Hogwarts :: La Malédiction de Faust.
FERMETURE DU FORUM !

Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé, et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

FERMETURE DU FORUM !
Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici
et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé,
et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis

Partagez | 
 

 Besoins. [ VS Elizabeth ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Endreas V. Aurèl

S l y t h e r i n

avatar

Nombre de messages : 372
VIP : -1
© Avatar : Iron Choupette
Date d'inscription : 06/02/2009
Age : 26
Nationalité : Anglo-Hongroise
Pêché Capital : L'orgueil
Groupe : Slytherin
Musique : Kings Of Leon > Sex on Fire

More of me.
Patronus: Loup
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Besoins. [ VS Elizabeth ]   Lun 16 Fév - 15:47

Les Vrais besoins n'ont jamais d'excés.
Jean Jacque Rousseau.

Mise en bouche; Hash.

Apéritif; Héroine

Diner; Cocaine

Fromage; Speed

Dessert; Extasy




Le bruit était assourdissant, on ne pouvait même pas s'entendre penser dans une ambiance pareille. Endreas n'était plus sur la planète terre. Dans son monde tout n'était que couleurs et formes indistincts, ses pupilles dilatées à leur maximum ne voyaient pas. Il errait parmi les gens, les autres, il n'aurait pas pu dire qui était qui. Il s'allongeait sur une moitié de canapé avant de tomber à la renverse. Durant quelques secondes il crut que c'était passé, malheureusement pour lui, les douleurs musculaires, le creux au niveau du plexus, tout cela il ne le ressentait pas maintenant, tout était en quelque sorte anesthésié. Mais demain matin il le sentirait passer.

Endreas cherchait des yeux Elizabeth. Ils avaient organisé cette fête et pour l'instant tout se passait pour le mieux, mais il ne savait pas ou elle était passée. Endreas avait très chaud, les effets des drogues ne lui laissaient pas beaucoup de sensations, mais celle-ci était puissante. Il sentait des vagues de chaleur inonder son corps, envahir sa tête, lécher ses doigts, couler sur son torse, se répandre dans ses jambes. Il titubait jusqu'à la porte de sortie, où le couloir frais et sombre apaisait le corps du jeune homme.

Endreas se laissait glisser le long du mur en quête de fraicheur, qu'il trouvait vite. Ses sens étaient obstrués, il n'avait plus de repères. Il tanguait sur le sol, du moins il en avait l'impression, les paupières closes, la tête entre les genoux, un sourire aux lèvres. Endreas était parfaitement détendu. Il se sentait bien. Seulement il avait envie de retourner à la fête, histoire de se retrouver encore une fois avec des amis, même s'il ne les connaissait pas, même s'ils ne se parlaient pas. Il avait juste besoin de dire que c'était sa fête, il voulait juste l'approbation des autres. Être quelqu'un. De plus il aurait quelque chose à faire. Là tout de suite il se trouvait nul, tout seul, assis dans son couloir.
Il avait besoin de quelque chose qui le fasse palpiter. Il avait besoin de plus. Endreas avait beaucoup de besoin et souvent ils étaient contradictoires. Pendant un temps, il pouvait désirer quelque chose et la minute d'après il ne le souhaitait plus. De quoi rendre chèvre.

Endreas essayait de se lever, mais les dalles du sol se dérobaient sous ses pieds. Il s'accrochait au mur, essayant de retrouver son équilibre. Une fois la porte passée, Endreas suivait le flot des personnes entrelacées, des danseurs énervés, des couples déchirés. Les lumières vertes, les baguettes qui lançaient des maléfices de tous les côtés, les bouteilles qui n'étaient jamais vide. Un spectacle grandiose qui faisait sourire Endreas.
Après quelques chutes incontrôlées, plusieurs verres et quelques danses plus tard, Endreas avait enfin réussi à retrouver Elizabeth. Elle n'avait pas chaumé, elle aussi, était dans un piteux état.

- Hell !

La jeune femme ne se détournait même pas.

- Hell !!

Il n'entendait pas le son de sa voix. Comment c'était possible que les autorités supérieures ne soient pas encore descendues ? Le vacarme était hurlant. La jeune femme se détournait enfin. Les yeux défoncés par les abus, elle avait une aussi bonne mine qu'Endreas. Elle lui souriait largement, un de leurs sourires de toxico. Ils ne se souriaient que pour ça. Endreas s'approchait d'Elizabeth, il passait un bras autour de ses épaules.

- Tu ne voudrais pas faire quelque chose de plus... Excitant ?

Les yeux rieurs, un sourire jusqu'aux oreilles, Endreas attendait la réponse comme un enfant demandant un gâteau à sa mère. Il avait envie de se retrouver loin de tout ce bruit, il voulait un peu de calme. De plus Elizabeth n'était jamais à cour d'idées et il n'avait envie de partager ses moments de drogué qu'avec elle. Les gens autour d'eux ne les regardaient pas, ils étaient dans leurs délires personnel. Un monde ou rien n'était impossible. Seulement malgré toutes les doses qu'Endreas pouvait prendre, il restait à peu près lucide et ça le tuait, il avait un quotat qu'il s'était fixé, une limite à ne pas dépasser. Il aimerait, des fois, ne pas se souvenir des actes qu'il peut commettre, mais il ne voulait plus faire les même erreurs. Il ne se pardonnait toujours pas, il n'arrivait pas à... Clémence... Depuis ce jour-là il avait fait attention à ses doses, il n'osait plus vraiment, mais à quoi bon ?
Endreas secouait la tête, pourquoi penser à tout ça maintenant ?

- La forêt interdite te tente ?

_________________
    Les vrais besoins
    n'ont jamais d'excès.
    Jean-Jacques Rousseau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/s-l-y-t-h-e-r-i-n-f83/il-est-temps-de-grandir-termine-t1692.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Besoins. [ VS Elizabeth ]   Lun 23 Fév - 20:07

Encore une fête, encore les mêmes personnes, les mêmes substances ingérées, dans un ordre presque régulier, toujours le même. Hell adorait ça, se défoncer à un point qu’elle sait à peine qui elle est et ce qu’elle fait là. Plus rien ne la touche, elle ne ressent ni douleurs, ni sentiments, comme toujours, juste une envie de plus, d’aller plus loin encore, de voir jusqu’où vont ses limites. Elle passe ses nuits à boire, à fumer, sniffer, se piquer, elle danse sur des tables et rigole avec des inconnus. Elle couche à gauche et à droite, personne n’y trouve rien à redire, même pas son petit ami.

Tout tournait autour d’elle, au sens propre, les lumières, le mobilier, les gens. Hell ne reconnaissait plus personne. Pourtant, c’était elle qui avait organisé cette soirée, avec Endreas. Elle organisait toujours ces fêtes avec Endreas, son pote de beuveries, son compagnon de débauche. Ils avaient déjà fait les quatre cents coups ensemble et étaient toujours à la recherche de nouvelles expériences, de nouvelles sensations. Cela faisait un moment qu’elle ne l’avait plus vu, mais elle ne s’en souciait pas vraiment. Elle ne se souciait de pas grand chose à cet instant, Elizabeth essayait juste de continuer à suivre la conversation qui se déroulait entre elle et quelques personnes, principalement des garçons. De quoi parlaient-ils ? De shit sûrement. Hell se rendit compte qu’en fait, elle n’en savait rien et qu’elle avait depuis un moment perdu le fils de la discussion. Elle se contentait juste de sourire vaguement et de fumer sa clope. Interdit ? Possible en temps normal, mais à ce moment là, plus rien n’était interdit. Les fêtes d’Hell et d’Endreas étaient réputées pour permettre l’illégal, une porte ouverte à tous les excès.

Hell se dirigea vers le bar, vêtue d’une petite robe noire à bretelles, un classique, avec quelques sautoirs et bracelets en argent pour agrémenter le tout. Ses longs cheveux blonds ondulaient légèrement dans son dos et le contour de ses yeux avaient été méticuleusement noirci afin de contraster avec la pâleur de ses iris bleus. Le bar était dans un sale état, tout comme Elizabeth, des bouteilles à moitié vides étaient renversées, tandis que d’autres, miraculeusement debout, se mélangeaient sur les tables pour former un prodigieux désordre. Hell laissa tomber son mégot de cigarette dans un verre non fini et se servit une coupe de champagne. Elle entendit ensuite quelqu’un qui criait son nom et se retourna. C’était Endreas, autant défoncé qu’elle, qui se dirigeait vers la jeune fille en souriant et passa un bras autour de ses épaules. « Tu ne voudrais pas faire quelque chose de plus... Excitant ? » Quelle question ! Hell était toujours partante pour faire quelque chose de plus excitant, surtout en compagnie du jeune homme qui ne faisait jamais rien à moitié, chose qu’Elizabeth détestait par dessus tout, la demi-mesure. Hell le regarda en arquant un de ses sourcils comme pour répondre « A ton avis ! ». Il lui proposa alors un tour dans la forêt interdite, lieu particulièrement plaisant et intriguant, propice à tous les vices. La jeune fille acquiesça d’un signe de tête puis vida sa coupe d’un trait. Elle prit Endreas par le bras et l’entraîna vers la sortie. Un peu d’air frais lui ferait le plus grand bien, sa tête tournait et de toute façon l’ambiance dans la salle n’allait pas tarder à décliner.

Ils essayèrent de descendre les longs escaliers avec tant de bien que de mal puisque ceux-ci s’évertuaient à n’en faire qu’à leurs têtes et à changer de position en permanence.
Revenir en haut Aller en bas
Endreas V. Aurèl

S l y t h e r i n

avatar

Nombre de messages : 372
VIP : -1
© Avatar : Iron Choupette
Date d'inscription : 06/02/2009
Age : 26
Nationalité : Anglo-Hongroise
Pêché Capital : L'orgueil
Groupe : Slytherin
Musique : Kings Of Leon > Sex on Fire

More of me.
Patronus: Loup
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Besoins. [ VS Elizabeth ]   Jeu 26 Fév - 19:57

    Le besoin de partir, de respirer, une pulsion soudaine d'être dehors. Endreas n'écoute, le plus souvent, que ses instincts. Il est en quelque sorte motivé et guidé par ses besoins. La raison n'existe pas chez ce jeune homme. Il raisonne quand il le faut, pour les cours surtout. Seulement ses besoins sont tellement importants qu'il se laisse guider par eux. Les pupilles dilatées par l'excès, les jambes tremblante, la tête lourde. Il se dirigeait tant bien que mal vers la destination qui pendant toute la soirée l'avait attiré... Encore là, ses besoins se faisaient sentir. Il ne pouvait résister à l'appel de la très noire forêt...

    Ses sens complètement obstrués par tous ses excès, Endreas ne marchait plus vraiment droit, un bras passé autour des épaules d'Hell, ses jambes suppliaient qu'on les laisse tranquilles, un sourire narquois sur le visage, Endreas n'arrêtait jamais de sourire lorsqu'il était déconnecté du monde. En sortant de la salle de débauche, ou tous étaient au moins comme lui et Elizabeth. Les lumières étaient tellement vertes, rouges, bleus, jaunes qu'Endreas en avait mal aux yeux. Il aurait tellement voulu être un peu plus au calme, ou au moins dans un endroit moins éclairé. Il repensait, tant bien que mal, au moment où il était dans le couloir. Pourtant, en y repensant il n'en avait plus envie. Leurs corps se soutenant l'un l'autre, le jeune homme s'arrêtait au bar, les bouteilles étaient éparpillées partout laissant derrière elles des flaques de boissons. Les yeux brillant par l'excès Endreas s'approchait d'un sachet de coke. S'ils voulaient survivre dans la forêt interdite ils devaient avoir des réserves ! Ils mirent peut-être cinq bonnes minutes pour sortir de toute cette foule, de tous ces couples enlacés, de tous ses couples infidèles, de tous ces amants, de ces jeunes en quête d'un besoin charnel, celui d'une nuit, un besoin plus fort que la raison qui nous gouverne. Endreas souriait. Oui, il faisait partie de ces gens-là. Gouverné par ses besoins, il en était complètement soumit. Des désirs violents, toujours à porter de main, qu'est-ce qui n'était pas à sa portée d'un certain côté ? Il pouvait faire ce qu'il voulait.
    Ils avaient du mal à marcher, se soutenant l'un l'autre, si tout le monde n'était pas dans le même état, cela en serait comique.

    Arrivés à la porte de sortie, Endreas sentait la même fraicheur qui l'avait soulagé tout à l'heure, le courant d'air apporté la promesse d'une nuit froide et palpitante, la chaleur était maintenant derrière eux, seulement il ne ressentait qu'un léger bien-être, un être dans son état normal aurait criée de soulagement en sortant de la fournaise qu'était devenue la pièce. Il ne ressentait pas le froid et en jetant un coup d'oeil vers Hell il remarquait qu'elle non plus ne devait pas avoir froid. Il faillit tomber à rester comme ça, sans bouger. Son bras reposait comme un poids mort sur les frêles épaules de la jeune femme. Par un soudain accès de conscience il déplaçait sa main sur les hanches de la jeune femme afin de la soutenir, elle était dans un sale état aussi. Sans crier gare Endreas éclatait de rire. Cette situation se répétait tellement de fois qu'il trouvait ça comique, mais pour rien au monde il arrêterait. C'était tellement grisant la vie, c'était tellement... Commun. Que ça en devenait ennuyeux. Pour survivre il avait besoin que son existence soit attrayante, il avait besoin, toujours ce besoin qui se répétait encore et encore, il en avait tellement envie. Pourquoi vivre si la vie n'est pas pleine de surprise, de risque et de débauche ? Question qu'il ne prenait même pas le temps de se poser tellement sa tête était lourde et anesthésiée.

    Debouts dans le couloir ils regardaient les escaliers bouger, depuis peut-être maintenant trois minutes, aucun des deux n'avaient prononcé un mots, et ils n'en éprouvaient pas le besoin, ils se complétaient tellement à ce niveau qu'ils n'avaient pas ce besoin de remplir le silence. Ils avaient prévu d'aller dans la forêt interdite mais s'ils restaient ainsi ils auraient du mal. Endreas prit l'initiative, sinon il allait s'endormir sur place, la position qu'ils avaient adopté, avachis sur les rampes, était assez confortable pour ne se réveiller que le lendemain matin. Du moins c'est ce qu'Endreas était en train de se dire. Il prenait la main de la jeune femme, l'entrainant avec lui vers les profondeurs du château, ils avaient organisé la fête dans les étages et descendre fut un vrai calvaire. Les yeux d'Endreas n'arrivaient pas à s'habituer à la vitesse à laquelle les escalier bougeaient. Seulement les escaliers ne bougeaient pas si vite. Les deux jeunes gens, eux, marchaient bien trop lentement. Par un accès d'hilarité venant dont on ne sait où, Hell rigolait. Endreas regardait autour de lui, non rien.

    - Tu vas bien ?

    Il avait eu du mal à sortir la phrase. Le rire d'Elizabeth augmenté en intensité. Endreas ne pouvait pas s'empêcher de rire aussi. Avachit tout le deux dans les escaliers, à rire pour rien. Les cheveux collés par la sueur, les bouches tordues en rictus, les yeux pétillants, Endreas regardait Elizabeth rire. Leurs hilarités continuaient, faisant trembler leurs corps maltraité par toute cette débauche, Endreas n'arrivait plus à se contrôler, beaucoup d'images se bousculaient dans sa tête, toutes sans aucun rapport entre elles, elles ne voulaient rien dire. Les effets de la drogue lui avait donné des illusions, seulement leurs rires n'en étaient pas une. Tout ce vacarme avait réveillé les habitants d'un tableau.

    - Dis donc ce n'est pas fini tout ce vacarme ?

    Attrapant sa compagne par la main, ils dévalèrent les escaliers, leur course effréné était grisante, les membres désarticulaient par les pas lourds mal synchronisés, ils étaient près à tomber tout deux, plusieurs fois ils trébuchèrent laissant la force qu'ils leurs restaient pour permettre à l'autre de se relever, ils arrivèrent dans le grand hall, passèrent devant la fontaine et s'arrêtèrent, le souffle coupé, les joues en feu, la respiration haletante. Ils étaient presque dehors.

_________________
    Les vrais besoins
    n'ont jamais d'excès.
    Jean-Jacques Rousseau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/s-l-y-t-h-e-r-i-n-f83/il-est-temps-de-grandir-termine-t1692.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Besoins. [ VS Elizabeth ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Besoins. [ VS Elizabeth ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les besoins d'Haiti selon un article de la Banque Mondiale
» Doucement Megan ! [priorité à Elizabeth]
» Présentation d'Elizabeth Stonem [Validée]
» Lumière, soleil, passion ? [Elizabeth Tudor]
» (F) ELIZABETH OLSEN — ho hi, sister UC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts :: La Malédiction de Faust. :: The End :: Remember-
Sauter vers: