Hogwarts :: La Malédiction de Faust.
FERMETURE DU FORUM !

Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé, et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

FERMETURE DU FORUM !
Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici
et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé,
et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis

Partagez | 
 

 Une cigarette s'il vous plaît ! [ Alex ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassian Dale

G r y f f i n d o r ' s . Prefect

avatar

Nombre de messages : 2176
VIP : 28
© Avatar : Smirnoff*
Date d'inscription : 19/10/2008
Age : 26
Nationalité : Australienne
Pêché Capital : Luxure
Groupe : //

More of me.
Patronus: chouette des neiges.
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Une cigarette s'il vous plaît ! [ Alex ]   Mar 9 Déc - 13:04

Il neigeait cette après-midi là, le récital des professeurs se diluait dans les matières grises des élèves fatigués par les innombrables examens qui avaient suivis la semaine passée. Un faible grattement de plume sur les parchemins usés, était le seul signe de vie que ces âmes en peine transmettaient au reste du monde vivant, le pas traînant du professeur en question couinait avec une agaçante répétition semblable tandis qu'il faisait les cents pas sur l'estrade qui surplombait la classe. Cassian avait beau y mettre du sien, sa concentration tanguait entre rêve et réalité, les platitudes du professeur oscillait en lui ébranlant ses songes, le tirant vers la réalité dans le même temps qu'il endormait son esprit lassé par les guerres de sorciers. *Foutu con celui qui inventa cette matière* ne put-il s'empêcher de penser lorsque le professeur s'adressant à la classe, sollicitait l'attention des morts-vivants. Un bref regard à droite et ensuite à gauche, lui permirent de constater que l'ennui était non seulement général mais accablant, la poignée de réveillés consistaient à être composée des serdaigles et des fouteurs de trouble qui ennuyaient leur camarades avec des boulettes en papier, malgré leurs efforts, même leurs blagues paraissent se fondre dans cette texture d'ennui, on demanda à ouvrir les fenêtres provocant ainsi quelques réactions des plus frileux, l'air pur et gelé les réveillèrent légèrement, mais pas suffisamment pour rendre la classe active, puisque déjà la sonnerie retentissait dans les couloirs, libérant les élèves de leurs calvaires. Les foules s'engagèrent dans les couloirs, des rires et blagues fusaient de part et d'autres des couloirs, étrangement stoïque à ses échanges et à la bonne humeur générale, Cassian se mêla à la foule sans tenter de se distinguer en fanfaronnant ou en se battant avec les maisons opposées, arrivé en bas des marches, le jeune homme se détacha de la masse pour sortir à l'air libre ayant pour but d'aller fumer une cigarette tranquillement, accompagné par la solitude, son agréable amie.

Arrivé à l'orée de la forêt interdite le jeune homme laissa son sac en bandoulière noir dans un coin et grimpa agilement sur un arbre environnant, il laissa le vent jouer avec ses cheveux, les paupières closes, il respirait longuement pour oxygéner son cerveau et se rafraîchir, les contact de ses paumes sur l'âpre écorce de la branche le rattachait à la réalité du monde, les pieds pendants, il profitait de l'instant présent alors que ses pensées gambadaient à des lieux de là, il se prit À imaginer la douce chaleur du soleil australien, la chaleur écrasante qui prenait le malin plaisir à le surprendre dans les moments les plus délicats de son passé...comme la fois où il avait terminé avec une jeune femme derrière les bruyères de la maison de la jeune femme, ce flash lui paraissait tellement lointain, il faisait partie d'un passé qui s'était presque effrité avec les événements qui lui étaient arrivés dernièrement. Soudain sur les traits du rouge et or la mélancolie se peignit, un sourire triste s'étira sur ses lèvres asséchés par le temps calamiteux, il se sentait si vieux ... si lasse et pourtant seules seize années s'étaient écoulées depuis le jour où il avait pointé le bout de son nez en pleurnichant dans les bras d'une inconnue qu'il aurait dû nommer « mère » mais qui était en réalité une parfaite inconnue pour le jeune homme puisqu'il n'eut jamais le loisir de la connaître réellement puisqu'elle était partie..pour toujours, pour ne plus revenir, la vie était cruelle.

Ces souvenirs douloureux qui ne l'aidaient guère a être quelqu'un de heureux, n'étaient pas ressortis de leur malle depuis plusieurs longs mois, ce fut à peine si le blondinet se souvenait de ce désagréable sentiment qui le prenait à ces moments là, malgré le temps passé, ce dernier ne manqua pas à l'appel et cette fois-ci le surprit réellement ayant perdu l'habitude de le connaître sous toutes les coutures. Une légère odeur de cigarette frôla son nez sensible, ouvrant les yeux en grand, Cassian scruta les environs à la recherche de la source du fin tube de tabac, l'affligeante nouvelle dépendance qu'il s'était crée depuis l'année passé titilla son attention et sa concentration, ses yeux se posèrent enfin sur une silhouette méconnaissable d'un garçon qui lui inspirait un vague souvenir lointain. Le hélant de sa branche notre tarzan demanda poliment:


    « T'aurais pu m'en proposer également... »


Toujours aussi direct que poli, Cassian ne voulait point faire de nombreux contours pour demander une simple cigarette à un inconnu qui ne l'était pas autant en réalité mais plongé dans son passé notre lycan avait oublié de se reconnecter sur le serveur des souvenirs de la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/nice-to-meet-you-or-not-f4/dangerous-beauty-i-m-a-angel-i-don-t-think-so-t638.htm
Alex J. Boehm

G r y f f i n d o r

avatar

Nombre de messages : 217
VIP : 0
Date d'inscription : 26/10/2008
Age : 26
Nationalité : Tchèque
Pêché Capital : Orgueil

More of me.
Patronus:
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Une cigarette s'il vous plaît ! [ Alex ]   Dim 14 Déc - 7:10

Il s'étira longuement, détendant ses muscles qui venaient d'être sollicités plus que de coutume par sa course effrennée dans les escaliers. Un coup d'oeil du côté du lit à baldaquin, c'était tentant... Un bond et il y était, parcourant la pièce de ses yeux verts tel un roi sur son trône. Il s'avisa que le pied du lit ne convenait pas à son royal arrière-train, et lorgna du côté de l'oreiller. Ça, c'était digne de lui. Il entreprit l'approche tout en douceur, appréciant la couette moelleuse qui s'enfonçait légèrement sous son poids. Il avait un peu engraissé ces dernirs temps; manque d'exercice. La preuve, le seul fait de grimper jusqu'au dortoir l'avait épuisé. Faudrait qu'il remédie à ça sous peu, sous peine de ne plus être dans la course. Mais maintenant qu'il était arrivé à la tête du lit... Restait plus qu'à déloger l'intrus.

BANG!
« Meooow ! »

S'ensuivirent une litanie de jurons tous plus colorés les uns que les autres, alors que le principal concerné se massait le crâne en grimaçant. S'il attrapait ce chat stupide, son propriétaire risquait de le chercher très longtemps. La bête avait bien évidemment foutu le camp, ayant probablement réalisé que le Tchèque n'appréciait pas trop d'être pris pour un coussin qu'on peut piétiner à son aise en miaulant allègrement. Qu'il s'avise de toucher à son rat ne serait-ce qu'une seule fois, et il n'aurait même pas l'occasion de le regretter. Il avait une dent contre les chats depuis qu'un de ces sacs à puces avait bien faillit arracher la tête de son rat. Encore un peu étourdi par ce réveil brutal; se frapper la tête contre les montants du lit ne faisait pas partie de ses habitudes, Alex parcourut le dortoir du regard. Où étaient passés les autres ? Se remettant lentement en fonction, sa mémoire lui rappela qu'il était venu s'étendre après le dîner, après avoir demandé à (qui déjà ?) de le réveiller avant le début du cours. Apparemment, l'imbécile avait oublié. Un bref coup d'oeil du côté de l'horloge le lui confirma, il avait déjà raté plus de la moitié de son cours. Et pour couronner le tout, il fallait que ce soit celui de potions, auquel il avait déjà omis de se présenter deux fois au cours des dernières semaines. Réprimant un nouveau baillement qui menaçait de lui décrocher la mâchoire, il entreprit de retrouver ses chaussures qu'il avait balancées quelque part dans la pièce un peu plus tôt. Besoin soudain de prendre l'air.

Il aurait pu attendre encore un peu, histoire de se mêler à la foule d'étudiants qui attendait avec impatience d'être libérée des salles de classe. Ça réduit à presque nulles les chances de se faire pincer par un professeur, le forçant à trouver rapidement une autre excuse débile pour expliquer sa présence dans les corridors en pleine heure de cours. Mais s'il se fiait à l'horloge, ils en avaient encore pour près de vingt minutes, et le Tchèque ne se sentait pas particulièrement patient. Un avertissement de plus ou de moins à son dossier, ça ne changerait pas grand-chose. Il avait déjà réussit à le garnir de manière acceptable depuis son arrivée. Rien de comparable à celui qu'il entretenait à son ancien collège, mais tout de même. C'était mieux que rien.

Il n'avait pas fait trois pas dehors que déjà ses cheveux étaient parsemés de petits flocons blancs. Il aurait peut-être du troquer ses chaussures pour une paire de bottes. Tant pis. Il erra un certain temps au hasard, évitant de traîner trop près du château ou des serres. La forêt l'attirait, comme un aimant. Il se retourna, jeta un regard derrière lui. Ses pas laissaient des traces dans la neige fraîche. Plus jeune il pouvait passer des heures à l'extérieur avec ses frères. Surtout avec Marek. Bon Dieu, Marek. Qu'est-ce qu'il ne donnerait pas pour que les choses entre eux redeviennent comme elles l'étaient avant. Rien que d'y penser il sentait son moral faire un plongeon magistral, direction troisième sous-sol. Il avait la scène gravée en mémoire. Le pire, c'est que si la situation n'avait pas été aussi dramatique, il aurait éclaté de rire au nez de son frère. La face qu'il faisait...

Et merde, voilà qu'il allait recommencer à déprimer. Sa main gauche se glissa prestement dans la poche de sa veste tandis que la droite farfouillait dans celle de son pantalon. La première ressortit avec une cigarette, l'autre avec un briquet. Même quand il n'était pas dans sa moldue de famille, c'était avec ça qu'il les allumait. Oh, il s'était bien efforcé pendant un certain temps d'utiliser sa baguette, histoire de faire comme les sorciers, mais il avait vite repris ses bonnes vieilles habitudes. C'est avec Jan qu'il avait commencé à fumer, et Jan n'a jamais eu de baguette. Puis le briquet, c'est la classe quoi. Faudrait d'ailleurs qu'il songe à renouveller son stock, c'était son dernier et il doutait qu'il tienne plus de quelques jours encore. Il y remédierait plus tard, pour l'instant il savourait la première bouffée de fumée qui s'engouffra jusqu'à ses poumons; du poison pur et simple qu'elle disait toujours sa soeur. Absurde, elle-même fumait en cachette. Pas autant que son frère, mais tout de même. Il louvoyait nonchalamment entre les arbres, pensif. Il fronça les yeux, soudainement intrigué par une forme indistincte sur une branche. Une forme humaine en fait. Et qu'il connaissait.

« T'aurais pu m'en proposer également... »

« Mauvais pour tes poumons. »

Le Tchèque s'appuya contre le tronc de l'arbre, celui-là même dans lequel était perché le Gryffondor. Il était juste en dessous, le narguant volontairement; la fumée s'élevait en légères volutes, sournoise. Il avait répondu du tac au tac, sans même lever le regard sur son interlocuteur. Fixant un point inexistant devant lui, Alex esquissa un vague sourire, un peu moqueur. Puis porta à nouveau la cigarette à ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/mr-boehm-could-you-trust-him-fini-t657.htm
Cassian Dale

G r y f f i n d o r ' s . Prefect

avatar

Nombre de messages : 2176
VIP : 28
© Avatar : Smirnoff*
Date d'inscription : 19/10/2008
Age : 26
Nationalité : Australienne
Pêché Capital : Luxure
Groupe : //

More of me.
Patronus: chouette des neiges.
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Une cigarette s'il vous plaît ! [ Alex ]   Mar 23 Déc - 20:01

La fumée vint narguer Cassian, Alex s’était simplement adossé à l’écorce de l’arbre faisant de sorte que Cassian soit le seul receveur de son tabagisme. Le garçon leva les yeux au ciel guère amusé par la bêtise du tchèque, il faut dire que lorsqu’il s’agit de tuer sa santé à petits feux, Dale n’aimait pas jouer avec les armes, il préférait délecter leur contact et en subir les conséquences, l’enjeu était sérieux , en tout les cas à ses yeux du moins. Fumer pour oublier, combler les vides de sa piètre vie qu’il menait selon les courants, trop lasse pour lutter il préférait la voix de la facilité ... Ne pas y penser, délaisser le poids de ses épaules sur un mince cylindre blanc déformable, qui est consumé selon l’avancée de la combustion. Un mince sourire vient s’étirer sur ses lèvres gercées par le froid, sourire qui resta intact tandis que le jeune homme descendait de la branche sur laquelle il s’était perché. Cognant Alex doucement sur l’épaule, il répondit amusé :

    « Merci docteur, mais votre exemple n’est pas meilleur, donc à preuve du contraire, je continuerai à me les polluer si vous voulez bien …»


Il plaqua Alex contre le large troc, à l’aide de sa main droite tandis que la gauche alla se perdre entre les plis de son pantalon à la recherche du Graal perdu. Il trouva en premier le briquet qui lui était d’une piètre utilité s’il n’avait pas l’un des réactifs, en passant d’une poche à l’autre, le bout de ses doigts frôla le ventre d’Alex, geste que les deux remarquèrent mais qui laissa Cassian aussi froid que s’il lui touchait une autre partie du corps. Néanmoins, sous ce masque qu’il se plaisait à présenter aux autres, le jeune homme se sentit gêné, dans sa mémoire, un souvenir encore frais le gifla tel un coup de vent glacé, il se souvenait encore des baisers gênés qu’ils s’échangeaient dans les dédales de couloirs déserts au couché du soleil, ses caresses intrépides qui le faisaient doublement frissonner , non seulement à cause du désir mais également à cause du toucher gelé du gryffindor sur sa peau… Enfin le contact sur le rectangle rouge et blanc le fit reprendre contact avec la réalité et ce fut, avec un étrange empressement qu’il mit la cigarette encore intacte, sur la commissure de ses lèvres. Le soulagement l’envahit à la première envolée de fumée, les souvenirs devinrent moins réels et envahissants. Le flot de flashs back n’atteignaient plus que son détachement, il revit encore deux ou trois images des deux êtres ensembles avant qu’ils ne décident synchroniquement de mettre fin à leurs rapports charnels et se concentrer sur une plausible amitié. Ils tâtaient le terrain, avançant doucement car les souvenirs et la gêne étaient mutuels, ce qui compliquaient invariablement les choses mais après leur second joint au clair de lune, ils se comportaient comme les meilleurs amis du monde…jusqu’à ce que les effets s’estompent une nouvelle fois et le silence reprenne ses dus droits.
Ils fumèrent en silence encore un certain temps, jusqu’à ce que Cassian se jette à l’eau pour couper court à ce long échange.
    « Qu’est-ce que tu deviens Bohem ? Ca fait un bail que je ne t’ai pas vu »


Même s’ils n’étaient pas les meilleurs amis du monde, depuis un certain temps il n’avait point rencontré le jeune homme, loin de dire qu’il lui a manqué, cependant, leurs silences, els fumées qui s’égaraient dans le ciel noir de la nuit anglaise, les marques laissés par leurs cendres, était un rituel que le jeune homme appréciait, ils n’avaient point besoin de faire semblant et pouvaient laisser délaisser leurs souffrances respectives dans la drogue douce ou plus corsée, aucun des deux ne demandaient des comptes à l’autre ce qui changeait des groupies poudlardiennes qui chassaient toujours de nouveaux ragots à se mettre sous la dent, être avec Alex s’était vraiment se plonger dans une bulle de quiétude et, cela n’avait pas de prix, d’où la nostalgie du moment.

Sorry c'est vraiment court ... T.T je me rattrape
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/nice-to-meet-you-or-not-f4/dangerous-beauty-i-m-a-angel-i-don-t-think-so-t638.htm
Alex J. Boehm

G r y f f i n d o r

avatar

Nombre de messages : 217
VIP : 0
Date d'inscription : 26/10/2008
Age : 26
Nationalité : Tchèque
Pêché Capital : Orgueil

More of me.
Patronus:
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: Une cigarette s'il vous plaît ! [ Alex ]   Lun 23 Fév - 7:56

Il n'avait pas pensé rencontrer quelqu'un en s'aventurant ici. Et il ne le désirait pas vraiment non plus, auquel cas il serait plutôt allé dans un endroit plus fréquenté. Ça lui prenait parfois, des jours comme ça où il ne se sentait pas d'humeur sociable, où les conversations futiles des autres étudiants l'ennuyaient, pour ne pas dire qu'elles l'emmerdaient carrément. Dans ces moments là, il fuyait la masse pour aller fumer en paix, et ruminer tranquillement des idées noires sans que personne ne cherche à lui remonter le moral. Mais évidemment, c'était trop en demander, un coin momentanément oublié des autres. Bon Dieu, ce qu'il pouvait être épouventable parfois. Faudrait qu'il se secoue un peu, qu'il arrête de se mettre à grogner pour un oui pour un non, ça devenait agaçant à la fin. Allez Boehm, un p'tit effort. C'était Cassian, en plus. Pas du genre à vous entretenir sur les derniers ragots qui courent. Ni à vous ennuyer avec des conneries. Faisait un bout d'ailleurs qu'ils n'avaient pas échangé autre chose qu'un signe de tête dans les couloirs, ça serait peut-être pas mauvais de remédier à ça aussi.

Cassian qui se retrouva soudainement bien planté devant lui, un sourire mutin au visage. Mauvais signe. Ou peut-être bien le contraire, il y a de ces ambiguïtés parfois... Alex releva lentement la tête, cigarette toujours coincée entre les lèvres. À quoi jouait-il ? Il releva d'abord un sourcil en sentant un main s'aventurer du côté de son pantalon, vaguement perplexe; ils avaient d'un commun accord cessé de s'adonner à ce genre de petit jeu. Mais c'était tout autre chose que cherchait Cassian, évidemment. Bientôt ils fumèrent à l'unisson, le regard dérivant quelque part entre les troncs.

Aussi inexpressif que son compère Gryffondor, Alex ne pouvait cependant faire complètement fi des pensées qui tournoyaient dans sa tête. Même s'il n'avait pas mis bien longtemps à se sentir à l'aise à Poudlard, il lui semblait que son arrivée ici datait de beaucoup plus loin. Ses débuts avaient parfois été quelque peu mouvementés, suite logique de son premier été anglais. Sensations, émotions, plaisir; gêne, malaise et hésitations. Le résultat en était une confusion des plus totales, autant pour ses sens que pour son malheureux cerveau qui devait démêler tout ça. Voilà ce que le simple frôlement des doigts de Cassian sur sa peau avait éveillé en lui. Ses quelques aventures avec ce mystérieux garçon à la tête blonde avaient été à la fois une indescriptible bénédiction, et une terrible révélation. Oui. Oui, merde, il aimait qu'un autre garçon le caresse. Il aimait sentir se dessiner sous ses propres doigts les épaules musclées, suivre le fin tracé de duvet qui prenait naissance sur le ventre, et descendait... S'il ne savait toujours pas comment vraiment gérer cette double préférence; parce qu'il s'était empressé de se le confirmer, il aimait tout autant prendre en main un sein bien ferme; il avait au moins réussi à envoyer promener, le temps que durait l'étreinte, cet affreux malaise qui donnait un goût amer à ce qui aurait dû être pur plaisir. Merci Cassian.

    « C'que je deviens ? Un pauvre type qui oublie ses cours, et se cache dans la forêt pour fumer. »

Réponse nulle, il le savait très bien. En fait il se posa la question silencieusement; qu'est-ce qu'il devenait, vraiment ? Rien de plus que ce qu'il était en arrivant ici à l'automne. Ou presque. Ces temps-ci il ne fasisait pas grand-chose de sa peau, se contentant de se traîner à ses cours quand il arrivait à se réveiller à temps, de griller cigarette par-dessus cigarette, quand ce n'était pas autre chose. Tiens, ce ne serait pas une mauvaise idée, ça. Il entreprit de fouiller ses poches, d'abord distraitement, puis sa main se fit plus attentive à mesure que ses sourcils se fronçaient. Il était pourtant convaincu qu'il lui en restait. Fallait avouer qu'il avait peut-être un peu abusé l'autre soir, la semaine dernière. Non, il n'aurait pas grillé tout son stock, tout de même.

    « Et apparemment, soit t'as une bonne explication à ta présence dans un arbre, soit t'es aussi lamentable. »

S'il était sérieux ? Dur à dire. Même Alex parfois ne savait plus trop si ce qui sortait de sa bouche était de l'ironie, ou s'il le pensait vraiment. De toute façon ce n'était pas la première fois qu'ils se rencontraient dans le coin pour laisser leur pensées dériver au rythme des volutes de fumée. Lamentable. Pourquoi ce mot ? Peut-être parce qu'il s'était encore détourné dans les vestiaires de Quidditch, pas plus tard que la veille, quand il s'était retrouvé face à un de ses coéquipiers à moitié nu qui en était à remonter son pantalon. Peut-être aussi parce qu'il s'était rassis à sa table, plume en main, avec la ferme intention d'écrire à Marek. Et qu'il était parti se coucher bredouille, le parchemin toujours vierge abandonné à son sort. Ou parce qu'il fumait plus que d'ordinaire, même si des trois, c'était ce dernier point qui le préoccupait le moins. La preuve, sa main farfouillait toujours, bien que presque résignée.

    « Un peu plus, et j'oserais presque dire que t'es pas dans ton assiette. »

Géralement on dit ce genre de chose pour inviter l'autre à son confier. Soit parce que notre curiosité maladive veut savoir ce que cache ce petit air mélancolique, soit parce que, contrairement à la masse, on est quelqu'un de profondément altruiste qui se soucie du bien-être des gens autour. Alex était loin d'appartenir à la première catégorie, il se montrait la plupart du temps totalement indifférent à ce qui touchait à la vie privée des autres. C'est pas pour rien qu'il y a le mot privé dans l'expression. Mais il ne cadrait pas non plus dans le second groupe, probablement pour la même raison. Sale égoïste. Meilleure façon pour dissimuler une émotivité un peu trop forte à son goût; se cacher derrière sarcasmes et airs blasés. Ça marchait presqu'à tout coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/mr-boehm-could-you-trust-him-fini-t657.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une cigarette s'il vous plaît ! [ Alex ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une cigarette s'il vous plaît ! [ Alex ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aelred Aodan Flaherty # "Vous voulez un whisky ?" "Juste deux doigts." "Vous ne voulez pas un whisky d'abord ?"
» Une nouvelle montre s'il vous plait !! [PV Dexter]
» De l'eau s' il vous plaît [ft Patte D'écume]
» Tavernier, je voudrais une rousse, s'il-vous-plait! (PV Gil et Lib)
» SOS amitié s'vous plaît [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts :: La Malédiction de Faust. :: The End :: Remember-
Sauter vers: