Hogwarts :: La Malédiction de Faust.
FERMETURE DU FORUM !

Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé, et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

FERMETURE DU FORUM !
Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici
et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé,
et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis

Partagez | 
 

 qui sème l'amour récolte son manque {Marco.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elixir Vigdis

Wizard moderator

avatar

Nombre de messages : 276
VIP : 1
Pseudonyme : Co'(coon)
© Avatar : MA
Date d'inscription : 29/11/2008
Age : 24
Nationalité : Italienne; mais étant Gitane, rien n'est sûr.
Pêché Capital : L'Orgueil.
Groupe : Les Maraudeurs.
Musique : KISS • I was made for lovin'you

More of me.
Patronus: Duc Darci; mon Fennec adoré x3
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: qui sème l'amour récolte son manque {Marco.   Sam 28 Fév - 3:16

« Il y a deux sortes d'amour :
l'amour insatisfait, qui vous rend odieux,
et l'amour satisfait, qui vous rend idiot. »


    Comme un creux plus que profond, un gouffre approchant du néant, un noir complet, un manque insupportable, une affreuse sensation de non vie, un goût amer au bord des lèvres. Comme une vie sans goût, un être sans âme ou sans cœur, une vie sans piment, des instants interminables, long et sans goût, maussade et insupportable.
    C’est ce qu’elle ressentait, ce qui lui parcourait le corps depuis un certain temps, un temps trop long, qu’elle ne supportait plus, qui la happait à chaque instant, qui la mordait, la fusillait, l’arrachait à sa lucidité. Cela faisait combien de temps qu’elle ne L’avait pas vue ? Elle en avait cure idée. Le temps passait tellement vite, mais elle le sentait pourtant lourd, ce temps, lourd et insurmontable. Un abîme dans le cœur, un précipice. Qu’est ce qui pouvait bien provoquer toute cette noirceur ? Ce manque qui semble si insignifiant, cette horrible sensation, désagréable, cette émotion qui la tuait à petit feu, chaque instant, minute, second, moment. Gorge constamment sèche, un goût poisseux. Tout cela n’était pas ses états, mais de simples illusions. Voici ce que provoque l’amour amoureux. Le manque destructeur, infâme.

    « Qui sème l’amour récolte son manque. » Cette citation lui allait à ravir, elle représentait exactement ce qu’elle ressentait à cette instant. Un mal au-delà de celui qu’on remarque, qui fait parler soi, son Ange. A ces moments, elle-même n’arrivait pas à se supporter. Pour noyer ce manque, elle aimait à se plonger dans la douceur du matin, en se levant tôt par exemple. Ou bien celle du soir, promenade interminable avec son animal de compagnie, duc Darci. Un joli fennec qui aimait à gambader avec fierté devant sa maitresse, dressant joliment ses oreilles. Il riait souvent à le regarder faire de cette façon, elle le trouvait tellement... Mignon. Il était bien le seul, dernièrement, à savoir encore la faire rire. De toute façon, c’était son compagnon depuis toujours, forcément. Mais cela dit, il ne lui donnait que l’illusion d’aller bien.
    Mais ce soir là, elle n’avait aucune envie de marcher en sa compagnie, d’humeur sombre, elle l’avait laissée dans sa chambre. Elle voulait être seule, seule dans son tumulte. De toute façon il dormait, et elle ne voulait pas le réveiller. Si seulement elle était capable de dormir de cette manière. Depuis un deux jours, elle enchainait les nuits blanches, à songer à tout et à rien, principalement à la source de son malaise. Évidemment. Pourtant, habituellement, malgré ses ennuis et ses malaises, elle dormait, des nuits sans rêves, certes, mais dormait. Sauf que maintenant, apparemment... Cela changeait. Et elle ne supportait pas cette idée. Pour lui, vraiment, plusieurs choses changeaient. Et son orgueil en était touché. Et son cœur, surtout, essentiellement.

    Avant de se faufiler hors de l’école, elle se rendit à la Volière, d’où elle envoya un message rapidement. Elle écrivit son mot rapidement, d’une main presque tremblante, et se faufila vers la sortie. A pas feutrés, elle se rendit au parc d’abord. Elle ne savait pas pourquoi, mais de toute façon, elle avait du temps devant elle. Et puis elle voulait profiter des quelques instants de solitude, de calme et de plénitude dont elle avait droit pour le moment. Elle soupira, levant les yeux vers le ciel noire. Sombre, orné seulement par quelques étoiles et une lune presque pleine. Allait-il pleuvoir ce soir ? Enfin, cette nuit ? Elle voulait bien. Elle aimait le temps pluvieux, surtout dansé sous la pluie. Elle l’avait déjà testée plus jeune, avec son ami de toujours, Vedel. Curieux qu’elle pense à lui maintenant, ce petit garnement qui la suivait partout, et qui était aussi puceau qu’elle était tête brulée. Cela ne l’étonne pas qu’ils soient si proches, un vrai frère, le seul sur qui elle a pu compter. Enfin, l’un de seuls. Elle avait tellement d’amis, et savait en qui elle pouvait avoir confiance et en qui elle ne pouvait pas avoir confiance. Elle connaissait très bien cette différence, parce que sa mère le lui avait répété. Mais au final, plein était important pour elle.

    Mais essentiellement un. Il y a un mois, elle se serait tuée rien qu’à l’idée de le penser. Cette idée la faisait frissonner, l’idée qu’elle était attachée à lui, qu’elle lui vouait cette sensation, ce sentiment qu’elle ne voulait pas s’avouer. Se plonger dans son abysse, se serrer contre lui, l’effleurer du bout des lèvres, fermer les yeux et être simplement avec lui ,le sentir la, se savoir proche de lui, entourée de cette volupté, elle n’avait que lui au fond d’elle-même, elle se tuait depuis une semaine à penser le contraire. Perdue, elle était partie lâchement la dernière fois qu’elle l’avait vue. Et déjà, rien que 7 malheureux jours, il lui manquait. Enfin, son manque avait commencé depuis déjà 5 jours. Mais, en vain, elle essaya à plusieurs reprises de ne pas penser à lui. Sauf que tout l’y rapportait. Elle en souffrait chaque instant, à vouloir se poignarder à plusieurs reprises. Mais au final, elle céda, elle lui avait envoyée ce message. Elle ne se serait pas crue si courageuse. Mais que pouvait-on faire contre ce sentiment? Celui qui la faisait presque pleurer ? Que pouvait-elle y faire ? Rien. Elle se sentait si impuissante, si faible !

    Elle était vraiment…Sadique, lorsqu’elle décidait de s’y mettre. Mais sa peur, sa crainte de ce nouveau monde, avec ce nouveau regard, l’empêchait de mieux vivre. Ses pas, fluides et gracieux, la dirigèrent vers l’endroit de son rendez-vous. Elle avait combien de temps ? 20 minutes d’avances. Hm, en plus il faisait froid. Bah, sans sa cape il était normal. Elle s’était vêtue d’un simple short qui laissait découvrir ses jolies jambes et d’un pull noir légèrement trop grand. Elle shoota dans un caillou, sortit une cigarette de son paquet de clope et puis son briquet. Dernièrement elle avait la fâcheuse de fumer un peu trop. Ca devait être l’influence de Lima ça, lui qui avait toujours une clope au bec, elle avait pris son habitude. Et le reste-hormis Vedel-avait la même tendance.
    Elle remit le tout dans sa poche, et tira une bouffée. Aller hop, t’as rien à glander, fume et attend que les choses viennent naturellement à elles. Que les choses se remettent en place spontanément.


_________________

    (c) credits vava bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/elixir-un-doux-parfum-qui-envoute-t1107.htm
Marco Fadigatti

H u f f l e p u f f

avatar

Nombre de messages : 570
VIP : 1
Date d'inscription : 10/11/2008
Age : 26
Nationalité : Anglaise
Pêché Capital : La luxure
Groupe : Confrérie
Musique : Interpol - Slow Hands

More of me.
Patronus: Tigre
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: qui sème l'amour récolte son manque {Marco.   Sam 28 Fév - 14:35




    Assis dans un coin de la salle commune, Marco s’était installé à une table, face à l’une des fenêtres, il avait pris d soin de retirer toutes les autres chaises. Le message était clair, il voulait être seul. Il n’était d’humeur à rien d’autre que de rester seul et de travailler. Il est vrai que le voir travailler à une heure pareil, en tant normal, il aurait pu être près de la cheminée avec d’autres à parler de tout et de rien ou bien à trainer quelque parts afin de préparer un coup que seul ses amis de la confrérie savaient. Mais non, il était juste la assis, ou plutôt avachis sur sa chaise, gribouillant des notes sur son parchemin. Se passant une fois de plus une main dans ses cheveux en bataille. Il tenta d’écrire une phrase de plus avant de la raturer…

    Non, il n’y arriverait pas, tant que son esprit serait occupé par ce problème. Oui un problème, un gros problème. Un problème qu’il ne pouvait pas à expliquer à Soraya ou Noah, aucun des deux ne comprendrait, Noah se mettrait sans doute à rire sans limites et Soraya lui lancerait l’un de ses regards ou elle fronçait les sourcils qui voulaient clairement dire « Ta déficience mentale est elle temporaire ou irréversible. » Et le pire, c’est qu’ils les comprenaient en partie, lui-même n’avait pas d’explications à tout cela, il était juste frustré de voir qu’après leur rencontre dans la foret, non seulement, c’était elle qui l’avait abandonné dans sa détresse mais qu’en plus, elle l’avait laissé sans nouvelles. Non seulement son égo en avait pris en plus mais aussi sa confiance, il s’était ouvert à elle et elle s’était jouait de lui… Oui c’était l’hôpital qui se foutait de la charité, combien de fois des jeunes femmes s’étaient jetées dans ses bras avec de grands espoirs alors qu’il savait que cela n’était qu’un petit divertissement. Pourtant la ce n’était pas un jeu, ils s’étaient parlé, regardé, touché, tout lui avait paru si réelle. Et le pire dans tout ça c’est qu’il lui avait obéit ! Elle lui avait dit d’attendre un signe de sa part, il l’avait fait, un jour, deux jours… L’humilité et l’obéissance à celle qui tiraille votre cœur n’est pas une preuve sincère d’attachement ? Bien sur que ci ! Et c’était même la plus belle qu’il n’avait jamais donné ! Mais pour quoi en échange ? Le silence, l’ignorance. Il s’était même surpris une fois à lancé un regard fuguasse à la table des rouges et or pour voir s’il l’apercevait. Oui, il s’était énervé lui-même et il n’avait même pas pu cacher son empressement à chaque fois qu’un hibou lui apportait son courrier. Mais après plusieurs jours, l’excitation avait quitté ses yeux et un voile morne masquait tout à présent. Il n’attendait plus, il n’espérait plus, il fallait se faire une raison.

    A cette idée, sa main se resserra un peu plus sur sa plume jusqu'à trembler, s’apercevant que plusieurs taches venaient de s’éparpiller sur son chemin, le tirant de ses pensées moroses, dans quel état se mettait-il pour elle. Comment à chaque fois que l’incompréhension le gagnait, la colère prenait possession de lui. Se levant brusquement en lâchant sa plume, il fixa quelques instant son parchemin avant de lancer un regard de coté eux derniers occupants de la salle commune qui manifestement ne comprenait pas ce qui arrivait à Marco Fadigatti. . Il fallait se ressaisir, cela n’était pas digne de lui. Récupérant finalement il lança, un « bonsoir les jeunes. » avant de se rendre dans les dortoirs, dormir, lui ferait des biens, les potions que Soraya lui avaient préparé pour l’aider à dormir l’aidait grandement. Il allait en boire une gorgée quand un gros « bong !!!!! »se fit entendre. Se retournant vers le petit orifice qui servait de vitre, il alla l’ouvrir pour récupérer le petit hibou sonné. Alors qu’il récupérait le parchemin, il ne put s’empêcher de soupirer, il n’était d’humeur à aucun jeu même coquin.
    Pourtant en lisant le parchemin, il resta interdit, il ne l’attendait plus cette lettre. Juste quelques mots qui tenaient sur trois lignes. Il devait venir maintenant ? Il hésita quelques secondes, elle l’avait laissé mariner une semaine ! Elle croyait que quoi ? Qu’il était son cleps et qu’elle pouvait faire ce qu’elle voulait, il froissa sous la colère le parchemin avant de se laisser tomber sur son lit. Pourquoi devrait-il y aller hein ? Elle l’avait bien laissé tomber alors qu’il s’était forcé à avouer des choses qui lui avaient couté des masses ! Non, il ne bougerait pas… C’était décidé, pourtant la seconde d’après, il filait déjà.
    Il faisait nuit et froid dehors pourtant cela ne semblait pas le déranger. Habillé d’une simple chemise et de son habituel pantalon d’étudiant, personne ne croisa route, bien normal, le chef de la confrérie avait plus d’un tour de son sac et surtout beaucoup de talents. Il n’était pas qu’un simple bellâtre arrogant. Dommage pour les mauvaises langues. Se dirigeant vers le lieu qui causerait sans aucun doute sa perte, il fut aussi discret qu’une ombre. Sortant à l’extérieur, il longea le château pour se rendre aux serres ou la porte avait été laissé entrouverte et pénétra dans l’air surchargé d’humidité de la serre. Deviner ou elle se trouvait n’était pas vraiment un défi à relever, il suffisait de suivre la fumée et son odeur désagréable. Heureusement que la lumière de la lune pénétrait même à travers la serre car se déplacer dans cet endroit se serait révélé compliqué.

    Elle semblait trop préoccupée pour le voir arriver à moins qu’elle ne s’attende pas à ce qu’il vienne peut être ? Quoi qu’il en soit son visage resta fermé pour l’instant, avançant calmement derrière elle, alors qu’elle lâchait une fois de plus une bouffée de fumée, Marco posa les mains sur la taille de la jeune femme, doucement pour ne pas non plus l’effrayer. Oui il s’était dit qu’il resterait à distance en croisant les bras sur sa poitrine comme à son habitude mais apparemment en sa compagnie, il n’arrivait pas à se contenter des protocoles habituels.


    « Nous en restons donc la ? » murmura t il en reprenant les dernières paroles qu’elle lui avait dites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elixir Vigdis

Wizard moderator

avatar

Nombre de messages : 276
VIP : 1
Pseudonyme : Co'(coon)
© Avatar : MA
Date d'inscription : 29/11/2008
Age : 24
Nationalité : Italienne; mais étant Gitane, rien n'est sûr.
Pêché Capital : L'Orgueil.
Groupe : Les Maraudeurs.
Musique : KISS • I was made for lovin'you

More of me.
Patronus: Duc Darci; mon Fennec adoré x3
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: qui sème l'amour récolte son manque {Marco.   Lun 2 Mar - 1:20

« L'amour meurtrier. L'amour infâme. L'amour funeste. Amour. Amour.
Unique vie en ce monde.
»

    Il allait venir. Elle le savait, et elle ne pouvait pas se permettre d’en douter. Elle ne voulait pas, elle avait confiance en elle, en lui, en eux. De toute manière, s’il ne venait pas. Non, elle ne voulait surtout pas y penser. Trop douloureux peut-être ? Qui sait ? Elle ne voulait même pas y penser, cette idée qui effleurait son esprit la tuait. Elle soupira et leva les yeux vers la lune qui, de son regard perçant, réussissait à faire lumière à travers l’emballage blanc de la serre. Cette même lune lui ressemblait en fait… Elle pouvait être elle, elle qui semblait fuir le soleil, ne prenant ses droits que la nuit tombée. Elle qui faisait son ombre, alors que lui cherche à être son soleil. C’était vraiment intenable, elle soupira, tirant une autre bouffée de sa clope. Elle regarda un instant le bout de sa cigarette qui s’écumait doucement. Elle qui ne fumait pas, décidément, les choses changeaient réellement. Heureusement, dans les serres, il ne faisait pas très froid. Mais il n’y avait pas une chaleur excessive non plus. Que faisait-elle bordel ? Il était vraiment lent. Elle détourna donc son regard de sa cigarette pour le porter vers la porte d’entrée. Faisant une moue boudeuse, elle se dit qu’en comptant jusque dix, cette porte s’ouvrira et ce sera lui. 1…2…3…4...5. Oh et puis merde. Non, décidément, elle ne tenait pas à jouer à ce jeu stupide pour lui. Il allait vraiment avoir à faire à elle. Elle soupira, une seconde fois et puis, au lieu de continuer à compter et espérer, elle préféra marcher à travers les allés qui offraient une jolie vue de verdure. Les fleurs n’avaient jamais été son fort, et elle ne se sentait pas plus que ça proche de la nature. Mais enfin, celle-ci offrait souvent une très jolie vue, et surtout, elle regorgeait de mystère. Mystère qu’elle semblait cultiver, tout comme Elixir, parfois. Même souvent peut-être.

    Elle soupira, s’arrêtant devant une fleur un semblant particulier. Elle resta devant à l’observer un certain temps, tirant ses bouffée de cigarette. Absorbée par sa trouvaille et par la fumer de sa cigarette apparemment, elle ne se rendit pas compte de la présence qui était en train d’approcher par derrière. Oui, lorsqu’elle était enfoncée dans ses réflexions, elle ne faisait que très peu attention à son entourage, aux approches. Il faut avouer que dernièrement, elle avait souvent la tête dans les nuages, ou dans la lune, comme vous voulez ! Dans tout les cas, elle n’avait en aucun cas les pieds sur terre. Même en se concentrant sur ses études, elle n’avait pas pu fuir ses pensées, son images, ses dernières paroles à son égard. Il avait été sincère avec elle, et elle n’avait rien dit, elle avait juste supportée, et avait finie par fuir, oui, elle l’avait fuit, elle ne savait pas pourquoi, mais cela devenait trop compliqué pour elle. Pauvre d’elle-même. Non, elle le méritait, toute cette souffrance qu’elle lui avait affligée, elle méritait qu’il soit froid envers elle, et si ce soir, il l’était, elle comprendrait... Bien qu’elle en souffrait à son tour. Et cette idée lui faisait mal.

    Mais la réalité la rattrapa lorsqu’elle sentie des mains au niveau de sa taille. Elle eut un léger sursaut, mais le sentiment d’effroi n’atteint pas son cœur, et ne lui glaça pas le sang, elle savait qui était cette personne. Un sourire se peignit sur son visage. Et son cœur s’allégea d’un coup. Ouf, il était venu. Lorsqu’il parla, sa voix lui donna des frissons. La jeune brune ferma les yeux un instant, histoire de s’imprégner de sa voix, de ses bras, de son être. Mais elle revint la encore bien vite à la réalité. Elle tira une derrière bouffée de sa clope avant de la jeter, elle recracha sa fumée, déposant légèrement ses main sur celles de Marco, elle se tourna vers lui, son regard brillant, presque pétillant. Elle le regarda un instant, se mordilla la lèvre, serrant légèrement ses mains. Prenant une grande inspiration, elle lui répondit :

    « Non. Excuse-moi, excuse-moi pour la dernière fois. J’ai été... lâche… »

    Elle le fixa du regard un instant, yeux toujours brillant. Une boule s’était formée au fond de sa gorge, une boule qu’elle ravala rapidement, même si elle savait pertinemment qu’elle n’allait pas s’envoler si facilement, cette boule. Elle baissa les yeux à nouveau, ne sachant quoi ajouter. Elle voulait pleurer, elle était méprisable, mais ses yeux restèrent secs. Les larmes, elle ne connaissait pas, et elle n’avait jamais connue. Peut-être quant elle était gosse mais... Même à ce temps-là, on pouvait aisément dire d’elle qu’elle avait été précoce. Oui ce genre de gamine à ce battre à la moindre occasion contre n’importe qui, des garçons bien plus grand qu’elle. Mais la, elle s’écrasait telle une mouche, devant un garçon.. Un simple mec. Sauf qu’il n’était pas n’importe lequel, il était celui qui la faisait réellement chavirer, celui qui la mettait dans tous ses états. Celui qui faisait exalter et chavirer son cœur. Elle ne pouvait même pas le regarder dans les yeux, elle se sentait coupable, coupable d’avoir été si mesquine la dernière fois, d’avoir fuit, d’avoir évité l’inévitable. Maintenant elle s’en rendait bien compte. Elle était réellement méprisable, et pour la première fois de sa vie, sa raison se plia à son cœur, son orgueil se tue, ou bien l’a-t-elle fait taire ? Elle n’en savait rien ! En tout cas, elle se sentait plus libérer mais à la fois encore oppresser. Parce qu’il n’avait pas encore parlé ? Bien sûr qu’elle ne voulait pas qu’ils en restent la, elle le savait maintenant. Elle s’en rendait compte. Et tout s’éclairait soudainement devant elle. Dés qu’elle l’avait vue, dés qu’elle l’avait sentie, son cœur s’était comme calmé. Mais maintenant, face à lui, son cœur reprenait de ses palpitations, il battait la chamade, il battait qu’elle crut qu’il allait exploser. Et puis cette boule qui revenait instantanément, elle revenait faire surface, voulant, désirant se briser. Mais Elixir ne voulait pas s’y contraindre, elle ne l’avait jamais fait, et ne voulait pas le faire. Cela ne lui était jamais arrivé, et elle ne comptait pas la dessus !
    Il ne lui restait plus qu’à patienter, entre des sensations froides et chaudes à la fois.

_________________

    (c) credits vava bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/elixir-un-doux-parfum-qui-envoute-t1107.htm
Marco Fadigatti

H u f f l e p u f f

avatar

Nombre de messages : 570
VIP : 1
Date d'inscription : 10/11/2008
Age : 26
Nationalité : Anglaise
Pêché Capital : La luxure
Groupe : Confrérie
Musique : Interpol - Slow Hands

More of me.
Patronus: Tigre
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: qui sème l'amour récolte son manque {Marco.   Dim 15 Mar - 1:22

    Cette nuit la, Elixir semblait être devenue une autre femme. Calme, anxieuse et à en croire son cœur affolée. D’habitude, elle aurait pesté comme une charretière pour l’avoir surprise mais les choses avaient changés. Les masques étaient tombés, trop fatigués pour se cacher, trop fatigués pour protester. Marco fut quelque peu rassuré de voir qu’elle avait sans doute attendu elle aussi ce moment, il aurait cependant aimé qu’elle flanche avant, cela lui aurait épargné quelques jours de tortures. Une expression de stupeur se forma sur le visage du jeune homme quand elle s’excusa. Décidément ce soir c’était la nuit des changements, lui-même en tant normal lui aurait fait remarquer sa faiblesse mais ils avaient dépassé cela. A son tour, elle se montrait telle qu’elle était, devenue fragile par ce lien qu’il avait décrit la dernière fois avec tant de douleur sauf que cette fois ci, lui ne fuirait pas, il restera à ses cotés pour la soutenir. Cette douleur pouvait être transformée, il en était certain, il devait juste laisser le feu qui le rongeait dévaster le reste. Au diable les conséquences. Posant une main sous son menton, il la força à lever les yeux vers elle, il cherchait son regard, son attention, il voulait se noyer dans cette immensité obscur.

    « Il n’y a rien à pardonner, tu es la, avec moi, c’est l’essentiel. » murmura t il.

    Des mots difficiles à croire, ou du moins difficile à croire que Fadigatti puisse les prononcer, ce n’était pas leur de ses numéros de charmes remplis de compliments et de désirs ardents. Passant un bras autour de la jeune femme, il la serra contre lui, un geste simple mais qu’il n’avait pas arrêté d’imaginer depuis des jours. Posant son front contre le sien, il lâcha à son tour un soupir, c’était trop d’émotions d’un coup, lui qui était amusé de jouer avec celle des autres ne semblait pas capable pour une fois de contrôler les siennes. Il avait cependant une certaine constance à conserver. Il restait Fadigatti, le chef de la confrérie. Fermant les yeux un instant pour se calmer, il reprit la parole avec un peu de fermeté cette fois ci.


    « Eli… Oublions le passé et les obligations, il n’y a que nous ici. N’est ce pas ce que nous voulions ? »

    Chassant le vide qui les séparait encore, il n’eut qu’a baisser légèrement la tête pour que ses lèvres rencontre à nouveau les siennes. Sans peur, sans provocation, ce n’était pas un geste délibéré mais pensé cette fois ci. Il n’y avait plus de représailles à craindre ou même un rejet, il n’y a avait que sa volonté à se sentir encore plus proche d’elle.
    Instinctivement ses mains se perdirent dans les cheveux de la jeune, alors que le contrôle de ses sens et du battement de son cœur lui échappait à son tour. Pire qu’une réaction incontrôlée, Eli était l’ingrédient qui rendait Marco instable. Amusant de développer une addiction à son poison non ? L’Elixir de folie, l’Elixir de vie, les qualificatif ne manquait pas pour une jeune femme peu commune au nom peu commun, aux yeux de Marco pour lui faire perdre toute relativité, elle était sans aucun doute exceptionnelle. L’air lui manqua bientôt et il eut l’impression de sentir son sang brulé dans ses veines. Un poison aussi doux que celui la, était à déguster sans modération, voila la seule conclusion qui parvenait à se créer dans son esprit brouillé. Poussant doucement la jeune femme jusqu'à l’une des paroi de la serre, il se colla à elle, son visage contre le sien, ses lèvres incapables d’être contrôlées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elixir Vigdis

Wizard moderator

avatar

Nombre de messages : 276
VIP : 1
Pseudonyme : Co'(coon)
© Avatar : MA
Date d'inscription : 29/11/2008
Age : 24
Nationalité : Italienne; mais étant Gitane, rien n'est sûr.
Pêché Capital : L'Orgueil.
Groupe : Les Maraudeurs.
Musique : KISS • I was made for lovin'you

More of me.
Patronus: Duc Darci; mon Fennec adoré x3
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: qui sème l'amour récolte son manque {Marco.   Dim 22 Mar - 2:09

    La faiblesse. Sa faiblesse, aujourd’hui, face à lui, découverte, mise à nue. Sa sensibilité, sa fragilité malgré son caractère bien trempé. Elle qui pourtant paressait souvent si forte, infaillible ! Elle n’aurait jamais imaginée un jour pouvoir tomber amoureuse, ou seulement y songer en fait. Peut-être qu’étant plus jeune, avait-elle rêvée du prince charmant ? Non, non, pas du tout. Elle n’était pas ce genre de petite fille. Bien au contraire même. Elle riait au nez de ce genre de fille qui croyait trop en prince et princesse. Elle qui n’avait jamais supportée Cendrillon, d’une parce que ça ce termine bien, et de deux parce qu’elle est blonde. Et qu’elle tombe trop facilement amoureuse aussi. Les coups de foudres n’existent pas ! Pourtant ? N’avait-elle donc pas eu ça en le voyant ? Non pas vraiment non. Loin de là même. Mais à voir comment cela s’est terminé ! Plutôt bien ? En fait, le plus dur était fait, certes, mais à cet instant, avec lui, presque comme un avoue interdit, elle sentait son cœur tellement plus léger ! En fait, elle se sentait tellement plus légère !
    Et puis sa réponse ne fit que la rendre plus...Légère ? Même plus. Elle sentait happée par un petit nuage, entourée d’une épaisse couche blanche, dans un autre monde, monde parallèle à celui-là pourtant tellement différent. Rien n’avait plus d’importance autour d’elle, d’eux. Elle le sentait. Le sentir contre elle, sa chaleur, son odeur, son regard, ses yeux, tout son être le voulait. Cet instant était précieux, et elle comptait en profiter. Elle voulait, elle espérait, qu’il soit certainement le premier, mais certainement pas le dernier.
    Elle qui habituellement se jouait des autres, bien que maintenant, elle avait l’impression d’avoir un certain contrôle, elle savait que tout cela n’était plus un jeu. Que ce bonheur, ce temps précieux, était réel, palpable. Un sourire vint se dessiner sur ses fines lèvres. Un sourire naturel, spontané. Pour une fois qu’il n’était pas fait avec des arrière-pensées.
    Elle ne savait pas réellement ce que « obligations » voulait dire. Mais elle ne chercha pas à comprendre. Il avait raison. Ils n’étaient que deux, seulement eux, rien d’autre. Personne d’autre. Le calme, la tranquillité apaisante, cet endroit était vraiment lénitif.
    Lorsque ses lèvres se joignirent aux siennes, elle ferma les yeux, se laissant entrainer. Elle frissonna, le contact de son corps contre le sien, sensation indéniablement forte. Marco venait certainement de franchir un seuil qu’elle n’aurait jamais imaginée être franchissable un jour.
    Si elle était exceptionnelle à ses yeux, qu’était-il donc à ses yeux à elle ? Sans contester une personne hautement placée. Il avait su gagner tout d’elle, elle se sentait à sa merci, mais toute fois, elle savait que cela n’était pas juste, parce que lui l’était aussi, à sa merci, c’était équivalent.
    Juste fermer les yeux, et le sentir contre elle. Être emportée dans une autre dimension, un second temps, un autre monde, un rêve plus réel, plus intense, plus vivant. Des baisers plus fougueux, des sensations plus fortes. Son cœur battait la chamade, mais elle n’en était pas gênée, bien au contraire. Ses gestes fluides se faisaient automatiquement, menés par une force obscure, dont elle n’avait jamais soupçonnée l’existence. Tout cela était beau, bien beau... Peut-être même trop beau pour être vrai ? Elle ferma les yeux plus intensément, fronçant les sourcils. Elle ne voulait pas y penser, pas maintenant. Sa conscience revenait à la charge. C’est qu’elle n’avait pas l’habitude de vivre des moments comme ça. Elle ne se sentait plus coupable, elle ne se sentait plus légère. Elle se sentait juste bien, dans ses bras. Et à dire franchement, elle ne voulait rien d’autre que ce moment apaisant. Juste être avec lui.

_________________

    (c) credits vava bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/elixir-un-doux-parfum-qui-envoute-t1107.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: qui sème l'amour récolte son manque {Marco.   

Revenir en haut Aller en bas
 
qui sème l'amour récolte son manque {Marco.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui sème le vent, récolte la tempête [Fubuki]
» Qui sème le riz récolte des amis.
» Qui sème le vent récolte la tempète.
» Qui sème le vent, récolte la tempête.
» Moriganne Stark, Qui sème le vent récolte la tempête...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts :: La Malédiction de Faust. :: The End :: Remember-
Sauter vers: