boehm

G r y f f i n d o r

avatar

Nombre de messages : 217
VIP : 0
Date d'inscription : 26/10/2008
Age : 26
Nationalité : Tchèque
Pêché Capital : Orgueil

More of me.
Patronus:
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: &Mr Boehm | Could you trust him? | FINI   Mar 28 Oct - 4:15

    &MOVE ALONG

    Tout est en règle, les papiers trônent bien en évidence sur la table de la cuisine, reste plus qu'à décider ce qui va nous suivre là-bas. Felix ne viendra pas. Enfin si, mais il compte se trouver un appartement dès qu'on y sera. Pas question pour lui de traîner plus longtemps dans une atmosphère comme celle-là qu'il dit. En fait ça fait longtemps qu'il en parle, il attendait seulement d'avoir assez d'argent. S'il n'était pas aussi paresseux, Jan l'imiterait. Au moins le grand-père berçant va rester en République Tchèque. Ma mère a eu beau essayer de le raisonner, pas moyen. Il ne voulait absolument rien savoir de l'Angleterre. Il est né à Prague, il va mourir à Prague. Voilà pour le vieux. Moi honnêtement, j'vois pas pourquoi on part. Bon, c'est vrai que le quartier commençait à devenir franchement dangereux - et même si elle le dit pas, je sais que mon "accident" est l'une des raisons qui font que ma mère veut partir -, mais on aurait tout aussi bien pu déménager juste un peu plus loin, non ? En plus, j'suis sûr que là où on va s'installer ça sera pas beaucoup mieux. J'ai pas envie de partir en fait. Même si j'dois avouer que j'me tiens loin du parc depuis ce soir là, j'préfère encore rester ici. Ils sont comment, les sorciers anglais ? Allez pas penser que j'ai la trouille, c'est pas ça. Mais j'ai déjà raté une année ici, et j'espère que ce sera la seule. Au moins je parle anglais. Avec un joyeux accent par contre, mais c'est déjà ça. Pas comme mon père...

    *

    Papa a recommencé à boire. Marina a beau essayer de minimiser le problème, je vais pas gober ça. C'est déjà la quatrième fois cette semaine qu'il rentre à 3h du matin, complètement ivre. J'me demande chaque fois comment il fait pour monter les escaliers. C'est pas comme ça qu'il va se trouver un travail. Il passe son temps à piquer des crises en hurlant sur celui qui a le malheur de passer par là. Et quand il est saoul, c'est c'qui traîne sur la table qui y passe. Si l'automne peut arriver que je foute le camp d'ici, j'en ai marre. On aurait jamais dû quitter Prague, c'était la pire idée que ma mère ait jamais eue. Après avoir épousé mon père.






      [ FELIX ]
      Le p'tit frère ? Je l'ai longtemps cru un peu timbré. Non mais avec pareilles histoires de magie et de trucs bizarres, n'importe qui aurait été d'accord pour dire qu'il lui manquait un carreau. Y a fallut que je le vois faire pour y croire vraiment. Alex, un sorcier... C'est encore beau qu'il ait pas tout détruit avec sa foutue baguette. C'est pas qu'il est gaffeur, mais comme irresponsable y en a pas deux comme lui. Sauf peut-être Jan. Ils se ressemblent ces deux-là; aussi obstinés et arrogants l'un que l'autre. Quand ils décident de s'engueuler en plein milieu du salon, j'vous dis que c'est pas la joie. C'est qu'il a pas la langue dans sa poche Alex, faites attention à c'que vous lui dites parce que c'est pas long qu'il va vous répondre. Y a même des fois où il me surprend le p'tit frère, on croirait pas qu'il peut être aussi blessant. Comme quoi faut pas toujours se fier au sourire qu'il a constamment fiché sur les lèvres.

      [ MARINA ]
      Il aurait vraiment pu y passer ce soir là dans le parc. Je ne sais pas ce qui lui a pris d'aller là, il savait bien que c'était dangereux. Jan dit que c'est sa faute, mais Alex a toujours été trop insouciant, trop téméraire. Facile à dire, oui, quand on a quatre frères, mais n'empêche qu'il n'a pas l'air de réaliser qu'il a un don pour aller se foutre où il devrait pas. C'qui me décourage le plus par contre, c'est de voir ce qu'il fait avec les filles. Je sais, je ne devrais pas m'en mêler, mais par solidarité féminine, je me dois de m'opposer à lui. On dirait que cet imbécile se croit tout permis. Il se doute pas que je sais ce qu'il fait; il est bien bon pour charmer, il a une belle gueule ça je dois l'avouer, les filles aiment bien. Sauf que dès que la relation devient trop sérieuse à son goût, il s'arrange pour tout faire foirer. Et hop, réglé le problème ! Moi, j'appelle ça de la lâcheté, préférer foutre le camp quand un problème survient. Il a une peur maladive de l'engagement on dirait. C'est bien ce que je disais, insouciant et rebelle. Et moi qui continue quand même de le défendre, malgré tout. J'suis incorrigible, j'l'aime trop mon p'tit Alex.

      [ JAN ]
      Vous avez pas idée c'qu'il m'a fait peur ce petit con. C'est entièrement ma faute, c'est moi qui les ai emmenés lui et Marek dans c'coin du parc. Une idée stupide, la pire que j'aie jamais eue. Je me croyais fin, avec le vieux fusil de chasse de grand-père. Il aurait pu se faire tuer merde ! Pourquoi avait-il fallut qu'il se foute dans la trajectoire de la balle ? J'préfère plus trop penser à ça, ça me rends malade juste de revoir Alex au pied du mur. On a beau se hurler les pires méchancetés au visage, même en venir aux mains à l'occasion, ça reste qu'on tient à l'autre. Mais tous les deux on est trop orgueilleux pour vraiment l'avouer, évidemment. On préfère raconter n'importe quoi plutôt que de dire c'qu'on ressent vraiment. Marina dit que c'est être hypocrite, moi j'appelle ça se protéger. Eh merde, j'arrête ça là parce que j'vais devenir trop émotif et j'ai horreur de ça.

      [ MAREK ]
      J'veux plus entendre parler d'lui.



Dernière édition par Alex J. Boehm le Mar 28 Oct - 17:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/mr-boehm-could-you-trust-him-fini-t657.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: &Mr Boehm | Could you trust him? | FINI   Mar 28 Oct - 4:16

Précise en titre dans ce cas quand cela sera terminé !
Revenir en haut Aller en bas
Alex J. Boehm

G r y f f i n d o r

avatar

Nombre de messages : 217
VIP : 0
Date d'inscription : 26/10/2008
Age : 26
Nationalité : Tchèque
Pêché Capital : Orgueil

More of me.
Patronus:
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: &Mr Boehm | Could you trust him? | FINI   Mar 28 Oct - 17:54

Bouh, ça fait tout désordonné comme ça XD

M'enfin, cette fois je crois bien que ça y est, j'ai finalement terminé!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/mr-boehm-could-you-trust-him-fini-t657.htm
Choixpeau Magique

Le Choixpeau a toujours raison

avatar

Nombre de messages : 768
VIP : 13
Date d'inscription : 20/04/2008
Age : 106
Nationalité : Aucune
Pêché Capital : Le Savoir
Groupe : Objets Magiques

More of me.
Patronus:
Orientation: Hétéro
Citations:

MessageSujet: Re: &Mr Boehm | Could you trust him? | FINI   Mar 28 Oct - 18:10

Une fiche bien écrite, un récit plaisant, une famille pas des plus faciles mais unie quand il faut. J'ai pris ebaucoup de plaisir à la lire, l'ironie et l'humour m'ont de nombreuses fois fait sourire et les scènes sont très facilement imaginables. Merci d'avoir fait partagé l'horrible grincement de la chaise du grand-père.

« Aux yeux de Gryffondor, il fallait à tout âge
Montrer par-dessus tout la vertu de courage
»

Un jeune homme qui a peur de l'engagement mais qui ne s'arrête pas devant de petites choses, il relève, il la ferme, un tantinet vulgaire mais dont le coeur est instable. Derrière cette couche de salaupard que se cache-t-il ? Au Choixpeau rien n'est caché, à Gryffindor tu iras !

+ 6 points à la maison
Enjoy ! N'oublie pas de poster et t'amuser;
dans ton message de bienvenue tu trouveras des liens importants à visiter.

_________________
Cet avatar est la propriété exclusive de ce forum !
Merci de ne pas l'utiliser ailleurs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: &Mr Boehm | Could you trust him? | FINI   

Revenir en haut Aller en bas
 
&Mr Boehm | Could you trust him? | FINI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts :: La Malédiction de Faust. :: The beginning. :: Nice to meet you... or not! :: Do what I say... You're my slave. :: G r y f f i n d o r-
Sauter vers: