Hogwarts :: La Malédiction de Faust.
FERMETURE DU FORUM !

Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé, et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

FERMETURE DU FORUM !
Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici
et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé,
et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis

Partagez | 
 

 Noam S. Dickson [Ended] --- [OK]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noam S. Dickson

Wizard moderator

avatar

Nombre de messages : 415
VIP : 2
Pseudonyme : Leïlan
© Avatar : Leïlan ©
Date d'inscription : 18/01/2009
Age : 25
Nationalité : Irlandais • Britannique
Pêché Capital : La colère
Groupe : Les lions & Les possédés
Musique : ♫ Shattered - O.A.R ♪

More of me.
Patronus: Un petit dragon
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Noam S. Dickson [Ended] --- [OK]   Mer 21 Jan - 3:34





I d e n t i t é

    Nom : Dickson.
    « C’est le nom de sa véritable famille dont il ne garde que très peu de souvenirs. Il n’a jamais voulu prendre le nom de sa famille d’accueil car il ne s’est jamais senti proche d’eux. En effet, les Sheffield ont toujours agit par intérêt et non par amour. »
    Prénom : Noam, Samaël.
    Surnom : Son prénom est assez court pour ne pas avoir à le réduire davantage. Et puis, Noam n’est pas un adepte des surnoms à part si ils ont une histoire et si ils ne sont pas ridicules. Vous pouvez donc tenter mais c’est à vos risques et périls…
    Âge : Dix-sept ans.
    Année : Septième année.
    Nationalité : Irlandaise - Britannique.
    Orientation Sexuelle : Homosexuel, bisexuel ?
    « Nombreux sont ceux qui ne savent pas où se positionne le jeune homme et il n’est pas vraiment enclin à répondre à cette question. Ce n’est pas parce que ça le gène, non, il n’est pas vraiment du genre à avoir honte de ce qu’il est. Pour parler clairement, les curieux et les classifications l’exaspèrent. Il s’en fout, même si il est clair qu’il a une nette préférence pour les hommes, bien qu’il ait eu des aventures avec des femmes par le passé. Cependant, il n’a jamais vraiment aimé une femme, bien qu’il ait pu passer une nuit ou deux avec elles, il n’a éprouvé de réels sentiments que pour des hommes, cela même si il essaie d’éviter d’éprouver des sentiments. Mais son cœur est comme lui, libre et têtu, il ne laisse pas toujours le jeune homme mettre cette distance à laquelle il tient tant. »
    Sang : Sang Mêlé.
    « Sa mère avait un père sorcier mais elle n’avait hérité d’aucun pouvoir magique. Quant à son père, c’était un sorcier qui avait été élevé par des parents sorciers. »



monde magique
    Maison souhaitée : Serdaigle peut-être mais le choix ne me revient pas.
    Baguette : En bois d’érable, elle mesure vingt cinq centimètres. C’est une baguette facile à manier grâce à sa légèreté et à sa souplesse. Elle contient également une écaille de dragon et ce lien avec l’animal que Noam admire, ne lui a pas échappé.
    Forme du Patronus : Un petit dragon.
    « Noam a toujours aimé les dragons, pour leur présence majestueuse, leur force et la peur qu’ils inspirent souvent. Cependant, il ne fait pas que les aimer, il leur ressemble un peu en quelque sorte. Tout comme lui, lorsqu’ils volent, ils se sentent libres, ils se protègent eux-même mais ils protègent aussi les rares êtres dont ils sont proches. Le jeune homme partage également un autre point commun avec eux : pour se protéger il brûle, pour que les autres ne s’approche pas de trop près. Cependant, ce n’est pas toujours efficace… »
    Forme de l'Epouvantard : Adam.
    « Ce dernier est étendu sur le sol, couvert de sang et il lève vers lui un regard suppliant. Il tend ensuite un bras dans sa direction comme pour lui demander de l’aide. » (Voir la partie RP).
    Animal de Compagnie : Nemrod.
    « Deux pupilles bleus pâles se détachèrent dans les ténèbres de la chambre. Une présence calme et pacifique était tapie dans l’ombre, observant silencieusement son jeune maître. Puis, dans une démarche aussi douce que du velours, la créature avança lentement vers l’élève endormi. Un rayon de lune vint alors dévoiler son pelage au savoureux mélange de blanc et de gris délavé, juste avant que ses poils soyeux ne frôlent le bras qui le nourrit. »
    Métier Envisagé : Un métier en rapport avec les dragons, de près ou de loin.


r é a l i t é
    Avatar : Caleb Lane
    Pseudo : Leïlan
    Prénom : C.
    Âge : Bientôt 20 ans.
    Comment avez vous découvert le forum ? On m’a montré le chemin =)
    Comment le trouvez vous ? Je pense que si je ne le trouvais pas bien, je ne serais pas là ^^
    Code : OK by Za.


_________________

« Mes blessures
me rassurent,
Je suis humain par
delà les ratures»

-Psykup-


Dernière édition par Noam S. Dickson le Mer 21 Jan - 17:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/noam-s-dickson-ended-ok-t1584.htm
Noam S. Dickson

Wizard moderator

avatar

Nombre de messages : 415
VIP : 2
Pseudonyme : Leïlan
© Avatar : Leïlan ©
Date d'inscription : 18/01/2009
Age : 25
Nationalité : Irlandais • Britannique
Pêché Capital : La colère
Groupe : Les lions & Les possédés
Musique : ♫ Shattered - O.A.R ♪

More of me.
Patronus: Un petit dragon
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Noam S. Dickson [Ended] --- [OK]   Mer 21 Jan - 3:37

    R p

    Prologue : « Tout est Ephémère »


    ___________________________ by Vinc6

    « Je n’veux plus être un enfant
    Mais je n’veux pas non plus être grand
    Eux, ils prennent toujours les mauvaises décisions
    Ils font des erreurs qu’on appelle.. Abandon.
    »




    La lumière artificielle éclairait la pièce, compensant l’aura sombre projetée par le ciel nuageux de cette journée d’automne. L’assistante sociale, Mme Brooks, tournait les pages du dossier qu’on avait déposé sur son bureau le matin même. Encore une triste histoire, bien qu’elle n’ait pas le temps de s’attendrir, ce genre de cas était son lot quotidien et si elle souhaitait se rendre utile, elle ne devait pas se laisser distraire. Comme toutes les histoires, celle-ci avait plutôt bien commencé : Judith et Edward Dickson avait grandi dans le même quartier et leur amour d’enfance avait même survécu à la séparation entraîné par les études qu’ils avaient mené dans des endroits différents. Cependant, leur première erreur avait sans doute été de se marier si jeunes. En effet, une fois leurs études terminées, ils avaient enfin eu la chance d’être réunis et entraînés par la passion de leur amour ravivé, ils n’avaient pas perdu beaucoup de temps avant de s’unir.

    La jeune femme leva les yeux du dossier et observa les trois enfants qui se trouvait de l’autre côté de son bureau. Le plus âgé, Noam, n’avait pas plus de quatre ans et il tenait son cadet par la main, le rassurant de temps à autre avec un regard confiant. En réponse, le petit Killian du haut de ses trois ans, s’accrochait à la main de son frère comme si elle lui permettait de garder la tête hors de l’eau. Pourtant la plus désorientée n’était autre que la petite dernière, Ellyah, qui s’accrochait aux vêtements de Noam et de temps en temps elle y enfouissait son visage pour y verser quelques larmes. La main de l’aîné venait régulièrement lui caresser le dos, dans un geste apaisant. Comment ne pas comprendre le désarroi de cette petite fille qui venait de fêter ses deux ans et qui avant tant besoin des bras d’une mère ? Que s’était-il passé pour qu’ils se retrouvent tous les trois seuls dans son bureau ce matin-là ?

    Très peu de temps s’était écoulé entre le mariage et les naissances rapprochées de leurs trois enfants, faisant ainsi des Dickson des parents relativement jeunes et débordés. Cela ne les destinait pas pour autant à l’échec, mais les tensions apparurent peu à peu entre les deux parents qui croulaient sous le travail et les responsabilités. Rapidement, ils se reprochèrent cette vie qui ne leur laissait aucun répit, l’un reprochant à sa femme d’avoir voulu des enfants et de boire un peu trop, l’autre accusant son mari de ne jamais être là pour l’aider et de préférer passer du temps avec ses amis plutôt qu’avec sa famille. Chacun d’eux avait besoin d’échapper au rythme oppressant de leur quotidien, mais malheureusement ils n’obtenaient que de nouvelles disputes qui devenaient si présentes qu’elles entrèrent dans leur triste routine. Cette situation ne pouvait durer éternellement et sa fin fut tout aussi brutale que son commencement. Edward rentra un soir, en ayant bu plus que de raison, il semblait au bord du gouffre, prêt à tout lâcher. Il avait perdu son travail le jour même, perdant ainsi la principale source de revenu de la famille. Une violente dispute éclata alors, plus impressionnante et plus dévastatrice que les précédentes. Lorsque le dernier cri retentit, la porte claqua, se refermant sur Edward et sur les quelques affaires qu’il avait emporté. Il était parti et il ne revint jamais. La suite était prévisible, croyez-moi, Judith n’avait jamais été une femme forte et son plus grand vice, l’alcool, ne l’avait jamais aider à changer cet aspect de son caractère. Ses revenus ne suffisaient pas à faire vivre sa famille et les problèmes ne tardèrent pas à l’engloutir complètement. Pour fuir cette décadence, elle se noyait chaque jour un peu plus dans l’alcool, délaissant peu à peu ses enfants. A partir de cet instant l‘histoire se termina: les services sociaux furent obligé d’intervenir afin de protéger ces enfants qui ne mangeaient plus à leur faim et qui allaient finir par se retrouver à la rue avec leur mère alcoolique. Cette mère qui, indirectement, les avait abandonné au même titre que leur père.

    Mme Brooks referma le dossier, elle en savait assez sur ses nouveaux protégés. A présent, elle devait agir et leur trouver un toit où il serait en sécurité et en bonne santé. Ouvrant un tiroir, elle sortit un nouveau dossier qui recensait les familles d’accueil dont elle s’occupait. Après un courte lecture, elle remarqua que les Sheffield n’avait la garde d’aucun enfant en ce moment et ils pourraient donc sûrement prendre la fratrie, les protégeant ainsi d’une séparation douloureuse. Après avoir perdu la présence de leurs parents, ils méritaient de pouvoir rester ensemble, si c’était possible du moins.



    « Mes racines sont vivantes
    Comme dans ces terres arides
    Elles cherchent la suivante
    Quand une nappe est vide
    »
    - Renan Luce -



    La voiture traversa les rues d’un lotissement de banlieue avant de s’arrêter en douceur devant une maison semblable à toutes les autres. Noam colla son nez contre la vitre de la portière afin d’observer le lieu dans lequel ils allaient devoir vivre à présent. Cela semblait tellement plus grand que l’appartement où ils avaient vécu jusque là. De l’extérieur la maison paraissait également plus belle et plus propre, mais ce n’était pas chez eux et ça ne le serait jamais. Bien qu’il n’ait pas encore mis les pieds dans la maison, il avait le sentiment que ce lieu ne serait jamais leur foyer. Mme Brooks sortit de la voiture et elle vint ouvrir la portière contre laquelle Noam s’était appuyé jusque là.

    Mme BROOKS . « - Allez les enfants, vous êtes arrivés, il est temps de rencontrer votre nouvelle famille. »

    NOAM . « - Pourquoi on va vivre avec des gens qui nous aiment pas ? »
    Mme BROOKS . « - Les Sheffield ne vous connaissent pas encore, mais avec le temps ils vous aimeront et ils s’occuperont bien de vous, tu verras. »
    NOAM . « - C’est faux ! Papa et maman ne nous aimaient pas assez pour s’occuper de nous, alors pourquoi, eux, ils nous aimeraient ? »

    Le petit garçon lança un regard noir en direction de la maison puis il se retourna vers son frère et sa sœur qui le regardaient avec de grands yeux étonnés. Ellyah retenait difficilement les larmes qui noyaient déjà ses belles prunelles. Noam aurait du regretter ce qu’il venait de dire, ne serait-ce que parce que ses paroles avaient blessé inutilement sa petite sœur, mais il n’y parvenait pas. C’était la vérité et il le pensait sincèrement. De plus, malgré leur jeune âge il fallait qu’ils affrontent la réalité : A présent, ils étaient seuls et cette famille d’accueil n’y changerait rien. Cependant, ils n’avaient pas d’autre choix que de vivre chez ces gens, en attendant d’être assez grands pour mener leur propre vie. Relevant fièrement la tête, il tendit une main à sa sœur et donna l’autre à son frère, puis il se tourna vers la maison. Il n’était pas vraiment prêt à franchir cette porte, mais il n’était qu’un enfant et les adultes décidaient à sa place. Du moins, pour le moment parce qu’un jour il serait libre et plus rien ne pourrait l’empêcher de faire ce dont il avait envie. C’était la promesse qu’il se faisait et il était certain que, quoi qu’il se passe, il la tiendrait.


_________________

« Mes blessures
me rassurent,
Je suis humain par
delà les ratures»

-Psykup-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/noam-s-dickson-ended-ok-t1584.htm
Noam S. Dickson

Wizard moderator

avatar

Nombre de messages : 415
VIP : 2
Pseudonyme : Leïlan
© Avatar : Leïlan ©
Date d'inscription : 18/01/2009
Age : 25
Nationalité : Irlandais • Britannique
Pêché Capital : La colère
Groupe : Les lions & Les possédés
Musique : ♫ Shattered - O.A.R ♪

More of me.
Patronus: Un petit dragon
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Noam S. Dickson [Ended] --- [OK]   Mer 21 Jan - 3:38


    Chapitre Un : « Parfois les anges n’ont pas d’ailes.»


    ___________________________ By Siroluvelo

    « Une vraie rencontre, une rencontre décisive,
    C'est quelque chose qui ressemble au destin.
    »
    - Tahar Ben Jelloun -



    Le vent agitait les feuilles, les entraînant dans une danse frénétique qui faisait frémir les arbres du parc. Nullement dérangé par la présence de cet air fougueux, Noam était perché sur un muret en pierres. D’un côté, celui où s’étendait le parc, le sol ne se trouvait qu’à un mètre au dessous de ses pieds, mais de l’autre côté le muret surplombait une route qui serpentait plusieurs mètres plus bas. N’importe quel autre enfant de huit ans aurait pu avoir le vertige mais Noam aimait cette sensation de danger qui faisait palpiter son cœur. Prendre des risques n’était qu’un jeu pour lui, il ne craignait pas pour sa vie, il préférait la vivre pleinement plutôt que perdre son temps en ayant peur. Lorsqu’il faisait tout ce qui lui passait par la tête, l’adrénaline qu’il ressentait souvent lui donnait le sentiment d’être vivant, comme si elle réveillait son corps endormi, presque vide. Depuis quatre ans déjà, Noam vivait chez les Sheffield et il était loin de s’y sentir bien, même si c’était sûrement mieux que l‘enfer de la rue et les effluves d‘alcool que dégageait le corps de sa mère. Cependant, ces gens n’en étaient pas moins des esclavagistes, ils ne leur laissaient pas une seconde de répit. Ils considéraient que si les enfants voulaient mériter le toit et la nourriture qui leurs étaient offert, il fallait qu’ils se rendent utiles. Cela aurait pu ne pas poser de problèmes si Mme Sheffield n’avait pas passé son temps à leur crier qu’il n’était que des bons à rien et si Mr Sheffield n’avait pas eu la main si légère. Pourtant, lorsqu’ils voyaient Mme Brooks aucun d’eux ne s’étaient jamais plaints des coups et des cris. Les Sheffield avaient été clairs là-dessus, si ils ne voulaient pas d’ennuis, ils devaient dire que tout se passait bien. De toute façon, pourquoi se plaindre? A quoi cela aurait-il servi? Aucune famille n’était parfaite. Celles qu’ils avaient connu jusque là leur avait déjà appris que ça pouvait toujours être pire et qu’il fallait se contenter que ce qu’on a. Pour s’en sortir, chacun doit donc se protéger des « coups durs » à sa façon et la fratrie devint adepte dans l’art d’échapper à leur quotidien.

    « Lire, c'est partir à la découverte d'un univers,
    c'est aussi partir à la rencontre de celui que l'on est.
    »
    - Claire Genoux -


    De son côté, Noam s’échappait dans son propre monde. Loin de la peur, loin de cette vie qu’il n’aimait pas. Perché sur ce muret, il se sentait libre tout simplement. Cependant, se mettre en danger n’était pas sa seule activité. Dans son monde, il voyageait aussi grâce aux mots, grâce aux livres. Cela ne faisait que deux ans à peine qu’il savait lire et il dévalisait déjà la bibliothèque du quartier. Bien sûr, pour le moment il ne lisait que des livres à sa portée mais leurs aventures le transportaient avec tout autant de force. Il essayait toujours d’en apprendre un peu plus afin de pouvoir un jour lire n’importe quel livre car aucun d’entre eux ne dépasserait sa capacité de compréhension. Les livres et ses sorties étaient sa seule échappatoire, celle qui pouvait lui permettre de partir, ne serait-ce que quelques instants, de cet endroit où il se sentait enfermé. De leur côté, les Sheffield ne s’inquiétaient pas de ce qui pouvait lui arriver lorsqu’il sortait et au lieu de voir cela comme un manque évident d’amour, il chérissait ce semblant de liberté et il en profitait pour récupérer de nouveaux livres ou pour faire tout et n’importe quoi. Il ne donnait aucune limite à son imagination. Elle lui était bien trop précieuse.

    UNE PETITE VOIX . « - Tu ne devrais pas rester là haut. Tu vas tomber… »

    Brusquement sorti de ses pensées, de son monde, Noam vacilla légèrement, manquant presque de perdre son équilibre déjà précaire. Cependant, au lieu d’être inquiet de ce qui aurait pu lui arriver ou encore énervé d’avoir été déconcentré, il sourit. Le danger lui avait délivré sa dose de vie, sa dose de liberté… Le bonheur de se sentir vivant dans ce quotidien presque mort. Cela avait pourtant eu un prix: il n’était plus dans son monde, seul et en paix. Maintenant qu’il était de nouveau dans la réalité, le garçon se tourna vers la petite voix qui avait surgit de nulle part. Toisant l’inconnu, il remarqua que c’était un petit garçon qui devait avoir à peu près le même âge que sa petite sœur. Son visage ne lui était pas familier mais cela ne voulait pas dire qu’il ne l’avait jamais vu auparavant. En effet, Noam ne s’intéressait pas vraiment aux autres, en particulier lorsqu’il ne les connaissait pas. Avec lui, il y avait deux poids, deux mesures. Les inconnus l‘indifféraient, il allait rarement à leur rencontre à part si il pouvait y trouver un intérêt quelconque, en revanche il s’arrangeait pour protéger ses proches, comme si il se sentait responsable du peu de personnes qui l’entouraient vraiment.

    NOAM . « - Qu’est-ce que ça peut te faire? »

    Le ton était volontairement cassant. Noam n’appréciait pas qu’on lui dise ce qu’il devait faire ou qu’on se mêle de ses affaires. Ce qu’il faisait ne regardait que lui, surtout lorsqu’il n’y avait que sa vie en danger. Le regard du petit garçon se voila. Apparemment, il s’attendait à un meilleur accueil. Dommage pour lui, il n’avait qu’à aller s’intéresser à quelqu’un d’autre. Avec son air d’enfant parfait et sa voix angélique, il aurait sûrement plus de succès auprès de n’importe qui d’autre mais Noam préférait qu’on le laisse tranquille. Néanmoins, le petit garçon ne bougea pas, au contraire il releva fièrement la tête et attendit. Le funambule soupira avant de descendre du muret d’un bond. Puisque le petit intrus n’avait pas l’intention de partir, c’était lui qui allait s’installer un peu plus loin. Ramassant son sac, qui contenait les derniers livres qu’il avait emprunté, il partit s’asseoir sur un banc à l’ombre d’un chêne. Aussi fidèle qu’une ombre, le petit garçon calqua sa démarche sur la sienne et le suivit en silence avant de s’asseoir à ses côtés.

    NOAM . « - Laisse-moi tranquille! Va-t-en! Tu n’as personne d’autre à embêter?! »


    La situation commençait à l’exaspérer et il n’allait pas tarder à devenir sérieusement désagréable dans l’espoir de retrouver un soupçon de tranquillité. Le petit avorton avait sûrement mieux à faire que de jouer avec ses nerfs, du moins Noam l’espérait car si il avait voulu avoir quelqu’un sur le dos, il serait resté chez les Sheffield.

    INCONNU . « - Non. »

    Son intonation était franche et neutre. Pourtant toute la dimension que cachait ce simple mot n’échappa pas à Noam. Il aurait pu s’agir d’un mensonge ou bien dévoiler simplement le fait que tous ses proches étaient occupés ce jour là, mais ce n’était pas le cas et sans savoir pourquoi, il en était certain. Ce que la voix de l’enfant n’avait pas trahi, son regard en revanche l’avait dévoilé. Une ombre s’était glissée dans les iris de ce dernier et cela n’avait pas échappé à Noam. La solitude était la compagne de cet enfant, cela lui sautait aux yeux maintenant qu’il prenait la peine de le regarder. Derrière son apparence de petit ange joyeux, se cachait une âme errante, solitaire malgré elle. Il n’en disait rien et pourtant tout en lui semblait le crier en silence. Comme un appel au secours que personne ne pourrait jamais entendre, mais que l’on pouvait voir. Noam l’avait vu. Plus tard, il apprit que la mère du garçon travaillait beaucoup pour subvenir à leurs besoins et comme il n’avait qu’elle, il se retrouvait souvent seul. Mais n’allez pas croire que Noam s’était laissé attendrir par cet enfant perdu. Néanmoins, il ne pouvait nier que quelque chose semblait les rapprocher sans qu’il ne sache vraiment pourquoi cette impression avait germé dans son esprit. En apparence, ils n’avaient clairement rien en commun et pourtant… L’enfant était là, prêt à braver sa colère, à faire face à son rejet; il préférait subir ses foudres plutôt que retourner à sa solitude. Mais… pourquoi lui? N’avait-il pas trouvé une cible plus facile? Ou bien était-ce justement la difficulté qui l’avait attiré?
    Noam soupira à nouveau. Cette fois, il avait l’air las de quelqu’un qui n’avait pas d’autre choix que de supporter un nouveau coup du sort.

    NOAM . « - Ne t’attends pas à ce que je devienne ton ami, ni à ce que je sois gentil avec toi. Je n’ai pas besoin de toi et je n’ai pas envie de te supporter… Mais puisque tu sembles avoir envie de me coller, d’accord, fais ce que tu veux! Mais ne vient surtout pas te plaindre si je te traite mal, tu l’auras bien cherché… »


    Sur ses mots, Noam se leva, balança son sac sur ses épaules et partit en direction de la bibliothèque. Il avait besoin d’un endroit pour se calmer, puisqu’il devait se faire à l’idée qu’une nouvelle ombre le suivait dorénavant. D’ailleurs, le petit garçon lui avait déjà emboîté le pas et malgré ses paroles, il affichait un large sourire, comme si il était sûr de savoir se montrer assez discret pour se faire accepter. Après tout, Noam n’était pas si asocial qu’il n’y paraissait, il avait quelques amis, même si ils étaient rares. Il suffisait simplement de le prendre comme il était et de ne pas attendre plus de sa part et cela l’enfant semblait l’avoir compris, comme si il avait su lire en lui. Cette idée le fit frissonner, il ne pouvait imaginer qu’on puisse en savoir autant sur lui. Il jeta un regard en coin à l’enfant. Ce dernier affronta son regard non sans difficulté, bien qu‘il essaya de le cacher. Il avait du courage mais il n’était pas fou, il savait que Noam était plus âgé et plus fort que lui, pourtant il ne comptait pas laisser sa peur l’arrêter. Et rien que pour ça, Noam avait envie de lui laisser sa chance.

    INCONNU . « - Je m’appelle Adam. »



_________________

« Mes blessures
me rassurent,
Je suis humain par
delà les ratures»

-Psykup-


Dernière édition par Noam S. Dickson le Mer 21 Jan - 4:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/noam-s-dickson-ended-ok-t1584.htm
Noam S. Dickson

Wizard moderator

avatar

Nombre de messages : 415
VIP : 2
Pseudonyme : Leïlan
© Avatar : Leïlan ©
Date d'inscription : 18/01/2009
Age : 25
Nationalité : Irlandais • Britannique
Pêché Capital : La colère
Groupe : Les lions & Les possédés
Musique : ♫ Shattered - O.A.R ♪

More of me.
Patronus: Un petit dragon
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Noam S. Dickson [Ended] --- [OK]   Mer 21 Jan - 3:40


    Chapitre Deux: « Partir ailleurs, pour une nouvelle vie.»


    ___________________________ by Luciolle

    « Mes blessures me rassurent
    Je suis humain, par delà les ratures.
    »
    - Psykup -





    NOAM . « - Je suis ridicule… »

    Une silhouette encore enfantine recouverte d’un long tissu noir, voilà l’image que le miroir renvoyait à Noam. Quelques mois auparavant, le jour de ses onze ans, il avait reçu une étrange lettre qui lui annonçait qu’il était un sorcier et qu’il était accepté dans une école de sorcellerie au nom bizarre. Hilarant n’est-ce pas ? Au premier abord, c’était ce qu’il avait cru : que c’était une blague de mauvais goût. Cependant, il avait du se rendre à l’évidence, il était réellement un sorcier, comme ceux qui peuplaient les livres qu’il avait lu. C’était incroyable, et pourtant c’était bel et bien réel. Son reflet le prouvait. En effet, il venait de revêtir l’une des robes de sorcier qu’il avait du acheter pour sa rentrée scolaire et ses premiers pas dans sa nouvelle vie. Dans cette tenue, il se sentait différent. Bien sûr, son visage était le même, les traits volontaires et les prunelles bleus qui le fixaient d’un air grave, lui étaient familiers. Mais quand était-il de l’impression qu’il dégageait dans cette tenue étrangère ? Glissant ses doigts dans ses cheveux châtains toujours en bataille, il observa minutieusement son allure. Etait-il aussi ridicule qu’il en avait l’air ou était-ce simplement le manque d’habitude qui générait cette impression ? Cherchant une réponse, il se tourna vers sa sœur. Cette dernière n’avait pas bougé, son regard le fixait comme si elle n’allait jamais le revoir. Il secoua la tête tandis qu’un léger sourire ironique apparaissait au coin de ses lèvres. Décidemment, la différence était vraiment le mot d’ordre dans leur fratrie. Ellyah était douce et attachante, elle ne supportait pas l’idée qu’ils soient séparés tous les trois. Noam, quant à lui ne s’inquiétait pas de leur séparation imminente, même si il avait toujours protégé ses deux cadets. Après tout c'était normal, son frère et sa sœur étaient les seules personnes auxquelles il acceptait d’être attaché. Il les considérait comme étant différents des autres, même si cela ne leur octroyait pas le droit de connaître un Noam étouffant de gentillesse, il était tout de même plus attentionné avec eux qu’il ne l’était avec n’importe qui d’autres. A vrai dire, ce n’était même pas comparable.

    ELLYAH . « - Je ne veux pas que tu t’en ailles… Qu’est ce qu’on va faire sans toi ? »

    Noam soupira. Sa petite sœur était de ces personnes qui pensaient avoir besoin des autres. Le jeune homme trouvait cette idée stupide, il n’avait besoin de personne et Ellyah non plus. Les gens finissent toujours par partir, les liens se défont plus rapidement qu’ils ne se forment, alors pourquoi aurait-on besoin des autres? Leurs propres parents avaient cessé de s’occuper d’eux, ils les avaient abandonné, leur prouvant ainsi qu’il ne fallait compter sur personne. Bien sûr, Noam serait toujours là pour son frère et sa sœur, mais ils n’avaient pas besoin de lui, et ils se débrouilleraient très bien en son absence.

    NOAM . « - Ne dis pas n’importe quoi, Elly, tu n’as pas besoin de moi. Tu n’as besoin de personne. »

    Exaspérée par les paroles de son aîné, Elly secoua lentement la tête. Son frère ne changerait jamais. Il ne croyait qu’en lui même et refusait toujours de s’attacher à quelqu’un d’autre, excepté Killian et elle. Pourtant, elle était sûre que malgré ses airs distants, son impulsivité et son sale caractère, quelque part son cœur se battait contre sa raison. Cependant, même si ce n’était pas le cas, elle l’aimait assez pour l’accepter tel qu’il était. Comment aurait-elle pu faire autrement ? Elle avait déjà du mal à imaginer son année sans lui, alors sa vie ? Noam l’observait en silence, attendant qu’elle lui fasse part de ses pensées.

    ELLYAH . « - Et Adam ? »

    Alors qu’il s’était penché pour ramasser quelques livres et les mettre dans son sac, Noam sursauta. Son regard bleu vrilla celui de sa sœur, qui malgré la froideur de ses prunelles, ne détourna pas les yeux.

    NOAM . « - Quoi Adam ? Qu’est-ce qu’il vient faire dans l’histoire ? Il n’a pas besoin de moi lui non plus, même si il semble le croire. Il se trompe, comme toi il croit en des utopies absurdes. D’ailleurs, je me fous de ce qui peut bien lui arriver, il n’est rien pour moi et je n’ai pas besoin de lui. »

    Son ton était cinglant et sans appel. Bien qu’elle ne croyait pas les mots qu’il avait prononcé, Elly n’osa pas le contredire, c’était un terrain glissant, elle le connaissait trop pour l’ignorer. Noam enleva sa robe de sorcier d’un geste vif avant de la jeter sur sa valise. Il ne supportait pas qu’on s’imagine qu’il y avait un lien quelconque entre Adam et lui. Il ne s’attachait à personne et Adam ne faisait pas exception. Après tout, c’était lui qui le suivait partout, Noam n’y était pour rien et il se refusait à devenir violent pour le dissuader. Certes, il lui tenait compagnie mais ça n’allait pas plus loin. Ce n’était pas parce qu’au fil du temps, il se montrait parfois moins désagréable qu’il s’était mis à l’apprécier. Un jour, comme tous les autres, il partirait sans rien dire et Noam n’y prêterait pas attention. Sa sœur semblait l’avoir compris car elle changea de sujet.

    ELLYAH . « - Mais qu’est ce que tu vas faire là-bas ? »
    NOAM . « - Je vais étudier et avoir les meilleurs résultats possible. Comme ça, un jour, je ferais ce que j’aime parce que j’aurais le choix. »

    Le regard du jeune homme brillait de détermination. Il avait toujours donner le meilleur de lui-même lorsqu’il était question d’apprendre. En effet, le savoir était un pouvoir que beaucoup sous estimait à tord. Le savoir lui avait permis de pouvoir lire de plus en plus de livres, et bientôt même les plus compliqués n’auraient plus de secret pour lui. Plus tard, il serait libre de choisir sa vie et de faire ce qu’il voudrait, comme il l’avait toujours fait. Mais avant, il devrait travailler dur et avoir les meilleurs résultats. C’était dans cette optique qu’il préparait son entrée à Poudlard et il ferait de son mieux pour se rapprocher de son objectif.

    KILLIAN . « - J’espère que l’an prochain je partirais avec toi ! Ça doit être cool d’être un sorcier ! »

    Le second garçon de la fratrie venait d’entrer dans la pièce et au passage, il avait attrapé la baguette de son frère. Tournant l’objet dans tous les sens, il mimait les différentes postures et les bruitages de sorts imaginaires. Noam resta d’abord immobile tant l’entrée de son frère avait été fracassante. Néanmoins, il reprit rapidement ses esprits et il récupéra brutalement a baguette avant de frapper le haut de la tête de Killian. Ce dernier pouvait vraiment être agaçant par moment. Noam lui avait répété des milliers de fois qu’il ne devait, sous aucun prétexte, toucher à ses affaires, pourtant il continuait à le faire... Noam s’empressa de ranger dans sa valise, sa baguette et la robe de sorcier qu’il avait porté, afin de ne plus tenter son frère. Ensuite, prenant Elly par les épaules, il se dirigea vers la porte. Quelques jours auparavant, ils avaient prévu d’aller manger tous les trois dans le parc qui se trouvait près de leur lotissement, pour profiter de leur dernier jour ensemble. Avant de sortir, il lança un dernier avertissement à l’enfant espiègle qui lui servait de frère.

    NOAM . « - En tout cas, si tu continues à faire l’imbécile c’est certain qu’ils ne te prendront pas dans leur école de sorciers. »
    KILLIAN . « - C’est faux, je ne fais pas l’imbécile ! Et puis, tu n’en sais rien ! hein ?! NOAM ?! »

    Les cris du garçon ne trouvèrent pas de réponse et il dut courir derrière son aîné qui entraînait déjà leur sœur dehors. Les voix de la fratrie résonnèrent encore un instant dans les couloirs de la maison avant de s’évanouir totalement derrière la porte d’entrée qui venait de se refermer dans un bruit sourd.

_________________

« Mes blessures
me rassurent,
Je suis humain par
delà les ratures»

-Psykup-


Dernière édition par Noam S. Dickson le Mer 28 Jan - 17:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/noam-s-dickson-ended-ok-t1584.htm
Noam S. Dickson

Wizard moderator

avatar

Nombre de messages : 415
VIP : 2
Pseudonyme : Leïlan
© Avatar : Leïlan ©
Date d'inscription : 18/01/2009
Age : 25
Nationalité : Irlandais • Britannique
Pêché Capital : La colère
Groupe : Les lions & Les possédés
Musique : ♫ Shattered - O.A.R ♪

More of me.
Patronus: Un petit dragon
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Noam S. Dickson [Ended] --- [OK]   Mer 21 Jan - 3:41



    Chapitre Trois : « Lorsque l’ange récupère ses ailes… »



    ___________________________

    « Ce sont des petits morceaux d'peur, un peu partout disséminés,
    Des petits fragments de frayeur qui finissent par s'assembler…
    »
    - Les Wriggles -


    Un bruit de pas précipités se répercutait inlassablement sur le bitume. Le son d’une course effrénée, rythmée par une respiration haletante et saccadée, qui résonnait dans toute la rue. Noam était épuisé, il ne sentait plus ses jambes mais il ne pouvait pas s’arrêter. Pas maintenant, pas tant qu’il ne serait pas arrivé. C’était un cauchemar, un véritable cauchemar et il allait sûrement se réveiller en sursaut dans quelques instants. Pourtant la douleur qui transcendait ses muscles et la peur qui paralysait ses sens, lui criaient que tout cela était malheureusement bien réel. La soirée avait commencé comme n’importe quelle autre soirée, du moins jusqu’à ce qu’il reçoive ce coup de téléphone… Il avait entendu les mots qui avaient été prononcés, il se souvenait de chaque parole, mais il ne voulait pas y croire. Sa raison lui intimait de se calmer, lui répétant sans cesse que lui, il allait bien et que rien d’autre ne comptait. Mais son cœur n’était pas d’accord, il lui criait un tout autre message et pour une fois… il criait bien plus fort. Il battait contre ses tempes, résonnait dans sa cage thoracique, martelant un rythme lancinant qui ressemblait à un fatidique compte à rebours. Etait-ce l’épuisement ou bien la peur qui le faisait battre si vite, si fort ? Cette même peur qui lui nouait les entrailles et faisait trembler chacun de ses membres…


    « …Rien que des petits morceaux d'peur que l'on t'a gentiment donnés,
    Des limailles, des copeaux de terreur qui paralysent la pensée.
    »
    - Les Wriggles -



    Tout était de sa faute, il en était certain. Si il n’avait pas été si égoïste, rien de tout ça ne serait arrivé. Il était le seul responsable et il ne pouvait plus rien faire pour arranger les choses. Il ne pouvait rien faire d’autre que courir vers ce foutu hôpital en espérant qu’il n’arriverait pas trop tard…


    - FLASH BACK -


    NOAM . « - Lâche-moi ! Je ne te le répèterai pas, Adam ! Dégage, rentre chez toi et surtout laisse-moi tranquille ! »

    La voix de Noam était claire et froide, il était énervé comme cela lui arrivait souvent. Adam y était habitué, c’était loin d’être la première fois qu’il se faisait rejeter par le jeune homme. Pourtant, il ne put s’empêcher d’être blessé par ses mots, par le ton de sa voix, par son regard bleu qui devenait électrique et glacial. Quand est-ce que Noam verrait ce qu’il y avait vraiment entre eux ? Parce qu’il était persuadé que ça arriverait un jour même si le jeune homme refusait de le croire. Il ne croyait en rien d’ailleurs. A part en lui et en toutes ces conneries qu’il pouvait faire. Adam croisa à nouveau son regard et la tristesse qu’il ressentait se mêla à la colère qui naissait dans son cœur.

    ADAM . « - Alors quoi ? Tu veux que je te laisse aller seul dans ce bar pour que tu puisses boire jusqu’à l’ivresse et te faire la première personne qui passera devant toi ? C’est ça que tu veux ou tu veux simplement me blesser ? Remarque, il n’y a aucune différence. »

    Le jeune homme luttait pour ne pas pleurer, cela n’aurait fait qu’aggraver les choses. Noam soupira avant de secouer lentement la tête. A présent, il avait seize ans, il en profitait pour sortir, boire et si il voulait coucher avec quelqu’un, il le faisait et ça ne regardait absolument personne. Il voulait simplement qu’on le laisse tranquille, il avait envie d’être libre, de n’avoir à supporter personne, du moins pas sans l’avoir choisi. Or, il n’avait pas demandé à Adam de l’accompagner, au contraire il voulait qu’il rentre chez lui.

    NOAM . « - Qu’est-ce que ça peut te faire ? Je fais ce que je veux et ça ne te regarde pas. Il n’y a rien entre nous, combien de fois je vais devoir te le dire ? Laisse-moi maintenant, je n’ai aucun compte à te rendre ! »

    Adam ouvrit a bouche mais il ne put rien répondre. Son regard en revanche se voila, assombri par la tristesse. Les mots du jeune homme l’avait atteint plus sûrement que si il avait été frappé. Baissant les yeux, il resta silencieux. Noam devinait aisément les souvenirs qu’il ressassait en silence. En effet, ils s’étaient déjà embrassés quelques fois dans l’effervescence et l’ivresse de certaines soirées, mais cela ne signifiait rien, ce n’était pas la seule personnes qu’il avait embrassé, d’ailleurs souvent il ne s’était pas arrêté là avec les autres. Cependant, Adam était différent, il le connaissait depuis longtemps et il nourrissait l’espoir utopique que Noam allait changer.


    - FIN DU FLASH BACK -


    La silhouette imposante de l’hôpital se dessina enfin. Noam ne perdit pas une seconde, il y entra en courant et il ne s’arrêta que lorsqu’il fut devant la bonne porte. Avant même d’entrer, il entendait déjà le bruit strident des machines. Malgré son envie de s’allonger à même le sol afin de se reposer après la course qu’il venait de faire, il poussa la porte et entra dans la chambre. La vision qu’il eut alors le hanterait à jamais, il en était certain. Elle le hantait déjà. Il ne pouvait détacher son regard du corps d’Adam étendu sur le lit, inerte. Entre la vie et la mort, le jeune homme luttait pour sortir du coma. Noam se sentait impuissant, non pire, il se sentait responsable de ce qui était arrivé. Ses yeux se posèrent sur la mère d’Adam qui pleurait dans le fauteuil près du lit. Elle devait le haïr pour ce qui était arrivé, pourtant elle l’avait appelé. Il se souvenait de chaque mot qu’elle avait prononcé. Adam avait été agressé par deux hommes alors qu’il rentrait chez lui. Ils l’avaient frappé encore et encore jusqu’à ce qu’il ne bouge plus. Ensuite, ils avaient fouillé ses poches et ils lui avaient tout pris. La colère se diffusait rapidement dans les veines de Noam : à cause de ces deux pourritures Adam était entre la vie et la mort. Et lui alors ? Ou était-il à ce moment là ? Dans ce bar, à draguer cet inconnu donc il avait déjà oublié le nom. Il avait demandé à Adam de partir, il l’avait obligé à rentrer seul chez lui et il n’était pas là au moment où il avait eu le plus besoin de lui. Rongé par les remords, il s’avança lentement vers le lit avant de s’asseoir dessus.

    NOAM . « - Adam… Ecoutes-moi. Je t’interdis de partir, tu n’as pas le droit d’abandonner. Tu vas te réveiller et tu pourras m’en vouloir autant que tu veux de pas avoir été là… Pour une fois je ne dirais rien, et ça serait à ton tour de crier tout le mal que tu penses de moi. »

    Jamais il n’avait été aussi sincère, aussi calme et il n’était même pas sûr qu’Adam puisse l’entendre. Le voir ainsi figé, était insupportable, insoutenable. Il avait envie de lui crier de revenir, d’ouvrir les yeux et de prononcer un mot, n’importe lequel. Pour la première fois, il aurait donné n’importe quoi pour entendre sa voix. Mais il n’y avait rien d’autre que ce silence oppressant, presque cruel. Puis soudain, les signaux des machines s’emballèrent, emplissant la pièce de leur fond sonore obsédant. C’était pire que le silence, pire qu’un cri. Adam était en train d’abandonner. Noam aurait voulu protester mais aucun son ne sortit de sa bouche, il se contentait de fixer le corps du jeune homme avec un regard effrayé. Plusieurs infirmières entrèrent rapidement dans la chambre.

    INFIRMIERE . « - Son état empire, nous allons devoir nous occuper de lui, je suis désolée mais je vais devoir vous demander de sortir. »


    Le temps sembla se figer soudainement, comme si la scène se déroulait au ralenti. Noam sentit son sang se glacer, il devait agir vite; peut-être était-ce la dernière fois qu’il voyait Adam vivant… Sa raison était devenu muette, étouffée par la force que déployait son cœur afin de se faire entendre pour la toute première fois. Noam se pencha, rapprochant son visage de celui du jeune homme. Ses lèvres effleurèrent les siennes, avant de se rapprocher de son oreille.

    NOAM . « - Je… Je t’aime aussi... »

    Dans un murmure presque inaudible, il prononça ses mots pour la première fois. Peut-être allait-il le regretter mais qu’importe, Adam méritait de connaître la vérité même si elle risquait d’arriver bien trop tard. Au fond, Adam avait toujours su que Noam avait fini par s’attacher à lui, sinon il n’aurait pas perdu autant de temps à essayer de lui faire comprendre. Cependant, ce dernier n’était pas prêt à l’admettre. Il ne l’était toujours pas mais il n’avait pas le choix. Il regarda Adam une dernière fois avant qu’on ne le pousse sans ménagement vers la sortie.



    Depuis combien de temps cette attente insoutenable durait-elle ? Il avait l’impression que cela faisait des heures qu’il était assis sur cette chaise. La mère d’Adam sanglotait à ses côtés, ses yeux rouges et gonflés, lui rappelait que la vie du jeune homme ne tenait plus qu’à un fil. Elle ne tenait plus qu’à trois mots, trois mots qu’une infirmière allait prononcé. Avec de la chance, ces trois mots leurs permettraient de sortir la tête de l’eau et de respirer à nouveau : il est sauvé. Mais si ce n’était pas le cas, si tout se terminait cette nuit-là ? Auparavant, il aurait simplement dit que la vie continuait, qu’il n’avait besoin de personne. Quand était-il maintenant ? Avait-il besoin de quelqu’un pour une fois ? D’une personne. Adam. Il avait besoin qu’il vive, même si par la suite il ne lui adressait plus la parole. Tant qu’il vivait c’était l’essentiel. Ce genre de pensée lui était totalement étrangère et pourtant pour une fois il tenait à quelqu’un d’autre qu’à son frère ou à sa sœur. Adam avait réussi à s’immiscer dans sa vie, mais à quel prix ? A quoi cela aurait-il servi si il devait mourir à présent ?
    Une infirmière sortit enfin de la chambre, mettant fin à leur douloureuse attente. Elle pausa sur eux un regard fatigué et las.

    INFIRMIERE . « - Je suis désolée… »
    NOAM . « - NON ! »

    Non, ce n’était pas ces trois mots là qu’il voulait entendre. Pourtant l’infirmière était déjà en train d’expliquer à la mère d’Adam, les causes de la mort de son fils… Noam ne voulait pas le croire, c’était impensable. Demain, lorsqu’il sortirait, il rencontrerait encore Adam sur son chemin, et comme d’habitude, malgré ses remarques acerbes, le jeune homme l’accompagnerait quand même. Les choses ne pouvaient pas être différentes. Noam se figea soudain. Il se berçait d’illusion, comme sa sœur et Adam l’avaient toujours fait. Bien sûr que les choses pouvaient changer. Les gens et les liens qu’ils se créaient entre eux, étaient éphémères. Il l’avait toujours su et malgré tout, il s’était tout de même laissé tomber dans le piège. Il s’était attaché à Adam et à présent, il en souffrait. Après tout, il n’avait que ce qu’il méritait, il l’avait cherché.

    Laissant tout derrière lui, il parti en courant. Les bruits de l’hôpital le suivirent quelques instants puis ils s’évanouirent dans le silence de la nuit. De nouveau, le cœur de Noam reprit sa course effrénée dans sa cage thoracique et ses muscles devinrent douloureux. Une douleur apaisante qui le détournait de la véritable douleur, celle qu’il ne voulait pas affronter. Cependant, il ne pourrait la fuir éternellement, elle coulait déjà sur ses joues, à travers ses larmes, elle s’exprimait, se mélangeant à la colère qui le rongeait. Il courut sans s’arrêter, sans reprendre son souffle, jusqu’à ce que son corps lui fasse mal de part en part. Puis il s’écroula. Son regard se perdit dans l’immensité du ciel. Adam avait reprit ses ailes, il était là haut maintenant. Noam, lui, était allongé dans le parc près du lotissement où il avait grandi. Le fameux parc où il avait vu Adam pour la première fois. Il avait finalement réussi à se débarrasser de lui, alors qu’il ne voulait plus le voir partir. La vie prenait un malin plaisir à se moquer de lui, c’était certain. Elle lui délivrait toujours le même message, celui qui ne le quittait jamais et qui lui rappelait que s’attacher aux gens ne menait à rien d’autre qu’à la souffrance. La douleur qui lui déchirait le cœur cette nuit-là était une preuve suffisante.



    {Si jamais ma fiche est trop longue, excusez-moi, je me suis un peu laissée emporter^^'}


_________________

« Mes blessures
me rassurent,
Je suis humain par
delà les ratures»

-Psykup-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/noam-s-dickson-ended-ok-t1584.htm
Zaren Wisper

G r y f f i n d o r & Madness

avatar

Nombre de messages : 1407
VIP : 12
© Avatar : Lsi
Date d'inscription : 27/10/2008
Age : 24
Nationalité : Islandaise
Pêché Capital : L'envie

More of me.
Patronus: Léopard des Neiges
Orientation: Bi
Citations:

MessageSujet: Re: Noam S. Dickson [Ended] --- [OK]   Jeu 22 Jan - 0:50

Bienvenue et merci de t'être inscrit yeah

Hum.... et bien que dire si ce n'est que ta fiche est magnifique ?
J'avoue quand je l'ai vu... je me suis dit encore une fiche longue -_-' ..... et au final, je me suis laissé porté et je l'ai même trouvé courte (je promets que je ne suis pas malade xD).

Tu es donc validé, il ne reste plus qu'à attendre la venue de Bout de Tissu pour ta répartition .

_________________

          (c) Lsi
          Pénétrez dans les dérives de mon âme...

          Car ne pouvant se corriger de sa folie,
          il tentait de lui donner l'apparence de la raison.

          (c) Musset
----
Présence éclaire : exam jusqu'au 7 juin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/zaren-wisper-ainsi-se-nomme-la-deraison-t734.htm
Noam S. Dickson

Wizard moderator

avatar

Nombre de messages : 415
VIP : 2
Pseudonyme : Leïlan
© Avatar : Leïlan ©
Date d'inscription : 18/01/2009
Age : 25
Nationalité : Irlandais • Britannique
Pêché Capital : La colère
Groupe : Les lions & Les possédés
Musique : ♫ Shattered - O.A.R ♪

More of me.
Patronus: Un petit dragon
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Noam S. Dickson [Ended] --- [OK]   Jeu 22 Jan - 0:55


    Merci pour l'accueil et la validation =)
    Et merci aussi pour les compliments sur ma fiche, ça me fait plaisir *___*
    Au début, je comptais pas la faire si longue, mais comme je l'ai précisé, je me suis laissée emporter malgré moi x)

_________________

« Mes blessures
me rassurent,
Je suis humain par
delà les ratures»

-Psykup-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/noam-s-dickson-ended-ok-t1584.htm
Choixpeau Magique

Le Choixpeau a toujours raison

avatar

Nombre de messages : 768
VIP : 13
Date d'inscription : 20/04/2008
Age : 106
Nationalité : Aucune
Pêché Capital : Le Savoir
Groupe : Objets Magiques

More of me.
Patronus:
Orientation: Hétéro
Citations:

MessageSujet: Re: Noam S. Dickson [Ended] --- [OK]   Jeu 22 Jan - 1:22

Hum.... voici un nouvel être d'une certaine complexité que voilà. Aimant les livres et l'univers qui s'y rattache, je vois que c'est par le travail que tu imagines ton avenir, de manière à t'ouvrir des portes. Et ton intelligence... palpable, pourtant le courage que tu as su montrer tout au long de ta jeune existence, cette manie de prendre des risques pour te sentir vivant, cette assurance ainsi que cette détermination font de toi un être à l'avenir prometteur à...

Gryffindor !


    *Enjoy !
    * Rp & Floode bien ^^ ! N'hésite pas à te rendre sur la box pour lier connaissance et délirer avec les autres. Ils ne sont pas méchants c'est promis.
    * N'oublie pas de poster ta fiche de liens & de posts demanière à tisser la toile de l'existence de Noam. Mais pense aussi à aller de toi-même vers les autres, et à leur demander des liens.


_________________
Cet avatar est la propriété exclusive de ce forum !
Merci de ne pas l'utiliser ailleurs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Noam S. Dickson [Ended] --- [OK]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Noam S. Dickson [Ended] --- [OK]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» lee noam || ???????.
» JANG KI YONG ? armani noam
» Un ange gardien (NOAM)
» Can someone be more marvelous than Marvel Girl ? (ended)
» S. Noam Wernik-Pacchioni — Tobias Sorensen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts :: La Malédiction de Faust. :: The beginning. :: Nice to meet you... or not! :: Do what I say... You're my slave. :: G r y f f i n d o r-
Sauter vers: