Hogwarts :: La Malédiction de Faust.
FERMETURE DU FORUM !

Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé, et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

FERMETURE DU FORUM !
Hogwartiens, Hogwartiennes ^^

Après réflexion, nous avons décidé de fermer le forum. Après tout, ce dernier a eu une belle vie jusqu'ici
et nous vous remercions d'ailleurs tous pour votre présence et votre bonne humeur qui a pu le faire vivre jusqu'ici.

Merci encore.
Les administrateurs.

P.S : Pour les membres nostalgiques qui désireraient garder contact, sachez que le forum ne sera pas supprimé,
et qu'un forum pour parler de tout et de rien a été créé par Vedel & Tancrède : bittersweet . parenthesis

Partagez | 
 

 And all things will end. - Pv -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Liam S. Doherty

G r y f f i n d o r

avatar

Nombre de messages : 97
VIP : 3
Pseudonyme : Shiakan/Moony
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 26
Nationalité : Irlandais.
Pêché Capital : La Colère.
Groupe : //
Musique : Don't know what you got - Cinderella.

More of me.
Patronus: Une Panthère.
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: And all things will end. - Pv -   Mer 3 Déc - 23:27



    [Elixir, Zaren & Cassian, let's play the game]



    Err... I think I have to tell ya somethin' !


    Liam passa une main dans ses cheveux et soupira longuement. Il posa son coude sur la table et appuya sa tête sur sa main. L’air perdu dans ses pensées, il caressa son menton du bout de sa plume avant de gribouiller ce qu’il venait d’écrire. Cela faisait deux heures qu’il planchait sur ce fichu devoir d’Histoire de la Magie. Ce qu’il pouvait haïr cette matière ! La Révolution Gobline de 1795, en quoi cela le concernait ? Il s’en fichait éperdument ! Le Gryffondor soupira pour la énième fois. Bon, encore dix minutes et il laissait tomber.
    A vrai dire, il ne résista pas aussi longtemps et rangea ses affaires dans son sac. Il laissa son rat monter le long de son bras jusqu’à son épaule. Le petit animal se nicha entre son cou et son écharpe rouge et or, comme toujours. Le rat ne le quittait plus ces derniers temps. D’ordinaire, il était très indépendant et disparaissait souvent plusieurs jours, revenant quand ça lui chantait. Mais depuis les grandes vacances, il ne quittait plus Liam, comme s’il le surveillait en permanence. A part sa famille et quelques moldus, Embry était la seule créature vivante au courant de ce qui lui était arrivé, et même s’il ne s’agissait « que » d’un animal, le Gryffondor était content de pouvoir compter sur lui, de savoir que le rat le couvait presque. Il eut un sourire affectueux. Il adorait cette petite bestiole. Tout comme Zaren, il était persuadé que le rat comprenait certaines choses. Pas forcément tout, mais au moins ses sentiments, ses peurs. Lorsqu’il commençait à se sentir seul, et ce depuis qu’il possédait Embry, il l’avait toujours vu arriver de sa démarche sautillante, gravir son bras afin de se percher contre son cou, s’y frottant tendrement, de manière réconfortante.

    Le jeune homme quitta la Grande Salle dans laquelle beaucoup d’élèves faisaient leurs devoirs - ou comme si, vu le bruit que certains faisaient - et prit la direction du parc. Une fois dehors, il tira un paquet de cigarettes de la poche de sa veste en faisant attention à ce qu’aucun professeur ne puisse le voir. Enfin quelque chose capable de le calmer, l’apaiser. Bon, il y avait le sexe aussi, mais ce soir personne n’était disponible. Liam avait longtemps critiqué Johnny lorsque ce dernier fumait - à savoir qu’il ne touchait pas qu’au tabac - mais depuis la mort de Clémance, il avait commencé à fumer régulièrement, et ne parlons même pas de sa quantité de nicotine emmagasinée depuis que son meilleur ami était décédé. Il savait pertinemment bien qu’il se détruisait la santé, mais c’était tellement reposant.

    Liam glissa donc un tube de nicotine entre ses lèvres et l’alluma, tirant longuement sur le cylindre blanc. D’un pas lent, il s’avança dans le parc et alla s’asseoir contre un arbre, dans l’herbe humide. Il appuya sa tête contre le tronc et ferma les yeux, recrachant la fumée en formant de petits ronds. Des nuages gris masquaient le ciel et un crachin vicieux tombait sur le sol, glaçant lentement mais sûrement le rouge et or. Il s’en fichait pas mal. Les moustaches d’Embry chatouillèrent l’Irlandais qui sourit, laissant le rat sortir de sa cachette et se laisser glisser jusqu’à ses jambes. Les longs doigts fins de Liam coururent doucement dans les poils de l’animal qui couina de satisfaction. Le jeune homme tira sur sa cigarette, se demandant où ses compagnons pouvaient bien être. Il s’ennuyait à mourir et avait vraiment envie de s’occuper l’esprit.

    Il détestait la solitude, car pour lui c’était synonyme d’abandon, ce qu’il avait chaque jour l’impression de vivre un peu plus, même s’il était entouré. Il s’isolait lui-même car s’il craignait l’abandon, il craignait encore plus de perdre d’autres proches. Voilà pourquoi il favorisait désormais les « coups d’un soir », se forgeant ainsi une mauvaise réputation et s’attirant les foudres de certaines de ses « conquêtes ». Il avait certes des amis « fixes », mais restait plus distant que ce qu’il avait l’habitude d’être. Un sursaut d’Embry tira Liam de ses pensées, qui ouvrit les yeux. En face de lui se trouvait un hibou, l’air exaspéré.

    « C’est bon, tire pas la gueule, laideron, » lança-t-il à l’hibou qui en effet, était particulièrement laid. Il ignorait à qui il appartenait, c’était sûrement un hibou de l’école.

    Liam coinça sa cigarette entre ses lèvres et s’avança, afin de défaire le morceau de parchemin lié à la patte de la bestiole. Il déplia le bout de papier et reconnu immédiatement l’écriture brouillonne de sa chère et tendre Elixir.

    « Heyy, Lima ! - le Gryffondor grogna, agacé par ce surnom ridicule -
    Bouge tes fesses et rejoins-moi à la lisière de la forêt interdite dans… tout de suite, en fait. Magne-toi, ou je t’étripe !
    Une baffe affectueuse,

    Elixir.»



    Un sourire en coin se dessina sur les lèvres pleines du Gryffondor qui secoua la tête d’un air navré. Cette fille était complètement givrée et désespérante, mais Liam ne pouvait pas s’empêcher de l’adorer. Elle lui rappelait beaucoup Clémance, il était d’ailleurs persuadé que les deux là se seraient parfaitement bien entendues. Ou écartelées et tabassées, pour cause de confrontation de deux caractères trop semblables. Liam secoua la tête, essayant de sortir sa jeune amie moldue de son esprit. Ce qui était impossible, car elle était en permanence avec lui, tout comme Johnny.

    *Debout mec,* songea-t-il avant de se redresser et de s’étirer, perchant Embry sur son épaule. Il glissa sa main libre dans la poche de son pantalon et porta l’autre à ses lèvres, afin de tirer sur sa cigarette. Il prit la direction de la forêt, jusqu’à apercevoir une silhouette familière, non loin des arbres, immobile et imperturbable, même par la pluie. Il s’avança, un sourire aux lèvres, et se glissa aux côtés d’Elixir, furtivement, tel une ombre.

    « Bonjour, douce, charmante et tendre damoiselle. Vous n’avez donc pas peur d’attraper froid, par ce temps ? Murmura-t-il d’une voix charmeuse mais néanmoins amusée, avant de passer un bras autour de ses épaules. Peut-être que la chaleur de mon corps pourrait vous être utile… Un câlin ? »

    Alors… un regard noir, un sourire moqueur, un pain dans la figure, ou une infime chance qu’il reçoive un câlin…? Lancez vos paris, ladies and gentlemen.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zaren Wisper

G r y f f i n d o r & Madness

avatar

Nombre de messages : 1407
VIP : 12
© Avatar : Lsi
Date d'inscription : 27/10/2008
Age : 25
Nationalité : Islandaise
Pêché Capital : L'envie

More of me.
Patronus: Léopard des Neiges
Orientation: Bi
Citations:

MessageSujet: Re: And all things will end. - Pv -   Ven 5 Déc - 2:17

    Les heures s’effilaient, glissaient sous la fluidité des ténèbres sans même qu’il en ait parfaitement conscience, tant le silence omniprésent des lieux pouvait paraître oppressant lorsque l’on y réfléchissait bien. Les seuls frémissements trahissant l’existence de ces êtres dont les pieds foulaient pourtant ce sol sombre, était le bruissement de feuille, le crissement d’une mine sur un cahier, avec peut-être un bruit de pas qui accentuait ce sentiment de cette imperturbable solitude. Et l’on disait tant de chose sur cet endroit, parfois des histoires que les élèves aimaient se murmurer au coin du feu pour se faire peur, d’autres plus véridiques, et d’autres servant à dissimuler les vérités neigeuses qui venaient fleurirent ces lieux. Plus particulièrement sur la réserve… car ces étendues de livres, ces ouvrages accessibles le devenaient bien moins une fois ces grilles passées, et personne, sauf autorisation d’un professeur, ne pouvait normalement s’y rendre. Mais quel était donc cette immense pièce aux tentures imposantes, aux effluves oubliées par les âges, au parfum de passé ? La bibliothèque s’étirait devant vous, vaste et possédant tant de recoins que l’on pourrait presque en jalouser sa complexité.

    Les premières tables se tenaient immobiles et occupées par des élèves bien trop appliqués pour attirer l’attention du responsable des lieux, tandis que d’autres, perdus dans les allées se jouaient de cette discrétions parfaites pour pouvoir bavarder à voix basses, sans troubler la quiétude des lieux. Zaren se trouvait à l’une d’elle, une plume coincée entre ses doigts, son index venant parfois tapoter sur la ligne de celle-ci sous une immobilisation de son geste, symbole de cette frondeuse réflexion qui cheminait sur les venelles taciturnes de son âme. D’ailleurs, sa seconde main venait se coller à son visage, celui porteur de vérité s’apposant délicatement sur sa joue, tandis qu’un fin plissement de son front se dessinait sur les courbes de ses traits exprimant cette fourbe concentration que peu sans doute lui connaissaient, surtout dans un tel lieu, et pour ce qui semblait être un devoir à rendre.

    Normal lorsque l’on y repensait, puisque le gryffondor détestait passer trop de temps sur ces derniers, d’autant plus que sa moyenne d’en subissait aucune conséquence visible tant ses résultats étaient bons, même s’il était certain que la matière dans laquelle il excellait véritablement était la potion, le laissant afficher dans le creux de son âme les connaissances qui étaient les siennes. Et s’il suivait cet enseignement, c’était bel et bien parce qu’il lui fallait cette partie du diplôme pour le métier auquel il se destinait, sans doute surtout, pour prouver de la qualité de ses travaux. De plus, il faisait des efforts considérables pour suivre la botanique et ne pas s’endormir durant ces cours plutôt ronrons, même si cette année ceux-ci avaient finalement pris une tournure plus… intrigante ? A vrai dire, toutes la nouvelle équipe administrative était porteuse d’une étrangeté blafarde et des plus malsaines à son goût. Les premiers effets s’étaient lentement fait sentir ce premier soir lorsque tous les élèves avaient pu les croiser… lui tout aussi victime que les autres, avaient néanmoins trouvé étrange ces comportements parfaitement extrêmes de chacun des protagonistes. Mais il était pourtant encore si loin de la vérité, celle qui ferait pâlir les visages, ternirait les espoirs, échaufferait les esprits, et qui engendrerait pour certains une haine viscérale, à moins que d’autres ne finissent finalement par trouver toute cette histoire des plus plaisante… Pourtant, en quoi était-ce agréable que de se faire manipuler, de laisser son âme se faire enrubanner tel un bonbon acidulé et surtout des plus amers… Car cette envie sournoise pour sa peine, à lui, possédait une vivacité troublante et éreintante, offrant les prémisses d’une jalousie sournoise et des plus incisives, exacerbant tous ces ressentis, poussant à la démence, à l’improbable surtout, tel un venimeux poison qui viendrait courir dans ses veines.

    Aussi ces nouveaux cours avaient de quoi l’intéresser, mais il avait pour ainsi dire l’impression de ne rien apprendre de suffisamment conséquent, ce qui pouvait paraître alarmant étant donné son amour pour le blabla latin que les livres baragouinaient sans cesse à ses oreilles pourtant attentives, tout du moins autant qu’elle le pouvait. Ainsi, il préférait retravailler cette manière depuis toujours, et ce avec l’aide d’une jeune fille qui adorait cette matière et qui avait de son côté quelques difficultés en potion. Une entraide naturelle était donc née entre les deux, lui offrant la possibilité de ne pas ouvrir forcément un vieux bouquin pour apprendre certaines choses sur une plante, et de son côté la délicieuse demoiselle avait quelqu’un capable de répondre à ses interrogations les plus folles concernant la science si sombre qu’était l’usage des potions. D’ailleurs cette dernière se trouvait à la même table que lui, tendant de rédiger sur son parchemin un devoir sur la potion de mémoire, usant d’ailleurs d’une encre qu’il lui était possible d’effacer, ce qui lui rendait indéniablement service, étant donné les ratures qui étaient de son cru. Ses doigts tapotant frénétiquement la table sous une certaine anxiété, elle s’appliquait à décrire l’utilité des plumes de Jobberknoll lorsque la voix de Zaren se fit brusquement entendre sous un léger murmure interrogatif.

    « Hum… et l’effet de l’Heracleum sphondylium ? » s’enquit-il ainsi sans même lever le nez du livre qu’il était de toute évidence en train d’éplucher.

    Son propre parchemin posé négligemment sur le côté, il fronçait à présent les sourcils devant le peu de détails qui s’offraient à sa vision. Par Merlin ! Il était certain que toutes les informations qu’il désirait se trouvait dans cette maudite réserve actuellement inaccessible, à moins de vouloir subir les foudres d’un représentant de l’école. Un faible soupir trépassa de ses lèvres légèrement arquées sous un agacement sensible qu’il se refusait pourtant à laisser percevoir dans ses paroles, mais rien dans ce qu’il pouvait lire ne développait convenablement les effets de cette plante, ni même les noms des potions précises dans lesquelles elle était utilisée… craignait-on qu’un élève s’amuse à reproduire l’une d’entre elles ? En tout vérité, ils avaient peut-être parfaitement raison, d’autant plus en ce qui concernait Zaren, puisqu’il se serait volontiers amusé à les tester sur des créatures ou toute autre chose. Disons qu’il serait peut-être utile un beau jour de lui signifier clairement que cela était interdit… mais croyait-on vraiment qu’il soit ignorant à ce point ? Disons surtout qu’ignorer les règles était l’un de ses passe-temps favoris en ce qui consistait de ses petites fabrications maisons.

    « L’Heracleum sphondylium ? On peut l’utiliser pour tout ce qui est potions de soin de maux d’estomac, elle apporte une efficacité remarquable, et est même l’ingrédient central de certaines d’entre elles.
    - Il est dit qu’elle a aussi d’autres effets plus… surprenants. » ajouta-t-il en braquant son regard sur le sien après avoir laisser son doigt courir sur la ligne en question.
    « Euh… il me semble qu’elle peut s’avérer dangereuse pour le système nerveux si je me souviens bien, selon si tu l’ajoutes à certains autres ingrédients, elle peut être mortel.
    - Lesquels ?
    - Mais sur quoi tu travailles exactement ?! » s’exclama-t-elle le plus bas qu’elle put, se penchant par-dessus la table pour tenter de lire ce qu’il y avait d’écrit sur son parchemin.

    Ah l’infâme péronnelle trop curieuse ! Mais il fallait bien reconnaître qu’il l’avait cherché en lui posant ce genre de questions… Trop tard, aussi fallait-il lui dire… autre chose que la vérité ! Un mensonge parfaitement crédible qui serait sa plus douce oraison, son plus beau drapeau à l’effigie de la traîtrise, mais qu’importait, ce n’était pas comme s’il lui racontait tout. Après tout, n’aurait-elle pas pris peur de savoir qu’il désirait apprendre à faire des potions qui pouvaient s’avérer mortelles, à retrouver de vielles formules, à en créer de nouvelles, qu’elles soient dangereuses ou non. Mais il savait que si cette dernière l’était, elle se vendrait bien plus cher, mais également sous le seau d’un silence obséquieux.

    « C’est pour Crawford, figure-toi qu’il m’a permis de faire un devoir plus poussé et de valider ou non mes recherches… comme il sait que je suis en avance sur le programme. A croire que nos nouveaux professeurs sont bien plus cools que les précédents. Je doute que ce vieux grigou m’aurait permis une chose pareille. Lui au moins pense que si l’on connaît les dangers de chaque plante, on ne commettra pas l’erreur de l’introduire dans une potion et rendre ainsi celle-ci contraire à ce qu’elle devrait être.
    - Et savoir qu’elle peut atteindre plus facilement le système nerveux en l’ajoutant à la mandragore est vraiment utile ? » demanda-t-elle visiblement dans le doute le plus flou.
    « Je suis censé parvenir à déterminer les ingrédients à éviter avec… je devrais faire quoi ? Tester et voir les résultats que ça a sur les pauvres petites bestioles ?
    - Non… mais j’en sais pas plus tu sais… Si ce livre ne le précise pas, c’est parce que c’est dangereux. Tu devrais lui dire que tu n’as pas trouvé, peut-être qu’il t’offrira un joli livre en cadeau pour tes efforts. »

    Peut-être bien… ou peut-être pas ! Car Crawford ne savait rien de ses petites activités, et s’il pouvait l’imaginer plus ‘cool’ que son prédécesseur, il ne lui accorderait jamais sa confiance pour autant. Le vieillard précédent par contre, lui avait réussi à l’obtenir, et répondait parfois bien volontiers à ses interrogations, même quand celles-ci sortaient sensiblement de la légalité. Mais peut-être devrait-il s’y prendre ainsi… user d’une potion de vérité sur l’un de ces bons vieux professeurs et de ce fait forcer ce dernier à avouer les moindres secrets concernant leurs venues en ces lieux… si oui ou non le ministère y était mêlé, si une expérience mystique se déroulait à huit-clos et s’ébruiterait à la fin de l’année comme une prouesse silencieuse. Néanmoins le jeune garçon n’était pas prêt d’attendre jusque là pour découvrir la vérité… ou même pour apprendre à quoi servait cette maudite plante. Il ferait bien un tour dans cette réserve dans les nuits à venir, mais il n’avait de quoi fabriquer sa potion d’invisibilité sous la main… c’était que les Demiguises étaient rares comme espèce de singe, d’autant plus qu’ils avaient la capacité de devenir invisibles s’ils se sentaient menacer. Qu’à cela ne tienne… il s’y rendrait tout de même, assumant les risques qui allaient bien évidemment avec.

    Il s’apprêtait finalement à lui répondre lorsqu’un hibou qui s’était introduit par un interstice laissé libre à cet effet vint se poser juste devant lui, une lettre au bec, attendant de toute évidence qu’il s’en empare pour repartir derechef de là d’où il venait. Sans se faire prier, Zaren décrocha la missive, laissant l’oiseau étendre à nouveau ses ailes et quitter le bois terne de la table, soufflant quelques feuillets qui s’éparpillèrent un peu plus loin sur celle-ci, agaçant de toute évidence sa compagne de travail qui laissa un soupir agacé s’esquiver de ses lèvres pincées. Mais cela ne l’intéressait pas dans son égoïsme placide… il avait juste conscience qu’il n’y aurait pas de réponse à offrir de si tôt, sinon l’animal aurait patiemment attendu celle-ci de sa part, ou au moins qu’il le congédie.

    « La prochaine fois que tu reçois du courrier, dis-lui de s’envoler plus loin. » commenta-t-elle à l’image d’une petite peste, sans même faire tressaillir une seule seconde le gryffondor qui la trouva purement agaçante puisqu'il se servait tout simplement d'elle. Aussi s’attelait-il déjà à décacheter le seau qui céda sans difficulté sous son geste, avant que la feuille ne s’entrouvre sous l’agilité de ses doigts, dévoilant une écriture de toute évidence rapide qui offrait une vision brouillonne à son regard. Elixir, car la lettre venait d’elle… les lignes des mots ne pouvaient lui permettre d’en douter, pas plus que la signature en bas de celle-ci.

    ‘Mon Zazou’

    A cette simple ligne, Wisper laissa un insidieux soupir venir trancher le nouveau silence de la pièce… ce qu’il pouvait détester cette appellation. A croire que la jeune fille en question n’avait jamais eu peur de ses réactions parfois plutôt incisive, mais cette maudite habitude avait commencé aux manoirs de sa famille, juste pour ennuyer son adorable frère, laissant Zaren sourire comme une idiot tandis qu’elle se permettait de glisser ce ‘chose’ parfaitement stupide et ridicule comme un doux pseudonyme attendrissant. Il avait d’ailleurs eu du mal à ne pas permettre à une grimace parfaitement justifiée de se peindre sur ses traits, mais il fallait bien jouer le jeu, même si dans le creux de son oreille il avait trouvé judicieux de lui interdire de le réutiliser… mais finalement celui-ci était resté, et il lui arrivait même de l’envoyer promener lorsqu’elle l’utilisait encore. Cependant, et si nous revenions à cette étrange missive ?

    ‘Mon Zazou,

    Si tu veux obtenir ce que tu désires… et ne fais pas l’idiot, tu sais très bien de quoi je parle, c’est con mais j’avais pas de place pour envoyer mon porte-jarretelle. Donc bouge ton joli petit cul et viens me rejoindre dans la minute, que dis-je, dans la seconde à la lisière de la forêt interdite si tu ne veux pas que je m’attaque à tes bijoux de famille avec un maillet.

    Tendre léchouille,

    Elixir.’


    Manquant d’éclater de rire en plein milieu de la bibliothèque, il se mit à se mordre fortement la lèvre pour s’en empêcher, allant même jusqu’à laisser quelques gouttelettes de son sang s’égarer sur sa langue qui en apprécia le contact pourtant ferreux. Il aimait ce précieux liquide à la manière d’un félin tenté par la saveur sournoise de cette liqueur aux reflets carmins, mais il n’y avait rien de véritablement malsain dans ce léger détail, après tout, n’étions-nous pas des carnivores autrefois avant que l’homme finisse par se sédentariser suite à quelques progrès de l’agriculture. Les baies et autres décoctions n’avaient de véritables teneurs, plus encore lorsque l’hiver se profilait à l’horizon. Ainsi, sous ce contact témoin de l’hilarité qu’il ressentait, son cœur se mit à battre plus vite, sous les saccades d’une envie de jouer et de pousser le vice plus loin qu’à l’accoutumé. Car il ne s’attendait certainement pas à retrouver Liam ou Cassian dans ces bois…

_________________

          (c) Lsi
          Pénétrez dans les dérives de mon âme...

          Car ne pouvant se corriger de sa folie,
          il tentait de lui donner l'apparence de la raison.

          (c) Musset
----
Présence éclaire : exam jusqu'au 7 juin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/zaren-wisper-ainsi-se-nomme-la-deraison-t734.htm
Zaren Wisper

G r y f f i n d o r & Madness

avatar

Nombre de messages : 1407
VIP : 12
© Avatar : Lsi
Date d'inscription : 27/10/2008
Age : 25
Nationalité : Islandaise
Pêché Capital : L'envie

More of me.
Patronus: Léopard des Neiges
Orientation: Bi
Citations:

MessageSujet: Re: And all things will end. - Pv -   Ven 5 Déc - 2:19

    Sa main se refermant sèchement sur la lettre qu’il tenait encore entre ses doigts, il la fourra rapidement dans la poche de son pantalon, avant de rassembler vivement ses affaires pour de toute évidence quitter les lieux sous le regard ahuri de l’autre jeune fille qui ne le quittait plus des yeux, sans doute en disant qu’il était subitement devenu fou, ou bien que la nouvelle devait être… terrible ? Il n’avait pas l’air d’être à deux doigts de pleurer… et bien quoi ? Son beau-père était mort et il allait danser la java sur sa tombe peut-être ? Cela aurait pu être en effet une raison de sa réaction, mais il était certain qu’elle se fourvoyait plus que n’importe qui d’autre face à sa nouvelle envie de quitter les lieux. Enfin, peut-être avait-elle bel et bien songé à l’éventualité d’un amant lui donnant rendez-vous dans une alcôve...

    « Je dois partir. » glissa-t-il d’un timbre impatient, dénotant de son absence d’envie de donner une explication.
    « Mais j’ai besoin de toi…
    - Une autre fois, on m’attend. » laissa-t-il entendre tout en tournant les talons tandis que son sac venait se glisser à son épaule, le laissant avancer sous une rapidité bien trop vive pour ne pas témoigner de son désir d’abandonner toutes ces recherches pour autre chose. « Tu voudras bien ranger mes livres… »

    Finalement il l’abandonna bouche bée, alors que lui-même disparaissait au coin de la porte. Qu’avait-elle eu envie de lui crier, de lui hurler à ce sale profiteur ? Qu’il n’avait pas le droit ! Qu’il n’avait qu’à les ranger lui-même ses maudits livres ! Mais quelle importance cela pouvait bien avoir pour le jeune garçon qui laissait à présent la porte claquer à sa suite ? Que le Diable s’en arrange… il n’avait nulle intention de céder à ses démons intérieurs, constatant que l’improbable n’avait pas eu raison de cette obsession sournoise qui n’avait de cesse de l’étreindre à chaque instant, sa jalousie se renforçant à mesure que le temps s’égrenait lascivement sur l’horloge du destin. Ses songes restaient saccadés, agités… sous l’ingérence de ce qu’il ressentait, de ce qu’il avait finalement perdu en l’espace de quelques secondes sans même qu’il en ait véritablement conscience. Pourtant cela ne se ressentait pas véritablement encore… moins sur ses résultats qu’autre chose de toute manière.

    D’un pas qui se voulait rapide, il s’engagea dans les escaliers sans même accorder le moindre regard aux portraits qui eux n’en rataient pas une miette… A leur sujet, le jeune gryffondor se demandait s’ils n’étaient pas les informateurs de cette jeune femme qui se disait journaliste, racontant mille et un ragots, et venant même jusqu’à lui adresser directement une lettre. Car après tout, qui pouvaient se venter d’avoir l’œil sur tout, d’entendre les murmures, les chuchotements glissés dans le creux d’une oreille bien trop distraite, s’esquivant déjà sous les roucoulements désuets des uns ? Mais il devait bien évidemment y avoir les élèves également… mais les tableaux étaient également d’excellents suspects !

    Sous une agilité propre au gardien qu’il était, il gravissait, esquissait les marches sous une dextérité rare qui ne le menait néanmoins aucunement en direction de la forêt. Parce que vous pensiez qu’il allait sincèrement se rendre dans la forêt interdite avec toutes ces affaires ? Franchement quelle idiotie, il serait loin d’être libre de ses gestes, et puis il n’avait guère envie d’y emmener Diz, l’animal méritait mille fois de rester au chaud à l’intérieur du bâtiment, plutôt que d’entendre parler d’une épreuve, d’un défit, ou de quoi que ce soit d’autre. D’ailleurs celui-ci s’était éveillé sous l’agitation de son maître, ses petites griffes s’agrippant avec ferveur au col de sa chemise comme s’il craignait de finalement tomber dans un virage trop serré.
    {Tu veux ma mooooorrrtttttt !!!
    - Moi ? Pourquoi tu dis ça ?
    - Parce que tu as l’air d’un chien mouillé totalement surexcité par la pluie et que je vais tomber !
    - Elixir te va comme raison ?
    - Quoi ? Encore un défit ? Mais vous n’en aviez pas terminé avec tout ça ?
    - Ahhh sale rabat-joie, on s’en moque. Je ne reculerai jamais et ça elle le sait.
    - Si t’es con…
    - Ah mais ferme-là !
    - Pour tes beaux yeux ? Crève ! Je les vois même pas en couleur.
    }

    Ce qu’il pouvait l’aimer sa conscience aux atours poilus… fort heureusement pour cette boule noirâtre, sinon elle aurait déjà fini en bas des escaliers après avoir été suspendu par la queue au dessus du vide. Disons surtout que le fait qu’il ait parfaitement conscience que c’était lui-même qui s’exprimait à travers la petite bouche en v de l’animal changeait totalement la donne, mais il se plaisait à aimer croire… que le rat lui parlait vraiment, et que les autres en rient, il s’en moquait bel et bien, tant son secret était le sien, éternel et silencieux tant qu’il le souhaiterait. Vertiges invisible de sa démence, il y tenait tel à un joyau fébrile capable de lui offrir l’illusion que jamais cette folie, celle de sa si tendre mère, ne serait finalement la sienne… mais ces questions, celles qui ne cessaient de se repaitre dans le repaire de son âme, ne lui apparaissaient finalement que secondes tandis tout ce que lui inspirait Dale n’avait de sens. Comme si ses propres pieds avaient déjà perdus la stabilité du sol… il était certain que tout ceci perdait de son importance, de sa vérité, illusion intangible à laquelle il veillait à ne plus laisser son esprit s’attarder.

    Mais soit, à cette seconde c’était ses pas qui résonnaient à quelques mètres à peine du portrait de la grosse dame qui le regardait déjà d’un œil soupçonneux… ce qu’elle pouvait l’agacer cette dinde-ci, incroyable que les autres lions puissent si facilement la supporter. Oh mais c’était vrai après tout, les rouge et or étaient si stupides parfois. Parfois… mais lui faudrait pourtant avouer qu’au fil du temps, malgré que la plupart en viennent à l’insupporter plus que tout, ses liens avec maisons se tissaient de plus en plus étroitement. Il suffisait de regarder ceux qui ne cessaient de se rapprocher… ceux qui l’étaient depuis longtemps, ceux qui… indéniable vérité qui pourtant lui murmurait dans le creux de l’oreille que tout ceux-là avaient finalement changé ces dernières semaines pour la plupart, comme si l’espace de quelques mois avaient suffit à en faire autre chose que de vulgaires gryffondors sans intérêt. Agathe tout d’abord… sa petite perle avait semblé s’endurcir, devenir différente, mais tellement plus intéressante. Puis il y avait Elixir… ah… une jolie puce dont il faudrait plus d’une courte phrase pour en parler… à croire que le destin avait voulu placer ce petit papillon aux ailes aux couleurs chatoyantes, captivantes sur son chemin pour l’extirper de son humble solitude, le pousser à clairement signifier à sa détestable famille qu’il… oui, qu’il les haïssait purement et simplement, qu’il n’avait aucunement besoin d’eux. Vérité qu’Eythan avait de toute évidence difficilement accepté, dénotant une certaine jalousie qui l’avait finement laissé sourire… avec pour simple pensée que plus il enrageait, plus il exultait de colère, plus lui-même trouvait une certaine satisfaction à le rejeter comme il se devait.

    Qu’il rêve de ses idées de grandeurs mais oublie celui qu’il ne pourrait jamais induire dans son ignoble équation puisque de toute manière, l’argent dont il hériterait lui viendrait de sa mère, à croire que les sangs purs prévoyaient toujours ce qu’il fallait pour leurs petits enfants, qu’ils s’avèrent être des bâtards ou non. Et Elixir dans tout cela… ? La première fois qu’il l’avait entrevue, elle était aux côtés de ce dernier, lui tenant la main et paraissant se trouver à son aise auprès de lui. Mais une envie narquoise de jouer une nouvelle fois… différemment cependant qu’aux abords de cette piscine s’était fait jour dans son esprit, son regard s’inspirant de la plus profonde noirceur durant ces quelques secondes où il ne fit que l’observer attentivement. S’en suivit durant les jours qui passèrent un jeu des plus machiavéliques, lui glissant ses doigts contre les siens, laissant son corps tout entier frôler la délicatesse de ses courbes. Appréciant ces esquisses invisibles, savourant chaque détail qui aurait pu le laisser plus songeur qu’il ne l’était encore. Elle possédait cette douceur, cette gentille si bien dissimulées qu’il apprécia pourtant en elle, mais moins encore que ce côté qui la poussa à mettre elle aussi les pieds dans ce bourbier tenace et mesquin, ce piège d’une méchanceté notable qu’il destinait à son frère.

    Aussi ces douceurs se firent à deux, le laissant la séduire ouvertement devant ce frère qui semblait ne plus savoir qui regarder, qui jalouser… son objet ou sa petite amie. Mirage indécent qui fit qu’elle le quitta, allant même jusqu’à pénétrer dans l’antre du loup qu’il était sans le moindre remord sous quelques paroles suggestives glissées dans le creux de son oreille, ses doigts s’ingéniant à glisser, serpenter sur la rondeur de sa taille… lui murmurant un ‘Viens et je te jure que tu ne le regretteras pas’. Elle aurait pu prendre peur, imaginer tant de ces choses qu’Eythan visualisa sans doute, mais elle le suivit sans doute après avoir remarqué cet éclat joueur qui brillait d’une étrange lueur dans le creux de son regard. S’enfermant avec lui dans cette chambre, ce furent des gémissements jouissifs qui s’esquivèrent de leurs lèvres, des froissements funestes de draps qui se laissèrent percevoir tandis que leurs lèvres devaient sans doute savourer la saveur de leurs chairs… Mais il ne s’agissait que d’une fumisterie, une mauvaise blague qu’ils trouvèrent plus qu’amusante, d’autant plus qu’ils n’en soufflèrent le moindre mot à son sujet. Eux seuls savaient ce qu’ils s’étaient passés dans cette pièce, que leurs éclats de rires finaux tandis qu’ils s’échouaient dans les bras l’un de l’autre n’étaient que l’expression de leur amusement, et non de cette plénitude que les couples parfois ressentent.

    Puis il y avait eu Poudlard… leurs mains qui se cherchèrent au détour d’un couloir, les lèvres frondeuses de l’un se glissant aux prémisses de cette chair méconnue pour réclamer ce dû qu’ils ne s’étaient permis d’ébaucher dans son lit… mais attention, rien n’était jamais gratuit, et il était certain que jamais, même une fois le défi réussi, aucun des deux ne revenaient réclamer ce dû. Ils paraissaient aimer ce jeu incessant… laissant parfois leurs paroles se faire entendre sous des souvenirs si imprécis qu’ils pouvaient facilement sous-entendre qu’un lien plus étroit avait été le leur et qu’ils avait déjà redessiné les courbes de l’autre. Apparences si trompeuses… mais déjà il ressortait de la salle commune des gryffondor après avoir déposé ses affaires dans son dortoir, ainsi que l’animal qui s’était simplement glissé dans le creux de ses draps sans se faire prier.

    Une nouvelle fois il emprunta les escaliers, mais cette fois-ci sous une avancée moins hâtive qu’auparavant… elle n’avait qu’à patienter après tout. Il n’était pas un chien qui rappliquait aussi vite que possible juste parce que l’on venait à le siffler. Même si… oui, s’il lui avait envoyé une missive similaire, il savait qu’elle l’aurait rejoint sans plus tarder, abandonnant toute affaire cessante. Après tout, on pouvait les qualifier de proches, quoiqu’il arrive, quoiqu’il se passe… du moins pouvait-on l’espérer, mêmes si leurs petits défis s’étaient un peu atténués ces derniers temps, à croire que le manque de sommeil n’aidait pas à être imaginatif, et il fallait bien reconnaître que cette invitation lui faisait plaisir. Sans qu’il ne puisse imaginer… oh que le diable des sentiments savait être joueur et taciturne !

    Quittant fatalement le château, ce fut dans le parc que ses pieds se recueillirent, laissant l’herbe humide assombrir la couleur de ses chaussure, tandis qu’une pluie fine mais éparse venait se recueillir sur sa chevelure qui en profita pour s’approprier d’une couleur plus obscure. Voilà qu’elle le poussait à venir sous la pluie la rejoindre, elle était folle décidément… voulait-elle qu’il affronte un centaure mais qu’avant qu’il ne parvienne à l’abattre il finisse par glisser et se casse le cou ? A peu de choses près, cela était fort probable après tout… l’affrontement du mi-cheval serait une idée à développer, mais bien loin de le ravir ou de l’attirer, il laissait volontiers les suicides aux autres. Merde ! Il n’avait aucune chance, surtout si ce dernier n’était pas seul, ce qui s’avérait pour la plupart du temps… exact malheureusement.

    Laissant son regard flâner avec le ciel, il en profita pour sortir un paquet de cigarettes de sa poche, tandis que sa chemise ondulait contre son buste sous la cavalcade de sa propre cape qui fort heureusement le protégeait de l’eau glacée qui tombait avec obstination du ciel. La protégeant d’un geste prompt de la main pour éviter que l’humidité ait raison de sa drogue, il vint porter une flamme à celle-ci, laissant ainsi son extrémité se teinté d’un rouge délicat et fuyant, petit rubis qui trahirait sa présence dans cette forêt s’ils venaient à pénétrer, mais après tout, autant que les affres des ténèbres soient au courant, cela simplifierait grandement les choses. Mais déjà ses prunelles apercevaient une première silhouette qui paraissait vouloir se rapprocher d’une autre, tandis que lui-même hâtait le pas plutôt perplexe. D’autant plus qu’il lui semblait les reconnaître toutes les deux…

    Ses iris se plissant sensiblement, le sorcier sembla se renfermer quelque peu en repensant à… Liam ? Oui, c’était bien à lui que cette première silhouette, celle qui lui était la plus proche lui faisait penser, à cette autre nuit où leurs lèvres avaient finalement trouver le chemin de celles de l’autre, leurs mains venant à repousser les limites de leurs vêtements pour finalement parvenir à… Que voulez-vous que l’on vous dise ? Ah vous en ririez d’avance avec vos petits visages bouffis et curieux ! Car oui, il fut incapable d’aller jusqu’au bout, non pas de sa propre volonté, mais ce lâche, son corps se refusa à accéder à sa requête malgré moult efforts. Et ses pensées revenant flâner sur ce détail ne pouvait que le rendre plutôt mal à l’aise… la seule et unique fois… n’était qu’une perfidie, son esprit s’étant braqué sur une funeste image, un singulier visage, le goût de ses lèvres étant presque revenu flâner sur les siennes tandis qu’une profonde envie se propageait en lui à cette seconde précise. Ce désir incisif de retrouver ses moyens et de ne pas laisser une vulgaire obsession entailler ses besoins… besoins qu’il s’était révélé incapable de satisfaire. Aussi c’était son buste qu’il sentait se resserrer, un sourire cynique se peignant sur ses lèvres distraites… Après tout il s’était juste contenté de le charrier, de se moquer.

    Arrivant peu de temps après le principal intéressé dont il entendit finalement le dernier mot… Câlin ? Mais si la demoiselle réagissait comme il s’y attendait… deux solutions s’offraient au jeune inconscient : soit la douce Elixir lui en ferait un, soit elle l’enverrait sagement promener après peut-être l’avoir allumé. Ah si sa virginité n’était pas à remettre en doute, sans doute aurait-il pu affirmer qu’elle était la plus grande… mais enfin passons, c’était par son tempérament vif et téméraire qu’il avait été séduit avant tout, et qu’il avait finalement tendance à vouloir préserver cette douce innocence qui était la sienne. Car si quelqu’un se devait de la lui dérober, et bien ce serait forcément lui… quand les poules auraient des dents peut-être. Mais c’était peut-être déjà le cas avec la magie et quelques sorciers trop inconscients… alors quoi d’autres d’improbable ?

_________________

          (c) Lsi
          Pénétrez dans les dérives de mon âme...

          Car ne pouvant se corriger de sa folie,
          il tentait de lui donner l'apparence de la raison.

          (c) Musset
----
Présence éclaire : exam jusqu'au 7 juin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/zaren-wisper-ainsi-se-nomme-la-deraison-t734.htm
Zaren Wisper

G r y f f i n d o r & Madness

avatar

Nombre de messages : 1407
VIP : 12
© Avatar : Lsi
Date d'inscription : 27/10/2008
Age : 25
Nationalité : Islandaise
Pêché Capital : L'envie

More of me.
Patronus: Léopard des Neiges
Orientation: Bi
Citations:

MessageSujet: Re: And all things will end. - Pv -   Ven 5 Déc - 2:20

    « Je rêve où tu m’as entraîné dans un traquenard ? » demanda-t-il en éloignant sa clope de ses lèvres qui s’étiraient sous un sourire mi-mutin, mi-taquin. « Si tu voulais le faire à trois… tu aurais dû me prévenir, je ne suis pas d’humeur partageuse. Il faudrait me convaincre… et Liam semble avoir perdu la main. »

    Allait-il lui aussi mériter une fielleuse raclée, ou peut-être se chargerait-elle de lui répondre comme ils en avaient simplement l’habitude : sous une nouvelle taquinerie ? A moins que ça soit Liam qui se permette de lui répondre. Après tout, s’il s’était permis de se moquer de lui, la réciproque pouvait être vraie, non ? Pourquoi fallait-il que ce soit lui qui soit l’instigateur de la panne… parce que cela venait bien de lui ? Oui bon, il fallait bien le reconnaître, mais le mensonge pouvait parfois être si gratifiant. Et au moins à cette seconde, Diz n’en rajouterait pas une couche.


    C'est ça être un homme !
    Un grand désir et une totale impuissance...

    [Yvon Paré]



[Hj : Bon... j'ai pas relu... c'est trop long -_-' ... vous m'excuserez des fautes, il n'y a que celles vues par word qui sont corrigées. Je verrai si je relis ça ce week-end ou pas.
Aussi pour les trois posts... ça voulait pas rentrer ><
Et pardon pour la longueur x) ]

_________________

          (c) Lsi
          Pénétrez dans les dérives de mon âme...

          Car ne pouvant se corriger de sa folie,
          il tentait de lui donner l'apparence de la raison.

          (c) Musset
----
Présence éclaire : exam jusqu'au 7 juin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/zaren-wisper-ainsi-se-nomme-la-deraison-t734.htm
Elixir Vigdis

Wizard moderator

avatar

Nombre de messages : 276
VIP : 1
Pseudonyme : Co'(coon)
© Avatar : MA
Date d'inscription : 29/11/2008
Age : 24
Nationalité : Italienne; mais étant Gitane, rien n'est sûr.
Pêché Capital : L'Orgueil.
Groupe : Les Maraudeurs.
Musique : KISS • I was made for lovin'you

More of me.
Patronus: Duc Darci; mon Fennec adoré x3
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: And all things will end. - Pv -   Sam 6 Déc - 4:01

L'art est le plus beau des mensonges.


    Une journée comme une autre, rien de bien extraordinaire pour la petite Élixir. Elle avait assistée à tout ses cours, sans exception, bien que parfois, cela la gavait pas mal, elle ne pouvait se permettre une impasse. Et puis, il n'était pas de son genre de sécher...Pas comme certains. Assidue dans son travail, elle ne laissa pas une seule bride de cours lui passer, même un gros vacarme n'avait pu la déconcerter. Bah, c'était une habitude chez elle, rester stoïque en tout situation pour assimiler un maximum de connaissance. Bien que de vu physiquement, et de son comportement plus ou moins très extravagant, elle ne ressembla pas à une fille du genre très travailleuse en cours, il n'en demeure pas moins qu'elle est plus qu'elle n'y paraît!
    N'ayant jamais vraiment pensée à son avenir, et encore moins au métier qu'elle pouvais exercer, Elixir travaille dans toute ses matières un peu pour le « fun ». En fait, sans vouloir paraître trop peu modeste, son intelligence lui permet en quelque sorte d'apprendre toute chose sans pour autant s'en donner une très grande peine. Elle a une certaine facilité avec l'instruction, et tout ce qui est d'ordre scolaire. Une facilité dont peu de personne faisaient preuve, elle s'en était rapidement rendue compte. Sans qu'elle ne s'en vanta jamais, et aujourd'hui encore, bien que parfois elle se sent agacée par les personnes qui n'arrivent pas à faire un sort simple, et qui, pour elle, est fait en un claquement de doigtés. C'était insupportable, mais elle se devait d'être patiente...Ce qui, parfois, se révélait d'impossible, tout simplement!

    Mais cette journée avait plutôt bien commencée, et elle comptait très bien la terminer. Assise à sa table, c'est en cours de défense contre les forces de mal que l'idée lui était venue. Bien qu'elle y avait pensée bon nombre de fois, l'idée de les réunir tous ne lui avait jamais effleuré l'esprit. Ses doigts se crispèrent, prêts à casser en deux la jolie plume qu'elle tenait entre ses jolies doigts fins...Tandis qu'un beau sourire fin effleurer ses minces lèvres rosées. Il était rare qu'elle rêvasse en pleine classe, mais les cours du professeur je ne sais plus le nom n'étaient points intéressant! Elle avait une maitrise totale-ou bien presque- de sa baguette et des tours de magies les plus malins pour arrêter quiconque se mettant au travers de son chemin...Sans parler de son corps qui bougeait très bien, d'une souplesse étonnante, elle savait se faire respecter par les poings, comme on dit. Oui, elle est d'une nature plutôt violente, même très violente.. C'est à cela qu'on la reconnaissait en fait. Gamine qui n'a pas froid aux yeux, qui dit ce qu'elle pense haut et fort et qui se fout, qui se branle pas mal, de l'avis d'autrui. Si ce n'est pas beau ça. Et pour contester son comportement, allez donc voir sa mère...C'est elle qui lui a enseigné tout cela, comment se défendre. Sa génitrice vous jettera certainement son poing dans la figure également...Bah, comme on dit, telle mère; telle fille!

    Mais passons, et revenons à nos moutons. Cette pseudo « réunion » dont personne ne connaissait le lieu, et encore moins pourquoi, et dont personne ne connaissait l'existence aussi...Mais au moins, Elixir savait une chose. Qui allait y être présent. Les personnes avec qui elle était tout le temps, ou presque. Bon, ce n'est pas qu'elle se les coltinaient tout le temps, heureusement d'ailleurs, sinon, elle ne serait pas sortie de l'auberge..Ils étaient très spatiaux dans leur genre, sans oublier les idées bizarres qui leur passaient par la tête parfois, elle se demandait comment elle faisait pour être avec eux. Mais enfin, à chacun qualités comme on dit. Disons qu'elle avait l'œil pour voir au-delà de ce qu'ils paraissent....Soi-disant. En fait, en toute vérité, elle était, dans son genre, pas mieux, elle ne valait pas un clou de plus. Mais elle, cela pouvait s'expliquer...Non, en fait, ça ne pouvait pas s'expliquer. On ne pouvait pas expliquer le comportement de quelqu'un, encore moins celui d'Eli.
    « -Mademoiselle Elixir Vigdis...Bien que ayez une moyenne fortement acceptable, je vous prie de bien vouloir résoudre, et rapidement, cet exercice! Fit son professeur de défense contre les force du mal, d'un air contrarié, mais surtout très hautain. »
    Un air que mademoiselle ne supportait pas, bien sûr, avant de commencer son exercice, elle prit la peine de lui jeter un regard lourd de mépris, comme elle les aime, ce qui sembla ébranler quelque peu son professeur. Mais venant de cette sale petite bohémienne à l'orgueil bien trop trop prononcé, cela ne l'étonna pas. Cet exercice plutôt difficile en soi, fut fait en un quart de tour par la jeune fille, ce qui n'étonna personne dans l'assemblé. Sa moyenne n'était pas fortement acceptable, elle était bien plus que cela! Elle était l'élève la plus brillante d'entre eux tous, que venait-il lui parler de moyenne acceptable cet empoté? Elixir lui lança un simple regard neutre, muni d'un sourire presque satisfait. Le cours de défense contre les forces du mal, ou le qui ne sert à rien par excellence, et où le professeur est un simple crétin qui ne pense qu'à reluquer les fesses de jolies filles, et encore...Les jolies filles, il y en a pas tant que cela ici. Elixir aurait pu, et en fait peut-être partie, de cette bride de filles annonçaient comme étant « bonnes » à l'embroche. Une image qui fit sourire Elixir. Non, elle n'était, et ne serait, certainement jamais comme ces filles assez crédules pour se faire avoir par le premier venu. Les garçons, ils devaient la combattre avant d l'avoir. Mais aussi forte qu'elle soit, elle est loin d'être le genre de fille à fuir l'amour, ou quelconque chose qui l'en rapproche...Mais enfin, cela, pour le moment, elle le laissait aux filles qui se sentaient plus ou moins seules, celles qui avaient besoin de chaleur et d'affection, des choses dont Elixir avait peu besoin, en ce moment. Le fait d'être entourée par des personnes importantes à ses yeux lui suffisait largement!

    C'est la fin du cours médiocre du Docteur Pervers qui la tira de sa rêverie. Le docteur en question était donc le professeur, elle lui avait donnée ce surnom au début de l'année, lorsqu'elle l'avait vu reluquer une élève. C'était d'un tel pathétisme...Qu'elle lui aurait bien balancée un coup dans ses bijoux de famille. Mais aujourd'hui, elle était bien trop pressée par ses idées pour tenir compte du docteur pervers, ce salaud de première. Elle traversa d'un pas pressée donc le long corridor, sa cape voltigeant derrière. Elle détestait cette cape noire qui la faisait ressembler à une grosse patate fumante. De plus, il y avait plusieurs mouvements qu'elle ne pouvait pas faire! Mais enfin, encore une fois, son avis importait peu. Elle soupira en rentrant dans son dortoir, déposant son sac sur son lit, elle prit plusieurs feuilles de papier et s'attabla, une plume et de l'encre non loin d'elle. Voilà ce qu'elle allait faire, et elle comptait bien commencer par...Liam. Son cher petit Lima adoré. Celui avec qui elle avait une relation plutôt particulière, comme les deux autres autres d'ailleurs. Amis depuis très longtemps, les deux jeunes gens se taquinent souvent, comme presque toujours dans les relations d'Elixir, mais Lima fait partie des rares personnes à qui elle fait sincèrement confiance. Mais en ce moment, elle le trouve bien changé, de part son comportement surtout. Elle ne saurait définir en quoi réellement, mais elle le sent tout simplement, c'est peut-être du à ce lien qui les unis si fortement?
    Bref, d'une écriture peu soignée, plus griffonée d'ailleurs qu'écrit, elle inscrivit :

    « Heyy, Lima !
    Bouge tes fesses et rejoins-moi à la lisière de la forêt interdite dans… tout de suite, en fait. Magne-toi, ou je t’étripe !
    Une baffe affectueuse, ♥
    Elixir. 
    »

    Elle ne savait pas trop d'où venait exactement ce surnom « Lima », mais il lui allait tellement bien! Une jolie petit déformation, rien que pour son petit minois, il devrait être contente! Mais étant son ami, Eli' le voyait déjà grogner à la lecture du message. Elle sourit à cette pensée...Ah, pauvre Lima.
    Mais elle se reprit bien vite, pour écrire son second message, à la seconde personne dont elle avait besoin. Qui n'est personne d'autre que...Ce cher petit Zaren Wisper, alias Zazou. Ou Cendrillon, un surnom qu'elle se réservait le droit de dire que quand elle désirait se moquer de lui. Ce qui n'est pas rare...Mais pour le faire venir, il valait mieux éviter ce surnom là, mais plutôt en choisir un plus soft, plus chic.


    « Mon Zazou,
    Si tu veux obtenir ce que tu désires… et ne fais pas l’idiot, tu sais très bien de quoi je parle, c’est con mais j’avais pas de place pour envoyer mon porte-jarretelle. Donc bouge ton joli petit cul et viens me rejoindre dans la minute, que dis-je, dans la seconde à la lisière de la forêt interdite si tu ne veux pas que je m’attaque à tes bijoux de famille avec un maillet.
    Tendre léchouille,

    Elixir.’
     »

    Vraiment très beau ce message, écrit avec autant de soin que le précédent. Peut-être un petit plus long? Normal, Zaren était plus difficile à convaincre aussi! Il était chiant parfois, il n'écoutait que son cul, mais elle connaissait toutes les astuces pour ramenait son jolie minois vers elle. C'est qu'elle est tendre la miss, et elle fait preuve d'une certaine malignité. De toute façon, pour les fréquenter, il en fallait un minimum de cette malignité.
    Mais oh Zaren...Que dire sur lui? Il est...Spéciale. Le genre de garçon avec qui? Quoi? Ils entretiennent également une relation très bizarre en un sens. Eux qui aimaient se lancer des défis, eux qui ont fait des choses très...Peu catholique, du moins, croit-on, dans la chambre de Zaren, juste après qu'elle ait quitté le frère de celui-ci. Mais repenser à cela n'allait pas lui donner un sourire nouveau. Plutôt crever qu'y repenser tiens!
    S'attaquant à la troisième et dernière messie...Cassian Dale. Le dernier garçon de la futur « bande ». Aussi soignée que les autres, elle griffonna sans état d'âme pour le lecteur:

    « Cassou!
    Alors soi tu bouges tes fesses pour venir me montrer la géographie des étoiles comme tu l'as promis bolos, MAINTENANT, soit demain attends toi à ne plus retrouver une seule de tes foutues fringues !
    Bisou baveux!

    Elixette la merveille.
    »

    Elle lâcha enfin sa plume, un sourire satisfait se dessinait sur ses lèvres. Contente d'elle, elle soupira, affichant un air plaisant. Elle avait correctement écrit, pour chacun, comme il se devait. Elle se leva, s'étira et prit les trois lettre, direction vers les foutus hiboux à la con. Elle plaça donc chaque messie au pied d'un hibou, et les laissa vagabonder avec les instructions qu'elle leur donna. Cela fait, elle tâcha donc d'aller rapidement à leur lieu de rendez-vous, l'orée de la foret. Un endroit plaisant, plutôt sombre, et à l'abri des regards trop curieux, mais assez ouvert pour que les garçons puissent la repérer. Elle leva ses yeux gris vers le ciel, qui devenait peu à peu grisâtre également. Zut, elle avait totalement oubliée Duc Darci, son Fennec. Bah, elle le reverrait à son retour au dortoir...Mais le pauvre, il devait bien s'ennuyer, surtout qu'il ne se trouvait pas dans son état naturel. Elle lui avait promis bon nombre de reprises de l'emmener au désert, un jour...Un vrai désert! Mais il attend toujours...Pauvre animal, qui représentait beaucoup pour la petite miss. Mais, il allait pas en mourir...Du moins, elle l'espérait. Les fennecs étaient rares dans l'école, elle devait être la seule à en posséder un...Mais passons. Une pluie fine avait commencée son processus...Pas mal pour une première réunion. Elle aimait la pluie, et les gouttes qui tombaient, éperdument au sol. Elle soupira, attendant d'un pied ferme les garçons, ils avaient déjà plus de 30 secondes de retard! C'était insupportable! Elle soupira, se demandant se qu'elle allait bien pouvoir leur faire faire lorsqu'elle sentit l'ombre derrière elle, certainement l'un d'eux...Lima. Il était bête quand il le décidait celui la, vraiment. Elle sentit une petite boule se former en elle, qui fulminait. Mais elle réussit à se contenir, sentant le bras du jeune homme autour de ses épaules. Il puait la clope! Comment pouvait-elle être autant entourée d'incapables! Elle le regarda, un jolie sourire aux lèvres, elle entoura la taille du jeune homme de ses bras fins, retrouvant ses mains au niveau de ses petites fesses molles, qu'elle pinça fortement! Mais comme c'est Elixir, comme vous vous en doutez, elle ne s'arrête jamais à mis chemin, et connaissant ce cher Lima, il est possible qu'il aima cet acte sadique...Et qu'il ait un certain plaisir à recevoir des coups de ce genre. D'un autre sourire, et aussi souple et fluide qu'un félin, son genoux remonta violemment contre le jeune homme, et devinez vers où? Ses jolies bijoux de famille. Elle se dégagea rapidement de son étreinte, se tournant vers le nouvel arrivant. Zazou.

    « -La ferme Zaren...Si je voulais le faire à trois, j'aurais invité ton frangin! »

    Elle le regarda, un sourcil levait, un air malicieux se lisait dans son regard. Il savait très bien de quoi elle parlait, mais bon...Elle se voyait vraiment mal lui parlait de ça en la présence de ce cher Lima, d'ailleurs? S'en sortait-il avec sa douleur? Pauvre de lui...Mais il l'avait bien cherché de toute façon!!

_________________

    (c) credits vava bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/elixir-un-doux-parfum-qui-envoute-t1107.htm
Cassian Dale

G r y f f i n d o r ' s . Prefect

avatar

Nombre de messages : 2176
VIP : 28
© Avatar : Smirnoff*
Date d'inscription : 19/10/2008
Age : 26
Nationalité : Australienne
Pêché Capital : Luxure
Groupe : //

More of me.
Patronus: chouette des neiges.
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: And all things will end. - Pv -   Dim 7 Déc - 6:33

Cassian mit un point final à son devoir de potions, une dernière lecture du parchemin lui permit de corriger certaines fautes qui traînaient çà et là, enfin il enroula le parchemin et balança le tout dans son sac en bandoulière noir et monta dans son dortoir pour tirer un petit somm’. On était vendredi, 18h et pourtant le jeune homme était épuisé, il faut dire qu’entre ses rondes, ses veillées pleine lune, la montée subite du plaisir dans d’étranges compagnies qui se terminaient souvent au triomphe d’avoir assouvit cette volonté soudainement pressente ; le rouge et or se sentait extenué néanmoins, les remords le prenaient et il était incapable de chasser de son esprit, ce regard vitreux et cette fameuse soirée où, sous l’effet de l’alcool et de souvenirs encore bien trop cuisant, il s’était laissé entraîné dans un chemin bien trop dangereux qui l’avait mené en fin de compte à des actes irréparables. A peine sa tête frôla la tête d’oreiller que son esprit s’éteignit et il se plongea dans les eux troubles de l’inconscience et celle du monde onirique qui s’avérera en réalité s’être transformé en véritable chaos.

*Cours Cassian, cours* lui dictait une voix qui lui était inconnue, dans cette pièce étrange et obscure, il sentit se regarder le traverser une nouvelle fois, mais cette fois un sentiment de panique monta rapidement en lui, engourdissant ses membres, ce regard perçant le cloua sur place, son souffle devient saccadé, son rythme cardiaque redoubla d’activité, ses mains tremblantes cherchaient à tâtons derrière son dos la poignée qui le libérerait de se cauchemar, sa conscience se retrouva prisonnière du rêve, le véritable Cassian savait que cela n’était qu’un rêve, mais le maille du rêve avait pris comme prisonnière sa conscience et, il se retrouva doublement spectateur, la peur le prit réellement aux trippes et cette horrible pensée de ne jamais pouvoir se réveiller le fit paniquer. Ses yeux apeurés cherchaient dans cette étrange obscurité ce regard à vous glacer le sang, il n’osait pas tourner le dos à cette chose qui se tapissait dans l’ombre et qui le narguait avec ses apparitions décalées comme si elle avait été tiré de son imagination mais en même temps qu’elle était bien réelle, Cassian sentait les gouttes de sueur d’accumuler sur son front et plus le temps s’étirait plus il maudissait intérieurement cette foutue poignée qui refusait d’aller à la rencontre de sa main tremblante, le grognement sourd du fond d’une gorge s’éleva, étrangement semblable à celle qui s’échappait de sa propre gorge lorsqu’il se mutait en loup-garou, son sang se glaça dans ses veines et sa main s’arrêta en plein élan. Ses yeux redoublèrent dans cette quête à « l’ombre » et il reconnut enfin une silhouette dans cette masse sombre, froissant légèrement les yeux, il tentait en vain de reconnaître de qui ou quoi, il s’agissait.

    - Q-Qui est là ?
demanda-t-il d’un ton apeuré qui le surprit lui-même, pour seule réponse, la forma tangua et disparut pour se rapprocher un peu plus de lui, il sentait sa présence non loin de lui, ses poils s’hérissèrent et ses maints tremblaient tellement qu’il lui était même impossible de continuer sa quête à la voix de liberté, enfin quand la masse noir lui tomba dessus, quelque chose picora sa peau et se fut par un cri étranglé d’une peur surdimensionnée qu’il se réveilla haletant. La chouette et ses grands yeux dorés l’effrayèrent aux premiers abords mais peu à peu, tandis que sa conscience sortait des embrumes du sommeil, il reconnut qu’elle ne pouvait pas lui faire du mal, après de longues minutes il se rendit enfin compte pour quoi l’animal était dans son dortoir, il lui détacha de sa patte, le mot et lui laissa reprendre de sa liberté, frottant énergiquement le bout de peau que l’animal l’avait pincé, il tentait de reprendre ses esprits. Essoufflé comme si le rouge et or avait couru un véritable marathon, il se laissa tomber en arrière et tandis que ses doigts tremblants dépliaient le parchemin, ses yeux parcoururent les lignes écrites à la main, provenant d’une écriture féminine alors que son cœur tentait de reprendre un rythme normal, s’extirpant des draps il enfila le premier pantalon jean qui lui tomba sous la main et un pull à cachemire noir et alluma les lumières du lieu. La nuit s’était abattue sur le château, les élèves devaient sûrement dîner dans la grande salle, Cassian s’approcha du miroir sur pied commun aux autres quatre personnes qui cohabitaient avec lui et se regarda franchement, de grandes cernes violacées marquaient sa peau blanche, il avait un teint plus livide que l’habitude à cause de l’expérience qu’il venait de subir et même s’il s’était accordé une ou deux heures de sommeil il était dans un piteux état, tenté de rejoindre les chaleurs encore insipides de son lit il se raisonna, Eli devait être sérieuse et étant un fashion victim, il ne se risquerait pas de retrouver la moitié de ses vêtements éparpillés sur les branches du saule cogneur, tandis que d’autres flotteraient sur le ponton du lac, entre terre et eau. Ebouriffant ses cheveux d’une main lasse et habile, il se recoiffa rapidement, néanmoins une mèche de voulait point rester en place, agacé il prit une casquette de noire Lacoste dans sa valise et l’enfila sur sa tête, descendant le plus possible la visière pour que son visage soit ainsi caché, il enfila un blouson en cuir couleur vert kaki et sortit de la pièce.

Moins d’une minute plus tard il remontait à tout allure les marches jusqu’à sa chambre et sortant sa baguette il exigea :

    « Accio chaussures noires »
et la paire vola jusqu’à sa main, les enfilant rapidement il se maudit intérieurement avant de dévaler les marches à nouveau. Cassian avait des idées pas très claires, il ne savait pas un, que lui voulait Elixir surtout à une heure pareille et dans circonstances aussi obscures et , deux ce que ce rêve pouvait signifier, enfin si … il le savait mais reconnaître que ses remords prenaient une telle démesure qu’il se sentait loin d’être rassuré. Une chose était certaine, même si, une part de sa personne refusait de l’admettre, son année à Poudlard prenait des virages inattendus et inespérés, son cœur déchiré battait pour deux personnes au même temps, traduction il était tombé dans le mirage de Zaren Wisper, ce qui signifiait beaucoup d’emmerdes à suivre et … être un loup-garou à plein temps était plus fatiguant physiquement qu’il ne l’avait envisagé, il lui fallait cette potion tue-loup sous peine qu’il ne tienne qu’encore quelques semaines à ce rythme trop élevé. Dans la salle commune, il fut à peine attentif aux rires joyeux qui se rependait dans le brouhaha général, ses idées flottaient dans une bulle tellement lointaine de lui, ses yeux fixaient le vide tandis qu’il avançait tel un automate, se frayant un passage, jouant des coudes pour arriver enfin jusqu’à la sortie.

L’air de la nuit était glacé comme il s’y attendait, sa respiration se condensait dans l’air à peine il ouvrait la bouche et un nuage de buée se formait comme s’il recrachait une fumée de cigarette. L’hiver n’a jamais été une de saisons préféras de monsieur Dale sauf, bien sûr en ce qui était la matière de créer des buées et des bonhommes de neige avec des carottes et des branches… Dans le ciel les nuages couraient, la lune étant à peine visible, il était difficile de se repérer cependant, grâce à ses sens plus développés que la moyenne, le jeune homme se fraya un chemin jusqu’à l’orée de la forêt interdite, lieu sordide pour une rencontre avec une jeune femme encore vierge, surtout à de telles températures, si Eli voulait le faire pourquoi ne pas lui avoir donné rendez-vous dans la salle de la vieille limousine ou encore quelque part d’autre dans le château ? En réalité le jeune homme essayait de se distraire, car il avait perçut dans l’air une odeur qui lui était loin d’être méconnue, une senteur lourde dans sa complexité, une odeur qu’il n’aurait pour rien au monde, voulu oublier en s’en humecter jusqu’à se rendre totalement fou, mais qui le menait à de tels absurdes qu’il était dangereux qu’il s’en approche, si Zaren était dans les parages, il valait mieux pour Cassian, qu’ils évitent de se rencontrer, car même si l’autre avait oublié leur dernière rencontré mouvementé en gestes physiques mais également assez musclée psychologiquement, le blond n’avait pas oublié le moindre détail, le nombre de verres d’alcool russes qu’ils s’étaient descendus, les baisers, les touchers, les questions et…le secret, suivi d’autres événements pour le moins désagréables qui, pour le bien être de tous avait effacé une partie de la mémoire de Wisper. Avant que le souvenir ne le frappe Cassian se détourna vers d’autres plus amusantes à détourner dans tous les sens, Eli et lui connaissait depuis …longtemps, combien de temps ? Il était inapte à dater leur rencontre il sut seulement que cela avait été fort, repoussant les limites du possible, un parfait amour platonique, comme deux moitiés qui se cherchent et qui ressentent ce besoin constant d’être l’une ne présence de l’autre, pour se rassurer pour se toucher. Jadis, Cassian avait pensé qu’Elixir était bien plus qu’une amie dans sa vie, ils étaient jeunes et maîtrisaient avec plus de difficultés leurs sentiments, chaque chose était une nouveauté dans leur vie et leur rencontre les avaient profondément marqué, lui tout du moins. Il ne pensait pas que l’on pouvait éprouver cela pour quelqu’un d’autre, la passion et l’amour ont formé un parfait amalgame explosif qui les a conduit dans des chemins bien ternes sous des baisers langoureux qui les laissaient vides à la fin … Ils avaient ainsi nagé contre le courant longtemps, sans jamais comprendre, sortant à chaque fois plus épuisés de cette relation qui ne pouvait pas avoir lieu jusqu’à ce qu’illumination les frappe et leur dévoile le véritable aspect de leur relation, le physique et l’inconditionnel n’étaient pas les seules options que leur relation pouvait leur offrir, loin de là, c’est ainsi que cette petite peste et lui forgèrent une amitié des plus ambiguës pour les autres mais parfaitement normale pour eux. Enfin les pas du jeune homme le menèrent au point de rendez-vous, il ne put réprimer un frisson lorsque la senteur de Wisper lui parvint aux narines, ne pouvant plus tourner les abandonner là pour la fin de soirée, Cassian entendit Elixir renvoyer de sa manière bien personnelle et un tantinet vulgaire, celui dont il voulait à tout prix éviter. Rongé par la cette perverse curiosité de s’approcher de Zaren mais par contraste poussé par sa conscience de rester à quelques lieues du jeune homme Cassian émergea de l’obscurité pour s’approcher de Liam le plus proche par sa position. Sans faire le moindre bruit, le jeune homme s’approcha en douceur de Liam et arrivé à la hauteur de l’oreille de l’Irlandais qui suivait avec un grand amusement, les taquineries lancées par ses deux compagnons, il murmura :

    « Un peu de compagnie Liam-chou ? »


Il s’écarta de son oreille aussi vite qu’arrivé et laissa un large sourire se dessiner sur ses lèvres tandis que l’autre faisait un bond d’une quinzaine de mètres pour mettre la plus grande distance entre eux, enfin quand il vit l’identité de son « agresseur » il se relaxa, Cassian rajouta une couche cette fois de voix normale pour que tous puissent l’entendre. Il avait prit le soin d’utiliser le « chou » qui était en trop, histoire de le ridiculiser un peu plus.

    « Je ne savais pas que tu étais cardiaque Liam …il faut qu’on prenne plus soin de toi, je te prive de coucheries pendant un moment, sa serait bête que ton cœur lâche na ?... »


Il éclata de rire et lui fit un clin d’œil amusé de sorte que Liam ne le prenne pas mal, après tout Cassian commençait à sympathiser avec le jeune homme, cependant, il ne le connaissait pas encore assez bien pour juger de ses réactions dans de telles « circonstances ». Ensuite il alla coller une bise dans la joue glacée d’Elixir et salua d’un geste négligeant de la tête Zaren tenant de se montrer le plus détache possible, empêchant ses yeux de scruter la pénombre pour reconnaître des formes qu’il avait plus d’une fois effleurées. Il alla ensuite se poser contre un des arbres non loin de là, de sorte qu’il soit tourné vers les deux autres et qu’il lui soit difficile de regarder Zaren sans devoir tourner la tête, ce qui l’aurait de suite dénoncé.
Croisant ses bras contre sa poitrine, geste presque commun chez le rouge et or il demanda entre deux bâillements :

    « Alors les enfants, que fait-on ici je suppose qu’on ne vient chasser les esprits ? Eli dans quoi tu vas nous plonger encore ? Désolé, les trucs à 3 … trop peu pour moi, je vise 7 plutôt, le chiffre noble…avec des filles »


Il se tut conscient des âneries qu’il débitait, croisant les doigts discrètement il pria pour que les autres ne se rendissent pas compte de la nouvelle nervosité qui le gagnait, sa serait trop bête sinon …Avec des filles en plus ... trop peu pour lui, de tous ici réunis il n'y avait qu'Elixir qui savait ses penchants pour la gente masculine, enfin elle se doutait car il ne lui révélait pas toujours l'identité de ses conquêtes, néanmoins, elle n'en avait pas la preuve certaine... on s'en fiche, c'était juste histoire de se protéger, les protéger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/nice-to-meet-you-or-not-f4/dangerous-beauty-i-m-a-angel-i-don-t-think-so-t638.htm
Zaren Wisper

G r y f f i n d o r & Madness

avatar

Nombre de messages : 1407
VIP : 12
© Avatar : Lsi
Date d'inscription : 27/10/2008
Age : 25
Nationalité : Islandaise
Pêché Capital : L'envie

More of me.
Patronus: Léopard des Neiges
Orientation: Bi
Citations:

MessageSujet: Re: And all things will end. - Pv -   Sam 20 Déc - 21:36

[Pardon Liam… mais c’était pour ne pas faire trop traîner le sujet…]

    Témoin silencieux de la scène, il vit Liam perdre ses moyens sous les gestes sensiblement trop lascifs de la jeune fille qui venait de laisser ses doigts courir sur lui, avant de se tourner vers sa propre personne qui laissa un impérieux sourire empli de sarcasme s’étirer sur ses lèvres, incitant un léger rire moqueur à s’en extirper également. Mais déjà il replaçait sa douce maîtresse en robe blanche sur le rebord de sa bouche, ses iris déviant imperceptiblement avant de venir jauger celle des défis qui se tenait devant lui, et qui sous ces fielleuses paroles lui rappelait cette fois où sa chambre avait été le théâtre du plus fiévreux mensonge jamais esquissé pour autrui de leur part. Sans doute pas le plus exceptionnel… mais la sensualité qu’ils avaient été capables de laisser transpirer sous peine de mourir de rire, avait de quoi laisser songeur. Et il allait justement lui répondre, esquissant l’ombre d’un pas dans sa direction lorsqu’une autre personne se présenta aux côtés de la victime, incitant ses propres prunelles à s’orienter abruptement sur ce nouveau protagoniste qui entrait ainsi en scène.

    Une première certitude se dessina dans son esprit : les deux garçons se connaissaient plutôt bien… et le hasard n’était sûrement pas responsable de cette nouvelle venue. Donc soit la jeune fille avait dans l’étrange idée de se faire déflorer par trois jeunes hommes à la fois – pourquoi y aller de main morte après tout-, soit une raison bien précise, mais indiscernable à ses yeux, la motivait. Néanmoins il était véritablement inutile de se torturer l’esprit pour tenter de la découvrir sans indice, le sien était suffisamment tortueux pour les semer en court de route, tout du moins durant un temps qui les fatiguerait pour rien, d’autant plus qu’elle finirait bien par laisser ses lèvres délivrer la véritable raison qui était la cause de leurs présences à tous les quatre à l’orée de la forêt interdite. Aussi se contenta-t-il de répondre d’un léger signe de tête à celui de Cassian, sans même chercher à se rapprocher pour l’instant… mais il remerciait le ciel de ne pas avoir expliqué à Liam la raison de sa faiblesse, sinon il l’aurait sans aucun doute regretté amèrement à cette seconde bien précise.

    Mais une étrange vision lui revint… ce premier geste amical qui avait été l’annonceur d’une froideur sans borne de sa part : ce fameux soir, où, sur le sol, il l’avait aidé à se relever sans qu’il ne parvienne à se souvenir de ce qui avait été le précurseur de cet instant. Est-ce que cela pouvait avoir un rapport avec son impossibilité à aller plus loin avec l’autre griffondor ? La question était posée… mais infructueuse bien sûr, figurant sur la longue liste de sa possible démence qu’il sentait grandir sous cette ingérence. Elle fut donc chasser à l’image des autres qui tourmentaient ses songes, tandis que son regard s’échouait alternativement sur chacun de ses nouveaux compagnons sous les douces interrogations de Dale… oh quelle belle troupe formaient-ils ! Si dissemblables les uns des autres, mais dont visiblement les éléments centraux avaient été les acteurs de la première scène, Cassian et lui-même s’avérant être ces pièces rapportées qui tentaient de persister à l’écart.

    Mais c’était mal le connaître… d’autant plus qu’un insidieux sourire s’étirait nébuleusement sur ses lèvres, tandis qu’il s’amusait de constater des différences qui les constituaient, et des similitudes qui les rapprochaient pourtant. Esquissant quelques pas, il se rapprocha de la jeune fille qui était elle pleinement dans le champ de vision de cet autre qu’il cherchait à séduire depuis quelques semaines, tentant de ce fait à chasser de ton esprit cette obsession mesquine qui finissait par le hanter. Des filles disait-il ? A lui de l’amener à changer d’avis, et que Merlin en soit témoin, il y parviendrait. Tissant imperceptiblement sa toile mesquine, ses doigts glissèrent sur la nuque d’Elixir d’une manière suggestive, celle de ces jeux enfantins qu’ils esquissaient au détour d’un couloir avant de laisser un défi fleurir de leur gorge.

    « Quand tu veux jolie puce… mais est-ce que tu en aurais le cran ? » la nargua-t-il avant de retirer sa main de sa chair avec une certaine vivacité, ses pas ne s’immobilisant pas.

    Mais déjà il s’arrêtait aux côtés de Liam, de manière à avoir une vue plus acérée sur les deux autres, laissant ses doigts se glisser dans le creux de ses poches sous une nonchalance qui lui était propre et qui dénotait de l’assurance qui était sienne. Pourtant rien de cette situation n’était sous son contrôle, puisque la reine de la cérémonie n’avait encore dévoilé le fond de ses pensées, où même le surprenant secret qui avait motivé le fait qu’elle les ait visiblement contacté tous pour les faire venir à cet endroit précis. Rien… si ce n’était peut-être cette forêt dont il avait arpenté plus d’une fois les sentiers, les feuilles éparses, la vie renaissante, et il avait appris à l’aimer pour ce qu’elle était, pour le souffle taciturne qui était le sien, pour ces yeux hypnotiques qui ne vous quittaient plus une fois que vous y aviez pénétré.

    « Enfin on en reparlera plus tard, Dale a mis le doigt sur quelque chose de plus intéressant : Qu’est-ce qu’on fait là ? Un combat pour savoir qui aura l’honneur de passer la nuit avec toi peut-être ? Enfin si je peux choisir les armes… » lâcha-t-il en laissant brièvement son regard carnassier bifurquer dans la direction de Cassian, avant qu’un rire moqueur ne finisse par s’esquiver de ses lèvres, puisqu’il était parfaitement conscient d’avancer une stupidité monumentale : elle ? S’offrir à un garçon pour si peu ? Elle valait bien mieux… beaucoup mieux que cette bande de joyeux lurons qu’ils étaient, de cela il en était certain.

    Ainsi, ce fut d’un geste détaché qu’il se laissa choir contre l’écorce d’un arbre, son pied venant prendre appui sur ce dernier comme s’il avait l’habitude de se tenir ainsi, lui le fils… le bâtard dirions-nous plutôt, de ce sang pur ridicule qui lui servait de beau-père. Tranquillement sa cigarette s’abandonna sur ses lèvres, permettant de par cette simple gestuelle à ses iris d’ébaucher d’autres aspects des lieux, et s’assurer par la même occasion que personne d’autre n’était attendu. Tout… mais pas une réunion de rouge et or où il préférerait encore la torture la plus infâme que de devoir les supporter. Sauf si… sauf s’il avait le droit de s’amuser un peu à leur faire mal, après tout ici personne ne les entendrait crier, mis à part peut-être les centaures, mais ils n’interviendraient pas.

    Néanmoins, comme bons nombres de personnes qui lui étaient plus ou moins proches, il ne faisait aucun doute que certaines parts de sa personnalité ne lui avait jamais véritablement été dévoilée… tout comme ses plus fourbes secrets. Aucunes des personnes présentes ici ne connaissaient l’incidence des propos de Diz, la folie de sa mère, les brimades enfantines de sa famille, le trouble indécent que l’un d’eux provoquait en lui, et il se garderait bien de les leur confier. Mais ce dernier existait bel et bien, le laissant presque quémander silencieusement ce contact qu’il ne s’autoriserait pas, son corps tout entier paraissant insensiblement se tendre alors qu’il exhalait l’errance d’une volute grisâtre.

    Messieurs… [& Dame],
    spécialistes en assistance aux
    Maniganceurs de Mauvais Coups,
    sont fiers de vous présenter…


_________________

          (c) Lsi
          Pénétrez dans les dérives de mon âme...

          Car ne pouvant se corriger de sa folie,
          il tentait de lui donner l'apparence de la raison.

          (c) Musset
----
Présence éclaire : exam jusqu'au 7 juin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/zaren-wisper-ainsi-se-nomme-la-deraison-t734.htm
Liam S. Doherty

G r y f f i n d o r

avatar

Nombre de messages : 97
VIP : 3
Pseudonyme : Shiakan/Moony
Date d'inscription : 11/11/2008
Age : 26
Nationalité : Irlandais.
Pêché Capital : La Colère.
Groupe : //
Musique : Don't know what you got - Cinderella.

More of me.
Patronus: Une Panthère.
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: And all things will end. - Pv -   Mer 24 Déc - 2:34

    Une vive douleur s’empara de Liam qui se retrouva à genoux sur le sol sans avoir le temps de comprendre ce qui lui arrivait. Les yeux écarquillés, il posa ses mains sur la zone endolorie en gémissant de douleur. A savoir que la zone endolorie se trouvait être son entrejambe, soit un endroit qu’il valait mieux éviter de trop embêter chez un garçon si l’on ne voulait pas se faire haïr jusqu’à la fin de ses jours. Bon sang, ça faisait un mal de chien ! Il avait l’impression de se retrouver au jour où il avait reçu un ballon de football au même endroit. Heureusement pour lui, Elixir avait beaucoup moins de force qu’une balle violemment propulsée par un coup de pied puissant. Mais cela ne l’empêchait pas d’avoir l’impression qu’on venait de le rendre impuissant jusqu’à la fin de ses jours. Merlin, il avait d’excellents réflexes d’habitude, pourquoi n’avait-il pas été fichu d’esquiver ce coup-là ?
    Le Gryffondor retint les larmes qui menaçaient de rouler sur ses joues et se redressa au prix d’un immense effort. C’était malin, non seulement il avait super mal mais en plus, son pantalon était trempé et couvert de boue à l’endroit où il était tombé. Liam grogna, foudroyant la jeune fille qui lui causait tant de peines du regard. Elle aurait pu s’en tenir au pincement, ça lui aurait grandement suffit… Et puis lui, avoir des fesses molles ? Fallait pas pousser mémé dans les orties – surtout lorsqu’elle était en short. Il faisait du Quidditch depuis plusieurs années et avait longtemps joué au football étant gamin alors ses fesses étaient très loin d’être molles et au contraire plutôt fermes et musclées ! A savoir qu’il s’agissait d’un de ses principaux atouts, namého !

    « C’est malin tiens ! Tu te crois drôle ? Franchement, t’aurais pu éviter les valseuses, j’m’en serais grandement passé ! Un coup de poing aurait suffit, je sais pas, moi. Tu manques vraiment d’imagination ! »

    Liam se pencha pour ramasser sa pauvre cigarette qu’il avait faite tomber sur le sol après avoir reçut un coup de la part de cette chère Elixir. Ah, elle avait de la chance qu’il l’adore, parce que dans le cas contraire, fille ou pas, il y a longtemps qu’il l’aurait Avada Kedavrisée. Bref, le fait était qu’à présent, sa cigarette était toute humide et éteinte. Le Sorcier grogna et jeta la cigarette sur le sol avant d’en sortir une autre. Au diable les économies, vive ses poumons encrassés ! Il la glissa entre ses lèvres et l’alluma. L’Irlandais arqua un sourcil en entendant la remarque de Zaren. Zaren ? Ah, oui, merde, il venait de débarquer, celui-là. Qu’est-ce qu’il foutait dans la forêt interdite, d’ailleurs ?

    « Perdre la main ? lança-t-il sur un ton particulièrement moqueur avec l’air de celui qui en sait plus que les autres. J’éviterais de trop me taquiner si j’étais toi, Wisper. Je ne pense pas être celui qui a perdu la main… »

    Le visage du Gryffondor se fendit d’un sourire carnassier. Sa cigarette entre les lèvres, il s’approcha de Zaren d’une démarche féline, avant de poser une main sur son épaule et de prendre sa clope de l’autre. Il se pencha alors vers son oreille afin d’y murmurer d’une voix inaudible pour Elixir :

    « Ne t’en fais pas, je ne parlerai à personne de ton… impuissance. Ce sera notre petit secret, qu’est-ce que t’en dis ? »

    Il se recula, reprenant sa place initiale, un air satisfait sur le visage. Ah, Zaren… que s’était-il passé, l’autre soir ? Liam se le demandait vraiment. D’habitude, il était peut-être le plus… disons, vigoureux des deux, mais cette fois-ci, il avait été tout bonnement incapable d’aller jusqu’au bout des choses. Liam s’en était d’abord trouvé particulièrement vexé, puis ayant noté l’air de son ami, il avait réalisé qu’il n’était pas le responsable de cette affaire. Bien heureusement pour l’ego surdimensionné du petit Irlandais, son charme opérait toujours, c’était le pauvre Zaren qui faisait un blocage. Autant vous dire que cela avait provoqué l’hilarité du Gryffondor. Zaren Wisper, incapable de passer une nuit de folie avec un camarade pour cause de panne générale du service trois pièces. Non, sérieusement, c’était à en mourir de rire.
    Un sourire orna les lèvres pleines de Liam au souvenir de cette nuit pitoyable. Pauvre Zaren… Au fond, le jeune homme se demandait ce qui avait bien pu causer cette panne. Ce n’était pas vraiment dans les habitudes de son ami de ne pas aller jusqu’au bout. Ou alors il trouvait toujours un moyen de parvenir plus ou moins à ses fins. La preuve se trouvait dans leur rencontre : incapables de mettre la personne repérée dans leur lit, ils avaient fini par passer la nuit ensemble. Drôle de manière de commencer une amitié, mais cela n’était pas vraiment surprenant de la part de Liam. Depuis, il s’entendait très bien avec Zaren et espérait que cela dure.
    M’enfin, cela ne lui disait pas pourquoi Elixir lui avait demandé de venir ici. Liam était quelqu’un d’extrêmement curieux qui détestait les surprises. La demoiselle devrait le savoir depuis le temps, non ? L’Irlandais laissa son regard s’évader, glisser jusqu’à la silhouette d’Elixir, sa seule véritable amie ici. Il n’avait jamais été particulièrement proche des filles. Beaucoup de préjugés laissaient entendre que les gays s’entendaient follement bien avec les demoiselles, mais ce n’était pas le cas de Liam. Il les trouvait barbantes, juste bonne à distraire un homme une courte nuit. Ce qu’il aimait chez Elixir ? Son côté garçon manqué, sa franchise, son petit grain de folie et sa brusquerie. C’était aussi ce qu’il avait aimé chez Clémance, bien qu’elle ait été beaucoup plus féminine que la jeune Sorcière. L’air absent, Liam secoua légèrement la tête. Ce n’était pas vraiment le moment de penser à ça. Il porta sa cigarette à ses lèvres au moment ou un souffle familier caressait son oreille. Le jeune homme fit un bond impressionnant en poussant un cri guère viril et en fit tomber sa malheureuse cigarette sur le sol.

    « Putain de merde ! hurla Liam avant de faire volte-face afin de voir qui venait de lui faire peur ainsi. Il fulmina en reconnaissant Cassian et fit un énorme effort pour ne pas lui coller un pain dans la figure. T’es taré ou quoi ? Sérieux, Cass’, j’ai failli crever, là ! »

    Il venait surtout de pousser un cri des plus humiliants. Une charmante lueur rouge colora ses joues. Il enfouit son visage dans ses mains, honteux. C’était pas possible… qu’est-ce qu’ils lui faisaient pas faire, cette bande de tarés ! Liam passa une main dans ses cheveux humides à cause de la fine pluie afin de les rejeter en arrière et ramassa sa cigarette. Elle était à peine entamée et un peu humide, tant pis, il la fumerait tout de même. Il alla s’adosser contre le tronc d’un arbre, nonchalamment, et observa les personnes qui l’entouraient. D’abord Elixir. La demoiselle arborait un air malicieux, comme bien souvent. De toute évidence, elle était la cause de cette étrange réunion et Liam ne savait absolument pas pourquoi. Son regard se dirigea ensuite vers Zaren mais il ne s’attarda pas très longtemps afin d’éviter de rire tout seul. Non, franchement, ce n’était pas très sympathique de sa part de se moquer ainsi… Oh, tant pis, c’était tellement tentant ! Une fois encore, un sourire étrange orna les lèvres du rouge et or au souvenir de cette soirée fraîche sur un certain fauteuil devant un feu de cheminée… Les yeux étrangement dorés se dirigèrent ensuite vers Cassian tandis qu’il tirait longuement sur sa cigarette. Cassian… jeune homme étrange mais d’agréable compagnie. Du moins aux yeux de Liam, ce n’était peut-être pas l’avis de tout le monde. M’enfin l’Irlandais était un être tout aussi étrange que son camarade, cela expliquait le fait qu’il s’entende aussi bien. Leur profonde blessure y était aussi pour beaucoup, après tout.

    Le Gryffondor remarqua alors l’étrange regard que les deux garçons se jetèrent à quelques secondes d’intervalle. « Dale »… vu l’appellation, ils ne se connaissaient pas plus que cela ou bien ne pouvait pas se piffer. Pourtant Cassian n’avait jamais dit à Liam ne pas apprécier Zaren, et inversement. Le jeune homme fronça les sourcils. Bah, il se faisait très certainement des idées. Néanmoins, il ne pu s’empêcher d’intervenir.

    « Wahou, quelle ambiance. Qu’est-ce qui se passe les mecs ? « Dale », c’est pas un peu trop formel ? »

    Il tira à nouveau sur sa cigarette avant de laisser l’épaisse fumée blanche s’échapper entre ses lèvres. Il se tourna ensuite vers Elixir.

    « Connaissant la demoiselle, je penche plutôt pour un traquenard, Zaren. M’enfin cette chère Elixir peut toujours nous surprendre… Dites, je suis le seul à trouver cette petite… réunion bizarre ? Je connais tout le monde ici, plutôt bien, je pense, dit-il avec un sourire en coin à l’intention de Zaren – non, il ne cesserait jamais de l’emmerder avec cette affaire ! Alors on fait quoi ? On boit un thé ou on fume le Calumet de la Fraternité Eternelle ? J’peux fournir le tabac, si vous voulez. »

    Il tira sur la dernière latte de sa cigarette et jeta le mégot sur le sol avant de l’écraser d’un coup de talon. Il croisa les bras, observant ses camarades et amis d’un air curieux.



    [Flemme de mettre les couleurs, j'ai rien relu, donc ça risque d'être naze =___= Sorry.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elixir Vigdis

Wizard moderator

avatar

Nombre de messages : 276
VIP : 1
Pseudonyme : Co'(coon)
© Avatar : MA
Date d'inscription : 29/11/2008
Age : 24
Nationalité : Italienne; mais étant Gitane, rien n'est sûr.
Pêché Capital : L'Orgueil.
Groupe : Les Maraudeurs.
Musique : KISS • I was made for lovin'you

More of me.
Patronus: Duc Darci; mon Fennec adoré x3
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: And all things will end. - Pv -   Dim 25 Jan - 1:55

    Elixir préféra ne proférer aucune réplique à la réponse de Lima, réponse à son « petit » coup de genoux qui lui fit très mal apparemment. Un sourire vint se dessiner sur son visage lorsqu'elle lu cette douleur sur le beau et angélique de son ami, oui, parfait, il l'avait cherché de toute façon, et elle ne ressentait aucune compassion à son égard. Après tout, elle n'était qu'Elixir..La fille la plus imprévisible au monde, et la seule qu'il adore à sa connaissance. Bah, de toute façon, il était de même envers lui. Elle aimait bien son côté..Bizarre. Son côté gay peu commun surtout. Mais en ce moment, le taquiner n'était pas le seule chose qui lui venait en idée. Il cachait quelque chose qu'elle désirait savoir, il avait changé, son comportement n'était pas tout à fait pareil..Elle ne saurait pas dire pourquoi, ni comment, mais elle le connaissait, et avait bien devinée que quelque chose clochait depuis un certain temps. Elle savait comment il fonctionnait de toute façon, qu'être direct avec lui n'allait rien lui révéler..Elle préférait simplement le cuisiner de temps à autre..Sans trop en faire néanmoins, pour le moment. De toute façon, c'était une curieuse née, et elle saura quoi qu'il lui en coûte..

    Enfin..Zaren. Tss qu'avait-il lui? Pour qui la prenait-il? Une enfant? Il ne la connaissait que très peu à en juger par sa question terriblement..Mesquine. Elle l'avait fixé de ses yeux sombre, les plissant légèrement et faisan une moue boudeuse. Tsstss, était-il devenu bête? Déjà qu'à la base..Non, il valait mieux ne rien penser, la base de la base n'existait pas de toute façon. Seule son estime pour lui comptait. Et elle était haut placée. Il se souvenait encore de leur déboires, leur petits histoires à la noie pour manipuler le frère de Zaren, Eythan, et par conséquent, l'ex d'Elixir. Elle s'était amusée avec lui, et vise versa peut-être, mais en tout cas, elle ne regretta pas..Cela lui fit connaître Zaren, et son amitié pour lui, son amour pour lui était sans limite. Elle avait toujours su l'apprécier à sa juste valeur, comme tout ceux présents ce soir, et c'est pour cette raison qu'elle les réunit d'ailleurs. Sauf qu'elle ne savait même pas pourquoi..Et elle comptait bien inventer une quelconque connerie, histoire de palmer sa brusquerie, inventer une connerie..Qu'ils y croient ou non, elle s'en contrefichait, le fait qu'il le sache lui importait. Elle ne savait même pas où tout cela allait les mener..Mais il était sûr et certain que ce n'était pas un pur hasard.
    Pour en revenir à sa remarque, là encore elle ne dit rien et laissa passer..Elle ne se sentait pas courageuse à les affronter, elle pensait plutôt à la connerie qu'elle allait leur sortir lorsqu'ils seront là, et qu'ils se poseront l'ultime question : pourquoi sont-ils ici?
    Elle n'allait certainement pas leur sortir LE truc qui vous fond le cœur, non, certainement pas. Pas le discourt sur l'amour et l'amitié, elle était loin d'être le genre sentimentale si vous voyez ce que je veux dire. Elle préférait garder ses pensées en elle, ses sentiments enfermés à double tour dans son cœur. Pas touche, pas ouvrir, la clé est au fond du lac. Mais elle savait faire preuve de tact lorsqu'il le fallait, ils étaient les personnes les plus proches d'elle après tout...

    Elixir fut presque prise de fou rire lorsque Cassian arriva derrière Lima, mais elle réussit à se contrôler et fit juste un sourire..Oui, décidément, aujourd'hui était la journée de la brusquerie pour ce pauvre Liam. Elle, puis Cassian.. A quand Zaren? Non, cela n'était pas son genre à son humble avis. Mais ce qui fit tilt à son oreille fut surtout la cordialité, mais presque du mépris, le ton qu'utilisaient les deux gryff'..Cassian & Zaren. Enfin, ce fut surtout celle de Zaren, avec la question qui tue, bien évidemment. Pourquoi l'interpellait-il ainsi? Pourquoi le blondinet ne lui fit aucun signe de bonjour? Des questions, beaucoup de questions..La curiosité apportait plus de mystère qu'il n'y paressait, et lorsqu'on l'est à un degré aussi haut, il y a de quoi se poser des questions sur l'état mentale de chacun.
    Oui? Non? pourquoi? Comment? Quand? Où? Tss. Mais au lieux d'elle, ce fut Lima qui posa la question..Apparemment, il était aussi intrigué qu'elle par cette formalité. Elle joignit ses deux mains et souffla dessus, histoire de les réchauffer tout en les écoutant. Elle recula de quelque pas, histoire de les avoir tout les trois dans son champ de vision. Il faisait froid, et elle sentait le vent lui caresser les joues avec douceur. La pluie n'avait pas cessée, fine et presque douce. Elle garda le silence, tout en fixant le ciel. Affichant un air neutre, mystérieux, laissant un blanc, aucune réponse à leurs questions, aucune réprimande de sa part. Elle qui habituellement n'hésitait pas à faire des remarques à tout va..Elle préféra garder le silence, histoire de mieux les surprendre. Pour l'instant..
    Elle resta ainsi dans le silence durant des secondes qui lui parurent durer une éternité. Elle aurait bien aimée avoir une clope dans la bouche, histoire de faire au moins quelque chose plutôt que regarder le ciel bêtement. Elle finit par se tourner vers où, soupirante.
    Une histoire débile venait de lui effleurer l'esprit.

    « -Hm..Alors, par quoi, comment commencer. Vous allez trouver ça bête, et pourtant..Cela fut bien réel. C'était une belle femme qui m'apparut en rêve cette nuit même. Elle était vraiment trop trop belle..Elle me ressemblait presque, presque aussi belle que moi..Mais bien sûr, inégalable. Enfin bref, outre sa beauté, elle m'a parlée de vous. Et de ma virginité. Passant en revu tout les mecs potables, elle finit par me dire que tes amis sauront t'aider..Et je cite bien ses mots : Les gays de services qui te sont le plus proche.
    Bien évidemment, je lui ai dit qu'ils étaient pas tous gays..M'enfin, elle a soutenue sa thèse cette nana, me répétant la même chose. Bon ensuite, elle m'a demandée de les réunir, histoire de voir qui saurait m'aider réellement dans ma recherche de dévergondage. Vous voyez le topo quoi.. 
    »

    Plus elle parlait, plus son mensonges prenait forme. Tellement con, mais trop marrant. Le pire, c'est qu'elle affichait un air serein et très sérieux. Allaient-ils gober ça? Non, bien sûr, ils étaient trop intelligent pour ça. Mais c'était une façon de leur dire qu'elle savait pas pourquoi elle était là, et pourquoi elle les avait réunis tout les trois.

    « -Et puis ben vous voici..Arrêtez donc de faire les cons et réfléchissez pour moi voulez-vous? En plus, le chiffre noble, c'est le 13 Cass', pas 7..Ou limite le 3, pourquoi pas..Mais 7, quand même. »

_________________

    (c) credits vava bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/g-r-y-f-f-i-n-d-o-r-f15/elixir-un-doux-parfum-qui-envoute-t1107.htm
Cassian Dale

G r y f f i n d o r ' s . Prefect

avatar

Nombre de messages : 2176
VIP : 28
© Avatar : Smirnoff*
Date d'inscription : 19/10/2008
Age : 26
Nationalité : Australienne
Pêché Capital : Luxure
Groupe : //

More of me.
Patronus: chouette des neiges.
Orientation: ...
Citations:

MessageSujet: Re: And all things will end. - Pv -   Ven 20 Mar - 21:54

La nuit était noire, le vent sifflait entre les branches des arbres, les nuages courraient sûrement haut dans le ciel, la nuit enveloppait, telle une cape, la moitié du globe tandis que la seconde tirée des bras de Morphée s’éveillait de son hibernation miniature. Le château endormi, était parcourut par les patrouilles des professeurs qui se confondaient dans l’obscurité épaisse dans les longs et silencieux couloirs ; il était aisé pour un élève de s’échapper de cette surveillance continue et de prendre du bon temps en dehors de l’intra-muros du château, s’il avait l’art de la discrétion. Non pas que Cassian ait une magnifique envie de rejoindre Elixir surtout ne sachant pas ce que la « merveilleuse » comme elle plaisait de se nommer, à la troisième personne du singulier s’il vous plaît, lui réservait comme surprise. Il l’appréciait énormément cependant, elle échappait à tout contrôle, ne respectant que ses propres convictions tournées et exagérément féministe elle pouvait se transformer en véritable furie. Loin de lui de la critiquer ou d’en avoir peur, mais voir ses précieux vêtements éparpillés à gauche et à droite du château, ou encore plongés dans le lac et coincés entre deux branches du saule cogneur si la jeune fille poussait le vice jusqu’à ses limites, il préférait éviter toute troisième guerre mondiale et conserver leur fidèle amitié. C’est ainsi qu’il s’était glissé silencieusement, entre deux ronflements de ses camarades, hors de la salle commune de sa maison pour rejoindre la jeune femme à l’orée de la forêt des terreurs, évitant les patrouilles parfois jusqu’à pousser un des battants en chêne des portes. Parcourant le parc à pas de course pour ne point se faire repérer d’une des fenêtres des étages supérieurs, il s’était rapidement fendu dans la masse végétale pour se mettre à l’abri et rechercher Eli, quelle ne fut pas sa surprise lorsque son regard ébaucha les membres de trois personnes au lieu d’une seule…

Cassian était en présence d’une drôle de compagnie, Elixir son amour platonique, Liam son récent meilleur ami, enfin cette qualification était bien plus grande que la réalité puisque Liam et lui tâtaient encore le chemin, se connaissant peu à peu dès que les cours leur donnait une occasion de discuter ou de passer du temps ensemble et enfin Zaren, son obsession du moment, c’est peu dire car Zaren prenait bien plus de place qu’il ne le croyait ou espérait tout du moins. A peine sorti d’une relation amoureuse douloureuse Cassian arrivait à se mettre dans de beaux draps et retomber dans un cercle infernal avec LE faux gryffondor de service en plus, compliqué lui ? c’est un euphémisme j’espère.

Cassian fronça les sourcils et croisa les bras sur sa poitrine, tentant d’ignorer le changement de place exclusif de Zaren, ne commentant pas la remarque de Liam ce qui pourrait induire beaucoup plus d’insinuations qu’il ne contrôlerait, il tenta de comprendre une bride de ce que débitait Eli. Quand elle eut terminé il la regardé étonné et haussa un sourcil, se retournant vers les deux autres il dit :

    « « Je ne sais pas vous, mais elle est bien amochée Eli. Faut qu’un de nous se dévoue pour la dépuceller. »
Se retournant vers la jeune femme il dit avec excuse :
«
    désolé ma belle mais tu es complètement à côté de la plaque. D’abord je ne suis pas gay, alors tu diras à la gentille dame de retourner dans sa boîte et de ne pas me réveiller en pleine nuit parce que t’es en manque… »
Il lui sourit et s’éloigna de la jeune femme, il fallait mieux prévenir que guérir. S’adossant contre l’écorce d’un arbre, il demanda amusé :

    « « Je sors le thé et les petits biscuits ? »
puis, il s’effaça dans les branches entrant un peu plus dans la forêt et quittant « la » limite. Parcourant quelques mètres en évitant les branches fourbes qui pourraient s’agripper à ses pieds il s’approcha d’un cadavre d’arbre où le tronc avait été troué dans son centre, sans hésiter il plongea une de ses mains et rechercha à tâtons un objet ; lorsque ces doigts se refermèrent sur le verre, il sourit amusé et tira la bouteille d’alcool de sa cachette puis refit le même chemin au retour. Un sourire aux lèvres étanche, il leur montra ce qu’il était parti cherché et fit sauter le bouchon et donna la bouteille à Eli pour qu’elle puisse se servir et ainsi la faire tourner… Apparemment ils en auraient pour longtemps à débattre pour savoir qui allait s’y coller…

HANNN pas taper, retard puis c'est pas génial -___-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts.jdrforum.com/nice-to-meet-you-or-not-f4/dangerous-beauty-i-m-a-angel-i-don-t-think-so-t638.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: And all things will end. - Pv -   

Revenir en haut Aller en bas
 
And all things will end. - Pv -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» eurydice&basile ? all these little things ?
» Flavia Albina ¤ Real things in the darkness seem no realer than dreams...
» Help seems to always come late when it comes at all. We are in deep trouble
» Le Patronat Haitien aux Travailleurs “C’est à Prendre ou à Laisser”

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts :: La Malédiction de Faust. :: The End :: Remember-
Sauter vers: