Hogwarts :: La Malédiction de Faust.
FERMETURE DU FORUM !

Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé, et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

FERMETURE DU FORUM !
Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici
et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé,
et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis

Partagez | 
 

 DUQUESNE Philomène | Behind eyes made of glass [done]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philomène C. Duquesne

G r y f f i n d o r

avatar

Nombre de messages : 9
VIP : 0
© Avatar : Elegy
Date d'inscription : 31/05/2009
Age : 24
Nationalité : Britannique
Pêché Capital : Qui apaise la colère éteint un feu ; qui attise la colère, sera le premier à périr dans les flammes.
Hazrat Ali


More of me.
Patronus: Une forêt, étrange ? Pas tant que ça...
Orientation: Indéfini
Citations:

MessageSujet: DUQUESNE Philomène | Behind eyes made of glass [done]   Dim 31 Mai - 0:15


i d e n t i t é ;
    Nom; Duquesne
    Prénom; Philomène Cléophée. Illustrations parfaites de la demoiselle qu’on ne saurait attraper. Filante, fuyante. De sa rareté on en trouve une singularité.
    Surnom; Très peu de monde lui donne des surnoms. Peut-être par peur de cette figure autoritaire, qu’on ne saurait nommer avec douceur. D’autres l’appellent Nini, car avouez que Philo en surnom cela fait très Platon, malgré que ce serait bien gratifiant. Certains l’appellent aussi par son deuxième prénom, surtout les membres de sa famille.
    Âge; Seize printemps.
    Année; Cela fait six ans que Philomène est à Poudlard.
    Nationalité; Philomène est née à Londres. Berceau de la famille Duquesne, elle avait essuyée les colères et les joies de la jeune fille. Prison de son angoisse et haut lieu de ses rires.
    Orientation Sexuelle; Malgré ses goûts difficiles, elle n’est attirée que par les hommes.
    Sang; Issue d’une famille de sorciers, Philomène baigna depuis sa plus tendre enfance dans la magie.
monde magique ;
    Maison souhaitée; Pas vraiment de désir particulier à propos de la maison. Même si je pense que Serpentard ne serait pas tellement appropriée, car elle n’est pas du tout ambitieuse, plutôt impulsive. Et pas non plus à Poufsouffle, car Philomène n’est pas du genre tendre avec tout le monde. C’est une réactionnelle partagée entre la patience et l’emportement.
    Baguette; Nous savons tous que les baguettes choisissent leur propriétaire, ou du moins qu’ils se trouvent mutuellement. Ainsi celle de Philomène, faite en bois de Roseau reflète sa force spirituelle, caractéristique de sa colère dévastatrice. Chaos parfois crée par elle-même. Elle écrase, de sa torpeur enfantine. Outil de son esprit, il lui permet de matérialiser son emportement vif. Contenant un ventricule de cœur de dragon. Impulsive et venant des profondeurs.
    Forme du Patronus; Sous forme de corbeau, son patronus s’étend d’une couleur argentée qui ne montre en rien de l’obscure des plumes de l’oiseau. Considéré actuellement comme porteur de mauvais présages, on en vient à se méfier. Charognard ou annonceur de la mort. Pourtant il était auparavant perçu comme un messager des Dieux.
    Forme de l'Epouvantard; Philomène a la peur irrationnelle de la forêt. Traumatisme enfantin, elle ne sut s’en dépêtre. Tandis que d’une peur cela se transforma en phobie, il arrive parfois qu’elle ait une crise d’angoisse où folie se mêle à l’irrationnel. Impossible alors à raisonner, seuls les plus proches d’elle savent comment réagir. C’est dans ces moments-ci que Philomène peut devenir incontrôlable.
    Animal de Compagnie; La demoiselle est souvent accompagnée de son chat. Tel ce mythe de la sorcière et
    de son chat noir. Philomène et Iluna en sont la caricature même. De ces yeux verts le chat vous perce de son regard tandis que sa maitresse s’éloigne de ses pas feutrés. Image d’une aura de mystère et d’obscurité, on s’en méfit sans raison. Partagé entre l’idée de méfiance ou celle de curiosité, on peut chercher à l’attraper sans jamais l’atteindre. La chatte qui d’ailleurs suit toujours calmement la jeune fille, ne semble jamais s’agiter. Comme une ressemblance troublante, les deux semblent plongées dans un silence macabre.[/font]
    Métier Envisagé; Philomène n’envisage pour le moment aucun métier. Elle désire juste suivre son bout de chemin, voir où cela la mènerait. Elle est persuadée qu’un jour un signe lui parviendra. Signe du destin, chance ou risque, elle est confiante en ses habilités.


r p ;
    Dix petits doigts.


    Dix petits doigts et des yeux noisette. Dans la blancheur d’un été, et la peau laiteuse d’une gamine. On riait, on criait. On parlait dans des airs enjoués d’un bonheur presque illusoire. Des voix emportées comme la brise enlève des brins, s’envolent haut jusqu’à atteindre les cieux. On rêve de futur, mais aussi de présent. On se demande comment un jour tout cela pourrait s’arrêter. Et ‘On’ n’était personne d’autre qu’une petite famille. Voyez les sourires qui se dessinent sur les visages, peints à coup de pinceaux d’allégresse. Fins et roses, part de gourmandise. Doux et familiers, qu’on aimerait toucher du bout des doigts. Trois petits enfants aux cheveux de bois, qui parcouraient des pieds, la terre de leurs parents. Frappant le sol brun, d’un rythme intime, marquant de leurs pas les débuts de leur chemin.

    « Philomène, Edern, Alix, cessez donc de vous agiter comme ça dans tous les sens. Vous allez finir par vous salir. »


    Malgré la douceur de la voix féminine, les trois petits diablotins continuèrent leur mascarade. Le soleil baignait l’endroit d’une berceuse pâle, tandis que les couleurs se glorifiaient de leur prestance. Telle une part de paradis oubliée des Dieux, entre les toits londoniens de maisons victoriennes de l’ancien temps. On y résidait avec fierté d’une réussite gagnée. Ou colère, obscurité et Diable n’avait pas lieu d’être. Souvenir bordé de flou, souvent confondu avec un rêve jamais réalisé. Ephémère et minuscule, il peine à se trouver une place dans l’esprit tortueux d’une âme en perdition.

    Evanescence de l’âme.


    Des arbres, encore des arbres. Perdue dans l’immensité noire, Philomène tourna. Tourna, et tourna. Les couleurs se mélangèrent, dans un tourbillon de folie. Des feuilles et des écorces mortes. Tel des êtres pervers, ils dansaient, couraient autour d’elle. Se jouant de sa naïveté d’enfant, ils la trompèrent en des chemins sans retour, la menèrent en des lieux où l’obscurité se faisait plus épaisse et où la solitude respirait en un grand râle. Le monde avait prit cette teinte pâle de la mort, qui rode et qui se matérialise. Alors que le toucher disparaît, l’ouïe s’irrite des cries qui résonnent dans l’air.
    Elle court. Court et court encore. Tandis que ses pas martèlent comme le harcèlement de la faucheuse. Poursuivit par un ennemi invisible. Incompréhensible allure. Frénétique. Elle court sans retour, et sans but. Ses pieds brisent le hâle de brouillard qui se forme sur le sol. Dans son sillage de la fumé provenant d’un brasier invisible. Comme si l’âme s’envolait, évanescente. Le temps s’étire et s’allonge. Se joue de l’angoisse, et l’alimente. Dans un jeu macabre, on la regarde et on s’en délecte.

    Tombant dans sa torpeur, Philomène se retrouva entre les feuilles à l’odeur de cendres humides et se mit à crier. Appelle d’angoisse et de folie, il se confondit avec le hurlement de la forêt, dans une cacophonie mortelle. Vidant son âme du reste de raison qu’elle contenait. Il se fit écho sur les arbres alentours. Le Diable même aurait put l’entendre. Sans s’arrêter, sans comprendre. Le crie se fit perçant, aigüe. Pourfendant l’air de désarroi et de colère. Perdant le fil de la vie et du sens, tout ce qu’elle savait c’était qu’elle devait crier. Encore et toujours. Comme pour éloigner les monstres, attirer la mort. La douce folie enragée s’approcha lentement à pas feutrés. S’abattant sur le corps de l’enfant, elle ne fit plus qu’un avec elle. Ce n’était plus que le son de la colère qui se faisait entendre. Le râle de la solitude s’était tût de plaisir, et le monde sombra dans la démence.

    Soudain un appelle sourd se glissa dans ses oreilles. Un mot indescriptible, couvert par le son de sa voix. Le mot revenait encore et encore. Persistait, se rapprochait. Mais une force en elle, la faisait crier encore à la mort, à l’oublie, à la rage. L’immense main de la folie la tenait, l’emportait. Des milliers d’yeux dirigés vers elle. D’un tourbillon sans fin, qui ne voulait pas la laisser s’échapper. Tournant, tournant encore. Manège de la démence, jamais tu n’en sortiras.

    « Cléophée ! »


    Ce mot transperça son crie, qui continua de rugir de plus belle. Non raison, tu ne m’attraperas pas. Se débattant de l’étreinte inconnue qui venait de l’attraper, elle hurla, se débattit. Serait-ce la mort qui arrive ? Douce folie enragée emmène moi. Garde moi. Frappant l’air de ses membres, elle cherchait à combattre un ennemi invisible. Elle ne voyait pas ce qui cherchait à la retirer de ce monde étrange. Démon du rationnel. De brefs flashes traversèrent ses paupières fermés, tandis qu’elle se débattait pour ne pas les ouvrir.
    C’est alors que deux mains agrippèrent son visage et l’obligèrent à desserrer les yeux. Dans un dernier crie de démence, elle aperçut le visage effrayé de sa mère. Son regard trahissait la peur et l’incompréhension de la vision de sa fille dans un tel état. La baguette pointée vers l’image de la folie. C’était le retour à la réalité.

    Au bord d’une rue, l’enfant aux cheveux de charbon regardait à travers ses yeux de miroir la forêt. Rien. Le vide. Elle ne désirait rien, elle ne voyait rien. Même les voix alentours n’avaient pas sut venir à bout de son aveuglement et surdité soudains. Impassible dans son silence de mort. C’est alors que quelque chose se posa sur sa tête. Froideur se voulant douce mais qui ne faisait que s’additionner à celle du vide en elle. Madame Duquesne venait de poser sa main sur sa fille, dans l’espoir de trouver un équilibre certain. Néanmoins l’espoir n’a pas sa place en cet instant.

    « Philomène, est-ce que ça va ? »

    Sa voix cachait mal l’anxiété qui la dévorait. Mais la petite ne répondit pas. Comme si un mal avait atteint son âme pour y consommer une partie de son humanité. Elle ne parlait pas, ne bougeait pas. Son regard vide se posait sur l’obscurité hantée. Pourtant elle était parvenue saine et sauve. Rien de bien grave pour la plus grande partie de la famille. Tout le monde se perd une fois dans sa vie. Cependant, cette brèche ouverte par le noir, n’avait fait que permettre à l’angoisse de pénétrer en son cœur. S’engouffrant d’une malignité malsaine, elle s’était épanchée dans tout son être avant de s’ancrer dans les racines carbonisées de l’âme.

    « Tout va bien, n’ait plus peur nous somme là. Plus jamais tu ne te perdras dans une forêt. Promit mon cœur. »


    Avait-elle dit, comme si c’était une évidence. Celle de savoir qu’il n’y avait plus rien à craindre. Mais la crainte ne venait plus de l’endroit, mais de son fort intérieur.



r é a l i t é ;
    Avatar; Irina Lazareanu
    Est-ce un personnage prédéfini ?; Non
    Pseudo; Thémis
    Prénom; Mélanie
    Âge; 18 ans
    Comment avez vous découvert le forum ? Via un Top 50
    Comment le trouvez vous ? J’aime beaucoup le contexte remanié de Harry Potter, l’idée de pêché, cela donne une nouvelle dimension au monde déjà complexe et fantastique. Le design est magnifique, c’est aussi ça qui m’a attiré sur ce forum qui a ma foi beaucoup d’avenir !
    Code; Ok. By No'



Dernière édition par Philomène Duquesne le Lun 1 Juin - 21:36, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/nice-to-meet-you-or-not-f4/duquesne-philomene-behind-eyes-made-of-glass-uc-t2239.htm
Philomène C. Duquesne

G r y f f i n d o r

avatar

Nombre de messages : 9
VIP : 0
© Avatar : Elegy
Date d'inscription : 31/05/2009
Age : 24
Nationalité : Britannique
Pêché Capital : Qui apaise la colère éteint un feu ; qui attise la colère, sera le premier à périr dans les flammes.
Hazrat Ali


More of me.
Patronus: Une forêt, étrange ? Pas tant que ça...
Orientation: Indéfini
Citations:

MessageSujet: Re: DUQUESNE Philomène | Behind eyes made of glass [done]   Dim 31 Mai - 0:56

Nouvelle ère.



    Les murs sombres du château sortaient doucement de leur toile de brume, tandis que les barques approchaient de l’école. Se dévoilant petit à petit aux yeux des amateurs, elle leur faisait des promesses dans une brise. Image magnifique de la prospérité de Poudlard : les lumières des fenêtres scintillaient en réponse aux étoiles du ciel. Défiant les beautés des astres. Tel un tableau de maître, dont les couleurs montraient une énigme à déchiffrer, elle incitait à comprendre et à rechercher. Philomène regarda avec enthousiasme cette nouvelle page de son histoire. Après son incident dans la forêt, sa colère s’était petit à petit estompée. Cela faisait déjà plus de six ans. La folie parfois passagère s’éloignait, laissant place à une vie normale d’adolescente. Le temps avait sut user son caractère impulsif, qui au fur et à mesure s’était transformé en passivité. Malgré ses yeux qui gardaient souvent cette trace de défi. En particulier après avoir reçut sa baguette magique. Un sentiment d’authenticité, de force et de confiance s’était imposé. Un vent d’inspiration. Comme une évidence à sa démence passée, elle avait reprit le contrôle de son esprit, et se sentait l’utiliser. Canaliser sa colère pour en user à ses fins. Autoritaire et déterminée.

    « Salut. »

    Dit-alors une voix derrière elle. Le son aigu laissa deviner qu’il s’agissait d’une demoiselle. Elle avait un timbre empreint de curiosité mais d’une intelligence certaine. Peu habituée qu’on vienne lui parler ainsi, Philomène se retourna pour voir son interlocutrice qui lui sourit en retour. En général c’était plutôt elle qui allait vers les gens. Quand elle les trouvait digne d’intérêt, ou avec une profondeur particulière qu’elle se sentait l’obligeance d’en découvrir plus. D’une fascination pour les replis de l’âme, elle en avait fait une spécialité. Un regard suffisait souvent pour comprendre les intentions de l’autre. C’était une manière assez chevaleresque d’aller au devant des choses, et parfois de l’utiliser en sa faveur. Mais elle venait désormais de trouver plus curieuse qu’elle. Elle souleva un sourcil, tout en décryptant la jeune fille de la tête aux pieds.

    « Je m’appelle Zia Becker. En te voyant je me suis dit que tu devais être marrante comme fille. Et comme chez moi je bois beaucoup de thé, je ne dois pas être tombé bien loin. Je me trompe ? »

    Pour toute réponse, Philomène sourit tout d’abord. Des phrases énigmatiques seulement comprise par celle qui les dit, non-sens et humour. C’était exactement ce que Cléophée adorait. On pouvait se demander si le lien avec le thé était la divination, mais une chose était sûre. Une petite blonde venait de lui parler et en seulement deux répliques, elle savait déjà qu’elles s’entendraient à merveille. Il arrive des fois de ces certitudes qui vous tombent dessus sans qu’on le comprenne. Reflets ou compléments, on décelait souvent rapidement les personnes avec qui on aurait des relations spéciales. Un seul regard suffisait. En particulier ces deux-là, elles avaient comprit qu’elles étaient à la fois identiques et complémentaires.

    « J’espère que tu n’as pas peur du noir, ni des araignées. Moi c’est Philomène Duquesne. »


    Une pointe de malice traversa ses yeux, alors que Zia tendit la main.

    « Philomène, pas mal. Tes parents ont bien choisit : concis et direct. J’aurais pas fait mieux ! Tient, j'ai envie de t’appeler Nini. Peur ? La blague…»

    Dans un commun accord, Cléophée prit la main tendu et la serra. Sans même avoir prononcée un seul mot, elles s’étaient comprises. Indescriptible attachement, dans la complicité d’un regard. En un geste, comme un pacte au Diable elles s’étaient lancées pour sept ans d’amitié. Des actes valent mieux que des paroles. Et bientôt on les nommerait « le duo de pique. »




    « Bon t’y vas ? »

    Demanda tout doucement la voix cristalline d’une petite demoiselle à son camarade. Trahissant sa peur, elle ne pouvait se détourner de lui. Le regard du garçon auparavant fier se baladait entre les yeux de la jeune fille à la silhouette au loin de Philomène. Celle-ci se découpait de manière singulière au rougeoiement des flammes de la cheminée, qui offrait une vision sombre au moment. Dans un chuchotement léger, on la disait effrayante, étrange ou curieuse. Beaucoup d’adjectifs pour une figure impossible à capturer. Indéfinie. Durant les quelques années passées à Poudlard, la réputation de Philomène n’avait fait que la précéder. Tout le monde savait qu’elle pouvait aider à faire n’importe quoi et que son tempérament n’était plus à démontrer. Encore fallait-il oser lui demander. Les mots du défi débile résonnèrent dans sa tête, comme un rappel menaçant. Respirant profondément, il ferma les yeux l’espace de quelques instants. Cherchant la force imaginaire pour surmonter cela, il finit par se diriger vers la jeune femme.

    « S’il … vous plaît… »

    Commença t-il dans une voix trop faible pour qu’on puisse l’entendre. A moins que Philomène ne voyait pas la nécessité de répondre à cet appel trop nonchalant à son goût. Passant un doigt dans ses cheveux, elle continua sa conversation sans se soucier plus. Ce manque de respect de la jeune femme finit par énerver l’adolescent qui ne savait guère comment réagir fasse à une personne pareil. Avec un certain recul, certains pourrait voir ici une manière cruelle d’énerver les gens, afin de voir leur réel caractère. La timidité n’était qu’un masque cachant souvent beaucoup plus en dessous et c’était là le seul moyen qu’elle avait trouver pour les sortir de leur rôle. Il est vrai qu’elle utilisait son âge pour arriver à ses fins, mais si quelqu’un l’abordait c’est qu’il y avait sûrement une raison. Pas forcément malfaisante, mais plutôt joueuse.

    « Tu vas m’écouter bon sang ! »

    Finit par s’exclamer le jeune garçon. Se repentant de son éclat soudain, il en devenait rouge. Partagé entre la honte et la colère, il ne savait comme réagir. Cela eut le don de faire apparaître un sourire sur les lèvres de Philomène qui le regarda finalement. Entre victoire et délectation. Le toisant de haut en bas, elle devina bien trop rapidement ses desseins. Elle l’avait d’ailleurs remarqué depuis un petit bout de temps. Ses yeux le fixèrent de ce regard si particulier qu’elle savait arborer. Dédaigneux de l’extérieur, mais ravi de l’intérieur.

    « Que veux-tu ? »

    Le garçon se mordit la lèvre inférieure, ne sachant que répondre. Il essaya tant bien que mal de soutenir le regard sombre de Philomène mais finit par détourner ses yeux. Maintenant qu’il était là, savoir s’il allait venir au bout de ce pari enfantin faisait plus part de l’irréel. Tandis que la jeune femme, patientait, tout en sachant parfaitement où elle allait le mener, il ouvrit la bouche mais aucun mot ne sortit.

    « Je ne suis pas là comme mesure courage. Si tu as besoin d’aide, je pourrais peut-être t’aider. Mais inutile de me faire perdre mon temps. »

    Elle avait dit cela d’une traite, sans même ciller de l’œil. On ne s’amuse pas avec Philomène, elle voulait bien être gentille, mais toute chose avait ses limites. Par chance le jeune garçon n’avait pas sut véritablement lui tenir tête. Depuis plusieurs années, sa colère n’avait encore jamais frappée. Comme la dernière morsure du prédateur, elle continua de le fixer alors qu’il se retournait.


    Chaos.



    Le mythique train rouge menant à l’école venait de s’arrêter dans la gare de l’école. Marquant le début de sa sixième année à Poudlard. Alors qu’elle venait à peine de poser le pied sur le bitume du quai, Philomène pouvait déjà sentir que quelque chose était différent. Une once d’étrangeté, d’où manquait la familiarité si probante du lieu auparavant. Alors que la brume se levait sur les lieux, englobant les élèves dans une inconfortable atmosphère blanchâtre de mort. La jeune femme regarda au loin, et ses yeux tombèrent sur les rangés d’arbres près du château. Un frison lui parcouru l’échine, tandis qu’elle s’immobilisa sur place, incapable de bouger d’avantage. Le souffle vint à lui manquer, tandis qu’elle ferma les yeux afin de se calmer. Pas une crise. Pas une crise. Souhait illusoire ou espoir fou, elle réussit tout de même à respirer plus lentement. C’est alors qu’elle sentit quelque chose la bousculer, la sortant de son songe.

    « Oh… excuse… moi. »


    Dit alors l’élève en voyant le visage de Philomène s’assombrir. Cela faisait pourtant si longtemps qu’elle ne s’était pas énervée. Mais fragile, sa douce folie enragée revenait tout doucement. Gagnant des parties de l’esprit, elle se faufila dans des recoins cachés d’où elle sortirait à un moment improbable. Le cliquetis des bagages que l’on porte rythmait l’entrée délicate de la colère.

    « Tu ne peux pas faire attention ? »

    Finit-elle par crier bien malgré elle. Le mal commençait déjà à la ronger petit à petit. Enervée, elle prit néanmoins sa valise et s’éloigna vers ses amis en direction du château. Auparavant, les arbres qui bordaient la route l’angoissait que peu, Philomène ne craignait que peu de chose, mais si elle avait bien une crainte c’était celle des forêts. Et jamais elle ne s’était autant souvenue de cette nuit là, où le monde avait changé de teinte. Ces instants où le râle de la solitude berçait les hurlements de la forêt, et se confondait avec les cries de son esprit.


Dernière édition par Philomène Duquesne le Dim 31 Mai - 23:53, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/nice-to-meet-you-or-not-f4/duquesne-philomene-behind-eyes-made-of-glass-uc-t2239.htm
Noam S. Dickson

Wizard moderator

avatar

Nombre de messages : 415
VIP : 2
Pseudonyme : Leïlan
© Avatar : Leïlan ©
Date d'inscription : 18/01/2009
Age : 25
Nationalité : Irlandais • Britannique
Pêché Capital : La colère
Groupe : Les lions & Les possédés
Musique : ♫ Shattered - O.A.R ♪

More of me.
Patronus: Un petit dragon
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: DUQUESNE Philomène | Behind eyes made of glass [done]   Dim 31 Mai - 1:06


    Bienvenue & merci de t'être inscrite!
    Bon courage pour l'écriture de ta fiche, si tu as des questions n'hésites pas =)

    [le code est bon Wink]

_________________

« Mes blessures
me rassurent,
Je suis humain par
delà les ratures»

-Psykup-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/noam-s-dickson-ended-ok-t1584.htm
Philomène C. Duquesne

G r y f f i n d o r

avatar

Nombre de messages : 9
VIP : 0
© Avatar : Elegy
Date d'inscription : 31/05/2009
Age : 24
Nationalité : Britannique
Pêché Capital : Qui apaise la colère éteint un feu ; qui attise la colère, sera le premier à périr dans les flammes.
Hazrat Ali


More of me.
Patronus: Une forêt, étrange ? Pas tant que ça...
Orientation: Indéfini
Citations:

MessageSujet: Re: DUQUESNE Philomène | Behind eyes made of glass [done]   Lun 1 Juin - 0:00

Merci ! Puis je pense avoir finit ma fiche. Bon je suis un peu déçue du résultat. Surtout pour la deuxième partie, petit manque d'inspiration. Mais normalement tout est bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/nice-to-meet-you-or-not-f4/duquesne-philomene-behind-eyes-made-of-glass-uc-t2239.htm
Noam S. Dickson

Wizard moderator

avatar

Nombre de messages : 415
VIP : 2
Pseudonyme : Leïlan
© Avatar : Leïlan ©
Date d'inscription : 18/01/2009
Age : 25
Nationalité : Irlandais • Britannique
Pêché Capital : La colère
Groupe : Les lions & Les possédés
Musique : ♫ Shattered - O.A.R ♪

More of me.
Patronus: Un petit dragon
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: DUQUESNE Philomène | Behind eyes made of glass [done]   Mar 2 Juin - 19:36


    Excuse-moi pour le retard. Tout me semble bon également.
    Il ne reste plus qu'à attendre le passage du choixpeau afin d'avoir son verdict.

_________________

« Mes blessures
me rassurent,
Je suis humain par
delà les ratures»

-Psykup-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/noam-s-dickson-ended-ok-t1584.htm
Cassian Dale

G r y f f i n d o r ' s . Prefect

avatar

Nombre de messages : 2176
VIP : 28
© Avatar : Smirnoff*
Date d'inscription : 19/10/2008
Age : 26
Nationalité : Australienne
Pêché Capital : Luxure
Groupe : //

More of me.
Patronus: chouette des neiges.
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: DUQUESNE Philomène | Behind eyes made of glass [done]   Sam 13 Juin - 21:16

CHOIXPEAU A PASSER ...
[Désolé de tout ce retard ><]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/nice-to-meet-you-or-not-f4/dangerous-beauty-i-m-a-angel-i-don-t-think-so-t638.htm
Philomène C. Duquesne

G r y f f i n d o r

avatar

Nombre de messages : 9
VIP : 0
© Avatar : Elegy
Date d'inscription : 31/05/2009
Age : 24
Nationalité : Britannique
Pêché Capital : Qui apaise la colère éteint un feu ; qui attise la colère, sera le premier à périr dans les flammes.
Hazrat Ali


More of me.
Patronus: Une forêt, étrange ? Pas tant que ça...
Orientation: Indéfini
Citations:

MessageSujet: Re: DUQUESNE Philomène | Behind eyes made of glass [done]   Sam 13 Juin - 21:19

Non non pas grave xD Je suis en période d'exam aussi. Même si je commençais à trouver le temps un peu long. Mais je comprends =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/nice-to-meet-you-or-not-f4/duquesne-philomene-behind-eyes-made-of-glass-uc-t2239.htm
Choixpeau Magique

Le Choixpeau a toujours raison

avatar

Nombre de messages : 768
VIP : 13
Date d'inscription : 20/04/2008
Age : 106
Nationalité : Aucune
Pêché Capital : Le Savoir
Groupe : Objets Magiques

More of me.
Patronus:
Orientation: Hétéro
Citations:

MessageSujet: Re: DUQUESNE Philomène | Behind eyes made of glass [done]   Sam 13 Juin - 21:26

Autoritaire - Déterminée - Impulsive - colérique - mystérieuse

Gryffondor !


_________________
Cet avatar est la propriété exclusive de ce forum !
Merci de ne pas l'utiliser ailleurs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DUQUESNE Philomène | Behind eyes made of glass [done]   

Revenir en haut Aller en bas
 
DUQUESNE Philomène | Behind eyes made of glass [done]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Bleuz'aïe de Golbuth, Briz' glass!
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» The Impossible Made Possible. Fè san sòt lan wòch? Lamizè ayisyen
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» Myst eyes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts :: La Malédiction de Faust. :: The beginning. :: Nice to meet you... or not! :: Do what I say... You're my slave. :: G r y f f i n d o r-
Sauter vers: