Hogwarts :: La Malédiction de Faust.
FERMETURE DU FORUM !

Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé, et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

FERMETURE DU FORUM !
Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici
et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé,
et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis

Partagez | 
 

 < L'eau est une source d'inspiration et une source de détente... >

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: < L'eau est une source d'inspiration et une source de détente... >   Mar 9 Déc - 14:01


    PV Weston A. & Cassandra G.



    Attendre…Toujours attendre…La patience n’était pas la première qualité de la jeune femme aux yeus noisettes et au teint pâle, surtout quand il s’agissait de sa vie et de son passé…Tôt le matin, la brunette avait eu une idée en tête, une idée qui trottait dans son esprit depuis plusieurs jours et qu’elle voulait à tout pris mettre en pratique…Et quoi de mieux que aujourd’hui. La Serpentard s’était levée aux Aurors, s’habillant dans la discrétion la plus totale, pour ne pas réveiller ses camarades qui était encore lové dans les bras de Morphée. Elle prit son sac de cours, vide cependant, et sorti doucement du dortoir des filles, fermant la porte avec une délicatesse qui n’était pas sienne. Elle descendit les quelques marches et jeta un coup d’œil dans la Salle Commune, vide, enfin…Un jeune homme était assis sur un fauteuil, un livre contre lui, ronflant. A part ça, il n’y avait personne d’autres. Cassandra eut un petit sourire, de garce, mais elle n’avait pas le temps de jouer un mauvais tour dont elle avait le secret. Elle était pressée et devait à tout pris se rendre à la volière pour poster sa lettre. Elle sortit de la Salle Commune et traversa les cachots sombres et humides d’une traite.

    C’était assez étrange de se retrouver dans le château à quatre heures du matin. Il n’y avait aucune âme qui vive et le silence était pesant, troublant, mystérieux. Elle traversa le dernier cachot, ses pas résonnants. Elle monta l’escalier menant au Hall, jetant un coup d’œil derrière elle. Ce n’était pas le moment de se faire prendre par un Professeur ou autre…Elle n’avait pas d’excuse assez plausible pour se tirer d’affaire. Elle failli rater une marche et se rattrapa un temps à la rampe. Evidemment l’obscurité ne l’aidait pas, mais elle voulait attendre avant d’utiliser sa baguette magique. Serpentard n’avait déjà pas assez de points, il était inutile d’en perdre…Elle essaya de se remettre en équilibre, plissant les yeux pour voir devant elle, mais il faisait noir comme dans un four. Ruminant silencieusement, elle chercha dans son sac sa baguette magique, priant qu’elle ne l’avait pas oublié sur sa table de chevet. Elle sentit ses doigts toucher le fin bois et elle le sortit doucement de son sac, refermant celui ci.

    - Lumos, murmura t’elle dans la pénombre.

    Un léger rayon de lumière sorti de sa baguette et éclaira le mur devant elle. Un tableau, représentant un vieil homme assis sur un trône, grommela et Cassandra abaissa sa baguette la dirigeant vers le sol. Elle franchit les dernières marches de l’escalier et prit à gauche, ne levant pas trop sa baguette pour ne pas se faire repérer à cause d’un simple tableau. Elle regardait autour d’elle, se retournant de temps en temps pour être sûre de ne pas être suivie par un élève qui tout comme elle, aimerait les ballades nocturnes et l’avait surprise et l’aurait suivie…Elle arriva enfin à la porte du Hall, massive, imposante…Bon dieu comment elle allait ouvrir ce machin sans réveiller tout le château ? Ce n’était pas le moment de se poser trente six milles questions. Cassandra prit la poignée et tira légérement. La porte fit un léger grincement et Cassandra tendit l’oreille, guettant un bruit qui aurait pû trahir sa présence, mais le silence régnait en maître. Elle poussa un léger soupir et passa la petite ouverture avant de refermer la porte se mordant la lèvre. Elle eut un sourire de triomphe et se retourna, faisant face au Parc.

    Il fallait dire qu’à quatre heures du matin, le parc semblait encore plus sauvage qu’à l’habitude. Il faisait frais, mais Cassandra avait prévu le cou, s’étant emmitouflé dans une cape d’hiver de couleur noire. Elle descendit les deux petites marches qui la séparait du petit sentier qui traversait le parc. Elle marcha sur la terre gelée par le froid, ayant comme seule compagnie la lumière de sa baguette et la buée sortant de sa bouche. Elle sortit du petit sentier et traversa l’herbe, voulant se cacher derrière les arbres…Peut être que quelqu’un regardait par la fenêtre à cette heure ci…Bon sang Cass’ depuis quand t’es parano ? Elle soupira et se dirigea vers les arbres à proximité. Elle jeta un dernier coup d’œil autour d’elle et se dirigea ensuite vers la volière, espérant que Jade y serait…

    Le reste du chemin fut assez facile, à part que dans le noir, elle n’avait pas vu une ronce qui failli lui arracher la moitié de sa cape, saloperie…Elle arriva à la Volière, montant les marches et arrivant en fin à destination. La plupart des hiboux et chouettes étaient partis chasser, à part deux ou trois endormis, ouvrant un œil au passage de la jeune femme, hululant doucement. Elle ne vit pas Jade, ce qui l’énerva. « Maudite chouette, jamais là quand on a besoin d’elle… ». Confier sa lettre à un autre hibou ne lui irait guère plus. Elle préféra attendre que sa chouette revienne de sa chasse. Cassandra s’accola contre le mur et fouilla dans son sac, cherchant la fameuse lettre. Elle la trouva, et la sortit de son sac. Elle espérait avoir la réponse à sa question, plutôt à ses questions. Tout son passé était un mystère pour elle, comme les raisons de son abandon qu’elle voulait découvrir. Elle s’imaginait, se faisait parfois des films sur un accident, ses parents morts, le bébé retrouvé seul, abandonné…Ou bien était ce vraiment la raison qu’elle refoulait ? Le fait que ses parents ne l’aimait pas ? Cassandra secoua la tête avant de poser sa tête contre le mur froid et de fermer les yeux. Elle espérait que l’Agence d’Adoption à laquelle elle allait envoyer cette lettre l’aiderait dans ses recherches. Elle resta un long moment dans cette position, vidant son esprit de toute pensée, jusqu’à ce qu’elle entende un léger hululement à ses cotés. Jade était revenue de sa chasse et tenait dans son bec, une souris, ce qui dégouta Cassandra.

    - Tu pourrais…Eviter de mettre ce truc en dessous de mon nez ? J’ai une lettre pour toi…

    Jade lâcha la souris, qui tomba sur le sol, parmis les autres cadavres de rongeurs. Elle agita ses ailes poussant des hululements joyeux. Cassandra sourit et attacha la lettre au patte de sa chouette, caressant sa petite tête et lui murmurant quelque chose. La Chouette cligna des yeux, et après un dernier câlin, s’envola par la fenêtre de la volière. Cassandra s’accouda au rebord de celle ci et de ses yeux, regarda la chouette disparaître à l’horizon…


    Cela faisait 2 jours. 2 jours qu’elle avait envoyé cette fameuse lettre. 2 jours qu’elle guettait l’arrivée de sa chouette, deux jours…Cassandra commençait vraiment à s’impatienter. Peut être que Jade s’était perdue… ? Non, c’était une excellente chouette et elle savait que ce n’était pas son genre de se perdre en pleine nature…Ou bien elle avait perdue la lettre ? Ou elle ne trouvait pas la destination ? Ou bien, ou bien…Elle devait relativiser. Une lettre, cela pouvait prendre parfois une semaine, surtout que c’était dans le Monde Mol…OH ! Quelle connerie ! Moldu, bon sang…Elle avait envoyé sa chouette chez des Moldus. Elle prit sa tête dans ses mains, se disant qu’en ce moment, elle faisait connerie sur connerie. Il n’était plus qu’à espérer que Jade dépose la lettre quelque part et attende sagement la réponse. Au pitié…

    Cela faisait désormais trois jours que Jade était partie. Cassandra tournait sans cesse en rond, devenait plus insupportable qu’à l’habitude. Elle jetait sans cesse des regards vers les fenêtres qu’elle croisait sur son passage. On aurait dit qu’elle était devenue paranoiaque. Son impatience augmentait au fil des heures, elle devenait exécrable, arrogante, garce…Bref tout ce qui la caractèrisait assez bien, mais multiplié par deux…C’était presque un calvaire. La fin du troisième jour arrivait. Cassandra était dans la salle commune, tapotant sur la table en bois devant elle, cherchant un moyen d’occupation, mais même la conversation qu’elle entrenait sur les plus beaux spécimens de Poudlard n’arrivait pas à lui changer les esprits. Elle leva les yeux un instant et vit alors Jade qui tapotait contre le carreau, tenant une lettre dans ses serres…Elle se leva d’un bond, faisant sursauter la jeune fille de quatrième année assise à coté d’elle et elle alla ouvrir à Jade qui se faufila dans la Salle Commune, se posant sur le dossier d’une chaise, tendant la patte. Cassandra prit la lettre et donna un biscuit à la chouette qui après un hululement de satisfaction, s’envola pour rejoindre la volière. Cassandra observa la lettre et sans un mot alla dans son dortoir pour la lire tranquillement.

    Après sa lecture, la sorcière resta sur sa fin. Elle n’avait rien appris de plus de ce qu’elle ne savait déjà. Quelle déception. Elle soupira, se laissant tomber sur son lit. Trois jours de patience indéfinissable pour rien. Pour une réponse vague, un « nous sommes désolé »…Cassandra ferma les yeux et se laissa tomber sur son lit, essayant de ne pas céder à la colère, mais elle était folle de rage…Elle roula la lettre en boule et la jeta dans sa valise, refermant cette dernière d’un coup sec. Elle se coucha de tout son long, sur le matelas, observant le plafond de son lit avec amerturme. Cassandra resta là, à contempler le plafond, attendant, encore et toujours une réponse qui ne viendrait sûrement jamais…C’était frustrant. Ses parents auraient mieux fait de ne jamais lui avouer qu’elle avait été adoptée…Elle aurait continué sa vie, sans savoir, cela aurait été mieux, mais malheureusement cela la troublait. Elle se posait sans cesse des questions, sur ses origines, sur sa vie d’avant…Bon sang Cass’ reprend toi. Oui elle devait se reprendre, elle trouverait bien une solution, elle en trouvait toujours une. Petit à petit, le sommeil l’envahit…Elle n’avait que très peu dormi ces trois derniers jours, l’impatience, le stress, l’excitation, tout. Cassandra s’endormit finalement d’un sommeil sans rêve…

    Lorsqu’elle ouvrit les yeux, elle constata qu’elle avait toujours la même position que tout à l’heure et que la nuit était tombée. Elle jeta un coup d’œil à la petite montre posé sur sa table de chevet et vit qu’il était 19h35. Elle avait faim. Le dîner était à quelle heure déjà ? Elle passa une main sur son visage et se leva, s’étirant, étouffant un baillement. Le dortoir était vide, signe que les autres étaient partis dîner. Cassandra se dit qu’elle allait faire de même, la faim envahit peu à peu son estomac. Elle se leva et alla se rafraîchir un peu avant de sortir et de se diriger vers la Grande Salle. Tout en marchant, elle réfléchissait sur ce qui venait de se passer, quelques heures plus tôt. La frustration qui l’avait quittée revint de plus belle, la faisant grimacer. Roooh bon sang, elle détestait ça. Elle se retrouva dans le Hall et se figea soudainement. L’envie de manger, de se mêler aux autres n’étaient plus présents. Les voix venant de la Grande Salle la dégoutèrent plus que ne l’attirait. A contre cœur, elle décida cependant de manger un bout avant d’essayer de trouver un autre plan. Elle entra dans la Grande Salle jeta un coup d’œil aux autres tables, pleine à craquer. Elle se fraya un chemin, faisant un sourire à la table des Poufsouffles où elle reconnut Maxim et Widow. Elle arriva à la table des Serpentards et s’assit, se servant de jus de citrouille et de saucisses.

    - Où t’étais passé Cass ? On t’a pas vu de l’aprem…
    - J’avais une affaire urgente à régler.
    - Tu parles, tu dormais quand je suis allée dans le dortoir.

    Cassandra regarda la jeune femme qui venait de s’adresser à elle. Elle haussa les épaules et but quelques gorgées de son jus de citrouille, avant de regarder les autres tables. Son regard croisa celui d’un Jaune, un Jaune qu’elle n’aimait pas vraiment…Qu’elle détestait même. Weston L. Applewood. Elle ne savait guère le supporter. Tout en lui l’énervait. Sa manière de parler, d’agir, d’être tout simplement. Elle lui lança un regard noir et significatif avant de poser son regard sur son assiette et de participer à une conversation, histoire de passer le temps. Le repas se termina. Cassandra attendit un peu avant de se lever, se mélant à un groupe de filles qui parlait des joueurs des équipes de Quidditch. Les Gryffondors et les Serdaigles empruntèrent l’escalier de marbre pour rejoindre leur salle commune, tandis que les Poufsouffles et les Serpentards prirent la direction des cachots. Cassandra marcha vers sa salle commune, toujours accompagnée de ses potiches qui gloussaient sans arrêt. Elle réussi à s’arracher du petit groupe et alla s’asseoir sur un fauteuil en cuir noir, près du feu. Elle réfléchissait encore et toujours se demandant dans combien de temps elle serait enfin la vérité. Cassandra soupira et se frotta l’arête du nez. Toute cette histoire commençait à lui donner la migraine, oh comme elle détestait ce genre de situation, lorsque tout vous échappe, que vous n’arrivez plus à contrôler à votre avantage la situation…Oui tout ça était tellement frustrant. Il fallait qu’elle se détende l’esprit…Elle posa sa tête contre le dossier du fauteuil mais fut interrompue par des premières années qui discutaient bruyamment d’un nouveau jeu de Sorcier. Les gosses étaient de plus en plus difficile de nos jours. Cassandra les ignora et observa les flammes, viroltant dans la cheminée. Mais oui…Elle avait trouvé un moyen idéale de se détendre. Un bon bain de minuit, de quoi faire fuir tout vos soucis…Mais le lac n’était pas la solution idéale, il faisait trop froid et puis avec le Calamar Géant, ce n’était pas toujours une partie de plaisir…Cassandra réfléchit. La Salle de Bains des Préfets ? Arf, une mauvaise idée, la nuit il y avait toujours au moins un préfet dedans et Cass’ voulait avoir la paix. Elle décida donc que cette nuit, elle irait dans le Jacuzzi, un endroit idéal pour se détendre. Juste qu’il fallait ne pas oublier de verrouiller cette fichue porte au cas où. Elle croisa les jambes avec un sourire, vivement ce soir…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: < L'eau est une source d'inspiration et une source de détente... >   Mar 9 Déc - 14:02

    La nuit était tombée sur Poudlard. Quelques étoiles apparaissaient timidement dans le ciel bleuté de cette nuit d’hiver. Cassandra ouvrit les yeux, s’habituant peu à peu à l’obscurité l’entourant. Elle jeta son couverture, sortant discrétement de son lit. Elle traversa le dortoir, silencieux, seulement perturbé par les quelques ronflements de ses camarades. Elle ouvrit la porte du dortoir et la referma avec douceur. Elle passa la salle commune, les cachots, monta l’escalier de marbre et arriva bientôt au Quatrième Etage, essouflée. Elle ne savait pas combien de temps elle avait mit, une chose était sûre, sur ce coup là elle avait été rapide. Elle entra dans la salle où se trouvait une immense piscine et un Jacuzzi. La Serpentard sourit et se dirigea vers le Jacuzzi, commença doucement à se déshabiller. Elle se retrouva bien vite dans un maillot noir, deux pièces et élégant. Elle entra dans le Jacuzzi et se laissa envahir par la douce chaleur de l’eau. Hum cela détendait effectivement ses muscles contractées par la frustration par le stress. Elle posa sa tête contre le rebord du Jacuzzi, fermant doucement les yeux, appréciant doucement…

    Elle fut réveillée par un bruit. Immédiatement, Cassandra releva la tête, mais ne vit tout d’abord personne. Elle observa la porte, se demandant alors si elle l’avait vérrouillée avant d’entrer. Elle fit un geste pour sortir du Jacuzzi mais un sourire légérement sadique apparut sur son visage. Dans l’ombre, se tenait un jeune homme qu’elle conaissait, même trop bien. Elle se laissa glisser dans l’eau, ignorant totalement sa présence mais celui ci s’était avancé et Cassandra soupira.

    - Qu’est ce que tu veux Applewood ? Un autographe peut être ?

    Elle fixa de ses yeux noisettes le jeune homme qui était à présent près du Jacuzzi. Elle n’était aucunement gênée qu’il la trouve là, simplement vétu d’un maillot de bain. Après tout le château était pour tout le monde, alors si le Poufsouffle avait quelque chose à dire.

    - Je te remercie de gâcher ce moment de plaisir par ta présence néfaste…Maintenant que tu m’as réveillée, tu pourrais disposer ?


{Si il y a des fautes Sorry mais je ne me suis pas vraiment relue ><'}
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: < L'eau est une source d'inspiration et une source de détente... >   Lun 2 Mar - 0:07

      - Alors West’ avec Clémence ?!
      - Quoi avec Clémence ?!
      - Bah ca va faire deux mois et il paraît que t’es toujours pas allé voir ailleurs.
      - Oui et alors ?!
      - Bah je me demande ce qu’il t’arrive ?!
      - Mêle-toi de tes affaires.

    Le jeune Poufsouffle croisa ses bras sur sa table et y déposa doucement sa tête au creux afin de prendre une position de repos. Il fit mine d’écouter le professeur d’Histoire de la magie en jetant deux trois regards en direction du tableau. Ah les cours d’Histoire de la Magie, surement la matière la plus ennuyeuse de touts celles auxquelles il participait. Faire un historique complet des guerres, des faits importants de la Magie et tout le tralala lui était presque insupportable. D’autant plus que le professeur n’était pas des plus dynamiques ce qui n’arrangeait rien à l’ennuie qu’éprouvait le jeune homme à cet instant. West’ n’était pas un garçon qui appréciait vraiment les cours, il préférait de loin s’amuser et sortir que d’être confiné dans une salle de classe à écouter des professeurs déballer leur science sur une matière. Mais il avait conscience de l’importance de ses années à Poudlard ce qui l’obligeait à travailler un minimum afin d’avoir son année. C’était certain qu’il n’était pas de ceux qui avaient les meilleures notes de Poudlard mais il se débrouillait assez bien pour garder un niveau acceptable. A part les cours de Métamorphose et de Sortilège, les autres n’étaient pas vraiment intéressants à ses yeux.

    Il ferma doucement les yeux tout en essayant d’écouter d’une oreille quasi fermée les paroles de son professeur. Seuls des bribes de mot lui arrivait à destination et plus ca allait moins il écoutait. Il repensa aux paroles de son voisin de cours. Il était un peu en colère. Depuis plusieurs jours maintenant il avait souvent le droit à de telles remarques sur son couple. Voilà deux mois qu’il sortait avec la jeune Clémence Murray, une Serpentard de septième année. Cela faisait deux mois qu’ils s’étaient avoué leur amour près du lac pendant les vacances de Noël. Il se souvenait encore de toute la scène dans les moindres détails, leur aveux, le premier baiser qu’ils se sont échangés, leur câlin et la tendresse qu’il avait mis dans ses geste et la pluie qui les avait obligé à rentrer au château. Aujourd’hui encore, il était surpris de l’amour qu’il avait pour Clémence. Le même amour qu’au premier jour. Enfin avec quelques doutes qui se glissaient par ci par là. West’ avait été fidèle à la jeune fille jusque là et il faut bien avouer que c’était une des premières fois pour lui. En général ses relations ne tenaient pas plus de deux semaines au maximum et encore dans ce laps de temps il fallait qu’il aille voir ailleurs. Il était surpris de la maturité qu’il avait gagné depuis qu’il était avec elle, peut-être parce qu’elle avait un an de plus et que lui était encore assez immature ayant du mal avec les responsabilités et autres préférant de loin s’amuser et rigoler entre ami. Mais tout ça commençait aussi à lui peser. Depuis qu’il était avec elle il passait beaucoup de temps en sa compagnie et voyait de moins en moins ses amis proches ce qu’ils ne se gênaient pas de lui rappeler quand il les voyait. Et puis ne plus avoir ce jeu de séduction et de tentation qu’il connaissait intensément depuis le début de l’année lui manquait. Il ne niera pas avoir regardé d’autres filles que Clémence quand il était en sa compagnie mais jamais il n’était allé plus loin. Et pourtant cette force qui l’habitait et le poussait à séduire et à céder aux pulsions depuis le début de l’année revenait peu à peu. Surtout depuis quelques semaines durant lesquelles ses tentations s’étaient accentuées et ses envies étaient de plus en plus présentes. Mais jusque là il avait malgré tout tenu. Il était resté fidèle à la jeune fille et avait l’intention de le rester malgré tout. Il ne doutait pas l’aimer et il savait qu’elle aussi lui vouait une passion sans limite. Ce qui l’intimidait par moment il fallait dire. Il n’avait que seize ans au fond et avait beaucoup de mal à se projeter dans l’avenir. Et tout cet amour qu’elle lui prodiguait le rendait perplexe par moment et lui faisait un peu peur. Au fond son côté séducteur et coureur de jupon n’avait pas totalement disparu et ces deux mois de contrôle de soi était peut-être le maximum de ce qu’il pouvait faire. Il ne savait pas. Il ne savait plus.

      -West’ lève toi le cours est terminé.

    Le jeune homme sursauta légèrement aux paroles de son voisin et se redressa lentement sur sa chaise tout en ouvrant légèrement les yeux en clignant afin de se réhabituer à la lumière qui persécutait son iris. Une intense lueur régnait dans la salle. Quand il fut bien droit sur sa chaise il s’étira légèrement en montant doucement ses bras en direction du plafond. Une fois son esprit totalement revenu, il posa son regard sur la pièce. Elle était vide, il n’y avait plus un seul élève dans la salle à part lui et son voisin. Le professeur près du tableau rangeait ses affaires tout en essuyant le tableau noir à craie à l’aide de sa baguette magique. Un sourire se dessina légèrement sur ses lèvres en imaginant ce que pensait son professeur, voyant très bien que West’ s’était surement endormi en plein cours. En général, il est vrai que le jeune homme était dans les premiers élèves à partir de la salle. Il se leva de sa chaise, prit les quelques affaires qu’il avait posé sur sa table et les rangea tranquillement dans son sac. Il tourna la tête et lança un regard amusé à son camarade qui l’avait réveillé et qui l’attendait pour partir. Ce dernier répondit par un léger ricanement avant d’emboiter le pas de West’ et de sortir du cours d’Histoire de la Magie. Une fois dehors, le Poufsouffle regarda sa montre qui affichait dix-huit heures dix. C’était le dernier cours de la journée et il avait un peu de temps libre devant lui avant d’aller manger. Il hésita quand à son emploi du temps de la fin de journée. Il n’avait pas vraiment envie d’aller dans la Grande Salle car il savait qu’il y croiserait surement Clémence et aujourd’hui il n’avait pas vraiment envie. D’ailleurs depuis quelques jours maintenant il devenait de plus en plus distant avec elle. Il faisait mine d’avoir des devoirs ou d’être occupé entre son rôle de préfet et les entraînements de Quidditch. Il fallait dire ce qu’il en était, il commençait à l’éviter. Il savait très bien qu’il y avait un peu d’eau sur le gaz entre eux et qu’il en était une des principales causes. Tous les doutes qui l’envahissaient lui faisaient perdre le contact avec la réalité. L’aimait-il ?! Il n’en doutait pas enfin pas pour l’instant. Pour lui son amour était véritable mais pour combien de temps ?!

      - West’ t’viens avec moi dans la Grande Salle, j’vais rejoindre des potes.
      - Nan j’vais aller m’allonger quelques instants dans ma chambre je suis fatigué.
      - Faut dormir la nuit au lieu de te tracasser.
      - Je sais.

    West’ sourit légèrement à son ami avant de lui tourner le dos et de se diriger vers les escaliers. Il était fatigué. Fatigué de toutes les questions qui lui trottaient dans la tête. Il était épuisé de tant d’interrogation qui ne trouvait aucune réponse. Des doutes qui lui bouffaient sa joie de vivre. En général il n’était pas comme ca, il aurait suivi son ami et n’aurait pas gâché une occasion de rigoler avec ses amis, de s’amuser tout simplement. Mais malheureusement depuis une semaine il n’avait pas vraiment la tête à ca. Il préférait aller s’isoler, il avait les paupières lourdes et un mal de tête tel que des coups de marteau qui seraient projetés sur son crâne à un rythme de plus en plus fréquent. Il devait se vider l’esprit, il voulait dormir. Cela faisait quelques nuits qu’il avait un sommeil peu tranquille. Souvent réveiller en pleine nuit, il était trop agité et il restait éveillé plusieurs heures à contempler le plafond écoutant le ronflement de ses camarades de chambrée et enviant ces jeunes étudiants de dormir et d’avoir un sommeil lourd. Lui il pensait encore et toujours. Et il faut le dire, West’ n’était pas un garçon posé et réfléchit qui se pose sans cesse des questions et ce sentiment l’intimidait au plus au point. Le jeune jaune et noir s’arrêta dans l’escalier pour prendre sa tête dans ses mains. Il n’en pouvait plus de ne penser qu’à ca et là encore en marchant il n’avait que ca en tête. Sans aucune raison apparente et à la surprise des étudiants qui l’entouraient dans l’escalier, West’ se mit à courir. Il descendit les marches deux par deux et au bord de la rupture plusieurs fois, il faillit tomber à la renverse. Tous ses sentiments le rongeaient et en ce moment même il se laissait submerger par trop d’interrogation qu’il ne pouvait contrôler. Lui, le jeune homme de seize ans qui avait passé sa vie à enfermer ce qu’il ressentait au plus profond de lui était à présent bien déconcerté par tout ça. Il continua sa course jusqu’à se retrouver dans le hall d’entrée. Il vit des regards interrogateurs se tourner vers lui à son passage et reconnu des têtes familières parmi eux. Il feinta de ne pas les avoir vu et continua en direction des sous sols, il passa devant les cuisines d’où il put humer des odeurs qui lui rappelait les petits plats que lui préparait sa mère dans son enfance. Arrivé devant la salle commune, il révéla le code et entra. Elle était plutôt vide à cette heure ci. Les élèves se retrouvant soit à se balader ou passer du temps entre eux après les cours, soit à la bibliothèque pour faire des recherches ou encore dans les salles d’études pour travailler. Le jeune homme monta les escaliers pour se diriger vers son dortoir. Epuisé, il ne souhaitait qu’une seule chose, dormir.

    Le jaune et noir contempla le dortoir vide et se dirigea vers son lit. Il enjamba quelques valises et quelques affaires qui trainaient ici et là. Arrivé près de son lit, il retira son pull trouvant que la chaleur des lieux était bien élevée. Il s’allongea sur son lit en baldaquin et posa délicatement sa tête sur l’oreiller. Il soupira puis respira un bon coup brisant le silence du dortoir. Il regarda le plafond, étendit les jambes et posa sa main gauche sur son front comme pour vérifier si il n’était pas malade. Il constata sceptique qu’il allait très bien. Tout ça n’était que psychologique et il le savait. Ne pas pouvoir se contrôler le mettait encore plus hors de lui. Il ferma lentement les yeux tout en contrôlant sa respiration afin de calmer son rythme cardiaque, qui s’était un peu excité après sa petite course dans le château. Il le sentit battre dans sa poitrine de plus en plus lentement jusqu’à reprendre une cadence normale. Ce battement résonnait en lui comme une douce berceuse qui au fur et à mesure commençait à le plonger dans les bras de Morphée. Il respira une dernière fois et perdit contact avec la réalité.

    DEBUT REVE

      -West’ je suis là.

    Le jeune homme reconnu la douce voix de Clémence mais ne voyait rien. Il était dans l’obscurité totale. Il battit quelques instants des sourcils comme pour vérifier s’il ne pouvait pas y avoir de la lumière. Il tourna la tête mais le noir était toujours présent. La voix résonnait dans sa tête et faisait écho dans la pièce. Puis peu à peu la lumière fut. Mais un brouillard épais gêna la visibilité du jeune Poufsouffle qui ne savait toujours pas où il se trouvait. Il avança un peu les mains en avant pour voir si aucun obstacle ne se trouvait face à lui. Il avait beau plisser les yeux, il ne voyait rien de bien distinct, uniquement des formes qui semblaient l’entourer. La voix s’arrêta alors de parler et un silence pesant recouvrit la scène. Le jeune homme continua à avancer dans l’inconnu une boule au ventre. Il ne savait toujours pas ce qu’il se passait et la peur frôla ses muscles. Il s’arrêta quand il toucha avec ses mains deux tiges espacées. Nan c’était des petits barreaux de fer. Ils étaient glacials et leur contact le fit frissonner légèrement. La sensation s’amplifiant peu à peu accédant à toutes les parties de son corps. Peu à peu le brouillard se dissipa. Il constata avec effroi qu’il se trouvait dans une cellule rectangulaire. Une simple cage entourée de barreau en fer. Impossible de sortir il n’y avait pas une seule ouverture, pas un seul trou de sortie. West’ pétrifié était comme paralysé sur place. Il ne comprenait pas ce qu’il se passait et encore moins comment il était arrivé là. Il fixait cette cage, sa cage avec des yeux remplis d’effroi. Il ne savait pas ce que tout cela signifiait et était dépassé par les évènements.

    Un flash lui éblouit les yeux et il du les fermer l’espace de quelques secondes. Quand il les rouvrir il fut surpris de voir Clémence de l’autre côté des barreaux. Elle lui souriait d’un air satisfait. Elle était habillée de son uniforme de sorcière avec l’écusson de Serpentard sur sa poitrine une baguette pointé vers lui. Elle se rapprochait de plus en plus de lui. Le jaune et noir tentait désespérément de bouger, de crier ou de faire n’importe quoi mais il ne pouvait pas il était paralysé sur place. Tétanisé, une force l’empêchait d’être maitre de ses mouvements. Il la regardait avancer encore et toujours, le sourire sur ses lèvres de plus en plus marqués. Elle finit par lui toucher la main et partir dans un rire cinglant.

      - Je t’aime et tu n’iras voir nulle part ailleurs.

    FIN REVE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: < L'eau est une source d'inspiration et une source de détente... >   Lun 2 Mar - 0:08

    West’ se réveilla en sursaut et se raidit sur son lit. Il ouvrit les yeux et sentit la sueur sur son front. Il respira un coup et regarda autour de lui. Certains étudiants étaient déjà dans leur lit à lire ou bien à dormir. Il regarda par la fenêtre et vit que la nuit était tombée. Les premières étoiles parsemaient l’immensité obscure ce qui révélait que le temps était plutôt dégagé. Il se leva doucement. Son mal de tête avait disparu et un léger sourire se dessina sur son visage. En repensant à tout ca ce dernier se transforma en un éclat de rire qui fit réagir ses camarades de chambre. Ils tournèrent la tête en direction de West’ et le regardèrent avec des yeux surpris et remplis d’incompréhension. Le jaune et noir continua encore l’espace de quelques instants. Ce n’était qu’un rêve. Se mettre dans des états pareils pour si peu. Et puis l’amour c’est l’amour il ne fallait pas que ca lui fasse tant peur. Il sourit à ses collègues sans décrocher un mot et fourra son short de bain et sa serviette dans son sac. Il avait envie d’aller se défouler un peu et rien de mieux que d’aller vers les piscines et les jacuzzis pour ça. Il voulait oublier tous ces tracas. Il avait retrouvé un peu de sa bonne humeur et sortit de la chambre sans dire un mot malgré les regards qui se posaient sur lui. Il passa la salle commune et ne salua personne, il voulait sortir et vite.

    Arrivé dans le hall, le jeune homme croisa les derniers étudiants qui sortaient de la Grande Salle. Les elfes de maison devaient avoir tout débarrassé à cette heure là. De toute manière le Poufsouffle n’avait pas faim malgré qu’il n’ait pas mangé depuis le matin même. Il avait profité de sa pause midi pour finir un devoir à rendre qu’il avait malencontreusement omis de faire le soir trouvant des occupations bien plus attrayantes à ses yeux. Il monta les escaliers où plusieurs étudiants étaient assis sur les marches à discuter avant de rejoindre leur dortoir pour le couvre feu. Il salua quelques personnes qu’il connaissait et continua son chemin jusqu’au palier du quatrième étage. Il s’engagea dans le couloir qui était vide et se dirigea vers les piscines. En arrivant, il vit que la porte était entre ouverte. Il y avait donc quelqu’un à l’intérieur surement et West’ décida de se faire discret afin de savoir qui s’aventurait à une telle heure dans cet endroit. Il savait très bien que si c’était quelqu’un qui l’importunait il pourrait toujours utiliser son statut de préfet pour le faire partir. Il avait plus d’une fois profité de son statut privilégié et savait très bien qu’il en profiterait encore. Il poussa doucement la porte et se glissa à travers l’encolure de la porte en ayant un maximum de discrétion. Il avança doucement dans l’ombre de la pièce et vit une jeune fille se prélasser dans l’eau. Une silhouette plutôt fine et les cheveux bruns. Il reconnu rapidement qu’il s’agissait de Cassandra J. Green, une élève de Serpentard de sixième année avec qui il n’avait jamais pu s’entendre. Il sourit en la voyant vêtu d’un simple maillot de bain noir deux pièce.

      - Qu’est ce que tu veux Applewood ? Un autographe peut être ?

    Le jeune ne s’attendait pas à plus de considération de la part de la vipère. Ils aimaient s’envoyer des pics à longueur de temps et ca n’allait pas changer aujourd’hui. Le jaune lui sourit en soutenant son regard comme pour lui lancer un défi. Il savait très bien qu’entre eux ce n’était que jeu de taquinerie mais il faut dire qu’au fond il appréciait ces moments où il décompressait un peu. Il s’avança un peu vers elle.

      - Green tiens comme on se retrouve. Pour l’autographe je m’en passerais tu sais très bien que j’en ai des tas de toi dans ma chambre ca va de soit. J’vois qu’on avait envie de glander un peu pour changer.

    Il ricana légèrement. Son regard se porta vers la piscine et le jacuzzi. Il fit quelques pas en direction du rebord et observa l’eau quelques instants tout en laissant un petit silence naitre entre eux. Il posa son sac à terre retourna vers la verte et jaune qui n’avait pas bougé. Elle était toujours restée à sa place et lui lançait des regards remplis de dédain. La soirée s’annonçait sympathique.

      - Je te remercie de gâcher ce moment de plaisir par ta présence néfaste…Maintenant que tu m’as réveillée, tu pourrais disposer ?

      - Je suis désolé mais je vais devoir te répondre négativement. Jusqu’à preuve du contraire ce lieu est public. Je ne pense pas que je sois obligé de te donner une définition de ce mot. Alors si tu n’es pas contente la porte t’attend.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: < L'eau est une source d'inspiration et une source de détente... >   

Revenir en haut Aller en bas
 
< L'eau est une source d'inspiration et une source de détente... >
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dragons Dreamworks, source d'inspiration ?
» Le pois congo : source de protéines et de devises
» Tolkien: Inspiration à partir de sa vie
» [Code Source] Code Source
» L’après Gousse se négocie déjà (source : journal Le matin)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts :: La Malédiction de Faust. :: The End :: Remember-
Sauter vers: