Hogwarts :: La Malédiction de Faust.
FERMETURE DU FORUM !

Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé, et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

FERMETURE DU FORUM !
Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici
et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé,
et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis

Partagez | 
 

 Se fatiguer à deux , c'est toujours mieux ... [Maxou;Laël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maxim Lothringen

H u f f l e p u f f

avatar

Nombre de messages : 747
VIP : 1
Pseudonyme : Tenshi
© Avatar : Caddie ♥
Date d'inscription : 26/10/2008
Age : 24
Nationalité : Britannique
Pêché Capital : Paresse
Groupe : ~~~

More of me.
Patronus: Tortue , ce qui montre bien le crétin qui sommeille en lui. Sommeiller est bien le mot petit Paresseux !
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Se fatiguer à deux , c'est toujours mieux ... [Maxou;Laël]   Mar 3 Fév - 0:25


Découvrez Nick Drake!



    Le jeune homme après avoir reposé sa plume et être vite allé dans la volière pour de suite envoyer missive, frissonna de froid au retour. C’est avec délice qu’il s’installa confortablement dans le canapé de la salle commune des Poufsouffles, près du feu de cheminée qui crépitait doucement, feu magique qui ne pouvait s’arrêter. Les mains se rapprochaient automatiquement vers la chaleur ne supportant plus la paralysante froideur de cette nuit après un saut au dehors. Le petit poussin en était toujours à ses réflexions, paraissant tout d’un coup bien moins crétin qu’il ne l’était. Il était bien le seul à être encore debout, sûrement le seul à penser à autant de choses néfastes déstabilisant son précieux quotidien. D’ailleurs il ne pouvait même plus dire avoir des habitudes et une vie monotone, les événements si exceptionnels se produisant maintenant à tout instant. Mais là, redevenant le petit paresseux, il pouvait dire qu’enfin les habitudes reprenaient. Certes, il reniait encore Morphée, mais il ne serait tardé qu’il ferme enfin les yeux et se laisse aller vers un monde meilleur. Il regardait les flammes s’agitaient dans l’âtre, hypnotisé par le ballet ardent. Sa chatte ronronnait paisiblement sur ses genoux lui procurant le même effet que celle d’une couverture. Il était si bien qu’il en arriverait presque à oublier tous malheurs mais ceux-ci semblent revenir toujours à la charge …

    Maxim n’entendit pas de suite les brusques coups de bec donnait par un oiseau transis de froid qui apportait bonne ou mauvaise nouvelle au blondinet. Ce dernier commençait doucement à tomber dans la torpeur de la nuit lorsque le bruit implacable venant de la fenêtre fut trop grand pour être ignoré. Il se leva d’un bond, d’abord surpris, et ce n’est que quand il identifia l’hibou qu’il fut alors intrigué. Ouvrant à l’animal nocturne, il pesta contre le froid pour ensuite redonné toute son intention à la lettre que tenait l’hibou. Prenant précautionneusement l’enveloppe, il donna une petite caresse le cran de l’animal et referma la fenêtre. Lentement, il revint sur son fauteuil, là il ouvrit enfin la missive. C’était un mot de la cause de ses tourments qui le priait de bien vouloir venir lui tenir compagnie pour courir. Le jaune et noir ne savait quoi répondre, entre bouder encore ou faire la paix – ce qui voulait dire se lever tôt et courir. Mais il ne résista pas bien longtemps à l’appel d’une amitié sincère et chère qui dépassait bien loin la paresse omniprésente. C’est avec beaucoup de volonté qu’il se leva à nouveau pour écrire bien vite sa réponse. Par chance, comme s’il attendait justement ce geste, l’hibou patientait au dehors. Ouvrant à nouveau, et fermant juste après avoir donner la lettre, Maxim se mit en quête de repos, rejoignant bien vite son lit qui l’attendait depuis longtemps. C’est dans un soupir de bien être qu’il s’en remit aux bras de Morphée.

    Six heures et demie du matin, un jeune homme à la chevelure des blés se leva précipitamment comme si le château avait pris feu. On ne l’avait jamais vu avec autant d’entrain et d’activité, le réveil étant souvent très dur pour un feignant de son rang. Il recherchait avec ardeur sa tenue de sport, seul cadeau très peu utilisé que lui avait fait son père dans l’espoir de le voir un jour parcourir le parc de l’école se souvenant de ses propres escapades. Mais le maladroit n’avait pas hérité de ce trait de caractère et préférait les balades lentes et calmes sous un soleil clément. Car le soleil du matin ne l’était pas du tout ! C’est donc avec beaucoup de justesse qu’il prit un gros pull, ne voulant pas attraper quoi que ce soit même au nom d’une amitié. Il marcha rapidement vers la verdure et la fraîcheur d’une matinée à peine commencée. Il arriva enfin, frissonnant déjà, baillant encore. Il ne doutait pas d’être en retard et de voir Laël arrivait près de lui à pas de course. C’est d’ailleurs en pensant à cette image qu’il entendit des pas courus derrière lui. Tel un enfant timide, honteux d’avoir fait une quelconque bêtise, il n’osa se retourner pour saluer ce qui devait être la cause de son déplacement si matinal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/h-u-f-f-l-e-p-u-f-f-f81/maxim-lothringen-end-t674.htm
Laël J. Oridor
Et je mangerais le monde.
avatar

Nombre de messages : 725
VIP : 0
Pseudonyme : Compote.
© Avatar : Damned Soul (c).
Date d'inscription : 26/12/2008
Age : 25
Nationalité : Française.
Pêché Capital : La gourmandise...
Groupe : Ravenclaw <3
Musique : Indochine ~ Un ange à ma table.

More of me.
Patronus: Un veau obèse.
Orientation: Bi
Citations:

MessageSujet: Re: Se fatiguer à deux , c'est toujours mieux ... [Maxou;Laël]   Mer 4 Fév - 20:11



    '' Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt ''

    A vrai dire, la nuit avait été mouvementée. En effet, si la soirée d'hier s'était finie bizarrement, Laël avait été plus qu'étonné de recevoir une lettre du petit poussin qu'il avait littéralement planté sur place quelques instants plus tôt. Il fallait le dire, Laël avait été odieux, avait eu une réaction insoutenable et un comportement des plus irrespectueux. Mais loin de la de se sentir mal pour cela. La tête ailleurs. Dans la lune. Pour la lune. Avec la lune. Mais, cependant, il avait eu l'amabilité de répondre, le courage et l'insouciance d'inviter un illustre dépendant de Moprhée à venir partager les plaisirs de la course avec lui. Ainsi soit-il, le petit avait accepté. Comme quoi, l'on pouvait tout faire par amitié, même les choses plus que folles, que l'on aurait cru incapable de la part de quelqu'un. Maxim, courir. S'il arrive à l'heure le lendemain matin, Laël ouvrirait une bouteille de champagne, même s'il n'était pas dans ses habitudes de boire. Et c'est dans cet esprit de satisfecance que le bleu et argent parti tranquillement dans son dortoir, quelques sucreries à la main.

    Quand le bleu et argent ouvrit les yeux, le jour n'était pas encore levé. Son chat, qui, avec un esprit de fer et des habitudes qu'on ne remettait plus en cause, lui suçotait doucement les doigts de pieds, mâchouillant avec douceur ses derniers, promettant un réveil agréable. Le jeune homme studieux jeta un coup d'oeil sur son réveil moldu. Six heures trente-cinq. Eh bien, en avant ! Il s'habilla en vitesse, mettant sans réfléchir un baggie d'un bleu morne et un tee-shirt manche longue munie d'un gros logo délavé. Du latin. Mais, le garçon n'en avait rien à faire, personne ne regarderait ce qui était écrit dans son dos à sept heures du matin. Ses camarades lui en donnait la preuve, des ronflements graves et gras se faisaient entendre dans son dos. Autant ne pas brusquer ces messieurs une heure avant le réveil générale, quand même, soyons poli, attrapons le chat et partons en direction des cuisines aux petits pas. Oui, car là était la tradition banale du matin, en échange du réveil aux aurores, la petite bête poilu qui débarquait d'Egypte avait droit à une assiette de lait. Quand même, il n'allait pas courir sans rien dans l'estomac, pauvre choux ! Sans compter que Monsieur Oridor avait aussi pour petite habitude de prendre quelques bouts de viande cru de la veille pour les donner aux créatures mystérieuses qu'étaient les sombrales. Pauvres chevaux décharnus. Tellement les prennent pour des créatures de Satan qu'ils ont peur d'en approcher certains. Mais, bizarrement, certains courraient à côté de Laël depuis quelques temps, peut-être étais-ce le chakras, ou les ondes, qui sait ?

    Après un passage silencieux aux cuisines, Laël se dirigea vers la porte, le chat sur l'épaule. A vrai dire, il était fier de lui, de ce qu'il avait réussi à bâtir à Poudlard. A peine était-il entré dans la cuisine qu'un petit elfe lui donna un torchon contenant de la viande et lui tendit une assiette remplie de lait pour Pharaon. C'était sympathique, ce petit rituel, les elfes se désignait à tour de rôle pour savoir, qui, le lendemain se lèverait trois quarts d'heure plus tôt rien que pour passer dix minutes en compagnie du serdaigle qui parlait de tout et rien à voix basses, le petit être chétif dans ses bras. C'était comme un bébé en fait, avec des yeux plus attachants. Et moins grincheux. Laël ouvrit la porte et sourit quand l'air froid du matin lui sauta au visage. Oui, il était finalement heureux de montrer à Maxim l'art qu'il pratiquait le mieux. La course. Cependant, son sourire disparut quand il n'aperçu pas son ami. Une deception. A moins que ce dernier est juste prit un peu de retard dans l'horaire. Autant attendre pour savoir, la patience est d'or. Pharaon prit l'initiative de partir devant, ainsi, il sauta des épaules de son maitre pour finalement commencer à courir, car, oui, si le petit chat était comme son maitre et était fin comme un bâton, c'était bien parce qu'il suivait le même régime, une heures de course tous les matins et le soir on monte les marches sur la pointe des pieds pour les mollets. Tant qu'à être sportif, autant s'y connaitre non ?

    Au bout de quelques minutes, le jeune homme se risqua à se retourner, pour finalement ne voir personne. Tant pis, il profiterai de ses prouesses tout seul, forçant le pas pour prendre appui sur les mollets et pousser d'un coup sec. Il se plaisait à faire ça, des rondades, roues, salto, ou n'importe quelles acrobaties de ce genre. Elle n'était pas parfaite, mais il s'améliorait avec le temps. C'était déjà ça. Laël entendit un hennisement rassurant. Ils étaient là. Pourvu que Maxim puissent les voir, c'était bien les moments les plus amusants quand il était là. Cependant, Laël s'arrêta net. Il venait d'entendre une porte claquer. Le petit poussin serait donc là ? Un demi tour suffit à combler cette interrogation, car, en effet, une chevelure couleur du blé s'annonça dos à lui. Finalement, le petit poussin avait réussi à braver le couvre-feu de Morphée et l'aigle en était bien content, alors il le rejoint au grand pas, avant de le bousculer doucement au niveau des épaules. Il lui aurait bien sauté dessus, mais il aurait eu peur de lui casser quelques choses. Au lieu de cela, une légère étreinte avant d'engager d'une voix heureuse et fraiche un petit encouragement.

    « Ah, je suis heureux que tu sois là mon petit choux ! J'espère que tu peux voir les sombrals, sinon, ça perdra du charme ! »

    Cette question était plutôt déconcertante, mais pas macabre, non, loin de là. Il avait déjà eu vent de quelqu'un qui voyait les sombrales parce qu'il avait vu son poisson rouge mourir devant lui alors qu'il avait cinq ans. Laël, lui, avait vu son chien se faire écraser par une voiture. Certes, ce n'était pas très énergisant, mais c'était déjà mieux que de voir ses parents morts devant soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/r-a-v-e-n-c-l-a-w-f82/lael-jerome-oridor-fini-make-a-dream-please-et-laisse-toi-emporter--ok-t1369.htm
Maxim Lothringen

H u f f l e p u f f

avatar

Nombre de messages : 747
VIP : 1
Pseudonyme : Tenshi
© Avatar : Caddie ♥
Date d'inscription : 26/10/2008
Age : 24
Nationalité : Britannique
Pêché Capital : Paresse
Groupe : ~~~

More of me.
Patronus: Tortue , ce qui montre bien le crétin qui sommeille en lui. Sommeiller est bien le mot petit Paresseux !
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Se fatiguer à deux , c'est toujours mieux ... [Maxou;Laël]   Ven 6 Fév - 0:29

    Un mélange de joie et de rancune se propagea dans le petit cœur encore enfantin du jeune blond. Mais il ne pouvait faire l’affront à son ami de lui tourner le dos, et d’agir vraiment comme un gamin capricieux : il était grand et connaissait la valeur innombrable de l’amitié. Il n’avait donc aucune envie, aucun droit non plus, de briser pour un simple geste une simple réaction qui lui aurait déplu. Il mit donc de côté tous les reproches, pour afficher ce sourire qu’il avait perdu depuis peu. Il n’avait pas su profiter de l’instant présent l’autre jour, il avait donc l’intention de se rattraper ce matin même. L’étreinte amicale qu’il reçut lui fit chaud au cœur, et déjà toutes pensées négatives s’envolaient. Enfin pas si loin, mais assez pour qu’il puisse ne pas retomber dans de néfastes songes. La question de son ami lui parut aux premiers abords incompréhensibles et mal placée, mais sachant que Laël n’avait en rien suggéré de morbides choses, il fut contraint de répondre tout de même avec un peu de réticences.

      « Euh les sombrals ? Ouais, je peux les voir. Mais … Pourquoi ? »


    Maxim n’avait jamais été un adorateur de ses bêtes sombres et un tant soit peu évocateur de la mort tout de même. Bien qu’il n’est rien contre elles, puisqu’elles n’avaient pas choisi d’en être le symbole, ne pas les voir ne l’aurait en rien dérangé : déjà cela voudrait dire que son hamster n’aurait pas perdu la vie à cause de sa maladresse – ces petites choses meurent bien vite quand on leur marche dessus … - et leur vu n’était pas vraiment … magnifique et indispensable. Enfin bon, puisque cela semblait réjouir le brin, il n’avait pas de soucis à se faire, et toutes les bonnes intentions se lisaient dans la voix de son interlocuteur. Soit ! Il devait être content de les voir … Pour une fois. Mais il se demandait toujours pourquoi cela perdrait de son charme … Ce n’était pas la première fois que le blond en savait bien moins que son ami, alors il se laissa faire, comme à son habitude. La confiance qu’il vouait à Laël prouvait son amitié. Ou peut-être tout simplement sa débilité …

    Après s’être préparé mentalement à la course, le voilà déjà entrain de se préparer à voir surgir les animaux de la mort … Que de réjouissances ! Le petit poussin espérait que Lala était conscient de tous les sacrifices qu’il faisait en cet instant. Bon, certes, de tous petits sacrifices, mais connaissant la paresse bien encré dans les gêne de Monsieur, il était déjà inespéré de le voir debout à cette heure. Comme pour montrer à l’aigle tout ce qu’il faisait faire au poussin, ce dernier bailla à s’en décrocher la mâchoire – fâcheuse habitude … Le Poufsouffle aurait bien aimé rester ainsi en place, pour discuter, mais il voyait déjà la douleur de ses mollets, l’essoufflement se profilaient bien proches à l’horizon. Et s’il voulait reprendre un peu de force avant d’aller en cours pour une longue journée, il devait couper court aux salutations.

      « Bon, on se la fait alors notre promenade de l’aube en courant ? »


    Phrase ne voulant rien dire, fausse, mais traduisant très bien ses sentiments face à tant d’énergie perdue et de sommeil raté. Déjà le ton montrait grandement un enthousiasme voilé … Il était certes heureux d’être en compagnie d’un être cher, mais le « en courant » et le « l’aube » sonnés comme si cela avait été les paroles d’un condamné à mort. Heureux d’en finir, mais résigné aussi. Prenant conscience de son attitude, Maxim espéra que Laël ne prenne pas trop à cœur son manque de joie, et ne le prenne en rien comme une insulte … Il ne manquerait plus que ça ! Pour atténuer ses bêtises, il sourit avec chaleur au brin, espérant une fois encore que personne ne lui en voudrait de sa terrible maladresse. Car on avait beau dire qu’il ne fallait jamais trop approcher Maxim surtout quand il avait un verre de jus de citrouille dans les mains, avoir une discussion avec lui pouvait être aussi coûteuse. Et sa débilité n’arrangeait rien. Nerveux, il se passa une main sur la nuque. Il savait pourtant que d’un tempérament gentil et doux, le bleu et argent ne lui en tiendrait pas rigueur. Mais bon, s’il n’appréciait pas l’attitude parfois trop calme de son ami, ce dernier n’avait pas non plus à apprécier son attitude crétine.

      « Je voulais dire … On va courir un peu ? »


    Hum … C’était déjà mieux. Il passait du peu enthousiaste, au timide. Net progrès !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/h-u-f-f-l-e-p-u-f-f-f81/maxim-lothringen-end-t674.htm
Laël J. Oridor
Et je mangerais le monde.
avatar

Nombre de messages : 725
VIP : 0
Pseudonyme : Compote.
© Avatar : Damned Soul (c).
Date d'inscription : 26/12/2008
Age : 25
Nationalité : Française.
Pêché Capital : La gourmandise...
Groupe : Ravenclaw <3
Musique : Indochine ~ Un ange à ma table.

More of me.
Patronus: Un veau obèse.
Orientation: Bi
Citations:

MessageSujet: Re: Se fatiguer à deux , c'est toujours mieux ... [Maxou;Laël]   Dim 8 Fév - 22:13


    « Euh les sombrals ? Ouais, je peux les voir. Mais... Pourquoi ? »
    « Comme ça. »

    Certes, ce n'était pas dans les habitudes de Laël de laisser les gens dans une pareille interrogation, d'autant plus qu'il avait légèrement senti la réticence du jaune et bronze à sa question. Encore un conformiste, un de ces fous qui ne pensent qu'à mettre des étiquettes. La double personnalitée cachée du poussin. Ou bien tout simplement sa peur de ces bêtes signifiant la mort. Certes, il était beaucoup plus attrayant de voir une licorne et son aura de chaleur, mais pour les gens comme Laël, c'était plus déconcertant certes -et peut-être moins commun-, mais le bleu et argent préférait largement les sombrals et tout leur malheur, cette difficulté qu'il avait de se faire admettre dans la société. On se préoccupe toujours de son histoire, on fit toujours que l'on est maudit de voir les sombrals, que l'on est triste de les voir à cause de l'être que l'on s'est vu prendre. Mais eux, alors ? On en sait tellement peu sur les sombrals, que, cela se trouve, sont des licornes déchues, des chevaux qui ont eux-mêmes affrontés la mort, ou jute des créatures d'Hadès. Hadès, pas Satan, car, jusqu'à preuve du contraire, ces bêtes n'était pas maléfiques et agressives. Juste des créatures incomprises, comme beaucoup dans ce château et ce parc. Chaque être cache un histoire et chaque histoire une fonction. Et parfois certains sont trop prétentieux et aveugles pour s'en rendent compte. Dans le cas de Maxim, c'était toujours la même excuse : l'innocence. L'âge d'or.

    « Bon, on se la fait alors notre promenade de l'aube en courant ? »

    Laël regarda son compagnon un court instant, ne comprenant pas vraiment grand-chose à sa phrase. Certes, le jeune homme avide de savoir avait un accent à dormir dehors, mais, de ce qui était de la compréhension, cela n'avait jamais posé de problème. Cependant, le poussin rectifia bien vite son tire, cachant son mécontentement et voulant excuser sa faute, ce que Laël accueillis dans un sourire.

    « Je voulais dire... On va courir un peu ? »
    « Bien sûr, c'est partit. »

    Laël sourit et alors que le chat partait devant avec un mouvement fessier royal, Laël posa gentiment une main dans le dos de son ami jaune et bronze pour l'inciter à courir alors que lui-même partait dans une petite allure soutenu, qui devait être pourtant assez entraînante pour son camarade commentateur. C'est au bout de quelques instants que quelques bruits de sabots que l'on claque se firent entendre et, le serdaigle aurait juré que le jaune et or aurait tressauté. Ainsi, il avait vraiment peur ? C'était... Mignon. Affreusement mignon, du genre que l'on a envie de protéger comme le ferai n'importe quelle maman poule. C'était bien approprié, le poussin venant juste de sortir de sa coquille. Ce ne fut qu'une dizaine de minutes plus tard -et des efforts exceptionnels de Maxim révélait pour faire plaisir à Laël- que le bleu et argent sentit un museau s'aventurer dans sa poche pour finalement prendre le bout de viande encore juteux et le partager avec son petit. C'était là toute l'excellence, le moment où la plupart des gens ouvrait les yeux. Les chevaux de la mort pouvait agir avec amour et, à ce que l'on pouvait voir, avait un instinct maternelle merveilleux. Celui qu'on pourrait croire agressif, mais qui reposait sur la confiance. Laël ralentit doucement le pas – sûrement au plus grand soulagement de son compagnon de course – alors que le petit être chétif commençait à mordiller le tee-shirt du jaune, comme pour lui réclamer de la nourriture. Laël émit un léger rire, avant de caresser doucement ce qui était sans doute la mère, et de sortir d'une voix décontracté à l'encontre de son compagnon.

    « C'est encore mieux quand ils volent. Ils t'encouragent, te supportent. Certes, un public originale, mais extrêmement compréhensif. »

    Laël sourit, regardant avec sympathie Maxim et guettant sa réaction. Il n'y avait qu'une chose à faire, prier pour qu'il ne s'enfuit pas en pensant Laël fou et qu'il l'esquive pour le reste de sa vie, car, malgré toutes les rumeurs qui couraient sur le pauvre petit maladroit qu'étais Maxim, Laël trouvait ce petit bonhomme attachant et beaucoup plus adroit qu'on ne le faisait dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/r-a-v-e-n-c-l-a-w-f82/lael-jerome-oridor-fini-make-a-dream-please-et-laisse-toi-emporter--ok-t1369.htm
Maxim Lothringen

H u f f l e p u f f

avatar

Nombre de messages : 747
VIP : 1
Pseudonyme : Tenshi
© Avatar : Caddie ♥
Date d'inscription : 26/10/2008
Age : 24
Nationalité : Britannique
Pêché Capital : Paresse
Groupe : ~~~

More of me.
Patronus: Tortue , ce qui montre bien le crétin qui sommeille en lui. Sommeiller est bien le mot petit Paresseux !
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Se fatiguer à deux , c'est toujours mieux ... [Maxou;Laël]   Mar 10 Fév - 0:25

    Aussi inattendu soit il, l’impression première de Maxim vis-à-vis de cette sortie si matinale fut positive. Il trouva même agréable de courir à un rythme pourtant soutenu pour l’amateur qu’il était avec un ami qui n’en était pas à sa première dépense d’énergie. Il se surprit à sourire, même quand ses jambes devinrent de plus en plus lourdes. Il perdit la courbe joyeuse sur son visage quand sa respiration se fit plus heurter et plus difficile. Il tentait tant bien que mal de suivre celle du bleu et argent mais c’était peine perdue. On voyait bien là la différence entre les deux jeunes hommes. Mais ayant une certaine fierté – stupide d’ailleurs – il dit rien et continua silencieusement sur les pas du maître. Il commençait doucement à perdre le rythme, aussi fit il des efforts énormes pour ne pas s’arrêter complètement et attendre que Laël remarque qu’il ne le suivait plus. Il résista à la tentation de plusieurs rochers et bancs qui lui faisaient de l’œil et fixa du regard les gestes du Serdaigle.

    Tout à sa course, le petit poussin mit bien du temps à entendre les animaux sombres dont les sabots claqués brusquement mais si mélodiquement la terre près d’eux. Ce n’est que quand ses oreilles prirent le parti de vagabonder pour profiter du silence du petit jour, qu’il remarqua enfin la présence des sombrals. Peu habitué à une telle présence, même s’il savait qu’il pouvait les voir, il prit tout d’abord peur. Il se ressaisit néanmoins – enfin il tenta de se ressaisir … - lorsque l’un de ceux qui trottait près d’eux s’approcha. Fasciné par tant de grâce dans un animal souvent représentant la mort chez la plupart des élèves ou des sorciers de façon générale, il fut bien plus médusé en voyant l’acte d’amour d’une mère envers son enfant venant de la part du cheval noir. Au même moment, Laël décida de ralentir le pas – au grand soulagement du jaune et noir qui ne sentait plus ses jambes – et un petit vint s’approcher si près de lui que le maladroit hésita à reculer. Mais si fasciné qu’il était par tant de vie dans ce qu’il pensait mort, il ne put que poser ses yeux sur l’être petit et mignon malgré tout qui mâchouillait avec insistance le bas de son T-shirt. Ne pouvant plus résister, le gros paresseux qui était enfin sorti de sa tanière laissa sa main caresser le pelage étrangement doux du petit. Même si les os saillaient sous la peau, la texture du pelage était si agréable qu’on ne pouvait se lasser de balader délicatement sa main sur le dos et le museau de l’animal. Se rendant compte qu’il n’avait aucune peur à avoir face aux sombrals qui n’étaient pas si horribles que ça, bien loin des affreusités que pouvait faire ressentir la mort, son sourire revint sur ses lèvres, lui redonnant un peu plus de force dans les jambes.

      « Tu avais raison, si je n’avais pas pu les voir, ça aurait perdu de son charme. Je ne les savais pas si … »


    L’inculte ne savait quel mot choisir pour définir l’impression qu’il avait eu de ces sombrals. Tout d’abord craintif, il venait de comprendre qu’il avait bien trop vite jugés les magnifiques chevaux couleurs de la nuit qui lui paraissait maintenant sous un nouveau jour. Son sourire béat toujours aux lèvres, il ne faisait même plus attention à la douleur pourtant présente dans ses tibias, toujours hypnotisé par le petit qui le suivait maintenant. Pourtant c’est sa respiration haletante qui le fit revenir à la réalité, et les gouttelettes ruisselantes sur son front lui parurent bien lourdes. S’épongeant à l’aide de son poignet, il tentait encore une fois de revenir à une respiration normale comme celle de son ami qui ne semblait nullement essoufflé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/h-u-f-f-l-e-p-u-f-f-f81/maxim-lothringen-end-t674.htm
Laël J. Oridor
Et je mangerais le monde.
avatar

Nombre de messages : 725
VIP : 0
Pseudonyme : Compote.
© Avatar : Damned Soul (c).
Date d'inscription : 26/12/2008
Age : 25
Nationalité : Française.
Pêché Capital : La gourmandise...
Groupe : Ravenclaw <3
Musique : Indochine ~ Un ange à ma table.

More of me.
Patronus: Un veau obèse.
Orientation: Bi
Citations:

MessageSujet: Re: Se fatiguer à deux , c'est toujours mieux ... [Maxou;Laël]   Mer 11 Fév - 21:35


    Laël sourit quant à la réaction positive de son ami face aux créatures a l'allure anorexique. Le petit poussin en caressa même le petit, qui devait encore avoir son duvet d'hiver. Normal, nous étions en plein dans la saison, quoi qu'il en soit, le minuscule poulain devait paraître bien doux au petit poussin et, Laël en profita pour lui aussi offrir un peu de contact à la mère qui semblait tout de même anxieuse quant à la relation qui se formait entre Maxim et son enfant. Elle n'avait rien à voir avec le petit et, Laël s'arrêta doucement alors que sa main s'attardait sur l'encolure du cheval. La peau était sèche et noir et les os donnait un relief inquiétant à la matière froide. Après tout, cette sortie matinale était pour un but bien précis et, les deux jeunes gens n'en avaient pas encore abordé le sujet, car, avouons-le, les sombrals, dans cette histoire, n'était qu'une sorte de leur – aussi sympathique soit-il – et ce divertissement avait semblé marcher, vu l'air béant de joie qu'affichait le poussin face au petit sombral qui s'amusait avec lui.

    « Tu sais Maxim, je voulais m'expliquer et par surcroit m'excuser, pour hier. »

    La tête du bleu et or se leva doucement pour que ses yeux noisettes se glissent – et s'ancre profondément – dans l'étendue océan de ceux du poussin. Plus aucun sourire, juste un air grave sur le visage du gourmand. Et qu'allait-il lui dire ? Car, de son point de vue de bon français élevé avec une discipline de fer, le rejet et le départ aussi précipité qu'il avait fait subir à Maxim était plus qu'une marque de grossièreté, c'était un affront moral qui ne se réparait pas seulement pas un « Je suis désolé, ça te branche un café ? ». Non, même si le jaune et bronze s'en fichait, Laël devait lui fournir des explications. Il le devait. Questions de principe. Mais la question était toujours là, que dire ? Que, par un certain souvenir – chère à son coeur, soit dit en passant – le bleu et or avait préféré poser une limite brutale à ne pas enfreindre, que, prit dans un accès de folie, il n'avait pas voulu violer le petit innocent près du lac ? Que de choses absurdes. Le bleu et or préféra s'avancer vers son ami et, lui prenant l'épaule, lui dire d'un ton monotone et concret, ton que n'importe qui aurait pris pour annoncer que demain, il pleuvait encore.

    « Tu es mon meilleur ami. Certes, tu peut-être jaloux, mais, je préfère qu'en tant qu'ami, tu te comportes en tant que tel et que tu n'ais pas de gestes trop... Familiers. »

    Un léger sourire apparu sur le visage du glouton. Certes, le mot « ami » avait été plutôt accentués dans la phrase, quant à ce « familier », Laël n'avait pas trouvé mieux pour décrire l'accolade qu'il avait eu la veille. Certes, le petit poussin avait besoin de réconfort, mais un simple enlacement aurait suffit, pas ce raprochement que faisait tout couple fière de s'exhiber. Laël, toujours cet air un tantinet gêné, amenant sûrement plus de confusion que d'explication, tapota doucement l'épaule du commentateur, avant de se rapporter vers le petit être au pelage doux. Oui, les sombrals avait un rôle très important aujourd'hui, ne dit-on pas qu'un animal vaut mieux qu'un ami ?


[Excuse, c'est nul u_u"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/r-a-v-e-n-c-l-a-w-f82/lael-jerome-oridor-fini-make-a-dream-please-et-laisse-toi-emporter--ok-t1369.htm
Maxim Lothringen

H u f f l e p u f f

avatar

Nombre de messages : 747
VIP : 1
Pseudonyme : Tenshi
© Avatar : Caddie ♥
Date d'inscription : 26/10/2008
Age : 24
Nationalité : Britannique
Pêché Capital : Paresse
Groupe : ~~~

More of me.
Patronus: Tortue , ce qui montre bien le crétin qui sommeille en lui. Sommeiller est bien le mot petit Paresseux !
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Se fatiguer à deux , c'est toujours mieux ... [Maxou;Laël]   Mer 11 Fév - 23:56

    L’instant était simple, si simple que rien ne faisait présager les complications à venir. Maxim était insouciant, il n’était même plus conscient des erreurs du passé. On aurait pu dire qu’il n’était juste pas rancunier mais son oubli était tel qu’on ne pouvait que suggérer qu’il était un gros crétin. Comme si tout c’était réglé en une simple petite course entre amis au soleil levant. C’était idiot, tout ne pouvait pas être si ridiculement simple, pourtant le poussin était à des kilomètres à la ronde de ce qui lui était tombée dessus la veille et qui l’avait affecté plus qui ne le devrait. Insouciant, inconscient. Et crétin. Tout ça ramenait au même problème : Laël n’était pas ainsi. Et le pauvre jaune et noir avait tendance à l’oublier ça aussi. Alors ainsi, son sourire béat toujours aux lèvres, il ne comprit pas de suite la mine terriblement sérieuse de son ami. Pourquoi le moment ne pouvait pas rester tel qu’il était : joyeux, simple. Mais non, la sortie avait un but, et la mémoire défaillante du paresseux n’avait pas retenue ce point. Comme quoi, il suffisait de lui mettre un divertissement pour qu’il vous oublie complètement. Intrigué, il laissa les yeux de son vis-à-vis s’ancrer dans les siens avec appréhension. Mais qu’allait-il bien lui dire ? Il était très loin de la vérité, emprisonné dans le paradis des sombrals. Mais la vérité finissait toujours par rattraper les rêveurs …


      « Tu sais Maxim, je voulais m'expliquer et par surcroit m'excuser, pour hier. »


    Premier pas vers le monde réel. Tout à coup, le pelage de l’animal près de lui n’avait plus rien de charmant. Le toucher lui sembla rugueux et sa main s’enleva promptement, ce qui fut accueilli d’un hennissement outré. Après avoir délaissé la réalité, il délaissait le petit. Chacun son tour ! Idiot. Complètement débile. Il ne voulait plus se torturer l’esprit en repensant aux événements passés, mais apparemment il en était tout autre pour Laël. Soit, il fallait de toute façon en parler … Il était inquiet mais tout de même heureux, car il saurait enfin pourquoi il avait été lâchement abandonné. Finalement il y aurait explications et tout rentrerait dans l’ordre facilement et bien vite. Non, le petit poussin ne présageait rien des complications à venir …


      « Tu es mon meilleur ami. Certes, tu peut-être jaloux, mais, je préfère qu'en tant qu'ami, tu te comportes en tant que tel et que tu n'ais pas de gestes trop... Familiers. »


    A l’entente du mot meilleur ami, le sourire de Maxim s’intensifia. Mais tout n’était pas si beau, et le discours de son interlocuteur ne s’arrêtait pas à cette phrase. Ca n’aurait pas été digne de Laël … Mais ça aurait évité bien des choses … Quand la suite lui parvint aux oreilles et qu’il eut assimilé chaque mot, la joli courbe qu’il affichait jusqu’alors s’effaça bien vite et les premiers mots n’étaient plus qu’un vague souvenir. Avait-il eu conscience du double sens que prenaient ses actes ? Absolument pas. Avait-il eu de telles intentions ? Probablement non, en tout cas sur le moment ce n’était pas ce qu’il avait souhaité. Ainsi, comme d’habitude, la maladresse le rattrapait. On oubliait bien vite qu’être maladroit n’était pas que se faire mal tout les cinq secondes, renverser des choses ou autres actes sans importances. C’était aussi dans l’attitude, les paroles, les actes. Et Maxim était malheureusement un vrai maladroit. Se rendant compte du quiproquo qu’il avait engendré par sa seule personne, le rouge lui monta bien vite aux joues. Alors que le bleu et argent rendait toute son intention aux animaux que le poussin avait définitivement oublié, ce dernier le regardait toujours. Lui aussi avait à s’excuser … Mais les mots ne parvenaient pas à ses lèvres. Il dut forcer, se brûler la gorge pour empêcher la gêne, le malaise d’étouffer ses paroles. Il ne put donc que bégayer.

      « Hum … Je … Enfin … Je n’avais aucune intention de … Je n’ai pas réalisé que … »


    Il s’enfonçait dans la honte, ne trouvant aucun mot pour s’excuser convenablement. Il s’était conduit comme un gamin qui rejetait toujours la faute aux autres. Et il ne voulait pas être ce genre de gamin. Il ne l’avait jamais été d’ailleurs … Il avait boudé pour une faute qu’il avait commise. C’était d’un ridicule … Alors la simplicité fut de mise, pour mettre au clair ce qu’il voulait prononcer vraiment.

      « Désolé. »


    Au moins, avec ça on ne pouvait ne pas comprendre. Mais c’était si peu …

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/h-u-f-f-l-e-p-u-f-f-f81/maxim-lothringen-end-t674.htm
Laël J. Oridor
Et je mangerais le monde.
avatar

Nombre de messages : 725
VIP : 0
Pseudonyme : Compote.
© Avatar : Damned Soul (c).
Date d'inscription : 26/12/2008
Age : 25
Nationalité : Française.
Pêché Capital : La gourmandise...
Groupe : Ravenclaw <3
Musique : Indochine ~ Un ange à ma table.

More of me.
Patronus: Un veau obèse.
Orientation: Bi
Citations:

MessageSujet: Re: Se fatiguer à deux , c'est toujours mieux ... [Maxou;Laël]   Jeu 12 Fév - 18:32


    « Désolé. »

    C'est le seul mot que le poussin avait réussit à sortir, après une tentative de phrase qui s'était terminée en un simple et pure charabia. Un troll n'aurait pas fait mieux. Cependant, l'air gêné de Laël s'était transformé en un air morne. Le petit poussin s'en était juste tenu à cette excuse et il restait là, sans dire un mot, préférant délaisser la bête chétive pour regarder son ami. Il ne s'était même pas attardé sur ses intérêts, pas une seule défense, même pas une once de protestation. Le petit jaune et bronze ne savait donc que subir, il laissait aller le temps en espérant que ce dernier ne l'oublierait pas sur un banc. Peut-être Maxim ignorait-il que le temps ne soignait pas toutes les blessures, voir qu'il les envenimait. Le temps n'était pas le moyen et, à croire si l'innocent connaissait le mot « agir ». Laël reporta sa vue sur le lac. Aucun mot ne sortait de sa bouche – et de celle du poussin non plus d'ailleurs – et ses yeux s'attardaient sur la grande étendue brillante que ses yeux reflétaient avec joie. Maxim n'était qu'un petit idiot et, à croire qu'il ne comprenait rien à rien, le choixpeau avait eu raison de l'envoyer à Hufflepluf. Certain s'amusait à dire que ce dernier n'avait ni courage, ni arrogance et ni intelligence, donc que le choixpeau l'avait envoyé chez les jaunes et bronzes car cette maison prenait ceux qui restaient, la maison « sans valeur ni qualité » comme s'amusait à dire certains. Le bleu et argent n'avait jamais trouvé ces dires aussi vrai.

    « Maxim, achète-toi une personnalité et, après reviens me parler. Bonne chance pour ta promenade à l'aube courant. »

    Et le glouton s'en alla. Aussi fou que cela paraissait, il avait sorti cette phrase – qui, avouons le, n'est pas très sympathique – d'un ton indifférent et hautain, avant de se diriger doucement vers le château. Le pauvre Maxim devait être démuni en ce moment, sur place, la bouche ouverte, les yeux au-dehors, mais, Laël, en plus de ne point le savoir, n'en avait pas grand-chose à faire. Certes, l'allusion à s'acheter une personnalité n'était qu'une métaphore pour secouer le petit bout d'homme, car si toute cette innocence était appréciée par Laël, il n'aimait pas cette fausse débilité qu'il se donnait et cette feignantise morale. Laël, le calme, même lui savait défendre ses intérêts, agir quand il le fallait. Le jaune et bronze, lui, ne faisait jamais rien et, pour la deuxième fois, avait fait sortir Laël de sa tranquillité et il l'avait fait oublier sa politesse, car le bleu et argent avait bel et bien laisser sur place son ami. Que de vulgarité et de grossièreté de la part de la mascotte serdaigliennes, mais, que voulez-vous ? Il se contentait de marcher, bras croisés, se dirigeant vers le château d'un pas tout de même décidé. Une bonne douche lui ferait du bien, car, malgré ce que l'on pourrait croire, le jeune homme avait eu le temps de transpirer un peu, le tour de course ayant été bien entamé. Ce fut dans cette pensée que Laël ouvrit la porte du château, avant de se diriger au petit trot vers les douches de Serdaigles. Son chat – qu'il avait totalement oublié – lui, était resté près de Maxim, se frottant à ses jambes. Sans le savoir, la petite boule de poil égyptienne donnait un excellent mobile au commentateur jaune pour revoir son ami glouton. Car qu'étais Laël sans son chat ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/r-a-v-e-n-c-l-a-w-f82/lael-jerome-oridor-fini-make-a-dream-please-et-laisse-toi-emporter--ok-t1369.htm
Maxim Lothringen

H u f f l e p u f f

avatar

Nombre de messages : 747
VIP : 1
Pseudonyme : Tenshi
© Avatar : Caddie ♥
Date d'inscription : 26/10/2008
Age : 24
Nationalité : Britannique
Pêché Capital : Paresse
Groupe : ~~~

More of me.
Patronus: Tortue , ce qui montre bien le crétin qui sommeille en lui. Sommeiller est bien le mot petit Paresseux !
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Se fatiguer à deux , c'est toujours mieux ... [Maxou;Laël]   Mer 18 Fév - 16:50

    Jamais,au grand jamais il n’aurait cru recevoir de telles paroles de la part de son grand ami, Laël. Pouvait il encore dire qu’ils étaient amis après ce qu’il venait de lui dire ? N’était ce pas des paroles que l’on réservait plutôt pour ceux que l’on méprise ? Perdu, sa main reprit le mouvement sur la peau encore douce du petit cheval de la mort posté près de lui. Il voyait son aigle partir loin de lui. Avait-il encore fait une bêtise ? Il n’avait pourtant pu que dire cela, il ne pouvait rien dire d’autre. Une personnalité ? Mais où irait-il trouvé ça ? N’était-il donc rien ? Rien qui puisse intéresser Laël apparemment … Et cela lui faisait mal. Pourquoi, mais pourquoi ne pouvait on pas avoir une amitié stable, sans souci ? IL commença à se maudire de tous les gestes bien trop familiers qu’il avait eus sans s’en apercevoir. Il n’arrivait même plus à en vouloir au brun qui s’en allait toujours sans se retourner. Encore une fois, le poussin était perdu, abandonné.

    Alors qu’il aurait pu revenir au château et se glissait dans son lit pour quelques instants de répit, il restait à ce même lieu, qu’il jugeait celui de la séparation nette avec son Lala. Car aurait-il la chance de renouer une amitié avec le Serdaigle ? Il se rendit compte alors que s’il restait ici, c’est que cet endroit gardait encore le souvenir si présent de sa balade avec son ami. Et puis, s’il ne bougeait pas, il pouvait faire comme si le temps restait en suspens. Ne pas agir, laisser courir les temps mauvais vers les temps plus heureux. Les sombrals semblaient sensibles à son chagrin qu’il tentait de se cacher à lui-même. Ne dit on pas que les animaux ressentent toujours la moindre émotion ? Même s’ils représentaient la mort, ils n’en restaient pas moins des animaux. Et c’est avec reconnaissance profonde que le jaune accueillit le réconfort donner par le petit et sa mère.

    Maxim ne se rendit compte de la présence du chat à ses pieds que quand le soleil lui indiquait clairement qu’il faudrait tôt ou tard lever le pied pour ne pas inquiéter ses amis inutilement. Enfin, ce qui restait de ses amis … Il se baissa donc, changeant enfin de position arrêtant de fixer l’endroit où la silhouette mince avait disparu quelque temps plus tôt. Il caressa le poil doux du félin, lui souriant faiblement comme il aimerait sourire face à Laël. Le chat était symboliquement un petit bout du Serdaigle. Il porta l’animal à la silhouette pareil à son maître juste qu’à son visage. L’animal était docile. Mais qu’attendait-il pour rejoindre son maître ? Voulait il que le jaune le ramène ? Etait il aussi intelligent que ça ? Dans son innocence d’enfance, il crut en l’intelligence du chat et se mit dans la tête de retrouver Laël pour lui remettre son chat.

    Pourtant, cette idée s’effrita, les paroles dites précédemment étaient bien trop fraîchement imprimées dans son cerveau qui n’arrêtait pas de lui passer en boucle les derniers événements qui s’étaient enchaînés bien trop vite. IL n’avait pas le courage d’aller le voir, de le regarder dans les yeux, de lui parler. Avant, il devait s’acheter une personnalité … Honteux de sa lâcheté, il se haïssait. A cet instant, il n’avait besoin de personne pour savoir qu’il n’était qu’un minable et personne n’aurait pu lui faire croire le contraire. On ne peut pas rester innocent toute sa vie …


[ END ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/h-u-f-f-l-e-p-u-f-f-f81/maxim-lothringen-end-t674.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Se fatiguer à deux , c'est toujours mieux ... [Maxou;Laël]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Se fatiguer à deux , c'est toujours mieux ... [Maxou;Laël]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» jouer à deux, c'est toujours mieux.
» Jouer du piano c'est toujours mieux que de faire la causette à un lycan du moins c'est ce que je croyais...[pv Ava]
» Chapitre 1 : Deux têtes valent mieux qu'une
» Voyage autour du monde, avec toi c'est toujours mieux ! (random titre à changer. ou pas) || Momo' ?
» Andrew Carter. Des amis c'est toujours mieux que des Curly.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts :: La Malédiction de Faust. :: The End :: Remember-
Sauter vers: