Hogwarts :: La Malédiction de Faust.
FERMETURE DU FORUM !

Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé, et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

FERMETURE DU FORUM !
Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici
et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé,
et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis

Partagez | 
 

 Like blossom through the snow. [ok]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ashtray Coma

R a v e n c l a w

avatar

Nombre de messages : 181
VIP : 0
Pseudonyme : ASH
© Avatar : © ALICE
Date d'inscription : 02/01/2009
Age : 25
Nationalité : BRITANNIQUE
Pêché Capital : COLERE
Groupe : POSSEDES
Musique : AUTUMN _ PAOLO NUTINI

More of me.
Patronus: Léopard
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Like blossom through the snow. [ok]   Ven 2 Jan - 18:21

f o r m u l a i r e d e p r é s e n t a t i o n ;

i d e n t i t y ;
Noms; O'Amlish Coma.
Prénoms; Ashtray Emily Kate Jane Johanna Willow.
Surnoms; *Icy en raison de son regard glacial et de la consonance de ses initiales prononcées à l'anglaise ; surnom donné par la plupart des communs, ces gens qui nous connaissent sans nous être proches et croient détenir la clef de notre personnalité.
* Ashes, en raison de sa passivité apparente ; surnom donné par Kate O'Amlish Coma, mère d'Ashtray.
Âge; 17 ans.
Année; Septième année.
Nationalité; Britannique.
Orientation sexuelle; Riensexuelle dans la mesure du possible, mais si on la cherche, peut se tourner vers absolument n'importe qui pour satisfaire ses envies.
Sang; Sang Pur.

m a g i c w o r l d ;
Maison souhaitée; Ravenclaw.
Baguette; 27,5 cm, bois de saule, nerf de cœur de dragon.
Forme du Patronus; Léopard.
Forme de l'Epouvantard; La Faucheuse, drapée de noir, aux orbites sans fond, qui a arraché sa mère à Ashtray quand elle était plus jeune.
Animal de compagnie; Un petit chat noir aux yeux d'or prénommé Incertitude qui ne quitte jamais sa maîtresse. Il se cache dans ses robes, dans son sac ou sous son chapeau mais ne laisse jamais seule la fragile Ashtray.
Métier envisagé; A sérieusement pensé rester enfermée pour toujours dans la cave de son château pour finir mangée par les mites comme un vulgaire torchon. Envisage plutôt de se consacrer aux potions sans vraiment avoir une idée précise de comment elle pourrait faire.

r e a l i t y ;
Avatar; Mika Nakashima
Prénom; Pauline
Pseudonymes; Ashtray, Ashi, n'Ashi, Zashi, Zashouille, Ashiparmentier, Ashier, Ashoute… faites marcher votre imagination x).
Âge; 14 ans depuis peu.
Comment avez-vous connu le forum; par Clémence Murray-copine d'amour.
Qu'en pensez-vous; coup de cœur immédiat, amoureuse du forum (et je jure que je suis pas une lèche-botte.) & depuis le temps que je cherchais un forum de ce genre…
Code; OK by Zaren.


Dernière édition par Ashtray Coma le Dim 26 Avr - 23:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/r-a-v-e-n-c-l-a-w-f82/like-blossom-through-the-snow-ok-t1389.htm#15118
Ashtray Coma

R a v e n c l a w

avatar

Nombre de messages : 181
VIP : 0
Pseudonyme : ASH
© Avatar : © ALICE
Date d'inscription : 02/01/2009
Age : 25
Nationalité : BRITANNIQUE
Pêché Capital : COLERE
Groupe : POSSEDES
Musique : AUTUMN _ PAOLO NUTINI

More of me.
Patronus: Léopard
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Like blossom through the snow. [ok]   Ven 2 Jan - 18:36

r o l e p l a y ;

Jour 0, commencement du début, éclosion du bourgeon annonçant un printemps tant et tant attendu.
On avait eu terriblement peur, du côté des Coma, que la pièce rapportée des plaines de l'Irlande, soit stérile envers et contre toute la magie qu'on avait déployé sur son beau corps diaphane. Déjà qu'elle n'était ni anglaise, comme le patriarche Coma, ni japonaise, comme Jane -ex Kazumi-...
On avait eu terriblement peur, du côté des O'Amlish, que la joliesse toute familiale ne se perpétue pas dans les générations à venir.
Kate avait eu peur d'être incapable, même de donner la vie.
Emil avait eu peur de n'être pas assez puissant.

Jour zéro, les peurs détruites comme autant de murs de riz que le vent éparpille, jour zéro, Ashtray était née.
Le silence qui habitait les lieux ne serait que de courte durée, Kate O'Amlish serrait dans ses bras son enfant, son unique, premier et dernier enfant, avec le sourire serein de qui a atteint le bonheur. Une mèche de cheveux roux tombait sans cesse devant ses yeux et chatouillait le nez de la poupée de cire qui n'avait que quelques minutes, pas encore de nom, mais déjà, une beauté… L'enfant souriait et ses yeux déjà pâles regardaient sans la voir la bienfaitrice de son univers, celle qui rendrait tout plus beau, jusqu'à son dernier souffle, jusqu'à sa dernière dérive.
Soudain, venant troubler la quiétude festive de la naissance savourée, entrèrent dans la pièce une foultitude de gens harassés d'avoir fait semblant de courir, car en fait ils n'étaient guère loin, aux aguets. Seulement, ils avaient été surpris, le bébé n'avait pas crié, et s'inquiétaient de sa santé et tout ce qui s'ensuit. Kate n'écoutait pas, concentrée sur l'inévitable problème qu'ils avaient contournés tant de fois dans les méandres d'une fausse tendresse, mais quel prénom lui donner? Emil était assis au pied du lit, effaré, comme si neuf mois de grossesse n'avaient pas réussi à le préparer à l'évidence: une femme enceinte accouche, au final, et si possible d'un enfant. De tout côté on s'agitait, mais lui gardait les yeux rivés sur la chair de sa chair. Peut-être se demandait-il seulement comment il avait pu participer à la création d'un être aussi beau, peut-être pensait-il lui aussi à l'imminence du problème écarté. Mais quel prénom lui donner? Un poste de radio grésillait non loin de là -celui qui attendait la naissance n'avait sûrement pas pensé à l'éteindre avant de se précipiter à l'émerveillement- et diffusait une chanson ringarde que personne ne voulait connaître. Ashes, oh oh, ashtray my dear, you're my friend, I just wanna stay with you, friends. Ashtray, ashtrays and cigarettes, oh no… Inspiration soudaine pour deux parents en mal d'intimité, juste ce qu'il faut pour ne pas oublier d'appeler son bébé.
- Comment s'appelle-t-elle, cette chérubine?
- Ashtray.
D'une même voix clair et délicate, d'un ton qu'on pourrait prendre pour celui des gens qui s'aiment sans réfléchir.
Emil et Kate, encore troublés de cette soudaine connivence, se regardèrent, sourirent brièvement et reportèrent leur attention à l'ordre du jour: la désormais prénommée Ashtray. Vinrent ensuite de longues discussions et débats politiques pour définir avec précision quels seraient les autres prénoms, la tradition Coma en exigeant six, et puis, on avait bien commencé, pourquoi s'arrêter en si bon chemin?
Emily, pour l'appartenance au sang paternel, pour l'éternel respect qu'elle lui devrait toujours, et qu'elle cesserait de lui donner quelques années plus tard. Kate pour ses yeux, irlandais, sa beauté, irlandaise, son caractère plus tard, irlandais, pour cette Irlande qui lui trottait dans le cœur et qui lui ferait tant ressembler à sa mère mais sans la rousseur des vallées. Jane pour sa défunte grand-mère paternelle, guère assez vivante pour voir naître et pousser la fière descendance Coma, et Johanna, pour le père Johan, l'Irlandais aux traits burinés qui avait donné une Kate vivante et pimpante, même quand il était parti rejoindre les siens, dans l'ailleurs. Et Willow. Parce qu'elle avait été conçue sous un saule, ô romantique est la chose, pour la fierté déplacée qu'ils avaient tous, à ce que, finalement, elle ait été créée sans additifs.
Ashtray Emily Kate Jane Johanna Willow O'Amlish Coma avait définitivement vu le jour, puisqu'on ne vit que quand on porte un nom.

« Je l'ai tant attendue, cette enfant, tellement attendue… Je n'ai toujours pas le sentiment frappant qu'elle est là, que son esprit est là. Elle est si peu bruyante… Ashtray ne bronche jamais, me regarde et tend la main, et alors je sais qu'elle a faim. Ne veut se défaire de mon étreinte et je me sens pour elle comme une peluche. Douce et rassurante. Oh! Pourvu que ça dure, cette quiétude, faites qu'elle ne puisse pas grandir, qu'elle ait éternellement besoin de moi. Je veux savoir que je suis capable. Capable de rendre quelqu'un heureux, par la seule force de mon amour. Puisque ça n'a pu être mon époux, qui ne m'aime que pour mon corps, ce sera ma fille. La plus choyée, la plus aimée, la plus heureuse de toutes les filles d'Irlandaise, et Dieu sait comme on aime nos filles dans les vallées. Je veux que toujours elle me regarde avec ce sourire. Confiant. »
Kate O'Amlish. Thoughts.


Dernière édition par Ashtray Coma le Ven 2 Jan - 18:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/r-a-v-e-n-c-l-a-w-f82/like-blossom-through-the-snow-ok-t1389.htm#15118
Ashtray Coma

R a v e n c l a w

avatar

Nombre de messages : 181
VIP : 0
Pseudonyme : ASH
© Avatar : © ALICE
Date d'inscription : 02/01/2009
Age : 25
Nationalité : BRITANNIQUE
Pêché Capital : COLERE
Groupe : POSSEDES
Musique : AUTUMN _ PAOLO NUTINI

More of me.
Patronus: Léopard
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Like blossom through the snow. [ok]   Ven 2 Jan - 18:47

Année 3. Tulipe ou pâquerette, on ne sait pas bien encore, mais c'est une belle plante, ah ça oui mon brave monsieur.
Ashtray grandit avec toutes les peines qu'on a quand on est une enfant ravissante au vocabulaire développé et aux manières parfaites, enveloppée d'amour amniotique et aseptisé, c'est-à-dire qu'Ashtray grandit comme un charme. Sans aucune anicroche, les trois premières années de sa vie se déroulèrent comme du papier à musique. Elle courait. Parcourait l'immensité du domaine autour de la demeure familiale -humblement appelée Coma Castle, sûrement parce que c'était un authentique château victorien- en ramassant le plus de fleurs possibles, ramenant des brassées de mauvaises herbes à sa mère qui riait et la remerciait d'un baiser sur le nez.
Emil n'était déjà plus très présent et Ashtray savait combien elle avait de la chance si elle le voyait au dîner deux fois par semaine. Du haut de ses trois pommes, elle évaluait déjà tout autour d'elle de son intelligence candide mais ne parlait pas beaucoup. Plus tard, quand elle saurait écrire, elle remplirait des pages entières de ses pensées plus ou moins profondes. Elle était toujours fourrée dans les jupons de soie de sa mère et s'ingéniait déjà à apprendre ses mimiques par cœur pour lui ressembler malgré l'absence de rousseur dans ses boucles. Elle avait un avis sur tout ce que faisaient les grands, et, parfois, se confiait à sa mère qui profitait, émue, dans le couchant du soleil anglais.
Elles étaient très souvent seules, le rang haut-placé de Mr. Coma n'ayant pas pallié à son asociabilité, et Ashtray s'était attachée, dès son plus jeune âge, à la moindre tapisserie et au plus vieux des domestiques. (Emil aimait montrer qu'il était important et que son compte à Gringotts l'était plus encore.) Les deux filles vivaient en princesse dans un château de cristal et de marbre où tout était beau mais rien vraiment vivant.
Ashtray s'était mise à rêver d'un trou de souris poussiéreux.

« Les dames sont bien bonnes avec nous autres gens d'en bas. Quand Monsieur n'est pas là, ce qui, "au regret", arrive souvent, les domestiques mangeons avec elles et la conversation n'est jamais maladroite. Nous sommes d'en bas mais bien élevés, sinon nous ne serions pas là… Quand Monsieur revient, Madame nous sourit mais plus discrètement, parce qu'elle a bien peur qu'on entende son snobinard de mari lui lancer que, oh mais ma biche, ne fait pas attention à ces prolétaires qui profitent de notre argent. Alors je crois bien qu'elle se tasse pour ne pas nous blesser, et je l'aime plus encore. Madame et Mademoiselle sont bien belles. Madame est encore toute jeune, elle n'a que vingt-cinq ans, mais sa beauté a la sagesse de la solitude adoucie par une enfant joueuse. Mademoiselle elle, est la Vie. Je pense que Madame devait être comme ça à son âge. Ses yeux pétillent et donnent à sa frimousse quelque chose de fin, et elle est charmante en paroles quand elle vient voler de la brioche aux cuisines.
Vraiment, si Monsieur n'existait vraiment pas, nous formerions presque une famille, tout irait pour le mieux. Mais nous ne sommes que des prolétaires et je m'écrase devant ce monstre imbu de lui-même. Imbu. Sûr de lui, de ce qu'il sait et dit, de ce qu'il est et de ce qu'il vaut. Mais au fond. Misérable. Il ne mérite pas tant de bonheur. Je pense que de toute façon, on lui dirait, Monsieur vous avez le bonheur chez vous, il nous regardait tout surpris en nous traitant de prolos, ah mais vraiment ces pauvres ils se croient tout permis.
»

Annie Nanny Heargraves. Souvenirs.

Chez Emil, tout allait bien. Il ne se rendait pas compte à quel point tout le monde le méprisait -pour les puissants- ou le détestait, pour ceux qui n'avaient que la haine pour parade. C'était bien simple: il était le meilleur. Il s'enorgueillissait de tout ce qui résultait de lui. Une fois, il avait même avancé l'hasardeuse idée selon laquelle Kate serait son œuvre et lui, Pygmalion incompris, méritait sa gratitude éternelle. Kate avait mis cette pure divagation sur le compte du tokay, avait laissé cet homme dans une mégalomanie qu'elle savait incurable. Elle avait peur qu'il devienne violent, qu'il s'en prenne à Ashtray. Qu'il avait très vite oubliée, l'effervescence -d'avoir un nouveau jouet- une fois retombée. Mrs. O'Amlish Coma avait compris, un soir de mai, trois jours avant le quatrième anniversaire de sa fille, qu'Emil n'avait rien d'un père, pas grand chose d'un mari… restait qu'il était un très bon amant, mais pour Kate, un amant sans amour, c'était déjà à cette époque d'un vulgaire…

Le vent hurlait au dehors, la petite était couchée depuis bien longtemps. Emil jouait avec sa baguette comme un enfant gore, faisant apparaître des formes douces et translucides qu'il décapitait, transfigurait pour leur donner son visage ou, au moins pire, regardait évoluer avant de les faire tomber inertes pour s'évanouir dans l'air tiède.
Kate lisait un livre, sur la condition des dragons en Norvège du Sud (drôle de paradoxe) et elle ne pouvait pas aller se coucher. Quelque chose la tracassait et elle ne parvenait pas à trouver les mots pour en parler à son mari. D'ailleurs, il semblait avoir oublié jusqu'à la propre présence de son épouse, c'en était fascinant.
- Excuse-moi, chéri…
- Hm?
Dialogue mal engagé.
- Tu as prévu quoi pour Ashes?
- Ashes? Emil releva des yeux perplexes, les figurines d'argent transparent se volatilisèrent. C'était tout bête, il ne voyait pas de qui elle parlait.
- Emil. Ta fille!
- Ah. Emily-Jane.
Silence éloquent, ou plutôt non-éloquent car ce silence déclamait juste le vide de la situation.
Une fois encore, Emil tournait tout vers lui, et vers les Coma. Ils étaient importants. Il était influent. Il avait réussi. Kate le regarda avec une peine immense qu'il ne remarqua même pas.
- Nous l'avons appelée Ashtray, très cher.
- Oui. Si tu veux. Ne t'énerves pas comme ça, veux-tu. Alors…?
- Grands dieux… Alors dans trois jours aura lieu son quatrième anniversaire! Emil Jean Mark Herve Matthew Charles Coma, y avez-vous seulement pensé?
- Non. Tu me fatigues.
Il s'était levé, avait regagné sa chambre. Kate aurait voulu l'étrangler d'ignorer, de refuser la tonitruante évidence: il avait une fille! Elle attendait de l'amour, beaucoup plus que son sourire glacial et son regard noir une fois et demi par semaine! Elle avait quatre ans, il avait oublié son nom, et jusqu'à sa date de naissance. O rage, ô désespoir! Kate se rua dans leur chambre, sortit une grande malle de sous le lit conjugal. Commença à y entasser des vêtements mal assortis, mais Emil avait tout prévu. Il s'approcha d'elle, l'enlaça, observant son dos et s'enivrant de son odeur de fleur des champs. Il embrassa sa nuque, le creux de son oreille, sa clavicule, en profitant grandement pour la déshabiller un peu et sentir sa résistance faiblir. Kate murmura.
- Laisse-moi, Emil Coma, laissez-nous. Nous ne sommes plus heureuses.
Tout en sachant que si sa fille dormait presque paisiblement à l'aube de son quatrième anniversaire, elle, Kate O'Amlish, serait sûrement très heureuse si elle se laissait faire. Son petit égoïsme l'emporta, quand il remonta doucement sa main habile vers le haut de son corsage.
La vie poursuivrait son cours.
Kate répétait qu'elle allait bientôt le quitter, faisait des plans, envoyait des hiboux en silence mais dans le creux de l'alcôve, Emil était patient et défaisait doucement la tapisserie d'une Pénélope blessée. Lui faisait croire qu'il avait besoin d'elle, ne voulait qu'elle, n'avait qu'elle au monde. Et alors, elle s'abandonnait dans ses bras et le laissait entrer en elle, jouer avec son seul défaut: elle l'aimait et aimait qu'il aime son corps. C'était maintenant leur seul lien.
Ashtray était protégée de cet univers malsain mais pourtant pas si lointain. Sa mère, tout d'abord, imposait à Emil le silence, qu'il gardait parce que de toute façon il ne parlait jamais, sur la faiblesse de la femme qui prenait le dessus sur la force de la mère, qui effaçait les désirs de protection maternelle quand il se penchait sur elle en lui disant je t'aime. Les domestiques, eux, la choyaient, l'adoraient, cette enfant vivante et si belle. Elle n'était jamais seule mais n'avait pas d'amis de son âge. Ne voyant pas ses parents en avoir, ne savait même pas ce que c'était. Mais quand même. Personne ne comprenait pourquoi Kate et elle restaient dans ce château où même le confort était feint. Vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/r-a-v-e-n-c-l-a-w-f82/like-blossom-through-the-snow-ok-t1389.htm#15118
Ashtray Coma

R a v e n c l a w

avatar

Nombre de messages : 181
VIP : 0
Pseudonyme : ASH
© Avatar : © ALICE
Date d'inscription : 02/01/2009
Age : 25
Nationalité : BRITANNIQUE
Pêché Capital : COLERE
Groupe : POSSEDES
Musique : AUTUMN _ PAOLO NUTINI

More of me.
Patronus: Léopard
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Like blossom through the snow. [ok]   Ven 2 Jan - 18:50

Année 7. Les barrages cèdent.
En trois ans la vie avait changé. C'était difficile de croire maintenant, quand on a l'âge civil de la raison mais l'intelligence d'une petite adulte, que tout allait bien dans le meilleur des mondes.
Kate avait fait des parfums, autrefois. Elle n'en faisait presque plus. Elle avait ri, ne riait plus, pleurait beaucoup, serrait son enfant contre elle en se balançant convulsivement affalée dans le rocking-chair et en parlant de foutre le feu à toute cette merde. Pleurait, et avait de plus en plus de mal avec la magie. Ne maîtrisait plus sa force de femme trop longtemps domptée. Annie disait souvent qu'il ne fallait pas essayer de domestiquer un cheval sauvage, et maintenant, Ashtray comprenait. Elle savait que sa mère était malheureuse en la voyant faire exploser des tasses de thé en voulant juste en remuer le contenu, et elle se sentait responsable, sûrement parce que maintenant, même en sa présence, Kate avait les yeux rougis et le nez humide. Emil avait disparu depuis six mois, contrairement aux autres périodes de crise, et peut-être que Kate était détruite de voir qu'il ne voulait même plus d'elle dans son lit, qu'elle était vraiment inutile. Alors Nanny y allait de son grain de sel.
- Allez, Madame, partez, vous moisissez ici. Il vous faut de la nature sauvage, pas des jardins à la française!
Kate savait combien la gouvernante avait raison, faisait et défaisait sans cesse leurs bagages d'un coup indécis de baguette magique. Ca n'était pourtant pas faute de vouloir…
Ashtray ne pleurait pas, mais au fond, quelque chose de sourd commençait à gronder.

« Je ne vois vraiment pas pourquoi je resterais plus souvent au château. Plus rien ne m'u attache, depuis que Kate a perdu la tête. »
Emil Coma. Declarations.

Kate perdait la tête, c'était certain, comme on perd ses clefs, tout simplement. Elle restait juste assez lucide pour voir sa fille grandir, changer, et manifester pour la première fois des talents magiques. Ashtray avait sur sa mère l'effet d'une cure de désintoxication: la voir lui faisait oublier son époux indigne, et elle allait un peu mieux à chaque jour qui passait.

Kate était dans son atelier, à la cave, et fabriquait ce qui serait finalement son dernier parfum. Ashtray la rejoignit, et l'Irlandaise pensa à l'avenir incertain. Toutes sortes de choses qui feraient que peut-être Kate n'aurait peut-être pas vraiment l'occasion de parler de l'école à sa petite fille, alors qu'il fallait qu'elle sache, ne serait-ce que les bases, pour ne pas être perdue. Il était impensable qu'elle ne soit pas une petite sorcière, et il était impensable qu'elle soit malheureuse quand elle serait là-bas. Kate se le devait, et ça faisait si longtemps qu'elle n'en avait pas parlé… Emil n'était pas du genre à ressasser le passé, alors que les plus beaux souvenirs de la jeune femme résidaient entre les murs du château. Incompatibles. Il était donc temps. Kate adressa un sourire anxieux à sa petite fille et lui fit signe de s'approcher. Ashtray penchait la tête comme quand elle est contrariée de voir sa mère triste, et obéit, comme toujours, pour s'asseoir sur les genoux de Kate. Celle-ci regarda avec émerveillement leurs cheveux comme elles étaient penchées toutes les deux sur le livre devant elles, boucles rousses et boucles noires mêlées en un chatoyant tableau. Inspira, prit la parole.
- Si tout se passe bien, dans quatre ans tu iras à Hogwarts.
- Où ça? (regard effaré. Ce nom sonnait comme le paradis perdu dans la bouche de sa mère, et pour cause…)
- Hogwarts, ma chérie. La meilleure école de sorcellerie du monde, où nous avons tous fait nos études dans la famille.
- Oh! Donc… c'est bien!
- Bien sûr que c'est bien! Dis… est-ce que je t'ai déjà parlé de Hogwarts?
- Non.
- Alors écoute-moi bien, je ne me répéterai pas… (Kate prit une voix de conspiratrice et raconta, comme on conte un conte de fée.) Il y a quatre maisons. Slytherin. Gryffindor. Ravenclaw. Et Hufflepuff.
- Je veux aller dans la meilleure des quatre!
- D'aucuns diront que c'est Slytherin, ou Gryffindor, car leur histoire est glorieuse, mais je ne suis pas de cet avis. Chaque maison possède ses propres qualités, et à elles quatre, elles forment une entité, qui fait la force de chacun, et la force de l'école. Heureusement, tu ne peux pas vraiment choisir sous quel étendard tu iras t'asseoir. Un Choixpeau Magique le décide pour toi, et ses choix se révèlent toujours excellents.
- Tu étais où, toi?
- J'ai été envoyée à Ravenclaw, car j'étais assoiffée de connaissance. C'est une très bonne maison où tu as toutes les chances de réussir pour peu que tu travailles sérieusement.
- Et papa?
- Emil, lui, est allé à Gryffindor car en ce temps, son courage était sans bornes. (en apartéSmile pour ce qu'il est devenu…
- Et moi, alors, j'irai où? Les enfants croisés de Ravenclaw et Gryffindor vont où?
- Ah ça, je n'en sais rien, petite pâquerette, chaque chose en son temps! Pour l'instant, tu n'es pas vraiment sûre d'y aller, même si moi, j'y crois. Mais sache d'ores et déjà que, quelque soit la maison dans laquelle tu feras tes sept années, ta maman sera toujours fière de toi, et t'aimera toujours autant, sinon plus. Pour le moment, tu dois faire un choix. Veux-tu commencer à étudier le peu que je puisse t'apprendre, où préfères-tu continuer ta petite vie d'adorable petite fille?
- Les deux! *0*
Kate rit de bon cœur et, dès ce jour, un soleil nouveau se leva chaque matin sur Coma Castle. Kate ne trouvait plus de réconfort que dans son atelier où elle enseignait à sa fille les rudiments de l'art des Potions, de l'Arithmancie et de l'Etude des Runes. Son seul bonheur était de tout mettre en œuvre pour que Ashtray devienne une Ravenclaw.

Ashtray adorait apprendre, elle s'en rendit bien vite compte, et à toutes les deux la vie parut plus douce pendant un an et demi. En effet, pendant cette période, des six ans et demi aux presque neuf ans de Ashtray, Emil Coma était resté chez ses parents, guettant l'accalmie, le moment où il pourrait reprendre ses droits sur sa famille puisqu'il se sentait tout puissant.

Un matin, Ashtray s'était levée de bonne heure pour rejoindre sa mère, qui avait une potion sur le feu. Elle allait avoir neuf ans deux mois plus tard et ne cessait de s'embellir, dans le registre "petite fille ravissante qu'on fait poser dans des magazines".
Après avoir peigné avec attention ses longs cheveux noirs, elle s'était habillée et s'était précipitée dehors pour guetter le hibou qui acheminait chaque matin la Gazette du Sorcier au château. Ce fut le drame. Aucun hibou en vue, mais au loin dans l'allée, elle voyait s'avancer une silhouette qui la faisait grincer des dents malgré elle. Son père, qu'elle avait pris l'habitude de ne plus voir du tout, qui était sorti de sa vie, revenait.
Et son sourire de conquérant vainqueur ne plut pas à sa douce progéniture. Le grondement endormi se réveilla dans les entrailles d'Ashtray. Emil arriva à sa hauteur et s'arrêta, tendant la joue.
- Eh bien alors, Emily-Jane, on ne salue pas son papa adoré?
Ashtray tourna la tête vers lui mais ne comprit pas un traître mot de ce que ce presque inconnu venait de dire. Qui était cette Emily-Jane qui avait le même géniteur qu'elle? Elle était toute seule! Elle crut bon de le signaler à son père, qui commençait à s'impatienter.
- Excusez-moi, mais je suis seule. Emily-Jane n'est pas là.
Surtout, faire semblant de comprendre…
- Petite sotte. C'est toi, Emily-Jane!
- Non Père. Je m'appelle Ashtray, il y a erreur.
Emil ne vit pas l'innocence dans les yeux de sa fille et ses traits se déformèrent de rage. Il tonna.
- Ashtray Emily Jane Willow Coma, saluez votre père revenant du labeur!
Et Ashtray de penser Hm, deux ans de labeur continu, c'est un peu gros quand même… Est-ce qu'il me prend pour une idiote? D'autant plus que son père avait délibérément omis dans sa tirade d'appellation complète tout ce qui rattachait Ashtray à son côté maternel, dont elle était si fière. Partis, Kate, Johan et tous les O'Amlish, Emil Coma avait fait un bébé tout seul.
Elle put alors identifier ce qui rageait en elle depuis que l'intrus était revenu: c'était une colère impensable, immense, qui menaçait de tout détruire, en commençant par la belle gueule de son père. Elle préféra l'ignorer, un peu effrayée de ressentir quelque chose de si puissant. Se mit sur la pointe des pieds et déposa un baiser froid sur la joue râpeuse de son géniteur. Il eut l'air content.
- Va chercher ta mère, petite.
Ashtray ne se fit pas prier. Elle courut aussi vite qu'elle put en direction de la cave et descendit les escaliers en manquant de se briser le cou plus d'une fois. En atterrissant devant sa mère, elle était affolée.
- Mais que se passe-t-il, marguerite?
- Il… il est revenu!
Ashtray se tut, observa la rapide métamorphose du visage de sa mère, et en fut choquée. De rieur son regard était devenu soucieux, son front se barrait de trois rides d'angoisse profonde et Kate mordillait sa lèvre inférieure avec un air de profonde souffrance imprimé sur toute sa figure.
- Il veut que tu ailles l'accueillir. Maman! N'y va pas…!
- Je dois y aller.
La petite fille gémit de désespoir et regarda sa mère s'en aller, avec elle la douce paix qui s'était installée sur le château. Ashtray voyait de sombres présages dans les volutes s'échappant du chaudron, devenues soudainement aussi sombres que la poix.


Dernière édition par Ashtray Coma le Sam 3 Jan - 22:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/r-a-v-e-n-c-l-a-w-f82/like-blossom-through-the-snow-ok-t1389.htm#15118
Ashtray Coma

R a v e n c l a w

avatar

Nombre de messages : 181
VIP : 0
Pseudonyme : ASH
© Avatar : © ALICE
Date d'inscription : 02/01/2009
Age : 25
Nationalité : BRITANNIQUE
Pêché Capital : COLERE
Groupe : POSSEDES
Musique : AUTUMN _ PAOLO NUTINI

More of me.
Patronus: Léopard
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Like blossom through the snow. [ok]   Ven 2 Jan - 18:59

Année 10. Fin.
Il n'y avait pas un son dans la demeure déjà hantée. Le temps s'était arrêté et la neige de mars arrêtait de fondre sous un soleil qui ne brillait que parce qu'il le fallait vraiment. Les oiseaux se taisaient, en deuil, et les plantes dans le jardin pleuraient celle qui n'était plus. Ashtray descendait innocemment au salon, reposer un livre en prendre un autre, habituée à voir une morte-vivante lui servir de mère à temps partiel. Ce matin-là…
Trouva sa mère pendue.
Ashtray avait dix ans et observait sa mère morte, un rictus d'horreur sur le visage, s'observait mourir elle-même sans vouloir se relever. Puisque son univers s'écroulait… Elle s'écroula aussi, sur le tapis épais du salon, les yeux toujours levés vers ce corps inerte qui plus jamais ne lui dirait combien elle était aimée. Sans prévenir, un long hurlement monta de sa gorge et éclata au grand jour, tout de désespoir et de peur, qu'allait-elle devenir maintenant? Après réflexion, Ashtray n'était pas choquée de voir sa mère pendue, ni déçue qu'elle l'ait abandonnée. Non. Elle était juste morte de trouille car chaque parcelle de sa vie dépendait de sa mère, et maintenant qu'elle était morte, il n'y avait aucun moyen de connaître la suite.
C'est dans les moments les plus incongrus que le magique se produit, Ashtray en avait à présent la preuve. Cramponnée au tapis comme s'il allait l'emmener loin de tout ça, elle regardait fixement un point derrière le corps inerte de Kate. Elle concentrait sans s'en rendre compte toute sa petite force de petite fille sur un vase de grande valeur, posé sur une étagère très en hauteur. Elle le regardait sans le voir, mais sursauta quand il explosa en milliards d'éclats de porcelaine bleutée, d'un coup, avec un bruit de verre cassé. Avec la formidable impression qu'à l'intérieur, quelque chose se brisait aussi, avec la même violence, Ashtray eut à peine conscience que c'était elle qui avait fait ça. N'en tirait aucune fierté, ne voulait pas, ne comprenait pas que la casse d'un vase de Chine lui fasse tant de mal. C'était pourtant indéniable: elle était une sorcière. Mais à quoi bon, si sa mère n'était pas là pour lui dire à quel point c'était formidable? A quoi bon…
Annie arriva en courant, pensant que la petite s'était blessée, et vit. Cria, elle aussi, mais pour alerter les autres domestiques -inutile de parler d'Emil, absent- et releva Ashtray pour l'éloigner du salon. Elle s'assit avec ce poids mort sur ses genoux sur le rocking-chair de la bibliothèque et la berça longuement, caressant ses cheveux soyeux et essuyant les rares larmes qui ne venaient qu'avec peine. Lui chuchotait des mots apaisants qui n'avaient pour seul effet que de faire redoubler les sanglots, mais au fur et à mesure des heures qui passaient sans que l'une ou l'autre ne se lasse, Ashtray n'était plus secouée par les larmes, elle ruminait, elle mâchait et remâchait quelque chose qui faisait bien peur à voir. De la colère.
- Annie. Annie, à qui la faute?
- Ma petite, ma toute petite… On sait tous à qui est la faute, mais il ne faut pas, ma belle, il ne faut pas.
- Il ne faut pas quoi? Annie! Dis-le moi, toi! Dis-le, que c'est de sa faute!
Annie soupira, sachant qu'au fond grouillait une haine qui ne demandait qu'un mot pour se libérer, une haine meurtrière qui ne pourrait être apaisée que quand elle serait dehors, mais la gouvernante aurait bien du mal à l'apaiser, et même à la contrôler.
- Kate est morte à cause de ton père.
- Je le savais. Merci. Maintenant je vais pouvoir le tuer.
- Ashtray. Il ne faut pas. Ta mère n'aurait jamais voulu…
- Ma mère n'est plus en mesure de vouloir quoi que ce soit! Et si ce type l'a tuée, alors il doit mourir. Je ne l'empêche pas d'être un salaud mais il ne doit pas m'empêcher d'être heureuse. Il nous a détruites à petit feu, il nous a détruites, et je vais le détruire.
- Tant de colère dans un si petit être…
- Je ne suis PAS petite! Je le hais, Nanny, je le hais, il doit mourir! Il a rendu maman malheureuse pendant toute sa vie! C'est à cause de lui qu'on en est là, et il n'est même pas là pour mesurer l'ampleur de ses dégâts! Tu te rends compte? J'aurais tellement voulu que ce soit lui qui tombe sur le cadavre de maman, j'aurais voulu qu'il la voie, défigurée, triste, suicidée! Il l'a suicidée! Je savais bien que ce terme pouvait exister. Il l'a suicidée. Je le déteste. Je le hais, je le méprise, je le… je le tue de mes mots!
- C'est pas si simple, tulipe. Calme-toi. De toute façon ton père est en route maintenant pour venir s'occuper de toi.
- QUOI? C'est une blague j'espère? Nanny, tu ne peux pas me faire ça. Je ne veux pas le voir. Si je le vois je le tue. J'ai réussi à faire une boule de feu bleu, je peux bien le cramer, non?
- C'est un sorcier très puissant, tu n'as aucune chance.
- J'essayerai.
- Il te tuera.
L'évidence écrasa Ashtray. Son père ne l'aimait pas. Elle le laissait complètement indifférent, et ce genre d'hommes peut se révéler très froid dans le meurtre quand il s'agit de gens qui leur sont indifférents. Elle mourrait de la main de l'homme qu'elle voulait tuer, ça n'était pas dans ses plans, elle devait venger la mort de Kate. La colère roulait en elle et la rendait presque aveugle, elle aurait pu se mesurer, telle une folle inconsciente, au plus colossal des colosses tant sa fureur était immense. Ce jour-là marqua le début d'une ère.

Ashtray changea du tout au tout envers presque tout le monde. Elle grandissait toujours à merveille, devenait une sublime fille aux yeux gris pâles, au port altier et aux longs cheveux d'ébène, coulant en une cascade de boucles soyeuses dans son dos. Elle émerveillait tout le monde, on se retournait sur son passage, mais était imbuvable. Seuls les domestiques du château échappaient à sa mauvaise humeur chronique et massacrante. Emil était revenu, son sourire toujours aux lèvres.
- On va être bien tous les deux, hein?
Non. Il n'en pouvait plus d'elle et n'attendait qu'une chose: qu'elle parte à Hogwarts. Heureusement pour eux deux, la délivrance était proche, à peine quelques mois, ça n'était rien pour sept ans de paix. Ashtray ne pouvait vraiment pas sentir son père, de le voir elle en avait la nausée et devait se maîtriser pour ne pas lui sauter dessus et lui arracher les yeux avec ses ongles. Elle se raisonnant en pensant Tu vas aller à Hogwarts, faire des études comme une Ravenclaw digne de ce nom, et quand tu auras un diplôme certifiant que tu es une sorcière digne de ce nom, tu le tueras, c'est aussi simple que cela. Elle savait bien qu'elle se voilait un peu la face car son père n'était pas n'importe quel blaireau, mais elle avait besoin d'un leitmotiv pour ne pas sombrer et se tuer elle-même dans sa colère aveuglante. Annie la couvait du regard et la regardait grandir avec inquiétude, elle ne pouvait que souhaiter que l'école la rendrait plus tendre et sensible, mais c'était mal parti.

Année 11.

« Je veux qu'elle reçoive sa lettre. Qu'elle vienne la brandir sous mon nez avec son air de pimbêche insolente, pléonasme, en criant qu'enfin, elle va se débarrasser de moi. Elle me gonfle, je n'en peux plus de sa beauté parfaite, elle me rappelle tant sa mère que si je ne savais pas être son père… Je n'en peux plus de ses allées et venues de la cave au salon, des piles de bouquins dans les bras. Je ne la vois jamais, et c'est tant mieux. Elle fait livrer ses repas dans sa chambre ou dans l'atelier de feue Kate, à la bonne heure. Je ne l'aime pas, elle me répugne, tout cette pureté étalée devant moi me dégoûte. Je suis un homme occupé, je ne vais sans arrêt jouer les bonnes d'enfants. Elle part à Hogwarts, ne revient que pendant les grandes vacances et ces deux mois-là, je serais ailleurs, yes. Je ne suis pas un méchant, je lui laisserai de l'argent, évidemment, qu'elle n'ait aucune excuse si elle vient souiller le nom des Coma. Ah ma vieille mère s'en retournerait dans sa tombe. Et elle gardera ses domestiques, si elle veut, petite sotte… c'est vrai qu'elle ne sait rien faire d'autre que des potions puantes, alors pour se faire des pâtes, elle aurait du mal. J'ai de l'argent, je peux lui payer tout ça. Des vêtements, des accessoires, un balai si elle veut, pourquoi pas? Qu'elle me foute la paix, c'est tout ce que je demande, je pourrai payer presque n'importe quoi pour ça.
Petite sotte.
»

Emil Coma. Declarations.

Le temps passait trop lentement au goût des deux propriétaires du Coma Castle, ancien havre de paix reconverti en champ de bataille permanent. Ashtray pouvait s'estimer heureuse de ne pas être déjà morte ou défigurée, tant son père voulait la voir disparaître, mais elle devait surtout compter sur ce qu'il voulait se mesurer à quelqu'un qui le méritait. Il comptait bien, lui aussi, qu'elle devienne plus puissante, pour qu'il puisse la punir à la hauteur de ses prouesses. Pour l'instant, leurs combats n'étaient que des joutes verbales accompagnées d'éclats de pot de fleur, à l'occasion, quand Ashtray en avait vraiment ras-le-bol.
Le six mai, elle eut onze ans, et commença à s'impatienter.

Le premier juillet, la bombe menaçait sérieusement d'exploser. Chaque matin Ashtray se levait aux aurores pour guetter un hibou qui tardait à venir, et pendant la première semaine de juillet, la jeune fille pensait mourir chaque fois qu'elle devait ensuite affronter le bref regard victorieux de son géniteur, quand elle rentrait bredouille de sa pêche à la liberté. Il n'en fut pas ainsi tout l'été, fort heureusement. Le quinze du mois, une chouette blanche comme neige accompagnait le hibou nain de la Gazette, portant une enveloppe parcheminée et majestueuse. Cri de joie et de soulagement.

Ashtray déboula dans la salle à manger avec la lettre pas encore ouverte dans ses mains, un sourire déjà cruel, et se jeta sur son père:
- JE VAIS ENFIN ME DEBARRASSER DE TOI!
Elle était si heureuse, si fière… Elle s'attendait presque à lire qu'elle était d'ores et déjà une Ravenclaw, ça ne l'aurait pas étonnée, tant ce jour était heureux. Son père la toisa avec mépris et s'assit à table pour boire son bol de café. Elle demanda un thé et fit à Emil l'honneur de sa présence pour le petit-déjeuner. Tu parles… Elle déplia la lettre avec délectation et la lut, du début à la fin, avec sa voix de jeune arrogante.
- Mademoiselle Coma, j'ai le plaisir de vous annoncer, blablabla, admission à Hogwarts for witchcraft and wizardry, nanana, trouverez ci-joint la liste des fournitures pour les premières années ainsi qu'un billet de train, blabla, voie 9 ¾ le 1er Septembre, King's Cross, Londres… AHAH!
Ashtray entama une danse folle autour de la table pour énerver son père et célébrer son admission à l'école de sorcellerie. Elle chantait n'importe quoi sur n'importe quel air, peu importait. Un doute la traversa cependant.
- Hé. Tu vas me conduire au Chemin de Traverse, hein? Et le premier septembre, à la gare? Dis?
- Non.
- Si! Tu peux pas me faire ça!
- Non t'as raison je peux pas mais je vais le faire quand même.
- Pff… imbécile. J'irai quand même.
- Je voudrais bien voir ça, tiens. Idiote, bien sûr que je vais te conduire, qu'on ne puisse pas dire que je suis le Père Coma, responsable du suicide d'une petite idiote.
- T'as déjà une mort sur la conscience, faudrait pas te surcharger hein? A moins que tu n'en aies pas, de conscience…
Emil se ferma hermétiquement aux sarcasmes de sa fille qui papillonnait, rose de plaisir. Elle ne s'était même pas rendu compte qu'elle venait de dévoiler à son père la véritable nature de sa haine. Evidemment, il la connaissait déjà depuis longtemps, mais l'entendre à haute voix avait un autre effet. Pour Ashtray, s'était juste une répartie comme une autre, elle n'y avait même pas pensé. Sa colère primait sur son chagrin, pourtant toujours présent.
Ashtray sortit de la cuisine en dansant toujours, pour retrouver les domestiques qui, la voyant entrer dans les cuisines les bras en l'air comme une boxeuse championne du monde, applaudirent de toute leur âme, à s'en briser les mains. Les félicitations fusaient.
- Ahah! Mademoiselle entre dans la cour des grands, maintenant!
- Elle a tous les moyens de faire ses preuves, maintenant!
- Vous allez pouvoir perpétuer l'art de votre mère, miss!
- Oh, je suis si fière de toi, Ashes…
Blanc. Pour la première fois depuis la mort de Kate, Ashtray entendait ce surnom stupide. Tout le monde se tut, Annie se mordit les lèvres, prête à encaisser une colère foudroyante. Que nenni. Ashtray sourit de toutes ses dents, et sauta dans les bras de sa nourrice en lui disant:
- Hé! L'heure de la revanche a sonné!
Grand éclat de rire, en fait, toutes sortes de sentiments primaient sur le chagrin de la jeune fille qui ne voulait absolument pas se laisser submerger par des émotions trop négatives. Puisqu'elle devait venger sa mère, elle n'avait pas besoin d'être sans arrêt triste pour elle. Elle l'aimait toujours autant mais avait tout simplement autre chose à faire que de pleurer des heures comme la proverbiale grosse madeleine. Point.


Dernière édition par Ashtray Coma le Sam 3 Jan - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/r-a-v-e-n-c-l-a-w-f82/like-blossom-through-the-snow-ok-t1389.htm#15118
Ashtray Coma

R a v e n c l a w

avatar

Nombre de messages : 181
VIP : 0
Pseudonyme : ASH
© Avatar : © ALICE
Date d'inscription : 02/01/2009
Age : 25
Nationalité : BRITANNIQUE
Pêché Capital : COLERE
Groupe : POSSEDES
Musique : AUTUMN _ PAOLO NUTINI

More of me.
Patronus: Léopard
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Like blossom through the snow. [ok]   Ven 2 Jan - 19:06

17 juillet 2001

Ashtray observait Emil, émerveillée, pour la première fois qu'elle regardait son père faire quelque chose. Il venait d'ouvrir l'arche qui permettait d'entrer sur le Chemin de Traverse. Il la regarda avec un mépris amusé et déclara sur un ton plat:
- C'est la première et dernière fois que je te conduis ici, alors j'espère que tu as enregistré comment on faisait. Evidemment, Annie Heargraves pourrait t'aider, mais je ne veux pas que tu aies besoin d'elle. Elle te conduira, point.
L'émerveillement retomba d'un coup. Encore cette histoire de classes sociales, elle ne devait pas être dépendante d'une pauvre. Elle soupira.
- Figure-toi que j'ai plus besoin d'elle que de toi.
Vlan. Dans tes dents, imbécile heureux. Parfois, Emil pensait qu'il pourrait instaurer une relation d'indifférence plate et polie entre sa fille et lui, mais, toujours, il dérapait et se prenait du mépris et du dédain dans la gueule, c'est ça de se croire le plus doré des parachutes.
Ils passèrent à Gringotts, retirèrent de l'argent, et à partir de l'instant où ils sortirent de l'établissement bancal, Ashtray quitta la tutelle barbante de son père pour faire elle-même les magasins. Son père la regardait s'éloigner, amusé, persuadé qu'elle allait tomber dans un traquenard quelconque, un attrape-sorcier-en-première-année, et se faire voler sa petite fortune. Mais la jeune fille était intelligente, ce qu'avait délibérément omis son géniteur, et avait tout prévu: Annie et les autres domestiques lui avaient fait une liste des boutiques où elle devait entrer pour avoir le meilleur matériel qui soit. Elle était lancée, et Emil retournait vers le Chaudron Baveur en sachant bien qu'elle viendrait le retrouver quand elle se serait fait détrousser. (ou, accessoirement, quand elle aurait fini ses courses.)
Baguette magique. Vingt-sept centimètres et demi, nerf de cœur de dragon. Bois de saule. Drôle de coïncidence pour une jeune Ashtray Machin-chose-interminable Willow Coma. Chaudron en fonte, multitude vertigineuse de grimoires, plumes, encre… Ashtray respirait avec aisance l'odeur des produits neufs et touchait du bout des doigts les rouleaux de parchemin vierge, sentant dans les profondeurs de ses fibres, qu'elle aimait cette texture et qu'elle aimerait écrire dessus.
Le temps passait vite, et bientôt elle pensa que son père s'inquiéterait peut-être. Alors, elle tomba devant une animalerie et sursauta. Un chaton l'observait avec attention. Ashtray était épatée de voir une si petite boule de poil avoir des yeux aussi grands et aussi purs. On aurait dit de l'or liquide, ou gazeux… Elle entra, ignora l'odeur pestilentielle et dit à la vieille sorcière au comptoir:
- Je veux le chaton aux yeux d'or.
La vieille alla lui chercher, elle tendit les sept pièces d'or, et récupéra Incertitude. Qui ne la quitterait plus.
Evidemment, Emil ne serait pas forcément enchanté d'avoir à présent un ennemi de plus.

1er septembre 2001
- Bon, là, tu cours, tu traverses la barrière et tu te dépêches il te reste quatre minutes. C'est bon, puce? T'y es? Pas trop stressée? Tu veux que je vienne avec toi? Tu m'écriras hein?
- Nanny, arrête, tu stresses pour moi là…
- Non mais… tu vas partir, on n'a pas l'habitude nous!
Annie couvrait Ashtray de mille baisers et douze mille conseils pour sa vie à Hogwarts, il était 10h56. Dernières recommandations pendant qu'elles traversaient toutes les deux la barrière qui mène à la voie 9 ¾.
- Tu nous écris, toutes les semaines s'il te plaît, au moins, et si tu manques de quelque chose, tu n'hésites pas hein! (Ashtray embrassait la gouvernante et prenait sa grosse malle pour monter dans le Hogwarts Express) Tu peux emprunter un hibou à la volière. Prie pour être chez les Ravenclaw, prie pour ta mère et pour moi! Fais toi plein d'amis, ne soit pas agressive comme tu l'es si souvent. (Ashtray s'éloignait et avait mis sa valise déjà dans le couloir du train) Bon. Euh… Tu ferais mieux de monter. N'oublie pas, hein! Ne nous oublie pas!
- Tu vas me manquer Nanny.
Suivie d'Incertitude, elle monta dans le train et chercha vite un compartiment vide (c'était une tâche difficile), côté quai. Un sifflement strident se fit entendre et Ashtray s'assit rapidement près de la fenêtre, pour adresser un dernier signe de main à sa nourrice. Qui pleurait toutes les larmes de son corps sans savoir si c'était une question de joie, de tristesse, de fierté ou de soulagement. Le train s'ébranla et c'était parti, parti pour la grande aventure.

Ashtray s'émerveillait. Comme une gamine de quatre ans, tout ce qu'elle voyait était magnifique et elle ne se lassait de rien. Elle s'assit sous le Choixpeau Magique et passa inaperçue sous le tonnerre d'applaudissements. Commença ainsi une année de reconstruction. Elle apprit plus qu'elle n'aurait osé l'espérer, envoyait des morceaux de cours au château, écrivait sa missive hebdomadaire avec effusion, trouvait toute nourriture délicieuse et se régalait de chaque cours qui se déroulait. Sa soif d'apprendre n'avait d'égal à présent que sa beauté, car il faut bien dire qu'Ashtray grandissait, et devenait une adolescente des plus appréciables. Cependant, sa haine grondait toujours et la rendait plutôt désagréable, si bien qu'elle ne s'entendait pas avec grand monde, mais n'ayant jamais eu aucun ami, elle pensait souvent qu'elle ne saurait de toute façon pas comment s'y prendre avec quelqu'un qui lui montrerait de l'amitié. Alors tout allait pour le mieux. Elle était une sorcière assez douée, et étudiait tellement qu'elle se classait dans le peloton de tête de la classe, son arrogance ne parvenant toutefois pas à la faire bosser tellement qu'elle ferait des lumières. Elle apprenait parce qu'elle aimait apprendre, pas pour battre les autres. Ashtray était toujours polie et les professeurs l'appréciaient en général, vraiment, tout allait pour le mieux.

L'été, Emil n'était pas là, et ainsi, pendant six ans, Ashtray ne vit plus son père. Les autres adultes de sa maisonnée lui manquaient terriblement, mais jamais elle ne se sentait seule. Elle vivait en autarcie avec son chat et ses bouquins, et c'était parfait. En six ans, Ashtray eut le temps de se transformer en une jeune femme d'un mètre soixante-dix-sept aux cheveux interminablement longs et aux yeux d'acier, fine, mince, élancée, tout ce que vous voulez… et en même temps, eut le temps d'emmagasiner plus de connaissances que ses deux parents et tous les domestiques de Coma Castle n'avaient dans leur bibliothèque personnelle.
Ashtray était devenue arrogante au possible, carapace indestructible qui cachait juste de la fragilité sans borne et bouillonnante. Parfois, elle était prise d'accès de rage, quand quelque chose ne tournait pas exactement comme elle le souhaitait. Elle se mettait alors à crier contre n'importe qui, surtout quand elle était seule responsable, et était certaine maintenant que tout le monde se mettait à couvert quand elle se levait soudainement, d'une beauté furieuse, froide et glacée, pour insulter tous les êtres vivants présents dans un périmètre assez large autour d'elle.
Aucun problème.

« Je suis heureuse. »
Ashtray Coma. Diary.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/r-a-v-e-n-c-l-a-w-f82/like-blossom-through-the-snow-ok-t1389.htm#15118
Zaren Wisper

G r y f f i n d o r & Madness

avatar

Nombre de messages : 1407
VIP : 12
© Avatar : Lsi
Date d'inscription : 27/10/2008
Age : 25
Nationalité : Islandaise
Pêché Capital : L'envie

More of me.
Patronus: Léopard des Neiges
Orientation: Bi
Citations:

MessageSujet: Re: Like blossom through the snow. [ok]   Sam 3 Jan - 0:13

Bienvenue, bonne année ^^ ! Et merci de ton inscription yeah
Merci pour les compliments, ils vont sûrement faire plaisir à Cassian ! (Moi aussi, mais ça compte pas j'ai rien fait xD)

I. Sinon j'ai deux petits problèmes avec ta fiche... même si le code est mis et bon maintenant :p :

    1. Déjà l'âge sous ton avatar doit correspondre à celui de ton personnage.

    2. Ensuite... la manifestation de ton premier pouvoir laisse sous-entendre qu'elle est tellement puissante qu'elle peut mettre le feu volontairement et sans baguette magique. Hors, les premiers années n'en sont pas capables...
    Donc pas de flammes volontaires, ni capable de léviter sous son contrôle, ni de changer de couleurs. Les premières manifestations dépendent bien plus d'un accès de colère, d'une volonté innocente, d'un "accident" et généralement assez minime comme performance.
    Donc il faudrait que tu revois ça s'il te plaît [1ère fois, et au décès de sa mère]


Mis à part cela, c'est une très jolie fiche que j'ai aimé lire.
Bon courage pour ces modifications.

_________________

          (c) Lsi
          Pénétrez dans les dérives de mon âme...

          Car ne pouvant se corriger de sa folie,
          il tentait de lui donner l'apparence de la raison.

          (c) Musset
----
Présence éclaire : exam jusqu'au 7 juin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/zaren-wisper-ainsi-se-nomme-la-deraison-t734.htm
Ashtray Coma

R a v e n c l a w

avatar

Nombre de messages : 181
VIP : 0
Pseudonyme : ASH
© Avatar : © ALICE
Date d'inscription : 02/01/2009
Age : 25
Nationalité : BRITANNIQUE
Pêché Capital : COLERE
Groupe : POSSEDES
Musique : AUTUMN _ PAOLO NUTINI

More of me.
Patronus: Léopard
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Like blossom through the snow. [ok]   Sam 3 Jan - 18:55

Hai, je pense que ça devrait aller là, je pense avoir réparé l'incohérence.
Merci beaucoup *0*.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/r-a-v-e-n-c-l-a-w-f82/like-blossom-through-the-snow-ok-t1389.htm#15118
Zaren Wisper

G r y f f i n d o r & Madness

avatar

Nombre de messages : 1407
VIP : 12
© Avatar : Lsi
Date d'inscription : 27/10/2008
Age : 25
Nationalité : Islandaise
Pêché Capital : L'envie

More of me.
Patronus: Léopard des Neiges
Orientation: Bi
Citations:

MessageSujet: Re: Like blossom through the snow. [ok]   Sam 3 Jan - 19:44

De rien Wink

- Par contre, tu as bien corrigé le passage de la mort de sa mère, mais pour ce qui est de sa première manifestation... le dialogue débute un peu sans prévenir, et surtout sans véritable sens avec le reste. Une transition serait la bienvenue Wink
- Et l'âge sous l'avatar ne correspond pas... c'est 17 et non 18 qu'il faudrait.

Essaie de revoir ces deux points s'il te plaît.

_________________

          (c) Lsi
          Pénétrez dans les dérives de mon âme...

          Car ne pouvant se corriger de sa folie,
          il tentait de lui donner l'apparence de la raison.

          (c) Musset
----
Présence éclaire : exam jusqu'au 7 juin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/zaren-wisper-ainsi-se-nomme-la-deraison-t734.htm
Ashtray Coma

R a v e n c l a w

avatar

Nombre de messages : 181
VIP : 0
Pseudonyme : ASH
© Avatar : © ALICE
Date d'inscription : 02/01/2009
Age : 25
Nationalité : BRITANNIQUE
Pêché Capital : COLERE
Groupe : POSSEDES
Musique : AUTUMN _ PAOLO NUTINI

More of me.
Patronus: Léopard
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Like blossom through the snow. [ok]   Sam 3 Jan - 22:16

Je crois que c'est bon TT'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/r-a-v-e-n-c-l-a-w-f82/like-blossom-through-the-snow-ok-t1389.htm#15118
Zaren Wisper

G r y f f i n d o r & Madness

avatar

Nombre de messages : 1407
VIP : 12
© Avatar : Lsi
Date d'inscription : 27/10/2008
Age : 25
Nationalité : Islandaise
Pêché Capital : L'envie

More of me.
Patronus: Léopard des Neiges
Orientation: Bi
Citations:

MessageSujet: Re: Like blossom through the snow. [ok]   Sam 3 Jan - 22:41

Parfait !

Il ne reste plus qu'à attendre le passage de mon bout de tissu favori x)

_________________

          (c) Lsi
          Pénétrez dans les dérives de mon âme...

          Car ne pouvant se corriger de sa folie,
          il tentait de lui donner l'apparence de la raison.

          (c) Musset
----
Présence éclaire : exam jusqu'au 7 juin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/zaren-wisper-ainsi-se-nomme-la-deraison-t734.htm
Ashtray Coma

R a v e n c l a w

avatar

Nombre de messages : 181
VIP : 0
Pseudonyme : ASH
© Avatar : © ALICE
Date d'inscription : 02/01/2009
Age : 25
Nationalité : BRITANNIQUE
Pêché Capital : COLERE
Groupe : POSSEDES
Musique : AUTUMN _ PAOLO NUTINI

More of me.
Patronus: Léopard
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Like blossom through the snow. [ok]   Sam 3 Jan - 22:42

Yes <3 merci beaucoup <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/r-a-v-e-n-c-l-a-w-f82/like-blossom-through-the-snow-ok-t1389.htm#15118
Choixpeau Magique

Le Choixpeau a toujours raison

avatar

Nombre de messages : 768
VIP : 13
Date d'inscription : 20/04/2008
Age : 106
Nationalité : Aucune
Pêché Capital : Le Savoir
Groupe : Objets Magiques

More of me.
Patronus:
Orientation: Hétéro
Citations:

MessageSujet: Re: Like blossom through the snow. [ok]   Dim 4 Jan - 3:58

Aime étudier, lire, a soif d'apprendre, polie.
La question se pose-t-elle réellement ?

Serdaigle !

*Enjoy
* Rpger et flooder sont les mots d'ordre, le Choixpeau qui sait toujours tout, le se doute aps que tu as déjà pris les bonnes mesures pour la deuxième action.


_________________
Cet avatar est la propriété exclusive de ce forum !
Merci de ne pas l'utiliser ailleurs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Like blossom through the snow. [ok]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Like blossom through the snow. [ok]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dessin de Snow'
» Présentation de Dark'Snow Day
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Ann Snow
» Dashing through the snow...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts :: La Malédiction de Faust. :: The beginning. :: Nice to meet you... or not! :: Do what I say... You're my slave. :: R a v e n c l a w-
Sauter vers: